La Scène du crime

0
249

Un assassinat né dans les chambres du pouvoir, à l’ombre des intérêts impérialistes qui ont décidé de changer de cheval ? C’est le scénario probable qui encadre l’assassinat de Jovenel Moïse, président de facto d’Haïti. Pour ce faire matériellement, une petite armée de mercenaires qui ont fait irruption dans sa résidence surcontrôlée tôt mercredi matin en se faisant passer pour des agents de l’agence antidrogue DEA, l’ont tué et blessé sa femme. On parle de complicité interne avec l’appui du préfet de police de la capitale Port-au-Prince. Le commando a été presque complètement arrêté et montré aux caméras.

Ce sont 15 Colombiens et deux Américains, qui seraient arrivés en Haïti en juin via la République dominicaine. Les deux Américains ont affirmé avoir été embauchés sur Internet comme interprètes, pour kidnapper et non tuer Jovenel Moïse, qui aurait dû être déféré devant un juge par un mandat d’arrêt. L’un d’eux est un homme d’affaires de Floride qui a par la suite fondé un groupe à but non lucratif pour fournir une aide humanitaire à Port-au-Prince. Trois autres Colombiens ont été tués par la police et huit mercenaires sont en fuite.

Bogotá a confirmé que 6 des détenus sont d’anciens soldats colombiens. Le journal El Tiempo a révélé le cursus de l’un d’entre eux, Manuel Antonio Grosso Guarn, considéré comme l’un des plus préparés de l’armée colombienne jusqu’en 2019. Au début de sa carrière, il a reçu une formation spéciale, et en 2013, il a été affecté à l’Urban. Groupe des forces spéciales Anti-terroristes, ceux qui kidnappent et tuent des manifestants qui protestent contre le gouvernement Duque depuis des mois. Ces départements qui, ces derniers jours, ont reçu plus de renforts de la CIA. 

Pendant plusieurs jours, avant de déménager en Haïti, Grosso a publié des photos du territoire dominicain, de lui-même et d’autres membres du commandement. Ces données n’ont cependant pas fermé la bouche à Iván Duque, qui avait immédiatement encouragé son obsession pour la République bolivarienne du Venezuela, citant la présence de deux Vénézuéliens présumés dans le commandement, qui se sont ensuite avérés être américains. Un prétexte pour demander aux États-Unis d’étendre l’occupation militaire d’Haïti et pour demander à l’Organisation des États américains de Luis Almagro d’envoyer une mission urgente pour « protéger l’ordre démocratique ».

Dans une situation similaire, le 28 juillet 1915, l’assassinat du président Guillaume Sam ouvre la voie au néo-colonialisme américain. Plus tard, les Marines ont débarqué à Port-au-Prince pour « protéger les intérêts américains et étrangers ». Maintenant, depuis Washington, la porte-parole présidentielle Jen Psaki a qualifié le meurtre de « crime odieux » et a déclaré que les États-Unis, le principal financier d’Haïti, sont prêts à « aider » le peuple haïtien. Comment? Elle s’explique par la longue chaîne d’interventions néocoloniales, militaires, politiques ou financières menées depuis le début du XXe siècle pour écraser le fier héritage de la première république des esclaves libres, dirigée par Toussaint Louverture.

En février 2018, Moïse a appliqué la recette du FMI, déclenchant des protestations à travers le pays.

Une fureur qui a commencé après la proclamation de la République d’Haïti, en 1795. La France a commencé à mener une guerre économique et diplomatique à la jeune nation imposant, en 1825, et malgré tous les vols effectués jusqu’alors, le paiement d’indemnités aux propriétaires terriens, sous peine de ne pas être reconnue comme république. Haïti a été contraint de demander un prêt, mais il a également été contraint de ne s’adresser qu’aux banques françaises. Lorsque l’île tenta de s’y opposer, Paris envoya des navires militaires sur la côte haïtienne. Haïti a fini de rembourser ce prêt, évalué à environ 22 000 milliards de dollars, un siècle plus tard. 

Au début du siècle dernier, Haïti était occupée par les États-Unis, qui se sont emparés de son or, jusqu’en 1934. Depuis, le colonialisme n’a jamais disparu, par contrôle direct ou indirect des ressources du pays : à la fois en plaçant des marionnettes dans commandement au service d’intérêts supranationaux, et évitant tout développement économique et politique en faveur des secteurs populaires. Dans les années 1960, pendant le mandat du président démocrate des États-Unis, John Fitzgerald Kennedy, la dette extérieure d’Haïti a triplé grâce à la politique de prêts en échange d’un contrôle politique. Le contrôle du FMI et ses plans d’ajustement structurel se sont ajoutés au terrible tremblement de terre de 2010 (plus de 250 000 morts), au choléra puis à l’ouragan dévastateur.

Le pays est également sujet à des violences savamment alimentées par des familles comme celle de Moïse, qui se sont diversifiées dans l’ombre de l’impérialisme américain. Les gangs qui, selon la « tradition » (rappelez-vous les infâmes Tonton Macoutes, à la fois milice et police secrète créées en 1959 par le dictateur François Duvalier), font des ravages dans les quartiers pauvres, procèdent également à des massacres à des fins politiques. Des massacres couverts par l’État, comme documenté l’an dernier par un rapport de l’Observatoire haïtien des crimes contre l’humanité. De 2018 à 2020, dans les quartiers où les manifestations contre Moïse étaient les plus vives, elles ont fait 240 victimes civiles.

La Commission nationale pour le désarmement, le démantèlement et la réintégration a enregistré au moins 77 groupes criminels armés. En 2020, toujours par décret, Moise a suivi les traces de Duvalier et a créé l’Agence nationale de renseignement (ANI), une force para-policière pour réprimer la protestation sociale. Selon les organisations de défense des droits humains, 2020 a été l’année de la gangstérisation accélérée d’Haïti, au cours de laquelle au moins 1 000 personnes ont été kidnappées et autant sont mortes violemment. 

Le mois dernier, certains des chefs des quartiers populaires ont déclaré la guerre aux élites traditionnelles du pays et ont appelé les gens à piller des magasins : « Votre argent est ce qu’il y a dans les banques, les magasins, les supermarchés et les concessionnaires. Allez réclamer ce qui vous appartient », a déclaré un ancien policier bien connu, Jimmy Cherizier, surnommé Barbecue, dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux.

Comment lui en vouloir ? Face à l’extrême pauvreté dans laquelle vit la majeure partie de la population, désormais aggravée par le coronavirus dans un pays qui n’a reçu aucune dose de vaccins, il existe une minorité constituée de la bourgeoisie locale, d’importée, et de l’élite de la société civile, serviteurs des milliers d’ONG présentes, vivant dans le luxe. En février 2018, Moïse a appliqué la recette du FMI, déclenchant des protestations à travers le pays. L’année suivante, le scandale de corruption éclate. La Cour des comptes a remis au Sénat un rapport montrant qu’au moins 14 anciens responsables gouvernementaux avaient transféré dans leurs poches plus de 3,8 milliards de dollars arrivés du Venezuela via le programme Petrocaribe entre 2008 et 2016, et que la société de Moïse, l’Agritans, avait bénéficié de contrats pour construire des projets qui n’ont jamais été achevés, mais dont l’argent avait été empoché.

L’homme d’affaires Jovenel Moïse, le seigneur des bananes comme on l’appelait, ne se souciait pas de la gratitude de la population, mais de celle des parrains occidentaux, qui l’avaient placé là comme successeur du chanteur Michel Martelly et représentant l’élite agraire, malgré son manque d’expérience politique. Depuis l’année dernière, après avoir suspendu par décret les deux tiers du Sénat, l’ensemble du parlement et tous les maires du pays, il a déclaré vouloir rester en fonction jusqu’en 2022, sur la base de sa propre interprétation de la constitution.

Suite à sa politique, il rompt avec le Venezuela et Petrocaribe, provoquant une crise énergétique, et reconnaît l’autoproclamé Guaidó.

Les élections avaient été fixées au 26 septembre, plusieurs fois reportées, mais il a également décidé d’un référendum qui modifierait la constitution, la ramenant à l’époque de la dictature des Duvalier. Malgré le rejet de toute l’opposition populaire ou institutionnelle et aussi de la Conférence épiscopale, Moïse avait reçu l’aval de l’habituel Almagro, secrétaire général de l’OEA. En janvier 2020, Almagro avait soutenu la réforme constitutionnelle et le référendum, arguant, comme Moïse, que la constitution actuelle était la cause de tous les problèmes du pays.

Désormais, le premier ministre sortant, Claude Joseph, nommé arbitrairement par Moïse sans l’aval du parlement, qu’il avait dissous, disposant d’une majorité d’opposition, appelle lui aussi à une intervention étrangère. Certains accusent désormais le vice-ministre de facto, qui veut rester en fonction jusqu’aux élections et qui a déclaré l’état de siège, de vouloir faire un coup d’État et au moins avoir profité de l’assassinat. En fait, il aurait dû céder le poste à un autre premier ministre de facto, Ariel Henry, qui a également été nommé par Moïse sans avis du parlement le 5 juillet. Au lieu de cela, l’opposition institutionnelle appelle à une solution partagée qui inclut des personnalités de renom et les 10 sénateurs restants, car ils sont les seuls élus du pays.

Le meurtre de Moïse a-t-il été annoncé s’interroge désormais la presse, reprenant une interview de lui à El País au cours de laquelle le président de facto a déclaré avoir déjoué une attaque contre lui, tandis que son parti Tèt Kale accusait le “système” d’avoir financé les manifestations contre le gouvernement ? Certes, Moïse avait perdu le soutien de certains groupes économiques puissants, comme l’investisseur Reginald Boulos et la famille Vorbe, qui contrôlent le secteur de l’électricité et qui lui avaient publiquement demandé de partir. En représailles, le gouvernement a annoncé vouloir revoir certains contrats de grandes entreprises privées, également détenues par la famille Vorbe. 

Moïse était également un fervent partisan de Donald Trump. Suite à sa politique, il rompt avec le Venezuela et Petrocaribe, provoquant une crise énergétique, et reconnaît l’autoproclamé Guaidó. Après l’arrivée de Biden et le mouvement ultérieur des pions sur l’échiquier international, plus de soixante députés démocrates américains ont envoyé une lettre au secrétaire d’État Antony Blinken, lui demandant de revoir la politique avec Haïti. Dans la lettre, ils critiquent “l’insistance des Etats-Unis à vouloir à tout prix organiser des élections à la fin de cette année, avec le risque de déclencher davantage de violence dans le pays”. Et ils demandent à Biden d’utiliser « sa voix et son vote » auprès de l’ONU et de l’OEA afin que l’argent des contribuables ne soit pas utilisé pour soutenir le référendum que Moïse recherchait.

Autant d’arguments qui ont probablement conduit à la “retraite” sanglante du Banana King.

 

Résumé latino-américain 10 juillet 2021

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY