Le SDP veut-il installer le juge Mécène?

0
393
Le Secteur démocratique et populaire (SDP) selon l’article 2 de l’accord de Musseau, va-t-il cette fois-ci essayer d’installer son président de la Transition, le fameux juge Mécène Jean-Louis

Le dimanche 16 janvier 2022, le Secteur démocratique et populaire (SDP) a organisé une rencontre à Kenscoff dans le cadre d’évaluer avec ses membres l’application de l’accord du 11 Septembre. Au cours de cette réunion, les acteurs n’ont pas manqué de réfléchir sur la date butoir du 7 février qui arrive à grand pas. Cette fois-ci, ce n’est pas pour demander le départ de Jovenel Moise comme il avait été le cas juste avant le 7 février 2021, mais pour la mise en place d’un président provisoire de transition.

Au cours de cette réunion, le SDP réfléchit à l’application de l’article 2 de l’accord de Musseau prévoyant l’installation d’un exécutif bicéphale à partir du 7 février 2022. Pour cela, il projette de mobiliser ses troupes au cours de la période allant du 27 janvier au 7 février 2022 qu’il baptisera de « Réveil Populaire ».

La bande à André Michel et Nènèl Cassy du SDP se mobilise également dans la perspective du 7 février 2022

La bande à André Michel, Nènèl Cassy et Marjorie Michel dit décider de rencontrer d’autres signataires de l’Accord du 11 septembre pour organiser, avant le 31 janvier 2022, une assise autour de la mise en œuvre de l’Accord, notamment son article 2, dans la perspective du 7 février 2022. Sans doute pour installer cette fois-ci leur président provisoire de la Transition, le fameux juge Mécène Jean-Louis et Ariel Henry lui-même restera à son poste de Premier ministre.

Fritz Jean candidat à la présidence de la transition

A moins que la stratégie américaine ait changé sinon le SDP ne devrait pas ignorer complètement la totalité du projet américain, tel que l’avait indiqué l’ambassadeur Pamela White.

On peut clairement remarquer, qu’il y ait un abime de contradictions entre le SDP et le locataire de la Primature. Leur résolution n’a pas manqué de critiquer le Premier ministre, « le secteur démocratique et populaire dénonce et condamne avec fermeté la violation systématique de l’Accord du 11 septembre 2021 par le Premier Ministre Ariel HENRY qui, selon lui, s’arrange à en faire une application partiale visant ses intérêts inavoués ou inavouables, rejetant par ainsi les revendications du peuple haïtien au cours des dix dernières années ».

Edgar Leblanc candidat à la présidence de la transition

Une autre constatation a été faite le lundi 10 janvier, quand le SDP constatait la fin de mandat du tiers du Sénat, alors que la Primature ne l’a pas suivi sur ce chemin. Cela montre que même quand il y a un accord entre le SDP et le dirigeant de Uniforce Ariel Henry, le vrai patron c’est Washington qui impose ses décisions.

C’est dans cette optique qu’il faut comprendre la dernière sortie de Ariel Henry au sujet du 7 février de façon à mettre en garde les principaux candidats à la présidence de la transition. Le Premier ministre reste attaché au projet initial, puisque le 17 janvier 2022, lors de la cérémonie l’installation d’Emelie Prophète à la tête du ministère de la Culture et de la Communication, il a laissé entendre : «  le prochain locataire du palais national sera un président élu librement et démocratiquement par la majorité du peuple haïtien. […] Dans le contexte actuel, je tiens à rappeler aux uns et aux autres, qu’il n’existe aucun moyen légal ou constitutionnel pour choisir un président provisoire légitime. Personne n’a une telle autorité.  Certains sont tentés par le recours à la violence ou à l’élimination physique de responsables d’Etat »

Ariel ajouta ensuite : « Le temps n’est pas aux querelles de chapelle ni aux luttes fratricides pour la conquête d’un pouvoir éphémère. Dans cette conjoncture difficile, nous ne pouvons pas nous engager dans le jeu de chaises musicales à la tête de l’État ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here