Haïti face à l’Histoire

0
1140

Les Etats-Unis d’Amérique veulent faire feu de tout bois pour réduire au silence certains pays comme par exemple le Venezuela et sa révolution Bolivarienne du XXIème siècle, de façon à mieux consolider, choyer, manœuvrer et même encourager ceux qui exploitent leur peuple à leurs ordres ; les gouvernements fantoches et les corrompus de la région sous sa botte et sur lesquels ils assoient leur puissance.

C’est dans l’enceinte internationale de la région, l’OEA, que bien souvent se jouent tous les mauvais sorts aux pays du continent qui veulent se libérer de l’emprise impériale. Le commandeur et célèbre Secrétaire général de l’OEA Luis Almagro s’est démasqué en montrant tout à fait son vrai rôle d’exécutant des ordres impériaux au sein du « ministère des colonies des Etats-Unis » qu’est l’Organisation des Etats Américains dans son dessein d’appliquer son infâme « Charte Démocratique » contre le Venezuela autorisant par là l’Organisation sous la tutelle des Etats-Unis à intervenir diplomatiquement contre l’un de ses Etats membres.

Voilà que le très réactionnaire sénateur républicain de la Floride, l’ancien candidat à la présidence des Etats-Unis, éliminé dès les primaires, Marco Rubio, s’est dit surpris que la nouvelle administration haïtienne ne se soit pas encore prononcée sur le sens de leur vote à l’OEA contre le Venezuela ? Par ses affirmations, il nous emmène à constater que l’impérialisme américain plus que jamais se décide à vouloir continuer à maintenir sa tutelle coloniale et néocoloniale sur tous les peuples de l’Amérique qu’ils considèrent être leur éternelle chasse gardée. Contrairement à notre attente, la position d’Haïti par le truchement de son ambassadeur à l’OEA a été correcte. La position de principe de l’ambassadeur d’Haïti à l’OEA, Harvel Jean Baptiste, mérite d’être soulignée. Elle contraste fortement avec celle du régime duvaliériste qui par la filière du ministre René Chalmers a négocié et vendu aux américains le vote d’Haïti en expulsant Cuba de l’OEA.

La surprise plus haut mentionnée de Rubio nous interpelle. En effet, elle considère que « Ce n’est pas une menace, mais une réalité »… «  Nous avons une situation difficile à Washington,  où l’on envisage des coupes massives de l’aide étrangère. Ce sera difficile pour nous de justifier l’aide américaine, si, à la fin de la journée, ces pays ne coopèrent pas dans la défense de la démocratie dans la région ». Donc, il est par conséquent du devoir de tout haïtien honnête et conséquent de dénoncer cet acte de chantage du sénateur mercenaire des Etats-Unis à notre égard et également de condamner avec véhémence la complicité de certains gouvernements laquais de l’Amérique comme le Pérou, l’Argentine, le Brésil, le Paraguay, le Mexique, Aruba, le Chili et autres.

Les Haïtiens doivent appuyer résolument l’intervention de l’ambassadeur Jean Baptiste. Implicitement elle assume pour l’Histoire que « la reconnaissance n’est jamais une lâcheté » pour le peuple haïtien dont le gouvernement a pris, jusqu’ici, les positions correctes allant dans l’intérêt du peuple Vénézuélien et de son président Nicolas Maduro. Il nous faut combattre et protester énergiquement contre cette menace arbitraire consistant à falsifier l’histoire pour camoufler les crimes de l’impérialisme. Cette iniquité politique, économique et sociale recommande qu’une solution progressiste et révolutionnaire capable de construire et de maintenir une alternative à la campagne de désinformations et de déstabilisations criminelles et systématiques sur la réalité du Venezuela et de tous les autres peuples victimes des vautours impériaux, ne doit pas être négligée.

Le peuple haïtien a un grand rôle à jouer dans cette situation de persécution politique pour stopper les Etats-Unis dans sa volonté à intervenir militairement dans la patrie de Hugo Chavez qui nous a tant assistés inconditionnellement et sans ingérence dans notre politique intérieure.

Comme le vote doit se poursuivre et que l’impérialisme fera certainement pression pour obtenir un changement de position d’Haïti, nous exigeons du gouvernement Moïse/Lafontant qu’il respecte les desiderata du peuple haïtien et ne contribue pas aux tracasseries injustifiées dont est victime le peuple frère du Venezuela qui a manifesté une noble attitude d’internationalisme à notre endroit. Autrement ce serait une faute grave de lèse-souveraineté de la patrie de Bolivar.

Dans ces moments les plus difficiles, le peuple haïtien doit renouveler son soutien et son appui au Peuple du Venezuela comme l’ont été les actes magnanimes, inestimables et inoubliables de Jean-Jacques Dessalines à l’égard de Francisco Miranda et d’Alexandre Pétion à Simon Bolivar pour l’émancipation de la Patria Grande.

Nous n’avons pas d’autres choix face à cette situation puisque notre bataille se situe résolument au coté du combat de tous les peuples en lutte contre l’exploitation capitaliste et colonialiste pour leur véritable indépendance et libération nationale. Il devient urgent et nécessaire pour que toutes les forces progressistes et révolutionnaires s’unissent non seulement afin de contrecarrer la désinformation régnante au sujet de la révolution bolivarienne, mais aussi de consolider le rempart de la solidarité internationale à l’encontre de la mesure scélérate que les Etats-Unis veulent infliger au peuple frère du Venezuela.

Non à l’expulsion du Venezuela de l’OEA! Longue vie à la Révolution Bolivarienne du 21ème siècle !

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY