Les Haïtiens tentent d’émigrer

0
400
Un autre flux de migrants venant directement d'Haïti, principalement des jeunes, hommes et femmes qui font face à un avenir sans perspectives

Alors que l’attention du monde se concentre sur le conflit en Ukraine qui pourrait rapidement dégénérer, les conditions de vie des travailleurs d’Haïti continuent de se détériorer.

Les travailleurs exigeant que leurs salaires soient triplés ont quitté la rue pour le moment. Deux Haïtiens sur cinq sont encore « en situation d’insécurité alimentaire », ce qui signifie qu’ils mangent moins que ce dont ils ont besoin. Les logements, les emplois et les soins de santé sont rares. Les hôpitaux et les écoles ferment. L’activité criminelle dans les rues, en particulier les enlèvements, s’intensifie.

Des dizaines de milliers d’Haïtiens qualifiés et instruits, qui avaient émigré pour trouver du travail en Argentine, au Chili et au Brésil, sont confrontés à un dilemme. Leur travail s’est tari, ce qui les a poussés à tenter de traverser la frontière du Mexique vers les États-Unis.

Entre mars 2020 et décembre 2021, le Département de la sécurité intérieure a expulsé 13 783 Haïtiens, que les gardes-frontières avaient surpris en train de traverser. Les Haïtiens ont été privés de leur droit légal de demander l’asile. Plus de 6 000 autres Haïtiens, récupérés ailleurs aux États-Unis, ont également été immédiatement expulsés. (wola.org, 17 février)

Beaucoup de ces 20 000 déportés sont des familles — mères, pères, enfants — enchaînées pour être embarquées dans des avions et envoyées bon gré mal gré dans une Haïti qui n’est nullement prête à les recevoir, en proie à l’effondrement économique.

Le Nouvelliste, un quotidien haïtien, a rapporté le 8 mars que le DHS avait installé un bureau à Port-au-Prince, la capitale d’Haïti.

Un autre flux de migrants venant directement d’Haïti sont principalement des jeunes, des hommes et femmes qui font face à un avenir sans perspectives – même ceux qui ont une éducation. La République dominicaine, que certains ont tenté d’atteindre, renforce ses obstacles à la frontière. Les États-Unis sont une source de travail plus probable.

Un marchand côtier de bois a chaviré dans les Florida Keys le 6 mars, avec 356 Haïtiens à bord. Certains d’entre eux ont réussi à nager jusqu’à terre, où ils ont été capturés par les garde-côtes qui, le 11 mars, avaient renvoyé 200 des survivants en Haïti.

Il s’agit de la quatrième tentative à grande échelle d’atteindre les États-Unis par bateau au cours des quatre derniers mois.

Visites de diplomates américains de haut niveau

La secrétaire d’État adjointe aux conflits et aux opérations de stabilisation, Anne Witkowsky, était en Haïti du 7 au 9 mars, suivie du sous-secrétaire adjoint à la Défense, Daniel Erikson, qui s’est rendu en Haïti du 9 au 11 mars.

Alors que Witkowski a rencontré le Premier ministre haïtien Ariel Henry et sa coterie, ainsi que le directeur de la police nationale d’Haïti, elle s’est rendue en Haïti pour garder le couvercle, pour s’assurer qu’il n’y a pas d’explosion sociale qui perturberait ses intérêts impérialistes. Erikson a rencontré les dirigeants de la Garde côtière d’Haïti pour améliorer la coordination dont ils ont besoin pour arrêter le flux de boat people haïtiens.

Enlèvement, grève à l’hôpital général

Cette bannière se lit comme suit : « Non aux enlèvements, non à la violence contre les femmes »

Les statistiques sur la criminalité sont inexactes, de nombreux crimes n’étant pas signalés ou sous-estimés. Les enlèvements sont courants; et de temps en temps, des témoins notent qu’un ou plusieurs des ravisseurs portaient un uniforme de police. Press Lakay, une agence de presse en ligne, a rapporté qu’une dizaine d’enlèvements ont eu lieu vendredi 11 mars.

L’enlèvement du Dr Martial Piard de l’hôpital général de Port-au-Prince, le plus grand hôpital du pays desservant des quartiers majoritairement défavorisés, en est une illustration. Le Dr Piard est un chirurgien-dentiste et anesthésiste, connu pour utiliser son vélo au service des pauvres. Après que le personnel de l’hôpital et des militants du quartier aient bloqué les routes avec des pneus enflammés, il a été libéré sans rançon.

Son enlèvement a eu lieu à quelques pâtés de maisons du palais présidentiel.

Le personnel de l’hôpital général est en grève, exigeant que la direction rembourse les salaires et fournisse des ressources adéquates aux patients. Piard faisait partie de l’équipe des services d’urgence pendant la grève.

Workers World 17 mars 2022

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here