Haïti : le summum de l’impérialisme

0
267
Ce n'est pas un hasard si la première république noire du monde est aussi le pays le plus pauvre de l'hémisphère occidental, Haïti. C'est le seul pays au monde où les esclaves ont mené une révolte réussie.

Ce n’est pas un hasard si la première république noire du monde est aussi le pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental, Haïti… L’histoire d’Haïti est l’histoire de l’impérialisme, de l’exploitation et de la déshumanisation. Typiquement, les puissances coloniales, ou hégémonies, envahissent les pays et exploitent les masses, c’est-à-dire qu’elles volent leurs ressources humaines et naturelles.

De nombreuses personnes ont été choquées et indignées de voir les images provenant de la frontière du Texas avec le Mexique, où des agents frontaliers américains sont vus intimider et même fouetter des Haïtiens essayant d’entrer dans le pays. Pour bien comprendre cette image, il faut remonter le temps. L’histoire d’Haïti est intimement liée à son présent!

L’histoire d’Haïti est l’histoire de l’impérialisme, de l’exploitation et de la déshumanisation.

Ce n’est pas un hasard si la première république noire du monde est aussi le pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental, Haïti. C’est le seul pays au monde où les esclaves ont mené une révolte réussie.

Leur résistance a non seulement conduit à la Révolution haïtienne, mais a également conduit Haïti à avoir l’inimitié perpétuelle de ses anciens colonialistes européens et de ses cousins ​​américains. Les puissances hégémoniques doivent continuer à rappeler aux indigènes de ce pays, qui les ont chassés, leur erreur fatale : être noirs, insurgez-vous et triomphez contre les occupants européens !

L’histoire d’Haïti est l’histoire de l’impérialisme, de l’exploitation et de la déshumanisation. Typiquement, les puissances coloniales, ou hégémonies, envahissent les pays et exploitent les masses, c’est-à-dire qu’elles volent leurs ressources humaines et naturelles.

Les occupants provoquent des bouleversements économiques, politiques et sociaux pour maintenir l’engagement des indigènes et les empêcher de se soulever. Lorsque les conditions deviennent si misérables dans leur pays d’origine que beaucoup décident d’émigrer, ces individus sont encore plus diabolisés. En réalité, les pays colonisés ont financé des modes de vie en Europe et aux États-Unis. Pourtant, dans un style hégémonique typique, c’est le pays impérialiste, qui se présente comme altruiste, qui considère même ces « êtres humains inférieurs » issus de « pays de merde ».

En fin de compte, les exploités sont caractérisés comme sans éducation, sans principes, pauvres et ignorants, et l’exploiteur est considéré comme intelligent, riche et bienveillant.

Christophe Colomb a “découvert” Hispaniola, maintenant connue sous le nom d’Haïti, en 1492. Au cours des 25 années qui ont suivi son arrivée sur l’île, la population indigène avait été presque totalement anéantie par les Espagnols. Ensuite, ils ont commencé à importer des Africains qu’ils ont réduits en esclavage pour construire le territoire. En 1517, ils prirent 15 000 Africains. Les Français ont pris l’île en 1625 et sa période coloniale a duré jusqu’en 1803.

Le quartier a été rebaptisé Saint Domingue. Et on pense que jusqu’à 700 000 Africains y ont été réduits en esclavage et ont travaillé dans des conditions extrêmement difficiles pour créer beaucoup de richesses pour les colonisateurs français.

Il y avait environ 8 000 plantations, toutes exploitées par des esclaves. Le climat et le sol étaient parfaits pour diverses cultures. Juste avant la révolution haïtienne de 1804, Saint Domingue était la colonie la plus lucrative de la planète, produisant du sucre, du café, de l’indigo, du cacao et du coton. Un habitant de la France sur huit vivait de Saint Domingue et du commerce de ses produits. La colonie était très lucrative pour les Français et dévastatrice pour l’esclave africain, qui travaillait gratuitement et était terrifié.

Les scènes récentes que le groupe terroriste Daesh nous a exposées reflètent des types de violence similaires à celles auxquelles les esclaves africains ont été exposés à Saint Domingue. Elles ont été torturées devant les autres, démembrées, brûlées sur le bûcher, violées et même crucifiées pour faire comprendre que seule l’obéissance absolue de l’esclave à son maître était acceptée. Les esclaves travaillaient littéralement jusqu’à la mort.

De petites poches de résistance à l’esclavage se sont développées et les anciens esclaves, qui s’étaient échappés des plantations, ont formé des groupes et mené des offensives et des guerres contre les propriétaires d’esclaves et leurs plantations.

Les Français, au lieu de dédommager Haïti pour son exploitation des ressources humaines et naturelles du pays, ont exigé des réparations

C’étaient des combattants intrépides, car leurs conditions d’esclaves étaient si difficiles que la plupart préféraient mourir plutôt que de continuer à vivre dans ces conditions.

Les offensives et les révoltes se poursuivent. Napoléon Bonaparte a envoyé jusqu’à 20 000 soldats de l’Empire français pour combattre le soulèvement. Mais finalement, en 1804, les anciens esclaves se sont soldés par une victoire, qui a conduit à la Révolution haïtienne.

Les Français, au lieu de dédommager Haïti pour son exploitation des ressources humaines et naturelles du pays, dans un style colonial typique, ont exigé des réparations pour ce qui est maintenant Haïti ! Le pays a dû payer à la France 150 millions de francs, l’équivalent de 21 milliards de dollars aujourd’hui.

De 1825 à 1947, les Haïtiens ont payé leur « dette » à la France. Au lieu que le pays nouvellement indépendant puisse dépenser pour son peuple et améliorer son mode de vie, il a dû remettre la majeure partie de son argent à la France. Il était assez difficile pour le pays de payer cet argent. Les États-Unis se sont alors rendus en Haïti pour offrir « de l’aide » pour payer sa dette, offrant des prêts pour que les Haïtiens puissent payer les Français.

Le gouvernement a encouragé les banques américaines à prêter de l’argent, afin que Washington puisse avoir plus d’influence sur le pays.

Le gouvernement a agi comme une sorte de garant des banques, faisant pression sur Haïti pour qu’il donne à Washington le contrôle de ses politiques commerciales et accorde des concessions aux entreprises américaines.

Haïti a eu du mal à rembourser ses prêts à Washington, car jusqu’à 80% de ses revenus ont été utilisés pour payer la dette extérieure. En 1914, l’US Navy, au nom de la National City Bank, maintenant connue sous le nom de Citibank, a envoyé des troupes en Haïti.

En 1915, les États-Unis ont simplement décidé d’envahir et d’occuper Haïti et ont pris le contrôle du Trésor haïtien. Depuis lors et jusqu’à nos jours, Washington continue son hégémonie économique sur Haïti.

L’USS Machias a accosté à Port-au-Prince et les troupes américaines sont entrées directement dans la Banque nationale d’Haïti et ont emporté 500 000 $. Et en 1915, les États-Unis ont simplement décidé d’envahir et d’occuper Haïti et ont pris le contrôle du Trésor haïtien et ont forcé des hommes à se battre pour eux et ont mis en œuvre des politiques discriminatoires dans le pays pour maintenir le peuple divisé et ont causé la mort de milliers d’Haïtiens. Ils ont également modifié la constitution, qui interdisait aux étrangers de posséder des terres, et des entreprises américaines ont commencé à acheter des terres haïtiennes.

Cette occupation américaine a duré jusqu’en 1934, mais Washington a continué son hégémonie économique sur Haïti et depuis lors jusqu’à nos jours, les États-Unis ont mené des coups d’État et soutenu des dictateurs brutaux pour tenter d’écraser la volonté du peuple haïtien et de le maintenir appauvri. Les Haïtiens ont toujours été résilients malgré la vie dans des situations très difficiles, des catastrophes naturelles aux catastrophes causées par l’homme.

Les États-Unis ont imposé plusieurs dictateurs, orchestré des coups d’État, volé des élections et attaqué Haïti à plusieurs reprises pour protéger les intérêts américains. Et aujourd’hui, l’exploitation d’Haïti se poursuit par des entreprises et même des organisations dites humanitaires, agissant pour le compte de Washington.

L’occupation, au moyen des forces des Nations Unies, a eu lieu à partir de 2004 et a continué à causer de graves dommages à la nation. Pour commencer, l’occupation était illégale, puisque le pays n’était pas en guerre.

les États-Unis ont mené des coups d’État et soutenu des dictateurs brutaux pour tenter d’écraser la volonté du peuple haïtien

Le choléra a été introduit dans la nation insulaire par les forces d’occupation de l’ONU et a tué jusqu’à 10 000 Haïtiens. Les forces de l’ONU ont été impliquées dans le viol d’enfants, la prostitution ; Et maintenant en Haïti, sur une population de 11,2 millions d’habitants, au moins 100 000 Haïtiens seraient des enfants illégitimes des forces de l’ONU. Les troupes de l’ONU ont bénéficié de l’immunité pendant leur séjour dans le pays, ce qui signifie que tous les crimes qu’ils ont commis sont restés impunis.

La violence et l’exploitation ont été le modus operandi des puissances occidentales en Haïti et le pays continue de payer pour son péché originel : d’anciens esclaves noirs battant les Européens et établissant une nation indépendante ! Les Haïtiens ne devraient jamais pouvoir être un exemple et montrer les possibilités et le potentiel de cette nation. Ils doivent être maintenus dans la pauvreté et occupés, afin que l’esprit d’indépendance soit écrasé et ne serve d’exemple à personne, en particulier aux Noirs américains.

Se référant à la force brutale manifestée envers les Haïtiens lors de leur entrée aux États-Unis par la patrouille frontalière, la vice-présidente Kamala Harris a déclaré : « Je veux dire, parler d’un pays qui vient de vivre tant de tragédies. Et nous devons vraiment faire beaucoup plus pour reconnaître qu’en tant que membre de l’hémisphère occidental, nous devons répondre à certains besoins très fondamentaux du peuple haïtien afin de se relever et de faire ce que les gens veulent naturellement faire, qu’ils viennent d’Haïti ou d’ailleurs Pays d’Amérique centrale. Les gens veulent rester à la maison. Ils ne veulent pas quitter la maison. Mais ils partent quand ils ne peuvent pas répondre à leurs besoins de base. »

Ce qu’il ne fait pas remarquer, ce sont les innombrables complots et grands braquages ​​initiés par des pays, comme les États-Unis, pour que ce qu’il vient de dire ne soit PAS rempli et c’est que les Haïtiens puissent rester chez eux et satisfaire leurs besoins de base.

En raison de sa violation économique et de son instabilité politique, le pays est voué à l’échec. Un territoire qui était le plus lucratif pour les Français ne peut plus se nourrir, même s’il est riche en ressources naturelles.

C’est la réalité, non pas pour ne pas pouvoir le faire, mais pour ne pas se permettre de s’épanouir et ne pas pouvoir être un exemple. C’est l’histoire d’Haïti.

Résumé latino-américain 22 septembre 2021

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY