Haïti: La police et la résistance s’affrontent au terminal pétrolier alors que des pétroliers maltais arrivent du Curaçao

0
3322
Un camion à essence au terminal de Varreux près de Port-au-Prince, Haïti

Caracas, 5 novembre 2022 (OrinocoTribune.com) — Le jeudi 3 novembre, des affrontements ont éclaté entre la police haïtienne et des membres du groupe de résistance armée FRG9 pour le contrôle du terminal pétrolier de Varreux à Port-au-Prince, capitale d’Haïti. La police a annoncé avoir repris le contrôle du terminal qui était aux mains du groupe G9, dirigé par l’ancien policier devenu leader social Jimmy Chérizier, depuis la mi-septembre.

Les médias haïtiens ont diffusé un communiqué du gouvernement d’Haïti qui louait la police pour son courage et son professionnalisme dans la reprise du contrôle du terminal par lequel le pays reçoit environ 70% de son carburant. “Le carburant sera disponible dans toutes les stations-service à partir de lundi”, indique le communiqué.

Cependant, depuis vendredi, les membres du G9 se sont regroupés et ont de nouveau encerclé le terminal, a rapporté le journaliste Dan Cohen depuis Port-au-Prince. « La bataille est lancée pour le terminal de Varreux », a-t-il déclaré dans son rapport pour Redacted. « Les forces du FRG9 ont encerclé le terminal de carburant… Ils ont l’intention de ne laisser sortir aucun de ce carburant. »

« Même si ce carburant s’échappe, j’ai vu au moins 20 autres blocages dans les environs », a-t-il poursuivi. « Donc, il est difficile de voir comment l’un de ces camions-citernes pourrait aller n’importe où à Port-au-Prince sans que la police ne commette des actes de violence majeurs contre la population. »

Des camions-citernes attendant à la barrière du Terminal de Varreux

C’est ce blocus du terminal de Varreux que les États-Unis et le Canada ont utilisé comme excuse pour intervenir militairement en Haïti. Ils ont tenu Jimmy Chérizier et le G9 responsables d’une “catastrophe humanitaire” causée par des pénuries de carburant en Haïti. Cohen, cependant, a démystifié cela comme une propagande du Département d’État américain. « Les pénuries remontent en fait au mois d’août, avant que le blocus ne soit imposé », a-t-il souligné.  Il y a des pénuries, mais c’est comme ça depuis des mois. Il est antérieur à toute bataille en cours en ce moment.

Vendredi même, un pétrolier battant pavillon maltais, Penelope M, est arrivé à un terminal près de Varreux. “Nous avons pu le suivre en ligne – il venait du Curacao“, a rapporté Cohen. Un autre pétrolier serait en train de décharger du carburant dans un autre terminal de Port-au-Prince. C’est ce blocus du terminal de Varreux que les États-Unis et le Canada ont utilisé comme excuse pour intervenir militairement en Haïti.

Le peuple haïtien est dans la rue depuis des mois, exigeant la démission du gouvernement non élu d’Ariel Henry, imposé au pays par le Core Group dirigé par les États-Unis après l’assassinat du président Jovenel Moïse. Les protestations sont devenues intenses depuis que le gouvernement de facto a augmenté les prix du carburant en août. Cohen a expliqué dans une récente interview sur Orinoco Tribune que ces manifestations ont donné au groupe de Chérizier l’impulsion pour prendre le contrôle du terminal de Varreux et qu’ils fournissent depuis du carburant à ceux qui en ont le plus besoin. “Mais les États-Unis et leurs alliés, au lieu de dire” eh bien, il y a une raison légitime à cette manifestation, nous devons abroger ces hausses de carburant et regarder les conditions de vie des gens “, disent” c’est le résultat de gangs, ce terrible gangster Jimmy Chérizier et nous devons aller l’assassiner.'”

Récemment, le Canada et les États-Unis ont fourni des véhicules blindés à la Police nationale d’Haïti, “ce qui leur a permis de briser le blocus de FRG9” et de prendre le contrôle du terminal de Varreux, a déclaré Cohen.

Alors que les troupes étrangères ne sont pas encore arrivées en Haïti, des navires de la Garde côtière américaine sont stationnés près des côtes haïtiennes, et des avions militaires américains et canadiens sont à l’aéroport de Port-au-Prince, la capitale d’un pays déjà contrôlé par les États-Unis et son groupe central.

Orinoco Tribune 6 Novembre 2022


Il a été précédemment signalé à tort qu’un pétrolier russe transportait du pétrole vénézuélien en Haïti. En fait, il s’agissait d’un pétrolier maltais transportant du pétrole de Curaçao. Cet article et le titre ont été corrigés.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here