Les escadrons de la mort de la police kenyane bientôt en Haïti

0
174
Les manifestants brandissent des photos du chauffeur de taxi Joseph Muiruri, qui a été tué de manière extrajudiciaire aux côtés de l'avocat des droits humains Willie Kimani et de son client, à Nairobi, au Kenya, le 4 juillet 2016. Photo : Thomas Mukoya/Reuters

1ère partie

 

Les tristement célèbres « escadrons de la mort » de la police kenyane arriveront bientôt en Haïti, si Washington obtient ce qu’il veut

 

Alors que Babu Owino atterrissait à l’aéroport international Jomo Kenyatta de Nairobi, il a appelé sa femme pour lui dire qu’il était arrivé et qu’il rentrerait bientôt à la maison. Cependant, le parlementaire kenyan qui représente Embakasi Est a été rapidement menotté, les yeux bandés, jeté dans un véhicule en attente et emmené vers un lieu inconnu par la police. Ils l’ont détenu au secret pendant trois jours, privé de nourriture et d’eau, avant de le présenter à un juge après qu’une demande d’habeas corpus ait été déposée au tribunal.

« Je suis un messager », a-t-il déclaré. « Vous pouvez tuer le messager, mais vous ne tuerez jamais le message. Si me battre pour les Kenyans me coûte la vie, qu’il en soit ainsi. Depuis que je suis leader étudiant, je me bats pour les intérêts des Kenyans et je continuerai à me battre pour eux. »

La détention d’Owino n’est qu’un exemple des abus commis par la police kenyane, celle-ci encore contre un élu.

Mais Owino a eu plus de chance que de nombreux Kenyans, échappant à l’enlèvement avec sa vie. Des escadrons de la mort obscurs ayant des liens secrets avec des personnalités politiques opèrent depuis longtemps au sein de la police notoirement brutale du Kenya et ont fait des milliers de victimes.

À moins qu’elle ne soit stoppée par les tribunaux, le parlement ou les manifestants kenyans, cette terreur sera bientôt exportée vers Haïti, où Nairobi mènera, avec quelque 1 100 forces spéciales de police, une invasion organisée par les États-Unis, que le Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU) a approuvée. Le 2 octobre, avec l’abstention de la Russie et de la Chine. La force déléguée par l’ONU, si elle est déployée, sera appelée mission multinationale de soutien à la sécurité (MSS).

​            Les auteurs de la résolution 2699 du Conseil de sécurité des Nations Unies à Washington et les responsables du gouvernement kenyan ont promis d’éviter de répéter les « erreurs » de l’occupation de la MINUSTAH de 2004 à 2017, au cours de laquelle des massacres ont été perpétrés contre la population civile et des centaines d’enfants ont été violés par des soldats étrangers en toute impunité. Mais la longue histoire du Kenya, qui mène des escadrons de la mort contre sa propre population et participe à des interventions malheureuses à l’étranger, laisse présager un désastre humanitaire pour le peuple haïtien s’il se retrouve bientôt sous la botte kenyane.

Les escadrons de la mort de la police terrorisent les Kenyans

« La police kenyane est l’une des plus arriérées », explique Booker Ngesa Omole, militant du Parti communiste du Kenya (PCK). La police kenyane a tué trois membres du CPK cette année, dont un qui, selon Omole, a été exécuté à son domicile devant ses parents. «Ils constituent une force néocoloniale typique.»

En 2008, l’organisation kenyane de défense des droits humains Oscar Foundation a publié un rapport intitulé Veil of Impunity, qui révélait que plus de 8 000 jeunes auraient disparu ou auraient été exécutés depuis 2002. Le rapport faisait également état de « charniers disséminés dans tout le pays… où la plupart des disparus auraient été secrètement enterrés après avoir été exécutés de sang-froid.

Le défenseur des droits de l’homme Oscar Kamau Kingara, fondateur de la Fondation Oscar, a été abattu dans sa voiture le 5 mars 2009 après avoir donné des informations sur les escadrons de la mort kenyans au rapporteur de l’ONU, Philip Alston.

Une grande partie de ce carnage a été perpétrée par la « Kwekwe (Eagle) Squad », créée en 2007 pour lutter contre les Mungiki, une organisation nationaliste secrète qui se modèle sur les Mau Mau, qui ont mené une lutte anticoloniale dans les années 1950.

Les différends autour des élections de 2007 ont dégénéré en violences, tuant plus de 1 000 personnes et en déplaçant 500 000, selon Human Rights Watch. « Cela a dégénéré en ” État policier “avec la formation de la tristement célèbre équipe de Kwekwe”, indique le rapport de la Fondation Oscar. «À la suite d’une série de décapitations, le gouvernement a déclaré une ordonnance de tir à tuer et a ordonné à la police de procéder à des arrestations massives de jeunes, dont certains ont été retrouvés morts et jetés dans la forêt de Ngong.»

Le rôle de l’équipe de Kwekwe était «de supprimer les jeunes», la fondation des Oscars continue, et elle était «notoire pour ses actes d’enlèvement et des exécutions de jeunes innocents qui se produisent en toute impunité».

Un rapport distinct de 2008 de la Commission nationale du Kenya sur les droits de l’homme, intitulé The Cry of Blood, a compilé au moins 300 noms de victimes qui avaient été tuées ou disparues, et 200 autres qu’ils n’ont pas pu identifier.

Lorsque les groupes de défense des droits de l’homme ont commencé à effectuer des examens balistiques sur des suspects qui avaient été exécutés, la police a modifié ses méthodes de meurtre pour inclure l’étranglement, la noyade, les mutilations et les matraques, selon le rapport, accusant la police de crimes contre l’humanité.

Un rapport de 2009 du Rapporteur spécial des Nations Unies Philip Alston a constaté que «les équipes de la mort opérant sur les ordres de hauts responsables de la police» ont tué 1 113 personnes à la suite d’élections en décembre 2007.

Le fondateur de la Fondation Oscar, Oscar Kamau Kingara, et son collègue enquêteur des droits de l’homme, John Paul Oulo, ont été assassinés, en 2009, apparemment par la police, après avoir fourni des informations à Alston pour son rapport.

La même année, l’officier de police Bernard Kiriinya a été assassiné après avoir enregistré un témoignage vidéo disant qu’il avait été témoin de l’étranglement de l’équipe de Kwekwe et de piratage à mort 58 personnes. D’autres ont été empoisonnés pour éviter les enquêtes balistiques par des organisations de défense des droits de l’homme. Les corps, a-t-il dit, ont été laissés dans un parc national, à manger par des hyènes et dans une usine d’égouts.

“Tous les sous-officiers de notre équipe ont reçu 15 000 shillings (190 $) chacun et les agents ont reçu 10 000 shillings chacun en signe d’appréciation pour` `Kazi Mzuri ””, a déclaré Kiriinya, en utilisant le terme Swahili pour “bon travail. ”

En 2020, WikiLeaks a publié une lettre d’un policier kenyan alléguant que l’ancienne Première Dame Lucy Kibaki et le commissaire de police à la retraite, le général de police, Mohammed Hussein Ali ont ordonné à l’équipe de Kwekwe de tuer plusieurs politiciens éminents. Il a également tué «1 869 Mungiki et 631 voleurs suspects». Au moins une douzaine d’officiers qui ont commis les meurtres sont morts ou ont disparu, selon la lettre.

Un rapport de l’Afrique de la Nation 2021 a qualifié l’équipe de Kwekwe de «équipe d’exécution bien structurée au sein du National Police Service (NPS) accusé de l’élimination des suspects du crime».

Après la violence électorale de 2007, le Kenya a formé la commission waki pour réformer la police. En mars 2009, la police a annoncé que la redoutable équipe de Kwekwe avait été officiellement dissoute et, en mai, le président Mwai Kibaki a créé le groupe de travail national sur la réforme de la police. L’année suivante, le Kenya a adopté une nouvelle constitution, promettant la responsabilité et la réforme.

Cependant, peu de choses ont changé. Un rapport de 2016 révèle que la police kenyane a abattu plus de 1 200 personnes au cours des cinq années précédentes.

Même le rapport sur les droits du Kenya 2018 du Département d’État américain faisait état de « meurtres illégaux et politiquement motivés ; disparitions forcées; torture; des conditions de détention très dures et mettant la vie en danger », entre autres crimes, et a accusé le gouvernement de faire semblant de soutenir les réformes. « L’impunité à tous les niveaux du gouvernement demeure un problème grave, malgré les déclarations publiques du président et du vice-président. »

En 2019, le directeur des enquêtes criminelles a rencontré les familles des victimes et a promis d’enquêter sur les escadrons de la mort. Bien qu’il ait dissous la « Flying Squad » de la police, les flics tueurs ont simplement été transférés dans d’autres unités de police. Le « Quartier général du Sting Squad » et un autre escadron de la mort appelé « Unité des services spéciaux de la Direction des enquêtes criminelles » (SSU) l’ont remplacé.

Depuis la création du SSU en 2019 jusqu’en septembre 2022, Amnesty International Kenya a documenté 559 cas d’exécutions extrajudiciaires et 53 cas de disparitions forcées, reliant l’équipe à la plupart des cas.

En octobre 2022, la mascarade s’est répétée. Le SSU a été dissous, le président William Ruto déclarant que « la police a changé et est devenue des tueurs au lieu de protecteurs des Kenyans ordinaires ». Comme auparavant, les policiers tueurs n’ont pas été inculpés mais une fois de plus remaniés et affectés à différentes unités.

Des unités paramilitaires de la police kenyane appelées « Kwekwe Squad » ou « Flying Squad » ou « Special Crimes Units » ont enlevé et tué des Kenyans, principalement des habitants des bidonvilles, ces dernières années.

International Kenya s’est montrée sceptique quant à l’annonce de Ruto, affirmant que « de nombreuses autres « unités spéciales » accusées de violations graves, telles que la Flying Squad et la Kwekwe Squad, ont déjà été dissoutes sans nécessairement mettre fin aux violations. Amnesty l’a appelé à « étendre cette action à toutes les agences de sécurité et de police, y compris le Service des forêts du Kenya, le Service de la faune du Kenya, les Forces de défense du Kenya et l’Unité de police antiterroriste ».

En juillet 2019, HRW a soumis un rapport au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies indiquant que la police kenyane et les milices progouvernementales avaient tué 100 personnes lors de manifestations électorales et que la police avait exécuté de manière extrajudiciaire 21 hommes et garçons dans les quartiers pauvres de Nairobi. HRW a publié une déclaration d’accompagnement affirmant que le Kenya n’avait pas tenu ses promesses envers l’ONU.

Les États-Unis maintiennent un fort soutien au Kenya

Malgré ce bilan lamentable en matière de droits humains, Washington finance et forme massivement la police kenyane depuis des décennies.

Ce soutien a sûrement été accru dans l’accord de sécurité du 25 septembre avec le Kenya, que le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin s’est rendu à Nairobi pour signer, bien que les détails de l’accord n’aient pas encore été rendus publics.

Conformément aux plans américains, les forces militaires kenyanes ont déjà participé à des interventions militaires à l’étranger, de la Yougoslavie à la Somalie.

Ce n’est pas une coïncidence si la police kenyane est non seulement la plus brutale du continent africain, mais aussi la plus grande bénéficiaire du soutien américain. « Le Kenya est régulièrement l’un des plus grands bénéficiaires de l’aide étrangère américaine et l’un des principaux bénéficiaires de l’assistance américaine en matière de sécurité en Afrique », indique un document du Congressional Research Service de 2020. « Parallèlement à l’aide militaire gérée par le Département d’État, le ministère de la Défense a fourni plus de 400 millions de dollars en soutien [à la lutte contre le terrorisme] pour « former et équiper » le Kenya au cours de la dernière décennie. »

Un article du Wall Street Journal décrivait l’influence de l’ambassade américaine sur la police et les forces de sécurité au Kenya. “Nous avons, pour l’essentiel, le contrôle opérationnel”, a déclaré l’agent spécial de supervision Ryan Williams du Bureau de la sécurité diplomatique du Département d’État.

Ce contrôle est maintenu grâce à un système de récompense, très lucratif pour la police kenyane. « Les officiers kenyans qui obtiennent des postes dans des unités agréées bénéficient d’une formation améliorée, du prestige de travailler dans une escouade d’élite et, selon l’unité, jusqu’à deux fois leur salaire habituel. Les agences américaines fournissent des renseignements qu’elles ne partageraient peut-être pas avec la police kenyane ordinaire », explique l’article du WSJ.

“Les bénéfices de telles collaborations et partenariats sont immenses”, a commenté l’inspecteur Mike Mugo, porte-parole de la Direction kenyane des enquêtes criminelles.

En février 2020, le FBI et le Département d’État ont formé 42 policiers et agents du renseignement kenyans.

Lorsque des couvre-feux du crépuscule à l’aube ont été imposés sous prétexte de lutter contre le COVID-19, des policiers zélés en tenue anti-émeute ont lancé des gaz lacrymogènes et brutalisé les ouvriers qui attendaient un ferry pour rentrer chez eux après le travail, deux heures avant le début du couvre-feu du soir. Les bidonvilles et les marchés informels confinés ont subi des abus similaires alors que les travailleurs imploraient grâce.

Ceux qui enfreignaient le couvre-feu étaient victimes de brutalités, quelle qu’en soit la raison. La police a battu à mort le chauffeur de taxi-moto Hamisi Juma Mbega, qui emmenait une femme enceinte à l’hôpital après le couvre-feu. Ils ont tué trois autres chauffeurs de taxi-moto qui protestaient contre l’arrestation d’un collègue pour non-port de masque.

Yasin Hussein Moyo, 13 ans, se tenait sur le balcon de sa maison lorsqu’il a été abattu par la police alors qu’il effectuait une patrouille après le couvre-feu. Alors que la police a insisté sur le fait que Moyo n’était pas visé et qu’elle avait été touchée par une balle perdue, elle a tué au moins 24 manifestants anti-confinement sans fournir une telle justification.

Deux frères, Benson Njiru Ndwiga, 22 ans, et Emmanuel Mutura Ndigwa, 19 ans, ont disparu en garde à vue pendant le couvre-feu et ont été retrouvés deux jours plus tard dans une morgue.

Au total, 167 personnes ont été tuées ou disparues en 2020, selon le rapport annuel Missing Voices.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here