Le marché Hippolyte incendié !

0
540
Dans la nuit du 12 au13 février, alors que le pays était en mode de carnaval, les malfaiteurs ont choisi le moment opportun pour perpétrer leur forfaiture en carbonisant le marché en fer

Alors que le pays était en mode de carnaval, dans la nuit du 12 au13 février, le deuxième jour gras, les malfaiteurs qui n’ont pas vu comment ils vont récupérer l’argent dépensé ou investi dans les festivités carnavalesques, n’ont fait que récidiver en frappant à nouveau les démunis.

Le marché en fer calciné

Ce n’est pas la première fois que les pauvres marchands qui se démêlent aux marchés pour desservir les petites bourses ont été attaqués ; et ce n’est pas également étonnant  quand les marchés du pays font face à ces genres d’agressions bien orchestrées. Ils ont choisi le moment opportun pendant que le pays est plongé dans des défilés carnavalesques pour perpétrer leur forfaiture.

 

Ce n’est nullement une attaque contre le régime en place, mais bien contre les masses populaires.  Qui, dans cette conjoncture a l’intérêt majeur, économique de bruler un marché, en d’autres mots d’attaquer les masses ? Ce sont bien sûr les ennemis du peuple, cette bourgeoisie patripoche qui est en train de construire des market à travers le pays. Leur rêve, c’est de finir avec les grands marchés publics de sorte que les masses populaires se dirigent vers des Supermarket climatisés à Delmas, Petionville ou au Centre-ville.

Des marchandes qui ne peuvent tenir leurs larmes

Ce n’est pas le fruit du hasard quand tous les espaces réservés aux produits alimentaires et cosmétiques sont partis en fumée… quand de malheureuses marchandes sont plongées dans l’incertitude et le désarroi. C’est une autre façon de les décourager à ce genre de métier de la même façon que toutes les portes de nos industries sont fermées au profit de celles de la République voisine.

Une marchande quinquagénaire avec des larmes aux yeux a tout dit  «Le petit bénéfice que je faisais ici au marché me permettait de payer l’université de mon fils aîné en République dominicaine. Aujourd’hui que vais-je lui dire? D’arrêter ses études et de rentrer ici pour finir sans travail comme moi?» Sans doute que, les plus jeunes s’envoleront vers le Chili. Un passeport, c’est l’unique alternative que le gouvernement Moise/Lafontant offre à notre peuple avec facilité de sorte qu’il se débarrasse de nos cadres.

Cet incendie qui a dévasté le marché n’a pas même forcé les dirigeants à stopper le dernier jour gras ni les masses populaires qui se divertissent au Champs de Mars n’ont pas trouvé  nécessaire de rester chez eux pour protester contre cet acte criminel et malhonnête à son endroit. Le président Jovenel Moise, lui, tout saoul, n’a pas trouvé d’autres mots que de dire « La nouvelle de l’incendie du Marché en fer dans la nuit du lundi 12 au mardi 13 février 2018 m’attriste énormément. Je pense à tous ceux qui ont perdu leur gagne-pain. Les instances policières travaillent déjà pour faire la lumière sur ce drame. »

Mais, voilà pour détourner les pistes et créer la confusion on a déjà prétendu que « c’est le fatras qu’on brûlait qui serait la source du sinistre. Ainsi, le feu a débordé et s’est propagé de point en point jusqu’à atteindre le Marché en fer ». Quel terrible et honteux mensonge !

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY