La crise climatique est une crise du capitalisme

0
70
Le conflit binational sur l'utilisation de l'eau de la rivière Dajabón ou Massacre pour l'irrigation, que le gouvernement d'Abinader a tenté d'exploiter électoralement, s'est retourné contre lui, ruinant le commerce frontalier et des centaines de producteurs agricoles dominicains

Les inondations de novembre 2023 ont provoqué d’importantes destructions. Bien que la crise climatique soit un phénomène mondial, elle n’est pas nouvelle et ne peut servir d’excuse à la négligence et à la corruption du gouvernement, qui adopte un modèle de développement qui abandonne des millions de personnes. Au sens profond, cette crise est l’expression du système économique mondial auquel notre pays est pleinement intégré. La sortie de cette crise passe précisément par un changement de système, et c’est vers la résolution de ce grand défi stratégique de notre temps que doit s’orienter notre activité politique.

Au cours du premier semestre, nous avons connu la pire sécheresse depuis 1997 et une crise dans la distribution d’eau, dans un pays où à peine la moitié des foyers ont accès à l’eau courante. En pleine pénurie, le gouvernement a garanti des millions de gallons par jour aux mégamineurs et à des projets touristiques comme la plus grande piscine des Caraïbes et les terrains de golf de Punta Cana.

Nous sommes parmi les pays les plus exposés aux conséquences de la crise climatique, dont les principales causes sont les puissances impérialistes qui génèrent les plus grandes émissions de gaz à effet de serre. La dévastation environnementale va au-delà de l’impact du climat et comprend une contamination massive de l’eau, de la terre et de l’air par le plastique et les métaux ; l’acidification et l’élévation du niveau des mers et des océans, ainsi que l’extinction massive d’espèces animales. La dégradation des conditions de vie de millions de personnes s’accélère à mesure que nous nous rapprochons dangereusement du seuil de 1,5 degré Celsius d’augmentation moyenne de la température mondiale par rapport aux niveaux précapitalistes.

Abinader attise la xénophobie raciste, tente de refuser au peuple haïtien l’accès à l’eau d’un fleuve binational et donne à la société canadienne Unigold une concession d’exploitation aurifère à Dajabón, qui affecterait plusieurs rivières binationales.

Une position unie des gouvernements de la région est nécessaire de toute urgence face au non-paiement de la dette extérieure et à la demande de compensation de la part des pays impérialistes, pour allouer ces fonds à la fois à l’atténuation et à la prévention des dommages et à la transformation de la matrice de production d’énergie, plans de logement, construction d’abris, barrages et autres travaux d’infrastructure pour réduire la vulnérabilité aux catastrophes.

Le conflit binational sur l’utilisation de l’eau de la rivière Dajabón ou Massacre pour l’irrigation, que le gouvernement d’Abinader a tenté d’exploiter électoralement, s’est retourné contre lui, ruinant le commerce frontalier et des centaines de producteurs agricoles dominicains. Alors qu’une politique binationale de préservation des bassins fluviaux et de coopération dans l’utilisation des ressources communes s’impose, Abinader fait le contraire : il attise la xénophobie raciste, tente de refuser au peuple haïtien l’accès à l’eau d’un fleuve binational et donne à la société canadienne Unigold une concession d’exploitation aurifère à Dajabón, qui affecterait plusieurs rivières binationales. Tout cela montre à quel point le gouvernement n’est pas à la hauteur des défis et est source de problèmes supplémentaires.

L’augmentation des températures favorise également l’apparition d’épidémies comme la dengue. La production animale dans les fermes industrielles, la déforestation et l’expansion des frontières agricoles et minières augmentent le risque de transmission de maladies d’autres espèces animales à l’homme.

Ces dernières années, les luttes environnementales sont celles qui génèrent les plus hauts niveaux de mobilisation dans notre pays. Il est important de promouvoir des mobilisations nationales comme celle de juin de cette année contre les barges Azua, contre la privatisation de l’eau, contre le pillage minier, contre le projet illégal Bucanyé du groupe espagnol Ebro à Pedernales et pour un modèle économie durable sur le plan environnemental.

Il est d’une importance stratégique de construire des alliances entre le mouvement environnemental et la classe ouvrière, pour faire face à l’alliance du gouvernement avec des entreprises comme la société chinoise Cormidom, qui a provoqué des catastrophes en 2021 et 2022 et mené une répression antisyndicale en 2023. Grâce à la lutte contre Barrick Gold et à leur projet de barrage à résidus, ils ont finalement dû le déplacer. L’année dernière, d’autres manifestations importantes ont eu lieu contre le projet de pillage minier Gold Quest à San Juan, contre la destruction de la rivière Yuna par les granceras et pour la défense de l’eau à Santiago.

Toute la géographie nationale est en proie à des excès capitalistes comme ceux de l’entreprise Kinnox à Los Alcarrizos, qui a contaminé la communauté au plomb, déforestant et envahissant les environs d’une rivière avec la complicité du gouvernement.

Le gouvernement est déterminé à détruire les mangroves de Cabo Rojo et à effrayer les baleines qui viennent dans la baie de Samaná, en augmentant la fréquence et la taille des navires de croisière qui visitent ces destinations.

Il est nécessaire d’interdire la production et la commercialisation de plastiques à usage unique et de construire une politique rationnelle de gestion des déchets solides. Exigeons que le charbon, le pétrole et le gaz restent sous terre, face à des projets tels que l’exploitation pétrolière au large de San Pedro de Macorís. Renforçons la demande de fermeture de Punta Catalina et d’expulsion des barges thermoélectriques d’Azua. Il existe plus de 350 décharges à ciel ouvert dans le pays et plusieurs ont brûlé cette année, comme celles de San Cristóbal, Puerto Plata et Jarabacoa. Entre avril et mai 2020, nous avons subi le grand incendie de la décharge de Duquesa, dans la capitale. Le problème de Duquesa pourrait être résolu avec un peu plus de deux cents millions de pesos, soit environ dix fois moins que l’investissement prévu pour l’inutile barrière frontalière, un ouvrage qui a déjà détruit plus de 30 mille mètres carrés du refuge faunique Laguna Saladilla.

Nous avons besoin d’un changement fondamental. Le capitalisme est un système non durable sur le plan environnemental et social. Les gouvernements capitalistes n’ont même pas réussi à réduire la consommation de pétrole, de gaz et de charbon, ni à organiser une agriculture durable. Il est plus urgent que jamais de s’organiser pour lutter pour un gouvernement de la classe ouvrière qui permette le développement d’une planification démocratique et scientifique de l’économie, qui satisfasse les besoins sociaux et qui soit durable sur le plan environnemental. La solution est le socialisme.

Mouvement socialiste des travailleurs de la République dominicaine
2 décembre 2023

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here