Le Conseil supérieur des salaires un trait d’union entre les patrons et les travailleurs !

0
138
La plateforme syndicale des usines textiles-Batay Ouvriye, PLASIT-BO en conférence de presse

Dans un communiqué daté du 15 juin 2018, le Conseil supérieur des salaires (CSS) voulant tenir une atmosphère de bon voisinage entre les syndicats manifestants exigeant l’augmentation du salaire minimum à 1000 gourdes et les patrons,  annonce avoir engagé un processus d’élaboration de son 5e rapport relatif à la fixation du salaire minimum, conformément aux dispositions de la loi du 29 septembre 2009 qui stipule que « Le Conseil supérieur des salaires se réunit trois mois avant la fin de l’exercice fiscal afin de réviser, s’il y a lieu, le salaire minimum, en fonction des indices macroéconomiques » , dont la publication est prévue pour le 1er  août 2018 prochain.

Le Conseil croit qu’un climat de travail stable est la voie sûre promettant de remplir sa mission conformément à son calendrier qui inclut des rencontres avec les différents secteurs concernés par cette dynamique ; ce en vue d’aboutir à la publication du 5e rapport autour de la fixation du salaire minimum.

Le Coordonnateur général de la Centrale nationale des ouvriers haitiens (CNOHA), Dominique Saint-Éloi

En ce sens, le conseil formé de Renan Hédouville, Guerline Jean-Louis et de Louis Pierre Joseph représentants du Ministère des Affaires Sociales et du Travail (MAST), Gilbert Durand, Hugo Elien et Jean Max Bazin représentants du secteur patronal, et Pierre Joseph Polycarpe, Fritz Charles et le Coordonnateur général de la Centrale nationale​des ouvriers haïtiens (CNOHA), Dominique Saint-Eloi qui devraient être les mandataires du secteur syndical demandent aux manifestants de se calmer pour ne pas perturber le monde du travail.

Ce communiqué n’est pas l’avis du syndicaliste Dominique Saint-Eloi qui pourtant n’a jamais siégé au sein de cette administration jouant le trait d’union entre la classe ouvrière et les patrons. La présidente du Conseil supérieur des salaires, Guerline Jean Louis, pour sa part a profité de cette occasion pour essayer d’amadouer les ouvriers comme quoi « une promesse de réponse avec équité aux attentes du syndicat et du patronat est faite. Elle se penche sur les conditions de travail de la classe ouvrière »

Guerline Jean Louis présidente du Conseil supérieur des salaires

Le porte-parole de la plateforme syndicale des usines textiles-Batay Ouvriye, Télémaque Pierre, pour sa part rejette  tout bonnement la note du CSS. « Nous ne sommes pas liés par ce processus enclenché par le CSS, car le 5ème rapport sur la fixation du salaire minimum aurait dû déjà être publié », a-t-il fait savoir.

Fignolé St-Cyr  secrétaire général de la Centrale autonome des travailleurs haïtiens, CATH, un ancien membre du CSS sous la présidence de Michel Martelly n’a pas manqué lui aussi de critiquer la note du Conseil supérieur des salaires en annonçant prochainement  de nouvelles manifestations soit une grève au niveau du parc industriel de Caracol (Nord-Est), pour le 21 juin 2018 prochain.  Selon lui il serait impossible pour les ouvrières et ouvriers d’accepter un salaire minimum de moins de 700 gourdes.

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY