L’échec de Biden à mettre fin à la guerre de Trump contre Cuba

0
70
Barack Obama visitant Raúl Castro à Cuba

Imaginez un pays qui développe et produit ses propres vaccins contre le virus Covid-19, suffisamment pour couvrir l’ensemble de sa population, mais ne peut pas vacciner tout le monde faute de seringues. Cette situation absurde est réelle et Cuba va bientôt y faire face. Cuba a déjà vacciné environ 2 millions de ses 11 millions d’habitants et espère faire vacciner 70% de la population en août. Des millions d’aiguilles.

Cela n’a pas beaucoup de sens qu’un pays aussi avancé en biotechnologie et en produits pharmaceutiques ait du mal à stocker des seringues. Cette réalité est la conséquence de ce qui constitue une guerre économique aux États-Unis, ce qui rend extrêmement difficile pour Cuba d’acquérir des médicaments, des équipements et des fournitures auprès de vendeurs ou de transporteurs qui font des affaires aux États-Unis ou avec les États-Unis. Les seringues sont rares à l’échelle internationale, donc aucune entreprise ne veut s’impliquer dans les exigences bancaires et de licence complexes imposées par le gouvernement des États-Unis sur les transactions avec Cuba. 

L’ironie est que les réalisations de Cuba en matière de soins de santé sont un modèle et un avantage démontrable pour le monde entier, quelque chose que les États-Unis devraient soutenir. C’est un pays qui développe son économie par la santé et l’éducation, un projet qui a débuté il y a 60 ans avec des campagnes d’alphabétisation et de santé dans les zones rurales. Le système de santé publique de Cuba a permis de surpasser une grande partie du monde en termes d’espérance de vie, de mortalité infantile et, plus récemment, de statistiques sur les pandémies par habitant.

    Au début de la pandémie, l’industrie biotechnologique cubaine a agi rapidement pour produire des traitements et développer des vaccins contre le Covid-19. Dans le même temps, des médecins, des infirmières et d’autres professionnels de la santé cubains ont été déployés dans plus de 40 pays pour lutter contre la pandémie en première ligne, aidant les populations pauvres et nécessiteuses du monde à surmonter le pire de la crise. Pour Cuba, la santé n’est pas seulement un droit de son propre peuple ; c’est un droit qui doit être défendu et partagé avec tous les peuples.

La Maison Blanche a clairement indiqué que l’amélioration des relations entre Cuba et les États-Unis, et avec eux, la vie quotidienne du peuple cubain, n’est pas une priorité.

Lorsque les administrations de Barack Obama et Raúl Castro ont tracé une nouvelle voie pour les relations diplomatiques entre Cuba et les États-Unis, il y avait de l’espoir que la fin de l’embargo était à l’horizon. Le président Obama s’est engagé avec le gouvernement cubain à établir des relations diplomatiques complètes, à assouplir les restrictions sur les voyages et les envois de fonds, à retirer Cuba de la liste des États parrainant le terrorisme et à accroître les exportations américaines vers le pays.

Tous ces progrès ont été annulés par l’administration Trump, qui a resserré les sanctions contre Cuba au milieu de la pandémie. En outre, il a fait pression sur les alliés des États-Unis en Amérique latine, en particulier le Brésil et la Bolivie, pour expulser les médecins cubains. Il ne fait aucun doute que ces décisions coûtent des vies.

Le premier jour de la nouvelle administration, le président Biden a publié une directive sur la sécurité nationale appelant à un examen de l’impact des sanctions en réponse à la pandémie, dans le but d’apporter un soulagement. Les espoirs d’une politique américaine sensée envers Cuba ont été ravivés. Aujourd’hui, près de six mois après l’administration Biden, les politiques de « pression maximale » de l’ère Trump restent en vigueur. La Maison Blanche a clairement indiqué que l’amélioration des relations entre Cuba et les États-Unis, et avec eux, la vie quotidienne du peuple cubain, n’est pas une priorité. L’espoir se transforme rapidement en indignation parmi les citoyens américains et cubains qui ont cru aux promesses de Biden d’inverser la politique de menaces, d’ingérence dans les affaires intérieures et d’obstruction de l’accès aux besoins humains fondamentaux de l’administration Trump.

En vertu du droit international, l’embargo américain sur Cuba est illégal.

L’administration Biden fait face à une pression croissante du Congrès pour prendre des mesures décisives et nous faire avancer vers la paix et des relations amicales avec Cuba. En mars, 80 représentants du Congrès américain ont envoyé une lettre au président l’exhortant à renverser la politique de l’administration Trump. Plus de 100 organisations, de l’Organisation américaine de santé publique à Amnesty International, ont fait une demande similaire à Biden. Au niveau local, des militants ont organisé des caravanes mensuelles dans plus d’une douzaine de villes pour exiger la fin de l’embargo. Les organisations de la société civile et les mouvements sociaux ont collecté plus de 400 000 $ pour envoyer des seringues à Cuba. 

Si les droits de l’homme doivent être un pilier fondamental de la politique américaine, comme l’a récemment déclaré un porte-parole de la Maison Blanche, l’embargo doit cesser. Il s’agit d’une politique qui attaque et blesse sans discrimination les civils. Il s’agit d’une violation systématique des droits de l’homme à grande échelle.

Les discours éloquents du secrétaire d’État Antony Blinken sur un ordre international fondé sur des règles sonnent faux lorsqu’il s’agit de la politique américaine à l’égard de Cuba. En vertu du droit international, l’embargo américain sur Cuba est illégal. Depuis 1991, l’Assemblée générale des Nations Unies tient un vote annuel pour adopter une résolution appelant à la levée de l’embargo. Chaque année, les États-Unis se retrouvent isolés, car presque tous les pays du monde votent en faveur de cette résolution. Cette année n’a pas été différente : le vote du 23 juin a montré 184 nations contre l’embargo, avec seulement les États-Unis et Israël en faveur.

  S’il veut vraiment faire preuve de leadership mondial, Biden doit renverser une politique qui isole les États-Unis, pas seulement Cuba. Plutôt que de suivre la voie belliqueuse de Trump, il devrait reprendre les efforts d’Obama vers la normalisation. Il doit applaudir et faciliter la promesse de Cuba de produire 100 millions de doses de ses vaccins, qu’il partagera avec le monde. Alors que la pandémie continue de dévaster les pays du Sud, le monde a besoin de la coopération des États-Unis avec Cuba, et non de la confrontation.

Résumé latino-américain 5 juillet 2021

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY