Le travail forcé dans l’industrie sucrière : un crime d’État

1
182
Un travailleur haïtien de l'industrie sucrière dominicaine

Dans un communiqué de presse daté du 19 juillet 2022, le chef de la commission des voies et moyens du Congrès des États-Unis, Earl Blumenauer, et Dan Kildee, coprésident du groupe parlementaire sur le sucre, ont rapporté qu’une commission d’enquête avait trouvé des preuves de travail forcé dans l’industrie sucrière dominicaine. Les membres du Congrès ont noté les terribles conditions de vie et de travail dans les bateys, en particulier dans le centre de Romana, propriété de la famille cubano-américaine Fanjul, et qu’une “culture de la peur imprègne l’industrie, où les superviseurs de l’entreprise, les gardes armés et les fonctionnaires d’un syndicat non représentatif surveille les travailleurs aussi bien dans les champs de canne que dans les bateys. Ils ont mentionné que les travailleurs avaient été menacés de ne pas parler à la commission parlementaire.

Ils ont ajouté qu’il y a plus de 135 000 Dominicains d’origine haïtienne qui ont été dénationalisés par l’État dominicain et que le statut d’immigration de milliers de travailleurs de l’industrie sucrière qui sont dans le pays depuis des décennies n’a pas été régularisé, ce qui les rend vulnérables aux abus du travail et au travail forcé. Mais contrairement à toutes leurs plaintes, les membres du Congrès ont exprimé leur soutien au gouvernement Abinader, à qui ils ont attribué des intentions de réforme et une prétendue déclaration selon laquelle l’économie ne progressera pas si les droits des travailleurs ne sont pas reconnus. Ils ont même évoqué une prétendue lutte contre la corruption et appelé l’administration Biden à continuer de renforcer ses liens avec Abinader.

Les conditions de travail inhumaines de l’industrie sucrière dominicaine

En bref, les membres du Congrès n’ont rien découvert qui n’ait été dénoncé depuis des décennies par les militants et les défenseurs des droits de l’homme, rien qui ne soit largement connu à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Comme beaucoup d’autres commissions américaines dans le passé, elles ont reconnu que le travail forcé persiste dans l’industrie sucrière au détriment des travailleurs haïtiens et dominicains d’origine haïtienne, mais elles ont soutenu le même gouvernement qui impose ces conditions de surexploitation, main dans la main avec les Américains, exploiteurs comme les Fanjul, propriétaires de Central Romana.

Historiquement, le gouvernement américain a été complice et promoteur des abus de main-d’œuvre dans l’industrie sucrière dominicaine, depuis la première invasion américaine il y a un siècle. Depuis 2011, une plainte a été déposée par le prêtre catholique Cristopher Hartley auprès du Département américain du travail pour travail forcé dans l’industrie sucrière dominicaine, en violation des termes de l’accord de libre-échange DR-CAFTA, mais aucune sanction n’a été imposée. Depuis 2013, des commissions sont envoyées pour vérifier les conditions de travail. Malgré les déclarations hypocrites et contradictoires résultant de ces visites, les capitalistes du sucre en République dominicaine continuent de bénéficier du plus grand quota d’importation avec des tarifs préférentiels aux États-Unis. Les exportations de sucre brut de la République dominicaine ont atteint 113 millions de dollars en 2020. Plus des deux tiers des importations américaines de sucre à droit préférentiel en provenance de la République dominicaine ont été fournies par Central Romana.

Le lobby corrompu du sucre, qui verse plus de 10 millions de dollars par an aux partis républicain et démocrate, en plus des intérêts géopolitiques de l’impérialisme américain, qui entretient une relation de domination semi-coloniale avec la République dominicaine, maintient inchangés les privilèges commerciaux des entreprises de la République dominicaine qui exportent du sucre aux États-Unis.

Des rapports révèlent la complicité des États-Unis

En 2021, le scandale des Pandora Papers a révélé que le président Luis Abinader avait une fortune millionnaire dans des paradis fiscaux pour payer moins d’impôts et cacher des liens commerciaux, et que les paradis fiscaux aux États-Unis sont la destination de fortunes produites avec du travail semi-esclave dans l’industrie du sucre dominicain comme c’est le cas avec l’héritage familial du politicien raciste et ancien cadre de Central Romana, Carlos Morales Troncoso.

Un rapport primé de Mother Jones et Reveal a montré que la raffinerie de sucre ASR Domino à Baltimore traite le sucre brut expédié par Central Romana, quelque deux cents millions de livres par an, et fournit du sucre raffiné à des marques comme Hershey. Ainsi, l’industrie américaine de la confiserie devient complice et bénéficiaire de l’activité des grands magasins sucriers qui exercent un contrôle territorial paramilitaire dans de vastes régions de la République dominicaine, fonctionnant comme un État dans l’État. Ni les entreprises ni l’État ne versent de pensions aux planteurs de canne, bien qu’ils aient déduit leurs cotisations sociales pendant des décennies. Les travailleurs reçoivent environ trois dollars par tonne de canne coupée, sont exposés à des produits agrochimiques mortels sans protection adéquate, sont soumis à des expulsions violentes et arbitraires dans les bateyes et se voient même refuser la possibilité d’avoir des cultures de subsistance sur les terres où ils vivent de manière précaire, généralement sans services d’électricité et d’eau.

Des enfants des travailleurs haïtiens dans les bateys

En novembre, Central Romana a expulsé quelque 230 personnes du Batey Hoyo de Puerco et l’a démoli, peu avant la visite d’une commission gouvernementale américaine. En octobre, les démocrates du comité des voies et moyens avaient demandé à Biden d’enquêter sur la traite des êtres humains, le travail forcé et le travail des enfants, les conditions de travail dangereuses et d’autres violations du travail dans l’industrie sucrière de la République dominicaine. Tel est le cadre des visites les plus récentes des commissaires du Congrès américain, qui ne sont cependant pas nouvelles et n’ont rien changé en plus d’une décennie d’enquêtes présumées.

Politiciens et hommes d’affaires racistes pour la défense du semi-esclavage

Les capitalistes du sucre et leurs politiciens ont rapidement répondu à Blumenauer et Kildee. Central Romana Corporation du cubano-américain Fanjul, le Consortium sucrier des entreprises industrielles de la famille oligarchique dominicaine Vicini et le Consortium central du sucre sous le pouvoir des capitalistes dominicains et guatémaltèques, ont publié une publicité payante prétendant se conformer aux “indicateurs des droits de l’homme” de l’ONU et de l’OIT et mener “d’importantes actions de responsabilité sociale qui se reflètent dans les conditions de vie de son personnel agricole”. “Nous sommes heureux de savoir que la délégation du Congrès américain partage nos mêmes intentions, avec le gouvernement dominicain, de protéger les droits des travailleurs agricoles”, ajoutent-ils avec cynisme. Au-delà de la maladresse, du cynisme et de la nervosité qu’elle reflète, la déclaration montre également que ces entreprises bénéficient de l’impunité accordée par le gouvernement et du silence complice des médias privés nationaux.

Des sénateurs de droite ont également pris la défense de la surexploitation. Bautista Rojas Gómez de la Force populaire s’est plaint d’un prétendu “manque de respect pour la souveraineté” et a déclaré qu’il n’avait pas “une attitude esclavagiste” (sic). José del Castillo du PLD a  échafaudé une théorie du complot en parlant d’un “agenda… contre le pays” qu’il a attribué aux concurrents latino-américains et asiatiques pour le quota de sucre dominicain aux États-Unis, mais sans mentionner aucune entreprise ou pays, et d’un prétendu intérêt à éliminer les quotas d’importation dans ce pays. En réalité, l’industrie américaine profite de l’importation à bas prix avec des tarifs préférentiels. La sénatrice Ginette Bournigal du parti au pouvoir PRM, est allée plus loin et en plus de nier la surexploitation dans l’industrie sucrière, elle a également nié qu’il y ait des apatrides en République dominicaine. Bournigal est connue pour son fanatisme antidémocratique : elle a proposé un projet de loi pour renommer le téléphérique de Puerto Plata après le dictateur Joaquín Balaguer. Le leader du PLD, Domínguez Brito, ancien ministre du Travail, a assuré que le travail forcé n’existe dans aucune branche de l’économie dominicaine. En fait, l’existence du travail forcé est documentée non seulement dans l’industrie sucrière, mais aussi dans la construction, le commerce, le travail domestique et divers secteurs agricoles du pays.

C’est l’heure de la solidarité

En février de cette année, Abinader a décrété une augmentation du salaire minimum pour les travailleurs agricoles de l’industrie sucrière. Le Mouvement des travailleurs socialistes (MST) et l’Union des travailleurs de la canne (UTC) ont averti que le décret ne profiterait pas à la majorité des travailleurs, qui dépendent de paiements à la pièce par tonne de canne coupée. Dans le même sens, ils ont exigé que le paiement par tonne soit porté à au moins 580 pesos (équivalent à près de 11 dollars par tonne, actuellement un peu plus de 3 dollars par tonne sont payés). « La lutte contre le semi-esclavage, la précarité et la surexploitation, pour des salaires décents, la liberté d’association, les retraites, l’accès à la santé, un logement décent et une journée de travail de 8 heures se poursuit. Actuellement, les journées de travail peuvent aller jusqu’à 14 heures… Avec la solidarité du mouvement ouvrier dominicain, caribéen et américain, ainsi que des mouvements antiracistes, il est possible d’obtenir de plus grandes réalisations de ce gouvernement », ont-ils exprimé dans un communiqué conjoint.

Mais Abinader ne s’est pas limité à des mesures fantaisistes de relations publiques. Il est également passé à l’offensive, suspendant le paiement de 379 pensions aux travailleurs retraités de la canne à sucre haïtiens qui avaient obtenu la reconnaissance de ce droit sous les gouvernements précédents.

En novembre de l’année dernière, le MST a exigé « la confiscation de la fortune de Morales Troncoso et qu’elle soit utilisée pour verser des indemnités aux travailleurs de la canne et aux communautés des bateyes… (que le gouvernement des États-Unis) cesse sa complicité avec le semi-esclavage dans l’industrie sucrière dominicaine, conditionnant la continuité du quota d’importation de sucre à un taux préférentiel au respect des droits de l’homme, de la liberté d’association et des droits du travail des producteurs de canne à sucre et des autres travailleurs de l’industrie sucrière ».

Dans la situation actuelle, l’attention internationale s’est à nouveau focalisée sur les conditions de travail inhumaines de l’industrie sucrière dominicaine. Malheureusement, les secteurs du centre-gauche dominicain présents au Congrès n’ont pas profité de leurs espaces de représentation pour amplifier les dénonciations des travailleurs haïtiens de l’industrie sucrière et des dominicains d’origine haïtienne.

Cependant, il y a une unité d’action croissante entre les organisations antiracistes dominicaines et la diaspora haïtienne qui, en coordination avec les organisations de travailleurs de la canne à sucre telles que l’UTC, ainsi que les organisations syndicales, antiracistes et de gauche des États-Unis. Les États et d’autres pays, peuvent promouvoir une campagne internationale de solidarité avec les travailleurs de l’industrie sucrière, pour des salaires décents, la liberté d’association, la sécurité sociale, la régularisation des migrations, l’accès à la santé et à l’éducation, la restitution de la nationalité dominicaine aux travailleurs dominicains d’origine haïtienne dénationalisés en 2013, entre autres exigences. Un effort ayant ces caractéristiques peut, avec la lutte des travailleurs de l’industrie sucrière, vaincre l’exploitation semi-esclave.

Mouvement socialiste des travailleurs de la République dominicaine
30 Juillet 2022

 

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here