Lancement du Syndicat des Employés des Médias d’Etat (SEME)

0
172
De gauche à droite: André Frasmé secrétaire général de SEME dénonçant une mauvaise gestion de la RTNH, la Secrétaire aux finances du syndicat, Mme Nancy Arcelin et le syndicaliste Jean Bonald Fatal

Le mardi 24 juillet dans la matinée, s’est tenue à la salle de conférence de la CTSP au bas de la Rue Joseph Janvier, à Port-au-Prince, la cérémonie de lancement du Syndicat des Employés des Médias d’Etat (SEME). C’est bien dans cet objectif que le Comité Exécutif dudit Syndicat avait convié les Travailleurs et Travailleuses de Presse à cette conférence. D’entrée de jeu, le Président de la CTSP, Me Jean Bonald Fatal a fustigé l’attitude injuste et révoltante du directeur général de la Radio Télé Nationale, M. Gamal Augustin, à qui l’administration Moise Lafontant a livré ces médias en pâture.

« Considérant que notre loi Mère votée par le peuple Haïtien le 29 mars 1987 dans son article 239 autorise tous les Employés et Cadres de l’Administration Publique à s’organiser en Association et Syndicats. Considérant que la Convention 187 tablant sur la liberté d’association encourage les travailleurs/euses à mettre sur pied des Syndicats tout aussi bien dans l’Administration Publique pour défendre leurs droits. Et, partant de ces considérations nous condamnons avec la plus grande rigueur les abus de pouvoir et toutes formes d’injustices dont sont victimes les membres du Syndicat des Employés des Médias d’Etat de la part de prédateurs de la presse tels Guyler Cius Delva, Ministre démissionnaire contesté de la Communication et son complice Gamal Jules Augustin qui a assauté la Radio Télé Nationale », a dénoncé Me. Fatal Bolanski avocat du SEME.

Des membres du syndicat des employés des médias d’État et l’un des représentants du CTSP

Le syndicaliste, a rappelé Madame Eunide Innocent, ministre à la Condition Féminine, membre de l’OPL, à  raison de s’être faite complice de M. Gamal Augustin dans ses inacceptables exactions contre les employés de la Radio Télé Nationale d’Haiti notamment des femmes. Toujours selon Me. Fatal, ce même Gamal yon towo gwonde, a tout fait pour fragiliser encore plus le président Jovenel Moise déjà emptêré dans de multiples scandales de blanchiment d’argent. Faisant litière du moindre sens de protocole, ce Gamal a commis l’irrémissible impair de contraindre le Chef de l’Etat à s’afficher avec un fugitif qui vient d’être appréhendé par la DEA le mardi 17 juillet en plein jour sur l’auto route de Delmas.

« Le 23 décembre 2017, à l’occasion du 38ème anniversaire de la TNH, Monsieur Gamal Augustin a contraint le président Jovenel Moise à s’asseoir côte à côte  avec un fugitif activement recherché par la justice américaine. Figurez-vous que le président courait le haut risque de se faire piétiner sous les semelles des agents de la DEA au cas où ils auraient fait une intervention pour mettre aux arrêts le fugitif en question, un certain Saul Bithar. Alors, M. Gamal doit fournir d’amples explications à la nation Haïtienne sur ses relations avec celui qui a dérobé plus d’un million sept cent cinquante mille dollars aux Etats-Unis », a poursuivi Me. Fatal qui n’est pas passé par quatre chemins pour condamner l’attitude de prédateur de la presse de Gamal Augustin.

Le Secrétaire Général du  Syndicat des Employés des Médias d’Etat (SEME) promet formellement de dévoiler les nombreux cas de corruption qui gangrènent ces médias d’Etat.

Ensuite, le Secrétaire Général du Syndicat des Employés des Médias d’Etat (SEME), Monsieur Frazmé André a fait mention des objectifs fondamentaux de cette structure syndicale. Ils consistent essentiellement à entreprendre toutes les initiatives permises par les lois haïtiennes en vue d’amener les responsables à donner un visage humain aux Médias d’Etat. Selon Monsieur Frazmé à court terme il importe d’exhorter les hauts dirigeants des institutions en question à adopter des mesures en vue de permettre à tout le personnel de travailler dans des conditions qui prennent en compte sa dignité tout aussi bien que ses droits inaliénables à une vie meilleure.

«Le Syndicat des Employés des Médias d’Etat (SEME) croit salutaire de condamner les inacceptables exactions dont sont victimes ses membres de la part de M. Gamal Augustin. En sus de cette campagne permanente de harcèlement sexuel excessif, plusieurs mises à disposition de membres du SEME ont été opérées sans l’adhésion des concernés en lieu et place de représailles pour les dissuader d’intégrer le Syndicat et de prendre part à ses activités. Gamal, s’est grandement trompé d’époque et risque fort de se mettre les doigts dans les pupilles s’il croit pouvoir réinstaurer une quelconque forme de dictature administrative dans les médias d’Etat. Contrairement à ce qu’avait promis M. Gamal, les signaux de la Télévision Nationale ne couvrent même pas l’ensemble des communes du département de l’Ouest. Le déclin de la RTNH est tout à fait évident car ce fugitif imposé comme Directeur de Production et qui perçoit deux salaires tantôt comme Saul Bithar tantôt comme Saul Frédéric n’est ni compétent ni qualifié », a déploré M. Frazmé.

Le Secrétaire Général de SEME a cru salutaire de porter à la connaissance de M. Gamal que la loi ne lui accorde pas autant de pouvoir pour commettre de pareilles exactions sur les Agents de la Fonction Publique pour les dissuader de s’organiser en Syndicats pour mieux défendre leurs droits. En outre le Travailleur de Presse en a profité pour lancer un vibrant appel à tous les employés des Médias d’Etat pour rejoindre le SEME pour avoir plus de force pour mener à bien leur lutte qui consiste à défendre leurs droits fondamentaux. C’est aussi la meilleure façon de combattre tout en prônant un Etat de droit.

Madame Nancy Arcelin, une victime de Harrison Ernest ex-directeur de la RTNH, voit en Gamal un sosie de ce défroqué de si triste mémoire. « Nous condamnons de toutes nos forces ces pratiques qui consistent à harceler les membres du personnel et d’une façon toute particulière les syndiqués de SEME. Monsieur Gamal s’est arrangé pour transformer les médias d’Etat en un enfer pour persécuter à longueur de journée ceux et celles qui ne veulent pas se laisser faire n’importe comment. Un certain Sergino Lyndor « pasteur » autoproclamé, est le sous-fifre de Gamal Augustin chargé de faire pression sur les employés qui veulent rejoindre le SEME tout en les menaçant de sévères sanctions. Et, avec le support de SEME nous sommes plus que jamais déterminés à mener jusqu’au bout la lutte pour le respect de nos droits inaliénables ». Ainsi s’est exprimée Madame Arcelin Secrétaire aux Finances de SEME.

Pierre Jean Dieubon, lui aussi un martyr de ce Gamal Augustin nous a fait part de ce calvaire que lui a fait monter ce nouveau Gwo Moso de la RTNH. « En 2015, je venais de bénéficier d’une promotion au titre de Coordonnateur de la Section Culturelle de la TNH. A son arrivée, M. Gamal Augustin m’a mis à disposition du Théâtre National. Pour le présent moment je suis transféré au Ministère de la Communication. Depuis belles lurettes, tous les privilèges liés à mon poste ont été coupés. A date, les nombreuses démarches entreprises pour les récupérer se sont révélées toutes vaines. En fin de compte, je me suis demandé comment se fait-il qu’en 2018 un directeur de médiat peur se croire autorisé à être un prédateur des travailleurs de presse »?

Telles furent les interrogations pertinentes de l’ex-Coordonnateur de la Section Culturelle de la TNH qui continue de croire qu’un jour ou l’autre M. Gamal apprendra à respecter les droits du personnel des médias d’Etat. En lieu et place de conclusion à proprement parler, Monsieur André Frazmé a promis aux nombreux travailleurs de presse présents de les convoquer à nouveau avant longtemps. Le Secrétaire Général du  Syndicat des Employés des Médias d’Etat (SEME) promet formellement de dévoiler les nombreux cas de corruption qui gangrènent ces médias d’Etat. A titre d’exemple un seul employé, Saul Bithar, Saul Frédérick, avec la complicité de Gamal fonctionne sous deux dénominations différentes. En outre, le public sera informé des nombreuses dettes que l’administration n’a jamais voulu honorer.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY