Jack Hirschman, poète marxiste est décédé à l’âge de 87 ans

0
195
Jack Hirschman et son épouse, poète et artiste Agneta Falk

Jack Hirschman, un universitaire et traducteur en neuf langues qui a abandonné une carrière de professeur d’université pour la vie d’un poète prolétaire de North Beach, est décédé dimanche à son domicile de Union Street à San Francisco.

Avec sa moustache en balai, son visage vieilli, ses cheveux en bataille et son chapeau bizarre, Hirschman était ce qu’on recherchait chez un bohème, et il a vécu le rôle dans une chambre simple dans le vieil hôtel au-dessus de Caffe Trieste. Même après que le mariage l’ait surclassé dans un cottage derrière un immeuble, Hirschman est toujours venu écrire tous les jours dans sa chambre.

Né à New York, le 13 décembre 1933 dans un milieu très modeste d’immigrés ukrainiens récents. C’est dans le Bronx qu’il a vécu toute sa jeunesse. Là, il a travaillé pour financer ses études et devenir enseignant de littérature anglaise, spécialiste de James Joyce et aussi traducteur de Mallarmé et de René Depestre à City Lights Books, à San Franciscco.

Jack Hirschman

Hirschman a commencé comme réviseur pour l’Associated Press et a ensuite enseigné à l’UCLA dans les années 1970 avant d’être licencié pour avoir encouragé ses étudiants à résister à la conscription pendant la guerre du Vietnam. Il a déménagé à North Beach peu de temps après, où il a écrit et publié son premier volume de poésie, « A Correspondence of Americans », et a été profondément impliqué dans les scènes littéraires du Caffe Trieste et de City Lights.

Membre du parti communiste américain, Hirschman a été rédacteur en chef adjoint du journal littéraire de gauche « Left Curve », a formé l’Union des écrivains de gauche de San Francisco et, en plus de sa propre poésie, il a traduit des dizaines d’ouvrages internationaux en anglais, notamment les poèmes d’un jeune Joseph Staline.

Il est nommé poète lauréat en 2006 et crée la même année le San Francisco International Poetry Festival. Trois ans plus tard, il devient poète en résidence à la bibliothèque publique de San Francisco.

Jack Hirschman a accompli beaucoup de choses pendant son séjour sur Terre. Parmi ses nombreuses réalisations, en plus d’avoir été auparavant poète officiel de San Francisco, il a écrit plus de 50 volumes de poésie et d’essais.

Il a également traduit beaucoup de poèmes haïtiens en anglais particulièrement le recueil de poésie Fistibal de Paul Laraque.

C’est un coup particulièrement dur pour la communauté artistique de San Francisco, car Hirschman est le troisième ancien poète lauréat de la SF à décéder en 2021. Lawrence Ferlinghetti est décédé en février et Janice Mirikitani est décédée en juillet.

Condoléances à son épouse, poète et artiste Agneta Falk.

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY