L’Église Épiscopale d’Haïti se démarque du père Frantz Cole

0
148
Le Révérend père Frantz Cole écroué suite à son implication présumée dans le cadre de l’affaire de cargaison d’armes et de munitions saisie à la douane de Port-au-Prince au nom de l’Église Épiscopale d’Haïti

Suite au dossier qui faisait la une de l’actualité nationale, à savoir un container arrivé au port de Port-au-Prince le 14 juillet 2022 en franchise, au nom de l’église épiscopale d’Haïti (EEH), les autorités policières, après l’arrestation de Mme. Gina J. L. Rolls, le « broker » (courtier) qui devait recevoir au nom de l’Eglise ce container, avaient invité certains responsables à se présenter pour informations les concernant.

À l’intérieur du container on avait trouvé en plus de18 armes automatiques dont 6 AK-47, des Galil et des M-4, un fusil calibre 12, quatre à six armes de poing, presque 20 000 cartouches et120 chargeurs d’armes de différents calibres.

Alors que le père Frantz Cole boudait les convocations de la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ), le Président du Comité Permanent de la Congrégation de l’Eglise Épiscopale d’Haïti, en l’occurrence le révérend père Jean Madoché VIL a, le mardi 16 août dernier, décidé volontairement de répondre à une invitation du Bureau des Affaires Economiques et Financières (BAFE) de la DCPJ.

le père Cole a été déchargé par l’Eglise Épiscopale d’Haïti de toutes ses responsabilités

Le même jour pour faciliter la tâche de la justice, le père Cole a été déchargé par l’Eglise Épiscopale d’Haïti de toutes ses responsabilités comme Secrétaire exécutif diocésain et prêtre en charge de la Paroisse Notre Dame de l’Annonciation à Bolosse.

Ainsi le lendemain 17 août 2022, le dos au mur, le père Frantz Cole, membre de la Congrégation de l’Eglise Épiscopale d’Haïti s’est finalement rendu malgré lui, car, il faisait l’objet d’un mandat d’amener et d’une mesure d’interdiction de départ émis par le Parquet de Port-au-Prince à son encontre. Et juste, après son audition qui a duré plus de cinq heures d’horloge, en présence du révérend père Ricot Geffrard,  Cole a été retenu.

Armes et munitions saisies à la douane de Port-au-Prince au nom de l’Église Épiscopale d’Haïti

Sans doute, il est présumément inculpé pour trafic d’armes et de munitions, contrebande, fraude fiscale, évasion fiscale, enrichissement illicite et blanchiment d’avoirs dans le cadre de la cargaison d’armes à feu et de munitions arrivé à la douane aux bons soins de son église.

A cet effet, l’Eglise Épiscopale d’Haïti qui mordicus ne voulait pas s’associer à cette affaire d’importations avait catégoriquement dénoncé qu’elle n’avait commandé aucune arme et que les containeurs à la douane de Port au Prince ne lui appartiennent pas.

Le père Frantz Cole est seul sur sa croix au centre de détention de la DCPJ.

Ainsi, le comité permanent de l’Église Épiscopale dans un communiqué publié le 19 août d’Haïti portant les signatures du Révérend Jean Madoché Vil, président du comité Permanent; Micar Dejardin , secretaire ; Révérend Père Samuel Saint Louis, membre et Flairadieu Jules, membre, se démarque du père Frantz Cole en prenant une position claire qu’elle clarifie en ces termes : « La position de l’Eglise sur cette question est une question de principe »,  L’EEH est et demeure «  un livre ouvert »  et “seule la vérité compte”.

Pour couronner le tout », elle informe que : « L’avocat de l’Eglise Episcopale d’Haïti (personne morale) n’assurera la défense d’aucune personne physique, quelle qu’elle soit, poursuivie à tort ou à raison, dans le cadre de cette affaire. L’Eglise formule le vœu que les droits du père Frantz Cole garantis par la constitution de la République d’Haïti, les conventions internationales ratifiées par Haïti et les lois haïtiennes seront respectées »

Elle ajouta comme « L’Eglise Episcopale d’Haïti n’est impliquée dans aucun trafic illégal d’armes à feu ou de munitions ni aucun trafic de franchise renouvelle sa ferme détermination à se porter partie civile dans tout procès » c’est-à dire elle pourrait poursuivre également celui qui a commis cette forfaiture au nom de l’église.

Pour une fois, l’Eglise Épiscopale d’Haïti n’est pas prête ni à aider, voire pardonner, ni à confesser les péchés de l’accusé qui n’est pas n’importe qui, un prêtre de sa congrégation. Le père Frantz Cole est seul sur sa croix au centre de détention de la DCPJ.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here