Avant la marche du 6 août, nous appelons à l’unité contre le racisme et le fascisme !

0
70
Nous sommes les travailleurs, dominicains et haïtiens, qui portons le fardeau des capitalistes exploiteurs et de ce gouvernement corrompu et oppressif.

Déclaration de diverses organisations

Le 6 août, des dizaines de militants de droite d’horizons divers ont défilé sur le Paseo El Conde en direction du Parque Independencia. Participaient à l’appel des partis corrompus traditionnels tels que le PLD, Fuerza del Pueblo, PRSC, FNP et PQDC, ainsi que des fondamentalistes religieux catholiques et évangéliques, ainsi que des personnalités médiatiques et des influenceurs d’extrême droite, tous dirigés par l’Institut Duartiano, une institution kidnappée par des extrémistes de droite et transformée en antre de complot anti-démocratique. Le PRM a également participé, par l’intermédiaire du maire de La Vega, Kelvin Cruz, qui est également le premier secrétaire national adjoint du parti.

Mobilisation contre le racisme et le fascisme à la République voisine

Selon le manifeste « patriotique » lu par le président de l’Institut Duartian à la fin de l’événement, il y aurait un complot international pour imposer une émigration haïtienne massive vers la République dominicaine, ce qui mettrait l’existence même du pays en danger. . C’est le même schéma du soi-disant «remplacement de la population», une théorie du complot raciste qui a récemment inspiré des massacres et des actes terroristes aux États-Unis. Il est très grave que le gouvernement ait directement et indirectement soutenu une marche de secteurs extrémistes qui propagent des théories du complot très similaires à celles utilisées par le terrorisme suprématiste blanc aux États-Unis et en Europe.

Les leaders de la marche ont également exprimé leur soutien aux politiques racistes et xénophobes du gouvernement Abinader. Ils l’ont imité en sommant les puissances impérialistes d’intensifier leur intervention dans les affaires intérieures d’Haïti ; ils ont répété les slogans du gouvernement selon lesquels la République dominicaine ne peut pas supporter Haïti et qu’il ne peut y avoir de “solution dominicaine à la crise haïtienne”, et ils ont explicitement soutenu les mesures politiques internes dominicaines telles que les déportations massives de travailleurs immigrés haïtiens, la régularisation des immigrants et la non-délivrance de visas dans les consulats dominicains en Haïti, la construction du mur frontalier et la poursuite de la politique de dénationalisation des Dominicains d’origine haïtienne.

En pratique, le gouvernement de Luis Abinader et le PRM mènent la politique raciste et xénophobe réclamée par l’extrême droite. Dans la semaine précédant la marche, des agents répressifs ont brutalement assassiné deux jeunes Haïtiens, à Valverde et Pedernales. La politique gouvernementale a pour conséquence que ces types de crimes sont commis de plus en plus fréquemment et qu’il n’y a pas de sanctions exemplaires pour les meurtriers. Nous rejetons ces crimes odieux et le soutien officiel du gouvernement à la soi-disant « marche patriotique ».

Une marche raciste ne peut pas être patriotique, dans un pays où environ 90% de la population est d’ascendance africaine, ou une marche d’organisations qui s’opposent aux droits des femmes, qui représentent la moitié de la population dominicaine. Il n’y a rien non plus de patriotique à s’opposer aux droits de la communauté LGBT. Mais en plus de cela, ce fut aussi une mobilisation menée par des secteurs qui ont traditionnellement été le fer de lance de l’ingérence de l’impérialisme américain dans notre pays. Il était dirigé par les héritiers politiques du Trujillismo et du Balaguerismo, dictateurs pro-Yankee, et les héritiers politiques de ceux qui ont directement joué un rôle anti-patriotique en soutenant l’invasion américaine de 1965, comme c’est le cas des Vinchos et des Wessin. En plus des politiciens de partis corrompus qui ont pillé, détruit et livré ce pays aux capitales impérialistes, qui ont favorisé le pillage des méga-mines, l’endettement étranger, l’absence de liberté syndicale et les exonérations fiscales pour les transnationales.

Les leaders de la marche ont également exprimé leur soutien aux politiques racistes et xénophobes du gouvernement Abinader.

La grave crise qui punit le peuple frère d’Haïti est une conséquence de l’intervention impérialiste, puisqu’il a été occupé pendant 14 ans par la Minustah. Il ne sera pas résolu avec plus d’intervention des États-Unis, de la France et du Canada, mais plutôt en respectant le droit du peuple haïtien à l’autodétermination et avec la solidarité internationale de peuple à peuple, exigeant le paiement de réparations aux États-Unis et à la France pour leurs crimes contre ce pays et l’annulation de la dette extérieure d’Haïti.

C’est un gros mensonge de dire que la République dominicaine porte Haïti. Au contraire, c’est le seul pays avec lequel la République dominicaine a un important excédent commercial. Les travailleurs immigrés haïtiens génèrent de la richesse avec leur travail dans notre pays et sont souvent surexploités, recevant beaucoup moins que ce qu’ils contribuent. Nous sommes les travailleurs, dominicains et haïtiens, qui portons le fardeau des capitalistes exploiteurs et de ce gouvernement corrompu et oppressif.

Ce ne sont pas des travailleurs haïtiens qui font des affaires corrompues avec le gouvernement, ni ceux qui emmènent des millions de dollars dans des paradis fiscaux, ni ceux qui bénéficient d’exonérations fiscales dans les zones franches et les chaînes hôtelières. Ce ne sont pas les propriétaires des AFP et des ARS qui volent le peuple dominicain, ce ne sont pas ceux qui imposent des salaires de misère et empêchent la formation de syndicats indépendants, ni ceux qui élaborent des lois misogynes et homophobes.

Nous exigeons que le bureau du procureur général enquête et punisse l’utilisation du financement public par l’Institut Duartian, qui est une dépendance de l’État, pour inciter à la haine raciste, en violation flagrante de ses statuts et lois. Nous appelons les organisations démocratiques, syndicales, populaires, féministes et de gauche à organiser une mobilisation qui exprime le sentiment du peuple dominicain qui ne soit ni raciste ni fasciste.

Marchons dans l’unité, nous qui voulons une République dominicaine sans racisme, sans xénophobie, sans fascisme, avec des droits et avec dignité. #UnidadContraElRacismoRD.

Signatures

Movimiento Socialista de Trabajadoras y Trabajadores (MST)

Instituto Caribeño de Pensamiento e Investigación Descolonial (INCAPID/GLEFAS)

Coordinación Militancia Revolucionaria Socialista

Mujeres Socio Políticas Mamá Tingó

Conexión Intercultural por el Bienestar y la Autonomía La Ceiba

Movimiento Caamañista

Comité por la Unidad y los Derechos de la Mujer (CUDEM)

We Are All Dominican

RDEsdeTodes

Movimiento Reconocido

Aquelarre

Grupo de Jóvenes Batey Los Jovillos

Junta de Prietas

Asociación de los profesionales integrados para el desarrollo de Haití (ASOPIDH)

Tertulia Feminista Magaly Pineda

Foro Feminista Magaly Pineda

Compxs de la Diáspora

Núcleo de Apoyo a la Mujer (NAM)

 

Movimiento Socialista de Trabajadoras y Trabajadores de la República Dominicana

17 Août 2022

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here