Haïti, laboratoire de l’Empire

Alors que les États-Unis et leurs alliés poussent à une nouvelle intervention étrangère, les utilisations et les abus de la première république noire comme terrain d’essai de l’impérialisme offrent de sévères avertissements. Haïti lutte toujours pour être libre.

0
212
Une manifestation commémore le 100e anniversaire de l’occupation américaine d’Haïti et le lancement du tribunal populaire, Port-au-Prince, juillet 2015. (MARK SCHULLER)

En décembre 2019, le président Donald Trump a signé la loi H.R.2116, également connue sous le nom de Global Fragility Act (GFA). Bien que cette loi ait été élaborée par le conservateur United States Institute of Peace, elle a été présentée au Congrès par le représentant démocrate Eliot L. Engel, alors président de la commission des affaires étrangères de la Chambre, et coparrainé par un groupe bipartisan de représentants, comprenant, de manière significative, la démocrate Karen Bass. Le GFA présente de nouvelles stratégies pour déployer la puissance dure et douce des États-Unis dans un monde en évolution. Il concentre la politique étrangère américaine sur l’idée qu’il existe des « États fragiles », des pays sujets à l’instabilité, à l’extrémisme, aux conflits et à l’extrême pauvreté, qui constituent vraisemblablement des menaces pour la sécurité des États-Unis.

Bien que cela ne soit pas explicitement indiqué, les analystes affirment que le GFA vise à empêcher des interventions militaires américaines inutiles et de plus en plus inefficaces à l’étranger. L’objectif déclaré est que les États-Unis investissent dans « leur capacité à prévenir et atténuer les conflits violents » en finançant des projets qui imposent « une approche interinstitutionnelle entre les acteurs clés, notamment l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) et les ministères du Développement international. État, Défense et Trésor » en collaboration avec « les alliés et partenaires internationaux ».

En avril 2022, l’administration Biden-Harris a affirmé son engagement envers le GFA en décrivant une stratégie pour sa mise en œuvre. Comme détaillé dans le prologue de la stratégie, la nouvelle approche de politique étrangère du gouvernement américain dépend de « partenaires disposés à relever les défis communs et à partager les coûts ». « En fin de compte », poursuit le document, « aucune intervention américaine ou internationale ne réussira sans l’adhésion et l’appropriation mutuelle de partenaires régionaux, nationaux et locaux de confiance. » L’administration Biden a également souligné que le GFA utiliserait les Nations Unies et « d’autres organisations multilatérales » pour mener à bien ses missions. Le prologue présente un plan sur 10 ans pour le GFA qui, selon l’Institut américain pour la paix, « permettra l’intégration et l’ordonnancement des efforts diplomatiques, de développement et militaires des États-Unis ». Parmi les cinq pays pilotes pour la mise en œuvre de GFA, Haïti est la première cible.

Le Global Fragility Act semble offrir une réinitialisation de la politique étrangère américaine de manière à changer de tactique tout en maintenant les objectifs et stratégies de domination mondiale des États-Unis.

Saluée par les experts en développement comme une législation « historique » et, comme l’a rapporté Foreign Policy, comme un « changement potentiel dans le monde de l’aide étrangère américaine », la loi semble offrir une réinitialisation de la politique étrangère américaine de manière à changer de tactique tout en maintenant les objectifs et stratégies de domination mondiale des États-Unis. La loi et son prologue expriment clairement que les principaux objectifs sont de faire progresser la sécurité et les intérêts nationaux des États-Unis et « gérer les puissances rivales », vraisemblablement la Russie et la Chine. En ce sens, en particulier pour les gouvernements et les sociétés de l’hémisphère occidental, l’ACM peut être considéré comme une refonte de la doctrine Monroe, la position de politique étrangère américaine de 1823 qui a établi la région entière comme sa sphère d’influence reconnue, façonnant l’impérialisme américain. Le GFA utilise un langage astucieux – s’attaquant aux « moteurs » de la violence, promouvant la stabilité dans les « régions sujettes aux conflits », soutenant les « solutions politiques menées au niveau local » – qui cache la véritable intention de la législation : rebaptiser l’impérialisme américain.

Lors de leurs délibérations sur le Global Fragilities Act, les responsables américains ont qualifié Haïti de l’un des États les plus « fragiles » du monde. Pourtant, cette prétendue fragilité a été causée par plus d’un siècle d’ingérence américaine et une volonté constante de nier la souveraineté haïtienne. Tout au long d’une longue histoire et d’un impérialisme complexe – bien que flagrant –, Haïti a été et continue d’être le principal laboratoire des machinations impériales américaines dans la région et dans le monde entier. Il n’est donc pas surprenant qu’Haïti soit la première cible de la dernière réarticulation par les États-Unis d’une politique visant à maintenir l’hégémonie mondiale.

En fait, un examen des actions des États-Unis et de la soi-disant « communauté internationale » en Haïti de 2004 à aujourd’hui démontre comment Haïti a servi de terrain d’essai – de laboratoire – pour une grande partie de ce qui est contenu dans le Global Loi sur les fragilités. En d’autres termes, le GFA n’est pas tant une nouvelle politique qu’une expression formelle de la politique américaine de facto envers Haïti et le peuple haïtien au cours des deux dernières décennies. Sans reconnaître ces usages et abus d’Haïti, site de l’expérience néocoloniale la plus longue et la plus brutale du monde moderne, nous ne pouvons pas comprendre pleinement le fonctionnement de l’hégémonie américaine (et occidentale). Et si nous ne pouvons pas comprendre l’hégémonie américaine, nous ne pouvons pas la vaincre. Et Haïti ne sera jamais libre.

La souveraineté à nouveau refusée

Depuis 2004, Haïti est de nouveau sous occupation étrangère et manque de souveraineté. Ce n’est pas une hyperbole. Prenons, par exemple, une série d’événements et d’actions après l’assassinat, le 7 juillet 2021, du président sans doute illégitime mais toujours en exercice d’Haïti, Jovenel Moïse. Le lendemain de l’assassinat, Helen La Lime, chef du Bureau intégré des Nations Unies en Haïti (BINUH), a déclaré que le Premier ministre par intérim Claude Joseph dirigerait le gouvernement haïtien jusqu’à la date des élections. Cependant, en raison du statut intérimaire de Joseph, la ligne de succession n’était pas claire. Quelques jours avant son assassinat, Moïse avait nommé le neurochirurgien et allié politique Ariel Henry au poste de Premier ministre pour remplacer Joseph, mais il n’avait pas encore prêté serment.

Quelques jours après l’assassinat de Moïse, l’administration Biden a envoyé une délégation en Haïti pour rencontrer Joseph et Henry, ainsi que Joseph Lambert, qui avait été choisi par les 10 sénateurs restants d’Haïti, les seuls élus du pays à l’époque. … pour se présenter à la présidence en attendant de nouvelles élections. Malgré ces revendications concurrentes au pouvoir, Washington a choisi son camp. La délégation américaine a mis Lambert sur la touche, a convaincu Joseph et Henry de parvenir à un accord sur la gouvernance d’Haïti et a exhorté Joseph à se retirer.

Une semaine plus tard, le 17 juillet, le BINUH et le Core Group – une organisation composée principalement de puissances étrangères occidentales dictant la politique en Haïti – ont publié une déclaration. Ils ont appelé à la formation d’un « gouvernement consensuel et inclusif », ordonnant à Henry, en tant que Premier ministre désigné nommé par Moïse, « de poursuivre la mission qui lui a été confiée ». Deux jours plus tard, le 19 juillet, Joseph annonça qu’il se retirerait, permettant à Henry d’assumer le rôle de Premier ministre le 20 juillet. Le « nouveau » gouvernement et le cabinet, complètement non élus, étaient composés principalement de membres du parti haïtien Tèt Kale. (PHTK), le parti politique néo-duvaliériste de Moïse et de son prédécesseur Michel Martelly. À la suite du tremblement de terre dévastateur de 2010, le PHTK, avec Martelly à sa tête, a été mis en place par les États-Unis et d’autres puissances occidentales sans le soutien des masses haïtiennes.

Après que l’ambassade des États-Unis, le Core Group et l’Organisation des États américains (OEA) aient publié des déclarations similaires applaudissant la formation d’un nouveau gouvernement de « consensus », le secrétaire d’État américain Antony Blinken a affirmé son soutien aux dirigeants non élus. « Les États-Unis saluent les efforts déployés par les dirigeants politiques d’Haïti pour s’unir dans le choix d’un Premier ministre par intérim et d’un cabinet d’unité », a-t-il déclaré dans un communiqué. En fait, les véritables décideurs d’Haïti – ou ce que j’ai appelé les « dirigeants blancs d’Haïti » – ont déterminé le remplacement du gouvernement haïtien par le biais d’un communiqué de presse.

​Pendant ce temps, le processus décisionnel de la communauté internationale a complètement laissé de côté les organisations de la société civile haïtienne, qui se réunissaient depuis début 2021 pour trouver un moyen de résoudre la crise politique du pays alors que Moïse, déjà au pouvoir par décret, était sur le point de prolonger son mandat constitutionnel. Ces groupes ont catégoriquement rejeté le gouvernement intérimaire imposé par l’étranger et ont critiqué les actions de la communauté internationale comme étant manifestement coloniales.

Qui et quelles sont les entités qui prennent des décisions pour Haïti et le peuple haïtien, et comment ont-elles revendiqué des rôles aussi importants dans le contrôle de la politique haïtienne ? Les Haïtiens ne sont pas membres du BINUH, de l’OEA ou du Core Group. Mais la question de la souveraineté du pays – ou de son absence – est également centrale. Haïti est sous contrôle militaire et politique étranger depuis près de 20 ans. Mais ce n’est bien sûr pas la première fois qu’Haïti est sous occupation.

L’héritage du contrôle et de l’occupation étrangers

À l’été 1915, les Marines américains débarquèrent à Port-au-Prince et entamèrent une période de 19 ans de régime militaire visant à anéantir la souveraineté de la première république noire du monde moderne. Au cours de cette première occupation, comme je l’ai écrit ailleurs avec Peter James Hudson, « les États-Unis ont réécrit la constitution haïtienne et installé un président fantoche [qui a signé des traités qui confiaient le contrôle des finances de l’État haïtien au gouvernement américain], ont imposé la censure de la presse et la loi martiale et a introduit la politique de Jim Crow et le travail forcé sur l’île. Conformément à sa vision raciste selon laquelle les Noirs n’ont pas la capacité de se civiliser ou de se gouverner eux-mêmes, Washington a justifié qu’il était nécessaire d’enseigner aux Haïtiens les arts de l’autonomie gouvernementale – une vision qui perdure aujourd’hui.

Haïti a été le seul pays à ne pas être plongé dans une guerre civile à bénéficier d’un déploiement militaire au titre du Chapitre VII de l’ONU.

Mais le travail le plus prononcé des Marines américains était la contre-insurrection. Ils ont mené une campagne de « pacification » dans toutes les campagnes pour réprimer un soulèvement paysan contre l’occupation, en utilisant pour la première fois des techniques de bombardement aérien. En larguant des bombes depuis des avions sur les villages haïtiens, les campagnes de pacification ont fait plus de 15 000 morts et d’innombrables autres mutilés. Ceux qui ont survécu et ont continué à résister ont été torturés et envoyés dans des camps de travail.

Les États-Unis ont finalement quitté le pays en 1934 après des protestations massives du peuple haïtien. Mais l’un des résultats les plus conséquents fut la création et la formation pendant l’occupation d’une force de police locale, la Gendarmerie d’Haïti. Pendant des années, cette force de police et ses successeurs ont été utilisés pour terroriser le peuple haïtien, un héritage qui perdure aujourd’hui.

Dans les années qui ont suivi l’occupation de 1915-1934, les États-Unis ont continué à intervenir politiquement et économiquement dans les affaires haïtiennes. Le plus notoire de ces engagements fut le soutien des États-Unis à la dictature brutale de François « Papa Doc » Duvalier et de Jean-Claude « Baby Doc » Duvalier. Lors des premières élections démocratiques après la chute du régime Duvalier, les États-Unis ont tenté en vain d’empêcher l’ascension du candidat populaire Jean-Bertrand Aristide. Cependant, neuf mois après son élection en janvier 1991, Aristide fut destitué lors d’un coup d’État financé par la CIA. Le coup d’État n’a cependant pas été consolidé en raison de la résistance continue du peuple haïtien. En 1994, l’administration du président américain Bill Clinton a été contrainte de ramener Aristide en Haïti après trois ans d’exil, avec plus de 20 000 soldats américains à sa remorque. Aristide était désormais l’otage de la politique néolibérale américaine. Les troupes sont restées jusqu’en 2000.

Haïti a officiellement perdu de nouveau sa souveraineté nominale fin février 2004. Les gouvernements occidentaux, ainsi que la puissante élite haïtienne, n’ont jamais soutenu le gouvernement Aristide, probablement en raison de ses positions « populistes et anti-économie de marché », comme l’a déclaré l’ancienne ambassadrice américaine Janet Sanderson plus tard, dans un câble diplomatique divulgué en 2008, appelant à une intervention étrangère continue. Ainsi, lorsqu’Aristide a remporté un second mandat aux élections de 2000, quelques mois seulement après que son parti Fanmi Lavalas ait obtenu la majorité des sièges au Parlement, les États-Unis et leurs partenaires occidentaux ont travaillé pour discréditer l’administration. L’ambassadeur de France en Haïti à l’époque, Thierry Burkhard, a admis plus tard que la France était préoccupée par le fait qu’Aristide exigeait une restitution financière pour l’indemnité immorale – ou ce que le New York Times a appelé « La Rançon » – qu’Haïti a été contraint de payer pour son indépendance. .

Les plans d’intervention et d’occupation de 2004 avaient été élaborés l’année précédente lors d’une réunion au Canada baptisée « Initiative d’Ottawa sur Haïti ». Aristide était revenu au pouvoir depuis deux ans. Le premier ministre canadien Jean Chrétien et son gouvernement du Parti libéral ont organisé une conférence de deux jours, du 31 janvier au 1er février 2003, au lac Meech, un lieu de villégiature gouvernemental près d’Ottawa, qui a réuni de hauts responsables des États-Unis, de l’Union européenne et de l’OEA pour discuter décider de l’avenir de la gouvernance d’Haïti. Aucun représentant d’Haïti n’était présent. Le journaliste canadien Michel Vastel, qui a eu vent de cette réunion secrète, a rapporté que la discussion à Ottawa incluait l’éventuelle destitution d’Aristide avec une potentielle tutelle dirigée par l’Occident sur Haïti.

Le 29 février 2004, le président Aristide a été destitué, embarqué sur un vol par les Marines américains et transporté par avion vers la République centrafricaine. Presque immédiatement, le président américain George W. Bush a envoyé 200 soldats américains à Port-au-Prince pour « aider à stabiliser le pays ». Le soir de l’expulsion d’Aristide, 2 000 soldats américains, français et canadiens étaient sur le terrain.

Entre-temps, à la demande des États-Unis et de la France, membres permanents, le Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU) a adopté à l’unanimité une résolution autorisant « le déploiement immédiat d’une force multinationale intérimaire pour une période de trois mois pour aider à sécuriser et stabiliser la capitale, Port-au-Prince, et ailleurs dans le pays. En d’autres termes, l’ONU a voté pour l’envoi d’une mission de « maintien de la paix » en Haïti. Il est important de noter que la résolution 1529 a été adoptée en vertu du Chapitre VII de la Charte des Nations Unies, qui, contrairement à une résolution du Chapitre VI, autorise les forces de l’ONU à entreprendre une action militaire par voie terrestre, aérienne et maritime sans nécessiter le consentement des parties en conflit. Autrement dit, la résolution autorise la force multinationale à « prendre toutes les mesures nécessaires pour remplir son mandat ».

La mission de l’ONU en Haïti soulève quatre points importants. Premièrement, Haïti a été le seul pays à ne pas être plongé dans une guerre civile à bénéficier d’un déploiement militaire au titre du Chapitre VII de l’ONU. Il y a certainement eu des protestations locales lors de l’adoption de la résolution, mais il s’agissait d’Haïtiens manifestant contre la destitution de leur président démocratiquement élu. En d’autres termes, la situation en Haïti ne peut pas être considérée comme une guerre civile, au sens normal du terme, qui mériterait un déploiement au titre du Chapitre VII (si un tel déploiement peut un jour être mérité). Au contraire, grâce au déploiement, les mêmes personnages qui ont initié et consolidé le coup d’État ont réprimé une protestation populaire.

​Deuxièmement, les acteurs clés qui ont soutenu et aidé le renversement d’Aristide étaient également des membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, le seul organisme ayant le pouvoir de déployer une mission multinationale de « maintien de la paix ». L’Initiative d’Ottawa montrait clairement que les États-Unis, la France et le Canada avaient conspiré pour éliminer Aristide et détruire l’État haïtien. Troisièmement, et dans le même ordre d’idées, pour justifier l’intervention étrangère et l’occupation qui a suivi, les États-Unis et la France ont concocté un récit selon lequel Aristide avait abdiqué la présidence. En effet, les documents et résolutions de sécurité de l’ONU sur Haïti à cette époque, ainsi que les rapports des médias occidentaux, ont souligné la « démission » présumée d’Aristide comme raison du déploiement des forces militaires de l’ONU.

Le 1er mars 2004, au lendemain de l’éviction d’Aristide, Démocratie maintenant ! a diffusé une remarquable émission en direct au cours de laquelle la députée américaine et présidente du Congressional Black Caucus, Maxine Waters, a appelé pour dire qu’elle avait parlé au président Aristide. “Il a dit qu’il avait été kidnappé”, a rapporté Waters. « Il a dit qu’il avait été forcé de quitter Haïti … que l’ambassade américaine avait envoyé des diplomates … et ils lui ont ordonné de partir. » Dans les semaines qui ont suivi, Aristide a parlé à Democracy Now ! à propos de l’enlèvement. « Quand vous avez des militaires venant de l’étranger qui entourent votre maison, prennent le contrôle de l’aéroport, entourent le palais national, sont dans les rues, et [ils] vous font sortir de chez vous pour vous mettre dans l’avion », a-t-il déclaré, «  … il utilisait la force pour faire sortir de son pays un président élu.

Un convoi des Marines américains traverse Port-au-Prince, Haïti, le 5 avril 2004. (CPL Eric Ely / Corps des Marines des États-Unis)

Quatrièmement, et c’est peut-être le plus flagrant, le CSNU a affirmé que le soi-disant gouvernement intérimaire mis en place à la suite de l’éviction d’Aristide avait demandé la force de stabilisation. Mais ce gouvernement était illégitime. Dans son livre de 2012 Paramilitarism and the Assault on Democracy in Haiti, Jeb Sprague raconte que tôt le matin, après que les Aristide aient été escortés à l’aéroport, l’ambassadeur américain en Haïti, James Foley, est venu chercher le juge de la Cour suprême haïtienne Boniface Alexandre et l’a emmené avec lui au « bureau du Premier ministre pour des consultations en vue de son accession au pouvoir ». Le Premier ministre haïtien, Yvon Neptune, a rapporté plus tard qu’il n’avait pas son mot à dire – et qu’il n’avait pas non plus participé, comme le dicte la loi haïtienne – à la prestation de serment du président par intérim d’Haïti installé par les États-Unis. Le premier acte d’Alexandre en tant que président par intérim fut, sur ordre de l’ambassadeur américain, de soumettre une demande officielle au Conseil de sécurité des Nations Unies pour que des forces militaires multinationales rétablissent l’ordre public. Le CSNU a immédiatement autorisé le déploiement.

Prises ensemble, ces réalités démontrent comment l’ensemble du déploiement et de l’occupation de l’ONU – fondés sur un coup d’État parrainé par deux membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, prétendant que le président avait démissionné et la prestation de serment illégale d’un chef d’État illégitime – étaient frauduleux. Dans le même temps, les protestations du peuple haïtien ont été qualifiées par les gouvernements et les médias occidentaux de « violence de gang » et d’action de « bandits ». De telles caractérisations non seulement exploitaient des stéréotypes racistes séculaires selon lesquels les Haïtiens étaient toujours déjà violents, mais fournissaient également un prétexte supplémentaire pour le déploiement du Chapitre VII. Pour ajouter l’insulte à l’injure, la plupart des résolutions de l’ONU faisaient référence à la garantie de la « souveraineté » d’Haïti, comme si cette souveraineté pouvait coexister avec un contrôle politique étranger et une occupation militaire.

Le coup d’État illégal de 2004 a été à la fois perpétré et nettoyé avec la sanction de l’ONU. Le 1er juin 2004, l’ONU a officiellement succédé aux forces américaines et a créé la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) sous couvert d’établir la paix et la sécurité. Opération de plusieurs milliards de dollars, la MINUSTAH comptait à tout moment entre 6 000 et 13 000 soldats et policiers stationnés en Haïti aux côtés de milliers de bureaucrates, de personnel technique et de personnel civil. Dans un horrible parallèle avec la première occupation américaine d’Haïti, les soldats de la MINUSTAH ont commis de nombreux actes de violence contre le peuple haïtien, notamment des fusillades et des viols. Les soldats de la MINUSTAH sont également responsables de l’introduction du choléra dans le pays, une maladie qui a officiellement tué jusqu’à 30 000 personnes et infecté près d’un million de personnes.

Mais ce qui a le plus solidifié cette occupation a été la création et l’opérationnalisation du Core Group. Coalition internationale d’« amis » autoproclamés et non noirs d’Haïti, le Core Group a été créé dans le cadre de la résolution de l’ONU de 2004 qui a amené des soldats et des technocrates étrangers dans le pays. Bien que la composition du groupe ait fluctué depuis sa création initiale, il compte actuellement neuf membres : le Brésil, le Canada, la France, l’Allemagne, l’Espagne, les États-Unis, l’Union européenne, l’OEA et l’Organisation des Nations Unies. Il est significatif que le groupe n’ait jamais eu de représentant haïtien. L’objectif déclaré du Core Group est de superviser la gouvernance d’Haïti à travers la coordination des différentes branches et éléments de la mission des Nations Unies en Haïti. Mais dans la pratique, le Core Group représente un exemple insidieux de (néo)colonialisme motivé par la suprématie blanche.

Châtiment Impérial

Même si la mission de la MINUSTAH a été formellement retirée en 2017, l’ONU est restée en Haïti grâce à un ensemble de nouveaux bureaux, aboutissant à la création du Bureau intégré des Nations Unies en Haïti (BINUH) en 2019. Malgré les protestations en Haïti contre les Présence de l’ONU, le CSNU continue de renouveler le mandat du BINUH chaque année. Le dernier renouvellement a eu lieu le 14 juillet 2023. Le BINUH a joué un rôle public démesuré dans les affaires politiques internes d’Haïti et est souvent le porte-parole du Core Group.

Le pouvoir écrasant du Core Group est manifestement public. Lors d’une session spéciale sur Haïti au Conseil de sécurité des Nations Unies le 26 avril 2023, la nouvelle chef du BINUH, María Isabel Salvador de l’Équateur, a pris l’initiative de présenter Haïti en termes racistes typiques – comme un cas désespéré de gangs irréfléchis et violents. Non élu et irresponsable devant le peuple haïtien, le Groupe central est l’arbitre du pouvoir colonial direct d’Haïti.

L’impérialisme occidental en Haïti est une structure hiérarchique établie par le pouvoir des États-Unis, qui confie ensuite le contrôle colonial d’Haïti à d’autres. Dans un câble diplomatique confidentiel de 2008 publié par Wikileaks, l’ambassadeur américain de l’époque, Sanderson, a qualifié la MINUSTAH de « produit remarquable et symbole de coopération hémisphérique dans un pays qui n’a pas grand-chose à offrir ». Elle a poursuivi : « Il n’existe aucun substitut réalisable à cette présence de l’ONU. Il s’agit d’un accord de sécurité financière et régionale pour le [gouvernement des États-Unis.] … Nous devons travailler pour préserver la MINUSTAH en continuant à collaborer avec elle à tous les niveaux … Ce partenariat contribuera également à contrer les perceptions dans les pays latins contributeurs selon lesquelles les Haïtiens considèrent leur présence en Haïti comme indésirable.

Le Brésil, par exemple, qui abrite la plus grande population noire en dehors de l’Afrique, a supervisé l’aile militaire de l’occupation depuis son début. L’administration théoriquement de gauche du président Luiz Inácio Lula da Silva a dépensé plus de 750 millions de dollars pour financer cette opération. Comme je l’ai écrit ailleurs, Haïti était le « point zéro impérial » du Brésil. Mais d’autres gouvernements marginalisés des Caraïbes et d’Amérique latine ont également adhéré à cette initiative. À un moment donné, la direction de la MINUSTAH comprenait un représentant de Trinité-et-Tobago et un avocat et diplomate afro-américain. Et ce leadership était accompagné d’une force militaire multinationale composée de troupes de plusieurs pays d’Amérique du Sud, des Caraïbes et d’Afrique, dont l’Argentine, la Colombie, la Grenade, la Bolivie, le Bénin, le Burkina Faso, l’Égypte, la Côte d’Ivoire, le Nigeria, le Rwanda, Sénégal, Cameroun, Niger et Mali.

Outre le Brésil, les gouvernements néocoloniaux d’autres pays voisins ont été recrutés de la même manière par les États-Unis pour les aider à saper la souveraineté haïtienne. La République dominicaine, par exemple, a financé et hébergé les troupes paramilitaires hétéroclites qui ont terrorisé Haïti de 2000 à 2004. Plus récemment, à l’automne 2022, le Mexique s’est joint aux États-Unis l’année dernière pour plaider auprès du Conseil de sécurité de l’ONU en faveur d’une nouvelle intervention militaire étrangère en Haïti. . Washington a exhorté le Canada à prendre les devants et, en juin 2023, Ottawa a annoncé son intention de coordonner l’assistance internationale en matière de sécurité à Haïti, y compris la formation de la police, depuis la République dominicaine.

Depuis l’assassinat de Moïse en 2021, les Haïtiens ont protesté contre le soutien étranger au gouvernement de facto illégitime et corrompu, contre la hausse de l’inflation et des prix du carburant, le déversement illégal d’armes et une montée vertigineuse de la violence. En réponse, les États-Unis et leurs alliés ont continué de faire pression en faveur d’une intervention militaire étrangère dans le pays. En janvier 2023, la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC) a soutenu l’appel à une force étrangère. En juillet, le secrétaire d’État américain Blinken, la vice-présidente Kamala Harris et le représentant américain Hakeem Jeffries ont convaincu la Communauté des Caraïbes (CARICOM) de revenir sur sa démarche initiale en affirmant la souveraineté haïtienne et d’appeler désormais à une intervention. Au moment de la rédaction de cet article, les États-Unis étaient sur le point d’introduire une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU après que le Kenya ait exprimé sa volonté de diriger une mission armée multinationale. Il convient de noter que c’est le Premier ministre Henry, installé par le Core Group d’Haïti, qui, avec le bureau de l’ONU en Haïti, insiste sur cette solution violente à la crise dans le pays – une crise qu’ils ont eux-mêmes contribué à créer.

Les protestations continues de la communauté haïtienne contre les troupes étrangères et l’ingérence occidentale témoignent de son courage inébranlable.

Le déni de la souveraineté haïtienne semble être, comme Sprague l’a décrit, « un effort synchronisé des États et des institutions coopérants, soutenu par le consensus d’une élite mondiale contre la démocratie populaire ». Le Global Fragilities Act présente donc non seulement un plan qui a déjà été mis en œuvre en Haïti au cours des 20 dernières années, mais qui émerge également directement des expériences américaines dans le laboratoire (néo)colonial haïtien. Nous devons reconnaître la place critique d’Haïti en tant que terrain d’essai pour l’impérialisme américain et occidental.

Mais Haïti est également le théâtre de l’une des plus longues luttes au monde pour la libération des Noirs et l’indépendance anticoloniale. Cela explique les attaques réactionnaires constantes de l’empire américain contre le peuple haïtien, punissant ses tentatives répétées de souveraineté par des décennies d’instabilité destinées à garantir et à étendre l’hégémonie américaine. Depuis deux siècles, la contre-insurrection impériale contre Haïti vise à mettre fin à l’expérience révolutionnaire la plus ambitieuse du monde moderne. Les tactiques déployées pour attaquer la souveraineté haïtienne ont été cohérentes et persistantes. Nous ignorons comment ces tactiques pourraient être utilisées sur le reste de la région, à nos risques et périls.


*Jemima Pierre est professeur d’études afro-américaines et d’anthropologie à l’UCLA et associée de recherche au Centre d’étude de la race, du genre et de la classe sociale de l’Université de Johannesburg. Elle est l’auteur de The Predicament of Blackness: Postcolonial Ghana and the Politics of Race et de nombreux articles universitaires et publics sur Haïti.

NACLA Report on the Americas
26 Septembre 2023
Traduit de l’anglais par Haïti Liberté

HTML tutorial

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here