Haïti : l’intervention kenyane retardée ; le conflit s’intensifie à propos du canal frontalier

0
90
Une session au Parlement kenyan

Il y a un mois, il semblait que le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, avait musclé un État africain – le Kenya – pour fournir une couverture à l’intervention américaine en Haïti. Une fois que la façade de « sécurité et soutien multilatéral » pour autoriser le rôle du Kenya était en place, l’administration de Joe Biden pourrait commencer à mettre en œuvre ses projets pour Haïti et étouffer une source importante de migrants tentant d’entrer aux États-Unis.

Même si les Nations Unies n’auront pas la responsabilité de diriger l’intervention, le Conseil de sécurité de l’ONU a approuvé le rôle que le Kenya avait accepté de jouer.

Des obstacles surgissent

Le Parti communiste kenyan a été la première organisation au Kenya à exprimer une réaction négative à l’intervention, ce qu’il a fait immédiatement. Plus tard, certains opposants majeurs au président kenyan William Ruto et à son alliance Kenya Kwanza ont obtenu une ordonnance d’interdiction temporaire contre ce déploiement. La commande a été exécutée d’abord pendant une semaine, puis deux semaines et enfin un mois. Le Parlement kenyan souhaite également un débat sur la question.

Au milieu de toute cette tourmente politique, le roi Charles III est venu en visite officielle. Sa présence n’a eu aucune incidence directe sur le déploiement haïtien. Il rappelle cependant la torture et les tactiques terroristes de l’impérialisme britannique, utilisées dans les années 1950 lorsque ses troupes coloniales ont exécuté 10 000 Kenyans par pendaison et en ont torturé davantage dans sa tentative ratée de poursuivre son régime colonial en battant la rébellion Mau Mau.

Aux États-Unis, certains groupes influents de la classe dirigeante ont commencé à se demander si l’intervention kenyane peut réellement fonctionner efficacement en Haïti. Un article du 12 octobre publié par le Council on Foreign Relations exprimait ces doutes, ajoutant qu’il existe « une réelle possibilité que les Kenyans ne parviennent jamais à atteindre Port-au-Prince », la capitale haïtienne.

Le bâtiment du Parlement kenyan

La faim en Haïti et le canal de la rivière Massacre

Environ 50 % de tous les Haïtiens souffrent d’« insécurité alimentaire », ce qui signifie qu’ils ne reçoivent régulièrement pas suffisamment de nourriture pour « mener une vie active et saine ». Les agriculteurs haïtiens du nord-est d’Haïti ont décidé de faire quelque chose pour fournir davantage de nourriture. Ils ont appelé à un konbit – une institution haïtienne permettant aux agriculteurs de se réunir pour fournir de la main-d’œuvre pour tous les besoins de la communauté – pour achever un canal d’irrigation que le gouvernement haïtien avait commencé des années plus tôt.

Plus d’eau – à un débit contrôlé – signifie de plus grandes récoltes et plus de nourriture. Le canal utiliserait l’eau de la rivière Massacre, qui forme une longue section de la frontière séparant Haïti de la République dominicaine et qui fut le site du massacre d’Haïtiens en 1937 par l’armée du pays frontalier.

Luis Abinader, président de la République dominicaine, qui doit faire face à des élections en 2024, a eu une réaction rapide, raciste et dure à l’égard du canal haïtien. Il a décidé de fermer toutes les frontières – terrestres, aériennes et maritimes – ainsi que d’expulser des dizaines de milliers de travailleurs haïtiens. Compte tenu des liens économiques et culturels étroits entre le pays et Haïti, ces fermetures de frontières ont eu un effet économique majeur sur l’économie de la République dominicaine.

Luis Abinader, président de la République dominicaine

La réaction du peuple haïtien aux démarches d’Abinader a été une adhésion massive et enthousiaste à tout le travail qu’implique un grand projet de construction. Les blocs de béton livrés sur un camion étaient passés main dans la main et le camion était vidé plus rapidement qu’un chariot élévateur ne pourrait le faire.

La nourriture était préparée à proximité des ouvriers, afin qu’ils aient plus de temps pour faire le travail.

Les vidéos étaient inspirantes et le sentiment patriotique si intense que le gouvernement de facto d’Haïti s’est effondré et a envoyé un comité de ministres – de l’agriculture, de l’environnement, du commerce et de l’industrie – pour rencontrer le comité organisateur du konbit. Le gouvernement va composer avec une équipe technique de l’Organisation des États américains sollicitée par la République dominicaine.

Les États-Unis ont décrit le problème majeur d’Haïti comme les conséquences du conflit violent entre des gangs criminels qui, selon eux, se livrent à l’extorsion, aux enlèvements, aux vols et à l’anarchie générale.

Washington refuse de clarifier le rôle historique des États-Unis dans les multiples façons dont ils ont contribué et causé les problèmes d’Haïti, y compris les interventions militaires et le soutien au plus brutal des dictateurs fantoches d’Haïti.

Si les États-Unis payaient les réparations qu’ils doivent à Haïti et cessaient de s’immiscer dans ses affaires intérieures, le peuple haïtien serait tout à fait capable de construire un État moderne et décent. La façon dont ils ont construit leur canal est un bon exemple de leurs capacités.

 

Workers World 9 novembre 2023

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here