Le néofascisme progresse dans le monde d’aujourd’hui

0
78
Rafael Leónidas Trujillo Molina (24 October 1891 – 30 May 1961), était un « mulâtre » comme ses frères Negro Trujillo, Petán Trujillo, Pipí Trujillo... Sa mère, Julia Molina Chevalier, était d'origine haïtienne, par l'intermédiaire des Chevaliers.

Le fantôme raciste qui, avec les anciens esprits de la xénophobie, du chauvinisme, du machisme patriarcal, de l’homophobie et de toutes sortes de discriminations cooptés par le grand capital et le pire des dominateurs actuels du monde, pour nourrir le néo-fascisme en vogue. .. Ils parcourent la planète au rythme du déclin de la civilisation bourgeoise et de l’impérialisme occidental.

En Europe, le néofascisme raciste a remporté des victoires éclatantes.

Au cours de son voyage à travers diverses régions de Notre Amérique, ce fantôme imprésentable a réalisé d’importantes réalisations dans des pays susceptibles d’être influencés par un colonialisme suprémaciste blanc renouvelé.

Ces derniers jours, alors que le déploiement continuiste-réélectoral de la formule préférée en République Dominicaine par le gouvernement profond des États-Unis a été consommé, ce fantôme s’est arrêté à Saint-Domingue pour saluer la croisade ultra-conservatrice parrainée par le président Luis Abinader et s’engager aux côtés de Zelensky et avec l’OTAN, dans le mammouth de Lucerne.

Cette croisade a franchi un pas de qualité nuisible avec la promotion ingénieuse d’un spot télévisé qui présente au pays et au monde une identité nationale « pure souche », tentant ainsi de dissimuler la réalité historique et de cacher la vérité sur la formation de l’identité dominicaine, cachant ses racines afro-descendantes.

Sa devise principale est la suivante : Dominicains de sang pur !… donc ils le savent !

Extermination autochtone et entrelacement des souches

La population aborigène a été exterminée par les génocides espagnols successifs en raison de l’esclavage cruel et de diverses maladies importées d’Europe. Exterminé jusqu’à ce qu’il ne reste plus un seul des habitants originaux de cette île, comme cela s’est produit dans toute la Caraïbe insulaire !

Depuis lors, un ensemble de souches, mélangées ou croisées, ont commencé à prévaloir : les espagnols avec les aborigènes, les noirs avec les espagnols et les aborigènes, les blancs purs, les noirs purs et les métis ou « mulâtres ».

Plus tard, des Arabes, des Italiens, des Allemands chinois, des Juifs, des Japonais, des Portoricains, des Français, des Noirs antillais, des Russes sont arrivés et ils se sont également mélangés.

Les souches autochtones, qui étaient nombreuses, n’enregistraient leur ADN qu’à un faible pourcentage.

Bref, de nombreuses souches et de nombreux entrelacs. Rien d’une seule souche caractérisée par sa pureté. Plutôt un bel arc-en-ciel d’êtres humains.

Une combinaison de différents phénotypes soutenus par une culture colonialiste qui imposait la suprématie blanche raciste, niant la souche noire et toute influence culturelle africaine,

Nous sommes d’origine africaine et la culture raciste insiste pour le nier.

Le blanchiment et l’auto-blanchiment artificiel-imaginaire des noirs et des mulâtres se déploient avant tout face à la république noire d’Haïti ; Son peuple rebelle fut cruellement puni par les empires européen et nord-américain. Ils ne lui pardonnent pas sa révolution anti-esclavagiste et son indépendance en 1804 !*

Le blanchiment mental illusionniste, inculqué à une partie du peuple composée de différents types humains mêlés et combinés, implique l’aliénation de se croire blanc sans l’être… car dans la culture raciste, le blanc est supérieur au noir, aux autochtones et aux tout le reste…

Luiz Abinader

C’est le produit du racisme espagnol renforcé par le racisme américain comme l’une des idéologies de discrimination.

De là vient la promotion officielle abondante et coûteuse, scellée et financée par la présidence de la république, avec celle des « Dominicains de sang pur » ; capturé dans le spot cinématographique susmentionné, techniquement très bien conçu et artistiquement préparé, qui nous présente comme une pure souche d’identité nationale, qui n’a vraiment rien à voir avec le fait d’être dominicain.

Ce spot nie ce que nous sommes, cache la composante noire de notre identité, a un fond raciste et se déploie face au conflit dominicain-haïtien ; fabriqué à partir du racisme anti-haïtien, avec l’aide de pseudo-nationalismes des deux côtés.

Dans ce document, les symboles nationaux, drapeau, bouclier, héros et héroïnes, sont manipulés dans la logique de cette fausse identité dominicaine de « pure souche » ; c’est-à-dire d’une souche dénuée de noirceur, qui est une partie indissociable de qui nous sommes et la source d’un beau syncrétisme culturel.

Ce spot s’inspire des mêmes idées que toutes les expressions folkloriques de la culture noire africaine ; bon nombre d’entre eux sont blancs d’esprit et de cœur, et noirs et bruns de peau.

Le président de la république s’est prêté à ce crime culturel, dans le cadre de sa compétition ultra-conservatrice obstinée avec la soi-disant opposition, dans laquelle chacun veut s’afficher comme le champion de la haine contre Haïti, comme une république noire. , une espèce d’un morceau d’Afrique dans Notre Amérique. Une haine, en somme, procolonialiste et profondément raciste.

Cette promotion raciste est une composante d’un crime culturel d’un coût élevé et d’une grande perversité, intensément assumé par la classe dirigeante dominante dominicaine.

Il faut dire qu’elle existe bel et bien dans le sous-continent latino-caribéen. Une société qui a une population majoritaire de diverses souches noires, en apparence une, culturellement très africaine, avec sa propre langue, est haïtienne ; bien que partiellement et limitément mixte. Même dans ce cas, il n’est pas valable de parler de pureté.

Dans d’autres pays du continent, il existe des sociétés dans lesquelles les Blancs prédominent et ne sont pas exactement de souche pure, et il y a celles à majorité autochtone, qui ne sont pas de souches diverses.

Être noir, ou toute autre couleur, n’annule pas la seule « tension » qui nous unifie dans le monde : nous sommes tous l’humanité et comme le disait Martí : la patrie, c’est l’humanité !

Ils veulent ignorer tout cela de l’ignorance et de la maladresse superflue générées par un racisme suprêmement blanc, injecté dans la classe dominante dominicaine par la culture néocoloniale des puissances impérialistes blanches, qui ne cessent de mépriser les populations de leurs dépendances néocoloniales. avec des populations de différentes couleurs et d’autres cultures.**

Il est dommage pour notre pays que les organisations qui composent le système partisan du régime électoral (à l’exception des petites organisations progressistes ou de gauche) et bien d’autres entités, adhèrent avec passion à l’idéologie raciste anti-haïtienne et imprègnent la compétition politique de ces idées néfastes et d’un faux ultranationalisme trempé de xénophobie ; sans considérer ses conséquences désastreuses pour la préservation de notre identité en tant que peuple et le rétablissement vital de la souveraineté en tant que nation contre les puissances impérialistes.

Cela vaut la peine de le dire avec force : nous sommes des Dominicains de diverses souches et il convient de les défendre tous dans leurs justes valeurs, pour qu’ils le sachent.

Rôle raciste-criminel de la tyrannie trujillista et de ses héritiers

Le fantôme du tyran Trujillo n’a pas quitté le Palais du Gouvernement de la République Dominicaine, sauf lorsqu’il en a été expulsé éphémèrement à l’initiative de Juan Bosch (1963) et par la Révolution Démocratique et Populaire de 1965.***

Trujillo était un **** « mulâtre » comme ses frères Negro Trujillo, Petán Trujillo, Pipí Trujillo… Sa mère, Julia Molina Chevalier, était d’origine haïtienne, par l’intermédiaire des Chevaliers.

Mais Trujillo, “Le Patron”, le “Généralissime”, s’est blanchi le visage avec de la crème perlée et a rougi ses joues, on ne sait avec quoi.

Il s’habille avec élégance, en concurrence ouverte avec les blancs et les riches de la capitale.

Le soi-disant chef se croyait de « pure souche », sans pour autant en être un. Bien sûr, juste pour que vous le sachiez, il se croyait de souche blanche.

En tant que raciste hispanophile, il a nié son origine et s’est fier d’être un homme blanc de « première classe », étant un mulâtre « vaniteux et « de comparaison » de diverses souches, méprisé par la « classe aristocratique hautaine ».

Sélectionné par les gringos (intervention 1916-24) comme chef militaire, il s’est révélé être un tyran très cruel, avec une mentalité conservatrice-colonialiste***.

Accroché à la suprématie blanche, il détestait les Noirs, notamment les Haïtiens ou les personnes d’origine haïtienne. Souvenons-nous du massacre de 1937 et de ce lieu impératif pour les identifier et les tuer : “dites persil” ! , une phrase que les Haïtiens prononcent mal.

L’un de ses efforts a été d’effacer le phénotype noir de la carte d’identité, pour renforcer l’idée d’une identité dominicaine étrangère à notre précieuse ascendance afro.

Ensuite, le tyran a ordonné ou dicté d’inclure dans les données de la carte d’identité la possibilité de se déclarer « Indien » **, « Indien clair » et « Indien foncé », pour évincer progressivement les noirs ou « mulâtres » du document officiel » ; incidemment, il a demandé aux fonctionnaires de persuader les personnes à la peau foncée d’adopter l’une des trois variantes de l’« Indien ».

Contrairement aux dirigeants racistes des pays à population aborigène, Trujillo n’hésitait pas à attribuer aux Dominicains « de couleur » la condition d’« Indiens », puisque tous les aborigènes avaient payé de la mort leur culpabilité d’être « Indiens », sans avoir de « lumière » ou des noms de famille « sombres ».

Rappelons également que les conquérants et les colonisateurs tentèrent de gagner les Indes orientales et rencontrèrent ce qu’ils appelèrent plus tard l’Amérique et, avant cela, les « Antilles » ; se contenter d’exterminer tous les peuples caribéens et de tuer 70 millions d'”Indiens” d’Amérique du Sud et d’Amérique centrale, empêchés de les exterminer complètement par l’héroïsme et la résistance des Aztèques, Mayas, Incas, Mapuches, Quechuas, Aymaras, Chapini, Miskito, Cuna et catrachos…

Trujillo a tué 20 000 Haïtiens, sous-produit de l’influence du fascisme nazi et surtout du racisme impérial européen, qui, depuis le début de la colonisation, a réduit en esclavage des centaines de milliers de noirs amenés d’Afrique et les a tués sur des tas, sans pouvoir pour l’exterminer; et non par la Grâce du Dieu du Vatican, mais par la résistance héroïque de la noirceur haïtienne et latino-caribéenne.

Trujillo était également un prédateur sexuel doté d’un machisme aberrant.

Dans notre pays, l’intention colonialiste de prolonger la suprématie blanche et son affichage persistant de racisme sont toujours vivants, commettant de nouvelles violations, au nom de la défense d’un faux dominicainisme néo-annexionniste, très similaire à celui de Pedro Santana et Buenaventura Báez.

Parallèlement, le fondamentalisme religieux et la classe dirigeante s’approprient avec une nouvelle vigueur l’idéologie patriarcale sexiste, qui a eu une forte influence tout au long de notre histoire.

L’idéologie raciste a été promue par Trujillo et son héritier Balaguer***** ; tandis que dans ce présent critique pour la domination impérialiste américaine, ses remplaçants dans le système des partis (PRM, PLD, PRSC, PRD, FP, FNP, PQD, BIS…), et tout au long de l’orbite politique corrompue, embrassent l’antiracisme haïtien avec une passion renouvelée : compter sur le précieux soutien des élites économiques créoles et étrangères, et sur son énorme pouvoir médiatique.

Le massacre du « persil » d’octobre 1937 : la manifestation étatique de l’anti-haïtianisme

Abinader mène cette croisade depuis l’État dominicain, et parmi ses contributions malveillantes et sophistiquées à la vaste semence d’une fausse identité dominicaine, il y a cette ressource publicitaire de haute qualité professionnelle et de perversité trop cachée: le spot « Dominicanos de pura cepa », pour qu’ils sachent !

Auparavant, au siècle dernier et jusqu’à présent, il était dirigé par les présidents Trujillo, Balaguer, Leonel Fernández et Danilo Medina.

Une humanité de nombreuses couleurs et combinaisons de nuances et de cultures.

Pour que vous le sachiez clairement, je vous le dis maintenant : ni les aborigènes, ni les esclaves noirs, ni les conquistadors blancs, ni les gringos blonds ne sont de « pure souche ».

Cette « pure souche »… est une invention « vagabonde » perfide et dangereuse de publicistes et de commerçants talentueux sympathisant avec l’anti-haïtien, ou offrant simplement leur production créative commercialisée à des interlocuteurs engagés dans la croisade actuelle contre Haïti, tous de divers ordres ; souches et de la même inspiration néo-nazie.

Oui, on le sait : les aborigènes des Caraïbes et ceux de cette île étaient de diverses souches : Siboneyes, Igneries, Taínos et Caribs. De plusieurs souches et phénotypes similaires, très éloignés des blancs européens.

Tous – je le répète – exterminés par les conquérants et colonisateurs espagnols, anglais et français ; tous des Européens blancs, mais de souches différentes et de la même cruauté.

Les colonialistes portugais se sont joints à l’holocauste aborigène du reste de Notre Amérique, avec un bilan de 70 millions de morts.

Les Européens et les Américains ont fait – et font – quelque chose de similaire en Afrique et aux États-Unis. Conquêtes et colonisations sanglantes. Tout cela pour garantir la suprématie blanche sous de nombreux aspects et une appropriation criminelle d’énormes richesses.

Les noirs chassés en Afrique, amenés enchaînés dans les trois Amériques et dans les îles insulaires des Caraïbes, réduits en esclavage et surexploités dans ces « Antilles », n’étaient pas non plus de pure souche. Ils provenaient de plusieurs souches, enracinées dans de nombreuses tribus africaines, avec des phénotypes similaires, mais pas identiques. Tous traités avec la même cruauté par les différents empires blancs.

Deux holocaustes noirs sur deux continents, tous deux perpétrés par des Blancs d’origines différentes.

La même chose s’est produite en Asie, en Australie et en Océanie, ce qui a donné naissance à une planète peuplée d’innombrables souches ; fruit de ces réalités et de migrations multiples et constantes.

Il existe donc une population planétaire issue de nombreux mélanges « raciaux » et de nombreux croisements entre blancs, noirs, aborigènes divers, indiens des Indes orientales, asiatiques (chinois, coréens, vietnamiens, thaïlandais, cambodgiens, tibétains…), mongols, Esquimaux et aborigènes australiens.

Mais il s’avère que les Blancs qui nous ont “découverts” alors que nous existions déjà, parce qu’ils avaient plus de pouvoir destructeur, de meilleures armes et plus de capacité à exploiter et à thésauriser les richesses, se considéraient comme une “race supérieure” tous les autres êtres humains ; et ils se croyaient être de « pure souche » ; considérant les noirs, les « Indiens », les jaunes et les mulâtres comme inférieurs ; aptes – selon leurs critères colonisateurs – à être dominés, opprimés et maltraités.

C’est ainsi que l’humanité a été façonnée au fil des siècles.

Une humanité sans souche pure et sans nations ni nationalités, ni identités aux souches uniques.

Une humanité avec un arc-en-ciel de souches « intermiliées », en proie à la voracité capitaliste.

Quisqueya******* est un exemple fiable de cette diversité globale, très intense dans ce qu’on appelle le tiers-monde.

Quisqueya est un exemple spécifique de cette diversité mondiale. Mais ensuite, il y a eu ceux qui, sous le manteau protecteur présidentiel, nourris par beaucoup d’anti-haïtien et d’argent abondant, ont décidé d’inventer une dominicainité « pure souche » et de l’utiliser comme publicité de haut calibre, avec une diffusion abondante et subliminale raciste, contre Haïti et sa noirceur stigmatisée.

Quelques conclusions :

La reconfiguration du fascisme au XXIe siècle avance dangereusement, soutenue fondamentalement par les idéologies racistes, par l’idéologie patriarcale sexiste avec tous ses dérivés, par l’intensification de la xénophobie et de la haine contre les avalanches de migrants provoquées par les pillages impérialistes, l’ultranationalisme et toutes sortes de conservatisme.

Les processus d’appauvrissement des peuples des pays centraux, y compris de leur main-d’œuvre blanche et d’autres secteurs gagnés aux idées ultra-conservatrices, la gangstérisation croissante des partiocraties et des élites capitalistes dans le cadre d’un néolibéralisme d’intensités diverses au centre et à la périphérie, facilitent dans les deux scénarios la montée d’un ultranationalisme à forte composante populiste.

Dans le même temps, la multi crise de décadence du système capitaliste-impérialiste, de plus en plus aiguë dans la superpuissance américaine et dans les puissances occidentales, s’est lancée dans des guerres de conquête et de reconquête, dans des guerres et des pratiques écocides, et dans l’usage de la force militaire pour tentent en vain de récupérer des hégémonies affaiblies, a enlisé leur situation et a aggravé leur déclin et leur crise systémique.

Cette stratégie de survie et de perpétuation, menée par le PENTAGONE, l’OTAN et Israël… a aggravé son discrédit à des niveaux sans précédent et renforcé ses homologues en gestation (puissances émergentes confrontées aux États-Unis et aux forces subordonnées, États et peuples en lutte pour leur autonomie) détermination et paix, mouvements sociaux et politico-sociaux de lutte contre le néolibéralisme, rébellions croissantes de migrations maltraitées et de peuples attaqués par la suprématie blanche, organisations anti-impérialistes et anticapitalistes.

Cela indique que cette agressivité destructrice est davantage le résultat de sa faiblesse que de sa force diminuée.

Quoi qu’il en soit, toute une série de luttes diverses sont en cours contre un système malade et agressif à l’extrême, mais doté de puissantes énergies de résistance, renforcées au milieu de ses violents râles d’agonie et de ses peurs intenses chargées de cruauté du fait de sa peur d’être définitivement déplacé.

C’est prometteur et favorable pour continuer à croître en qualité et en quantité.

Un torrent mondial difficile à unir, mais avec de forts déficits pour exercer l’internationalisme avec les différents niveaux d’unité nécessaires pour vaincre la culture de mort ; et plus encore, pour parvenir à une sorte d’insurrection mondiale qui atteint ce grand objectif. En outre, avec de graves faiblesses dans la construction de ses composantes essentielles qui sont appelées à atteindre les niveaux de conscience et d’organisation anti-systémique qui rendent possibles de nouvelles démocraties et de nouveaux socialismes.

Tels sont les grands défis de ce monde convulsé, d’un capitalisme impérialiste en bloc qui recourt sans la moindre honte au néofascisme, au chaos sous son contrôle et à l’extermination des peuples et des nations.


Notes :

* La première indépendance de Notre Amérique et la seule révolution anti-esclavagiste noire triomphante.

** Le racisme dominicain est hispanophile, avec une matrice monarchique-colonialiste.

***Mulâtre” est un terme péjoratif à caractère raciste, inspiré du produit de l’union d’une jument et d’un âne, c’est pourquoi je le mets entre guillemets.

**** Les « Indiens » sont en réalité les indigènes de l’Inde, quelque chose de différent des peuples indigènes d’Amérique. Tout le reste est le produit de la perte de Colomb et des conquistadors.

***** Les gens « de couleur », les gringos appellent les noirs et les métis.

****** Si la race, Columbus Day, sont des inventions visant à ségréguer, la « race supérieure » sert à justifier de sinistres oppressions.

******* Quisqueya est un surnom, dit-on, inspiré de la langue Taíno, donné à la République Dominicaine pour exalter les valeurs de cette île : “une terre fascinante…” la meilleure du monde.

Aporrea
20 Juin 2024

 

HTML tutorial

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here