Le mandat du BINUH renouvelé

0
238
Le Conseil de sécurité de l'ONU vote à l'unanimité pour renouveler le mandat du BINUH pour une année supplémentaire. Photo ONU/Eskinder Debebe

(English)

Le vendredi 15 juillet 2022, le Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU) a voté à l’unanimité la prolongation du mandat du Bureau intégré des Nations Unies en Haïti (BINUH) jusqu’au 15 juillet 2023, reflétant un compromis entre les États-Unis et la Chine, deux des cinq détenteurs de veto de l’organisme.

À la suite du rapport du secrétaire général António Guterres le 10 mai au CSNU, la Chine « a appelé à un renouvellement de six mois du mandat de la mission… [et] à une évaluation de la mission dans le but d’identifier une stratégie de retrait », tandis que la version initiale de la résolution, co-écrite par Washington et le Mexique, appelait à « un renouvellement de 15 mois du mandat du BINUH », selon le site web Security Council Report.

« Les négociations ont été difficiles », a poursuivi Security Council Report, la résolution passant par quatre projets, forçant le vote de renouvellement à être reporté du 13 juillet au 15 juillet. Au cours des années passées, les résolutions du CSNU pour le renouvellement des missions en Haïti étaient pratiquement approuvées sans discussion. Mais « le mandat du BINUH est controversé depuis le début de la mission », a écrit Security Council Report. La Russie a soutenu l’insistance de la Chine pour que le mandat soit limité à un an.

Zhang Jun, Représentant permanent de la Chine auprès des Nations Unies, s’adressant au Conseil de sécurité de l’ONU. Photo ONU/Eskinder Debebe

De multiples missions de l’ONU en Haïti, commencées il y a près de trois décennies en 1993 à la suite du coup d’État du 30 septembre 1991 contre le président Jean-Bertrand Aristide, ont été illégales en vertu du propre document fondateur de l’organisme.

Le chapitre 7 de la Charte des Nations Unies stipule que le Conseil de sécurité peut intervenir militairement auprès des troupes de l’ONU « pour maintenir ou rétablir la paix et la sécurité internationales », c’est-à-dire un conflit entre deux nations ou plus. Mais les malheurs d’Haïti à la suite des coups d’État de 1991 et de 2004, lorsque l’ONU est intervenue militairement, étaient des affaires purement internes, et le chapitre 1 de la Charte précise avec force que : « Rien de ce qui est contenu dans la présente Charte n’autorise les Nations Unies à intervenir dans les affaires qui relèvent essentiellement de la juridiction nationale de tout État ».

Les Haïtiens et leurs alliés ont organisé d’innombrables rassemblements, conférences et pétitions contre le déploiement de troupes étrangères dans le pays, un acte également interdit par l’article 263-1 de la Constitution haïtienne de 1987.

En 2019, la dernière force [relevant] du chapitre 7 – la Mission des Nations Unies pour l’appui à la justice en Haïti (MINIJUSTH) – a été retirée et remplacée par le BINUH, qui n’est qu’une «mission politique spéciale» opérant sous le chapitre 6, traitant du «règlement pacifique des différends », c’est-à-dire sans force militaire ou policière. Le rôle du BINUH est uniquement de servir de médiateur, de conseiller et d’encourager le dialogue.

Dmitry A. Polyanskiy, Représentant permanent adjoint de la Russie auprès de l’ONU : « Le Conseil doit s’assurer que ses décisions permettent aux Haïtiens de résoudre leurs problèmes par eux-mêmes ». Photo ONU/Evan Schneider

Certains membres du Conseil de sécurité veulent toujours ramener (illégalement) Haïti au statut du chapitre 7, mais « les responsables haïtiens ont fait part de leur opposition à une intervention internationale supplantant le travail de la [Police nationale haïtienne], exprimant plutôt une préférence pour un soutien visant à accroître les capacités de la PNH », Security Council Report a noté.

Dans le rapport de mai de Guterres, il a noté que « les différences dans le mandat et les activités du BINUH, par rapport à [la Mission des Nations Unies pour stabiliser Haïti] MINUSTAH et [MINUJUSTH], sont pour la plupart inconnues du public ».

Le seul changement concret de la résolution était d’augmenter la taille du personnel du BINUH de 30 à 42. Le reste de la résolution est une série d’appels et de recommandations pour freiner le trafic d’armes illégales, encourager le dialogue politique et le compromis entre les dirigeants politiques haïtiens, et faire contribuer les États membres de l’ONU à un «Basket Fund for security assistance».

La principale préoccupation du Conseil de sécurité de l’ONU était le pouvoir croissant des « gangs » d’Haïti. « Si rien n’est fait, les gangs pourraient développer une capacité presque insurrectionnelle », avait prévenu Guterres dans son rapport. En effet, ils ont « publiquement contesté la légitimité du gouvernement intérimaire et violemment confronté le Premier ministre et appelé à sa démission ».

Jeffrey DeLaurentis a représenté les États-Unis lors du vote pour renouveler le mandat du BINUH le 15 juillet. Photo ONU/Evan Schneider

Mais presque toute la société haïtienne conteste la légitimité du leadership de facto de la nation. Le Premier ministre par intérim, Ariel Henry, a été oint, protégé et défendu par Helen La Lime, fonctionnaire de longue date du département d’État américain, maintenant responsable du BINUH, qui dirige également le «groupe CORE» d’ambassadeurs centrés sur Washington.

Dans sa résolution, le Conseil de sécurité des Nations Unies « exige la cessation immédiate de la violence et des activités criminelles des gangs » et a menacé « de prendre des mesures appropriées, si nécessaire, qui pourraient inclure le gel des avoirs ou des mesures d’interdiction de voyager, contre ceux qui participent ou soutiennent la violence des gangs, les activités criminelles , ou des violations des droits de l’homme ou qui prennent des mesures qui compromettent la paix, la stabilité et la sécurité d’Haïti et de la région, dans les 90 jours suivant l’adoption de la présente résolution ».

Il ressort clairement de leurs remarques, cependant, qu’aucun des membres du Conseil de sécurité ou des responsables de l’ONU ne comprenait (ou ne voulait que les gens comprennent) la véritable nature de la violence des “gangs” qui secoue Haïti, mettant toutes les organisations de rue armées dans le même panier.

Les batailles qui se déroulent aujourd’hui à Port-au-Prince opposent une alliance de brigades de vigilance populaires armées (le G9) et une confédération de gangs criminels (G-Pèp) financés et travaillant pour des membres de l’oligarchie bourgeoise d’Haïti, y compris des éléments de l’alliance gouvernementale.

La résolution 2645 appelle à une mise à jour d’octobre 2022 sur le statut des élections, qui sont considérées comme la solution aux troubles et aux dysfonctionnements d’Haïti.

Ironiquement, après avoir initialement appelé à la fin des missions de l’ONU en Haïti, la Chine « a proposé l’inclusion de mesures de grande envergure dans le projet de résolution, y compris… la création d’une force multinationale pour soutenir les efforts d’Haïti pour lutter contre la violence des gangs », a écrit Security Council Report, une décision qui ramènerait Haïti au statut du chapitre 7. Auparavant, Washington a été le moteur de l’envoi de troupes de l’ONU en Haïti. D’autres membres du CSNU ont demandé plus de temps pour discuter de la suggestion.

Néanmoins, l’ambassadeur chinois Zhang Jun a également déclaré que La Lime devrait suivre le principe “dirigé par les Haïtiens et appartenant aux Haïtiens” en dirigeant la mission avec impartialité et faire tout son possible pour favoriser un dialogue inclusif.

(Haïti est l’une des 12 seules petites nations dans le monde qui reconnaissent Taïwan comme une nation indépendante. Parmi celles-ci, seuls Haïti et le Guatemala comptent plus de 10 millions d’habitants.)

L’ambassadeur russe Dmitry A. Polyanskiy a noté que « des voix haïtiennes de plus en plus fortes affirment que le BINUH fait partie du problème » et a souligné que “la tâche principale de la mission est d’aider à établir un dialogue politique”.

« Le Conseil doit s’assurer que ses décisions permettent aux Haïtiens de résoudre leurs problèmes par eux-mêmes », a-t-il déclaré.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here