Haïti : Désespoir et Résistance

0
202
Manifestation contre les pénuries de carburant et pour exiger la démission du président Jovenel Moise, Port-au-Prince, Haïti, 20 septembre 2019.

Près de 4,4 millions d’Haïtiens ont besoin d’une aide alimentaire immédiate et 1,2 million souffrent d’une faim extrême. Washington a reconnu que les conditions des masses en Haïti sont si désastreuses que le gouvernement américain a prolongé de 18 mois la protection contre l’expulsion des Haïtiens vivant déjà aux États-Unis.

Cette décision a omis les Haïtiens qui ont tenté d’entrer aux États-Unis en septembre et octobre ; les personnes expulsées des États-Unis par l’ICE étaient majoritairement haïtiennes.

Des dizaines de milliers d’Haïtiens qui vivaient et travaillaient en Amérique latine, principalement au Chili et au Brésil, ont perdu leur emploi en raison d’un récent ralentissement économique. Ils voient les États-Unis comme un refuge pour survivre, mais actuellement hors de portée. Le nombre d’Haïtiens tentant de traverser la frontière en novembre a chuté brutalement, lorsque les Haïtiens ont réalisé que l’administration Biden était hostile aux réfugiés haïtiens. (Washington Post, 11 novembre)

Les autorités dominicaines de l’immigration ont suivi l’exemple anti-immigrant des États-Unis.

Certains Haïtiens ont demandé l’asile au Mexique. D’autres se rassemblent dans le nord de la Colombie et au Panama.

Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) des Nations Unies, les États-Unis ont expulsé 800 enfants vers Haïti entre le 19 septembre et le 4 novembre. Ces enfants, nés de parents haïtiens en dehors d’Haïti, n’étaient pas citoyens haïtiens et n’avaient jamais été en Haïti. L’agence américaine des douanes et de la protection des frontières n’a offert aucune justification légale à cette décision.

Il y a des dizaines de milliers d’Haïtiens en République dominicaine, qui partage l’île d’Hispaniola avec Haïti. Ils travaillent dans les champs de sucre, la construction et l’industrie touristique. Pour faire pression sur la communauté haïtienne, tout en évitant les pénuries de main-d’œuvre dans les industries dominicaines, les autorités dominicaines de l’immigration déportent les Haïtiens enceintes et celles qui ont récemment accouché.

Quarante-cinq femmes ont été expulsées le 4 novembre. Du 9 au 10 novembre, 53 autres femmes enceintes ont été expulsées en bus vers une petite ville isolée du centre d’Haïti appelée Belladère. L’une a accouché dans le bus. Un autre a eu une césarienne.

De nombreuses organisations, de l’OIM aux organisations populaires en Haïti et en République dominicaine, ont dénoncé ces expulsions comme inhumaines. Les autorités dominicaines de l’immigration ont suivi l’exemple anti-immigrant des États-Unis.

Il y a environ un mois, 16 citoyens américains et un Canadien du Christian Aid Ministries (CAM) ont été kidnappés par une force paramilitaire locale appelée 400 Mawozo. Le site Web du CAM a annoncé le 21 novembre que deux de leurs membres kidnappés avaient été libérés et étaient de « bonne humeur ».

Aucun détail – comme des noms, des photos ou des villes d’origine – n’a été fourni. Le CAM n’a publié aucune information supplémentaire sur les personnes qui viennent d’être libérées ou celles qui sont toujours détenues. Il s’agit d’une politique inhabituelle et conduit à la spéculation.

Jen Psaki, attachée de presse de Biden, a déclaré que la Maison Blanche et le Département d’État n’auraient aucun commentaire sur l’histoire. Elle a reconnu le lendemain de l’enlèvement que le FBI et d’autres agences – très probablement la CIA – avaient des actifs importants en Haïti. Selon le Miami Herald, les deux personnes libérées étaient des adultes souffrant de problèmes médicaux et aucune rançon n’a été versée.

Selon le numéro de novembre de Christianisme aujourd’hui, de nombreux missionnaires – qui fournissent des services éducatifs et médicaux que l’État haïtien n’offrent pas – sont partis. Leur décision n’est pas seulement due à l’enlèvement, mais à cause des multiples attaques physiques contre les pasteurs et des avertissements sévères du Département d’État de partir.

A la sortie, ces chefs religieux en profitent pour appeler les Etats-Unis à renforcer leur soutien à la police et à l’armée haïtienne.

Ce dont le peuple haïtien a besoin de la part des travailleurs et des progressistes aux États-Unis, c’est de la solidarité et de la compréhension de l’énorme oppression à laquelle ils sont confrontés, oppression que l’intervention américaine a causée en premier lieu.

Workers World, 24 novembre 2021

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY