Le néolibéralisme explose en Colombie

0
120
Le néolibéralisme tue

L’Amérique latine ne trouve pas la paix. Depuis la fin de nos processus d’indépendance dans les premières décennies du XIXe siècle, nous avons déjà connu deux cents ans de mobilisations, de protestations, de luttes et de rébellions dans des républiques construites sur les bases économiques et politiques de l’exclusion sociale, de la pauvreté généralisée, de l’exploitation du travail, de la concentration des richesses et du pouvoir aux mains de minorités.

La démocratie reste un rêve à conquérir. Et dans les dernières décennies du XXe siècle, les héritages non résolus du passé ont été rejoints par la montée du néolibéralisme comme modèle d’économie d’État dans tous les pays de la région. Il existe suffisamment de données, d’études et de recherches qui montrent à quel point le néolibéralisme latino-américain a été désastreux, de sorte qu’il est bien connu que les économies de libre marché et d’entreprise privée, bien qu’elles aient apporté la modernisation capitaliste, l’ont fait sur la concentration de richesse la plus polarisée de l’histoire de la région, pendant qu’à l’autre pôle les conditions de vie de la majorité sociale et leurs conditions de travail se sont détériorées. Le néolibéralisme a exacerbé les conflits sociaux, a alimenté la « culture du privilège » (CEPALC) et a entravé la paix, la démocratie, la liberté sociale et le bien-être.

L’entrée en scène du coronavirus a rencontré non seulement une grande majorité de pays dominés par des gouvernements conservateurs, reproduisant des économies néolibérales, mais aussi des États désarmés par le manque de ressources pour faire face à un problème de santé universel, car, sous les slogans de « réduction » et de « retrait » de l’État, les investissements dans la médecine, les infrastructures et les services publics ont été réduits.

Dans ce cadre historique général, la réforme fiscale que la Colombie voulait imposer à la fin du mois d’avril 2021, avait pour but de récolter environ 6 800 millions de dollars comme ressources pour l’État, mais en augmentant la TVA à 19% pour les produits de base, l’essence, l’électricité et le gaz, en plus de l’extension de l’impôt sur le revenu pour les classes moyennes et les travailleurs. En revanche, depuis 2019, les impôts ont été réduits voire supprimés pour les grandes entreprises qui, à leur tour, ont accumulé l’année dernière des millions de dollars de bénéfices.

La Colombie est l’un des pays les plus inégalitaires d’Amérique latine, qui est la région la plus inégalitaire du monde (CEPALC).

Les dépenses en armes et équipements pour les forces armées et la police n’ont pas manqué, dans un pays stratégique pour les intérêts de sécurité continentale des États-Unis, qui ont installé plusieurs bases militaires sur ce territoire. La violence historique en Colombie, qui présente des caractéristiques uniques en Amérique latine, et qui provoque l’assassinat quotidien d’au moins un militant ou leader social, ainsi qu’une série de violations des accords de paix avec les FARC (2016) et couplée au néolibéralisme maintenu depuis des décennies, ainsi qu’une mauvaise gestion du Covid, ont fait augmenter les chiffres structurels de l’inégalité : 14,2% de chômage, 47% de sous-emploi, 42,5% de la population dans la pauvreté et 15,1% dans l’extrême pauvreté, tandis que 54% des ménages sont en situation d’insécurité alimentaire. La Colombie est l’un des pays les plus inégalitaires d’Amérique latine, qui est la région la plus inégalitaire du monde (CEPALC).

La prétendue réforme fiscale n’a été que le déclencheur, car l’explosion sociale qui s’est immédiatement produite en Colombie n’est pas seulement le résultat d’une situation de conjoncture, mais de l’accumulation historique de la violence, de la souffrance humaine, de l’abandon social, de la déstabilisation de la vie et de la précarité du travail, qui ont été construits par le néolibéralisme colombien, pour soutenir le pouvoir d’un bloc de secteurs de l’élite économique et politique, parmi lesquels se confondent également le paramilitarisme et le narco-pouvoir.

La répression a atteint des niveaux sans précédent. Les Nations unies, l’Union européenne, Amnesty International, les organisations de défense des droits de l’homme, les législateurs américains, les universitaires et les professeurs d’Amérique latine, des États-Unis et du monde entier ont réagi à cette situation et ont même demandé au président américain Joe Biden d’agir face aux scandaleuses violations des droits de l’homme.

Les actions répressives, selon les dénonciations faites en Colombie même, semblent répondre à la reformulation de la « vieille » doctrine militaire de sécurité nationale, avec de nouveaux concepts sur la « révolution moléculaire dissipée », qui suppose qu’une guerre interne est menée dans laquelle les « ennemis » sont toujours exclusivement la gauche (à nouveau étiquetée « communiste ») et les mouvements sociaux et populaires, dont les protestations et les manifestations sont supposées être des instruments de « vandales » ou de « subversifs » pour attaquer et liquider la « démocratie » et « l’institutionnalité existante ». Avec ces concepts, le résultat est inexorablement double : la « guerre » est menée uniquement contre le peuple, mais pour défendre les élites du pouvoir économique et de la droite politique.

Il s’agit d’une époque complexe et difficile, celle que l’Amérique latine a dû vivre aux mains des forces du néolibéralisme d’entreprise.

Le récent sursaut social en Colombie a le même contexte historique que la mobilisation nationale d’octobre 2019 en Équateur : le rejet du modèle néolibéral, qui a causé tant de dommages à la vie et au travail des couches les plus larges des populations des deux pays. En Équateur, la répression a également eu une ampleur de violation des droits de l’homme impossible à cacher, de sorte qu’elle a mérité trois rapports qui la dénoncent : celui du Haut Commissaire de l’ONU (novembre 2019), un autre, de la CIDH (janvier 2020), et celui de l’Ombudsman, qui trouve même les bases d’un génocide, qui restera peut-être impuni.

Mais ce contexte historique est inévitablement présent dans d’autres pays d’Amérique latine avec des gouvernements conservateurs et affairistes, de sorte que les forces sociales continuent de s’accumuler et peuvent potentiellement exploser à tout moment. Les néolibéraux n’ont pas une seule solution sociale à proposer dans la région. Ils ne recherchent que de bonnes affaires, l’expansion de la sphère de leurs marchés, une rentabilité élevée, la « compétitivité ».

Il s’agit d’une époque complexe et difficile, celle que l’Amérique latine a dû vivre aux mains des forces du néolibéralisme d’entreprise. Le plus grave, c’est que la prolongation dans le temps d’une économie qui s’est déjà révélée désastreuse pour la région, nous laisse présager un avenir marqué par l’aggravation des conflits sociaux. Et si, au milieu de ce scénario prévisible, les politiques de coercition populaire et de répression des citoyens, avec la protection « guerrière » des élites minoritaires de pouvoir, sont également affirmées, le panorama de l’ingouvernabilité latino-américaine pourrait revenir à la peinture de scénarios politiques d’instabilité constante, comme ceux vécus par la région au cours du XIXe siècle.

 

Historiaypresente.com 10 de Mayo, 2021

Traduit par Réseau International 18 mai 2021

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY