Haïti : Aussi, un premier janvier !

0
340
Il n’y a pas de combat pour la libération nationale, sans une lutte armée !

Note de Haiti Liberté:  Dans son texte, l’auteur fait référence, sans s’en rendre compte, au nom de Toussaint Louverture, qui à la tête d’une « armée d’esclaves noirs » a fait « mordre la poussière » à « cette armée qui allait bientôt envahir presque toutes les nations européennes » [celle de Napoléon Bonaparte]. Bien sûr, il aurait dû faire référence à Dessalines, ce qu’on voudrait mettre au compte d’un lapsus calami, Vers la fin de l’article, on peut lire : « Toussaint et les grands chefs de la révolution anticoloniale et antiesclavagiste doivent se révolter dans leurs tombes… » Sans aucun doute, mais s’agissant de la victorieuse révolution haïtienne, de Vertières, le nom de Dessalines devrait figurer d’abord, celui des « autres chefs » ensuite, bien que personne ne saurait contester les grands mérites de Louverture.

***

Jean-Jacques Dessalines, le chef de la révolution haïtienne de 1804

Le 1er janvier 1804, Jean-Jacques Dessalines proclame l’indépendance d’Haïti de son ancienne métropole, la France, c’est-à-dire que cette année ramène le 218e anniversaire du premier exploit indépendantiste en Amérique réussi, mais l’attention des médias liés à la gauche et certaines variantes du progressisme a été éclipsée par le souvenir du triomphe de la Révolution cubaine.         

Un oubli impardonnable

Je profite d’une courte période de vacances d’été dans une petite ville de la côte atlantique argentine et comme toujours, où que je sois, j’emporte mon ordinateur portable et je ne me déconnecte jamais du monde. La lutte anticapitaliste et anti-impérialiste est de 7 x 24 et les ennemis ne prennent pas de repos: le capital a une puissance de feu écrasante, magnifiée par son contrôle quasi-absolu des médias à travers lesquels ils répandent leurs mensonges, sèment la peur et répandent le poison de la haine. C’est pourquoi il faut être dans une attitude de garde permanente pour contrer, ou du moins affaiblir, leurs attaques symboliques et sémantiques continuelles.

En vérifiant mon courrier et en passant en revue les messages qui me parviennent des plateformes les plus diverses, j’ai été surpris par quelqu’un, maintenant perdu dans un tsunami de messages, qui a fait une allusion oblique à l’indépendance d’Haïti « faite précisément le premier janvier ». J’ai été assommé en lisant cette phrase ! A peine remis de la surprise, je me suis précipité pour lire le texte intégral, mais il n’en disait rien de plus. C’était un commentaire en passant dans un message de salutation du week-end. Comme un premier janvier, me suis-je demandé.

Pendant des décennies, j’ai commémoré à cette date le triomphe du processus révolutionnaire cubain sans me rendre compte que ce même jour, par une de ces énigmes indéchiffrables de l’histoire ou peut-être par la ruse de la raison qui aime envoyer des messages codés, un puissant cri d’alarme provenant des entrailles des Caraïbes a appelé nos peuples à s’émanciper du joug colonial..

Comment ai-je pu être une telle brute, me suis-je demandé encore et encore, indigné contre moi-même. Je connaissais un peu l’histoire de ce pays. J’ai été le condisciple de deux Haïtiens – Gérard-Louis et Pierre – à la maîtrise en sciences politiques de la FLACSO/Chili dans la seconde moitié des années 1960 et j’avais eu de longues conversations avec eux sur leur fascinant pays. Pour un porteño de vingt-quatre ans, émoussé par l’esprit de clocher et le poids de l’eurocentrisme qui empêchait – ou du moins déformait – la perception du monde au-delà des limites étroites de son village, j’avais trouvé fascinants leurs récits de l’histoire, de la vie quotidienne et des coutumes de leur pays ?  J’étais loin de tomber dans le piège du pittoresque ou de la séduction de l’exotisme. Jeune sociologue critique, le récit de mes confrères m’a permis de revivre, à la loupe de leur pays, la permanence du drame historique de Notre Amérique. Je les ai écoutés et dans mon cerveau des concepts tels que la Conquête de l’Amérique, la traite négrière, la destruction des communautés indigènes, les ravages du colonialisme et de l’impérialisme, la surexploitation capitaliste et la malédiction du despotisme politique, incorporés dans mon héritage intellectuel à Buenos Aires au début des années soixante, ont pris vie, ils m’ont questionné sans pitié et radicalisé ma pensée, remettant en cause « le savoir » qui était enseigné dans les cours de sociologie de l’époque. Les projections de ses histoires allaient bien au-delà de ce qui se passait dans leur pays et m’ont donné certaines clés pour comprendre pourquoi le blues des noirs américains ou les solos d’un John Coltrane, Charlie Parker, Louis Armstrong ou Miles Davis m’atteignaient l’âme alors que les musiques “blanches” des grands groupes comme celles de Glenn Miller ou Benny Goodman m’apparaissaient des factures industrialisées, froides et sans vie.

L’exil au Mexique a approfondi ma relation avec deux éminents haïtiens : Gérard-Pierre Charles et Suzy Castor, deux figures emblématiques des sciences sociales non seulement en Haïti mais dans tout le bassin de la Grande Caraïbe. Des dizaines de fois je me suis entretenu avec eux dans les couloirs de l’UNAM, à FLACSO/Mexique, dans des activités organisées par CLACSO et dans de nombreux séminaires internationaux. Tous deux ont apporté des contributions fondamentales à la compréhension des actions de l’impérialisme dans la gestation et le maintien de la dictature féroce de François « Papa Doc » Duvalier et les ravages de l’occupation nord-américaine en Haïti. De retour en Argentine, j’ai maintenu une communication régulière avec eux et aussi avec leurs disciples. J’avais également eu plusieurs étudiants haïtiens à l’UNAM et vers la fin des années 70 j’ai visité ce pays, j’ai connu de première main les luttes de ce peuple sous la dictature de “Papá Doc” et j’en suis revenu ébloui par la richesse de leur culture, leur musique. , sa peinture, sa gastronomie, sa joie de vivre, son optimisme débordant même au milieu des conditions très difficiles qui prévalent. Je me souviens de l’impression que cela m’a donné de visiter l’un des marchés populaires de Port-au-Prince : là, j’ai senti dans mes entrailles que Mère Afrique était vivante et continuait à nourrir ses enfants caribéens de son énergie et de ses influences. En fin de compte, c’est en Afrique que l’aventure humaine a commencé sur cette planète menacée et ce sera l’Afrique – et ses fragments dans les Caraïbes – l’endroit où l’on trouvera la sagesse et le courage d’arrêter la locomotive outrancière du capitalisme qui nous emmène tous à toute vitesse dans l’abîme, rappelant la métaphore effrayante de Walter Benjamin.

Toussaint Louverture

Alors que tous ces souvenirs étaient mobilisés en masse, j’étais encore plus furieux contre moi-même de n’avoir pu percevoir la coïncidence entre les faits historiques des Haïtiens et des Cubains, deux nations géographiquement séparées par un canal, le Paso de los Vientos, dont la largeur est d’à peine 80 kilomètres, et relié par une infinité de liens historiques, culturels et politiques. Comment expliquer mon oubli impardonnable, surtout dans le cas d’un pays qui a produit des leaders politiques extraordinaires tels que Toussaint Louverture, Henry Christophe, Alexandre Pétion, Jean-Jacques Dessalines, Charlemagne Péralte et le grand précurseur de la révolte antiesclavagiste : François Mackandal, exécutés sur le bûcher par les autorités coloniales françaises. Alejo Carpentier avait fait de lui l’un des protagonistes centraux de son beau roman Le Royaume de ce monde, que j’ai pris plaisir à lire comme peu d’autres. Comment se fait-il que jamais, je le répète, ne m’est jamais venu à l’esprit de fixer l’acte de naissance de l’énorme exploit haïtien ; Comment se fait-il que personne dans le monde de l’histoire, des sciences sociales ou du journalisme ne se souvienne d’elle ? Pourquoi, malgré mes défenses, suis-je devenu une autre victime de ce déni raciste ?

Alexandre Pétion

Honteux de moi, j’ai décidé de réparer ce défaut. Sans plus tarder, mes projets de vacances se sont effondrés. J’ai commencé à fouiller dans mes archives et heureusement, j’ai trouvé des documents et de vieilles notes de ce voyage en Haïti. J’ai cru que c’était une manière d’expier, au moins en partie, la culpabilité qui m’accablait pour mon oubli impardonnable et de promouvoir une attitude plus vigilante de la pensée critique latino-américaine pour éviter qu’Haïti ne soit dévasté, tantôt par notre indolence ou par le pessimisme d’une vision fataliste de l’histoire qui accepte le destin tragique d’Haïti comme immuable et nous éloigne du champ de bataille, au bonheur de l’impérialisme.

Le cri

Le 1er janvier, le souvenir du triomphe de la Révolution cubaine a retenu l’attention des médias liés à la gauche et à certaines variantes du progressisme. La raison est bien compréhensible : même pour ses critiques les plus acharnés, cet exploit révolutionnaire était un coup de hache qui a marqué un avant et un après, le début d’une nouvelle ère dans l’histoire de l’Amérique latine et des Caraïbes. Il n’est pas étonnant de constater une fois de plus que la commémoration d’un autre événement de projection universelle-historique ne méritait pas la même attention, comme aimait à le dire Hegel : également le 1er janvier 1804, Jean-Jacques Dessalines proclama l’indépendance d’Haïti, de son ancienne métropole, la France. La politologue haïtienne Sabine Manigat note que la rébellion des esclaves noirs a culminé son épopée historique en humiliant les troupes qu’en 1802 – un nombre estimé à 32 000 –  Napoléon avaient envoyées à Saint-Domingue avec un double mandat réparateur : rétablir l’autorité de la France sur la colonie et le statu quo avant cela qui reposait sur l’esclavage.[1] Cette armée qui allait bientôt envahir presque toutes les nations européennes a mordu la poussière de la défaite devant une armée d’esclaves noirs, dirigée par Toussaint Louverture. Une épopée dont l’ignorance ou l’oubli ne s’explique que par une impardonnable négligence ou notre sous-estimation autodestructrice, fille d’une longue histoire de soumission coloniale.

Le monument des héros de Vertières

Avec sa proclamation, Dessalines a envoyé un message à l’ordre mondial de son temps disant que sur cette île turbulente était né le deuxième État indépendant des Amériques, précédé seulement par l’indépendance des treize colonies anglaises d’Amérique du Nord. Un État, par ailleurs, né d’une longue lutte anticoloniale et qui a été le premier à déclarer (et à mettre en pratique) l’abolition de l’esclavage. C’est pourquoi Eduardo Galeano avait raison quand dans « La menace haïtienne » il rappelait que « le premier pays à s’être libéré de l’esclavage dans le monde, le premier pays libre, vraiment libre, des Amériques était Haïti ». [2] Et ce fut le premier et le seul cas de l’histoire où une rébellion d’esclaves noirs triompha, de manière irréversible, et donna lieu à la création de son propre État, secouant le joug séculaire de ses oppresseurs français et créoles. Haïti avait six ans d’avance sur les processus d’indépendance qui allaient éclater dans le Rio de la Plata en 1810, et a aboli l’esclavage trois ans avant le Royaume-Uni bien qu’en réalité, Londres ne l’atteigne qu’en 1832 avec une législation beaucoup plus sévère. Bref, Haïti a été le premier « territoire libre » des Amériques ; Il a fallu plus de soixante ans à leurs prédécesseurs du Nord pour mettre fin à l’esclavage.

Juan Bosch, homme politique, écrivain, historien, ancien président de la République dominicaine a synthétisé avec éloquence le caractère de l’exploit historique des Haïtiens et des Haïtiens lorsqu’il a écrit que « Le peuple d’Haïti a à son actif une révolution phénoménale… la seule qui fut à en même temps une guerre sociale des esclaves contre les maîtres ; une guerre raciale, des noirs contre les blancs et les mulâtres ; une guerre civile, des noirs et des mulâtres du nord et de l’ouest contre des mulâtres et des noirs du sud ; une guerre internationale, contre les Espagnols et les Anglais, et une guerre d’indépendance, de la colonie contre la métropole. »[3] Dans la lignée de ce qu’a observé Bosch, la politologue haïtienne Sabine Manigat a signalé que du point de vue sociopolitique la révolution des esclaves en Haïti a inauguré le cycle des indépendances latino-américaines et caribéennes par un triple exploit : « la redéfinition de la liberté au mépris direct de la conception dominante au siècle des Lumières et de la révolution qu’elle a engendrée en France ; la construction d’un État noir anticolonial et antiesclavagiste au sein de l’empire colonial français dans la région ; et la confrontation victorieuse avec une puissance coloniale, c’est-à-dire avec l’ordre mondial actuel. » [4] Il reste à ajouter qu’Haïti a payé un prix exorbitant pour une telle audace. C’est ce que nous verrons ensuite.

Semer la misère

Nous avons l’habitude d’associer Haïti à l’extrême pauvreté, à la dégradation de la vie sociale et à une succession sans fin de tyrannies qui étouffent les élans démocratiques récurrents de son peuple, ainsi que des catastrophes périodiques telles que des tremblements de terre dévastateurs et des ouragans. Pourtant, tout au long du XVIIIe et d’une partie du XIXe siècle, Haïti était de loin le joyau le plus précieux de l’empire français, et probablement l’une des possessions d’outre-mer les plus convoitées par les pilleurs coloniaux insatiables. L’Espagne, l’Angleterre et la France, parfois aussi les Hollandais, se disputaient âprement le contrôle de Saint-Domingue. A certaines époques, le produit de ses plantations de sucre en vint à représenter la moitié de la consommation européenne, et le café, le tabac, le cacao, le coton et l’indigo jouèrent également un rôle important dans les exportations haïtiennes vers l’Europe. Pour comprendre les raisons de l’essor économique de ce que les patriotes rebaptiseront plus tard de son nom indigène, Haïti, il suffit de jeter un coup d’œil à l’évolution de la consommation de sucre dans les pays développés. En Grande-Bretagne, par exemple, cinq fois plus de sucre était consommé en 1770 qu’en 1710, explique Clive Pontin, un historien anglais de renom.[5] Cet auteur dit que des années 1740 aux années 1820, le sucre était l’importation la plus précieuse de Grande-Bretagne et, pendant de nombreuses années, des pays européens dans leur ensemble. Le sucre était, en d’autres termes, ce qu’est le pétrole à notre époque. L’augmentation de la productivité des plantations caribéennes, en particulier à Cuba, ainsi que la substitution de la canne à sucre à la betterave, ainsi que les progrès des transports terrestres (chemins de fer) et maritimes (bateaux à vapeur) déplaceraient la demande des secteurs en croissance des sociétés européennes vers les terres fertiles, plaines d’Amérique du Sud, et le rôle autrefois joué par le sucre a été repris par les céréales et les viandes.

La grande révolte des esclaves de 1791 et l’approbation en France de la « Déclaration des droits de l’homme et du citoyen » (août 1789) exacerbent encore les contradictions caractéristiques de l’ordre social rigide de la Colonie car les beaux postulats de la « Déclaration ” ne s’appliquait pas aux esclaves, aux mulâtres et aux noirs libres. Le bouleversement était en crescendo et lorsque cinq ans plus tard (février 1794) la Convention nationale française déclara l’esclavage des noirs dans toutes les colonies françaises aboli, les conditions idéologiques et politiques pour l’assaut final contre l’ordre esclavagiste avaient mûri et la révolution n’était qu’une question de temps. Les doutes sur la stabilité du régime d’accumulation d’esclaves grandissent à mesure que les insurgés mettent le feu aux champs et aux maisons des propriétaires terriens français et de certains créoles. Cela a commencé à avoir un impact négatif sur la capacité d’exportation d’Haïti, qui a commencé à perdre sa gratification dans le commerce international.. De son côté, l’interdiction de la traite négrière enlevait la main-d’œuvre nécessaire aux plantations, qui étaient toutes « intensives en main-d’œuvre ». Les conditions de travail extrêmement dures et les maladies raccourcissent la vie des esclaves, et face à l’interdiction de la traite négrière, l’économie haïtienne commence à décliner en raison de l’insuffisance de l’offre de force de travail, à laquelle s’ajoutent le retard technologique et l’incertitude politique sus-mentionnée. La coalition instable entre Noirs et mulâtres patiemment construite par Toussaint Louverture a momentanément refermé une scission qui avait longtemps affaibli l’élan indépendantiste, a rendu possible le triomphe des patriotes haïtiens.

L’incendie du Cap, lors de la grande révolte des esclaves de 1791

En peu de temps, Cuba a déplacé Haïti en tant que principal producteur mondial de sucre, facilité par le fait que dans la plus grande des Antilles la domination coloniale espagnole se poursuivit tout au long du XIXe siècle, garantissant la continuité d’un ordre politique répressif favorable à l’introduction d’innovations technologiques qui n’ont pu être testées en Haïti et qui ont augmenté la productivité des sucreries cubaines. Ainsi, l’étoile la plus brillante des Caraïbes allait être, depuis lors, Cuba, mais à un coût terrible : l’esclavage ne sera aboli qu’en 1886 et le joug colonial espagnol s’étendra jusqu’en 1898.

Colonialisme et « ordre mondial »

La rébellion des indépendantistes haïtiens s’est heurtée au rejet prévisible des puissances coloniales qui n’ont pas mis une minute à unifier leurs forces pour réagir contre les Jacobins noirs, comme ils étaient heureusement étiquetés dans l’ouvrage classique de l’historien trinitaire C. L. R. James. Haïti était stigmatisé, considéré comme une peste ou une aberration monstrueuse qu’il fallait isoler et, si possible, écraser. Malheureusement, les colonialistes ont réussi les deux. Déjà à cette époque, les États-Unis apparaissaient comme les gardiens de l’ordre international dans leur arrière-pays caribéen. Le président Thomas Jefferson, propriétaire de quelque six cents esclaves de son vivant, a pris l’initiative de condamner le gouvernement haïtien. Eduardo Galeano rappelle ses propos : « le mauvais exemple haïtien » (comme ceux représentés aujourd’hui par Cuba, le Venezuela et le Nicaragua) exigeait que « la peste soit confinée sur cette île » et qu’un cordon sanitaire soit établi pour empêcher la propagation d’un exemple. Qui terrorisait les propriétaires terriens du sud.[6] Tim Matthewson, un spécialiste de la politique étrangère « pro-esclave » des États-Unis à cette époque, affirme que Jefferson s’en est pris aux Noirs haïtiens en les qualifiant de « cannibales de la terrible république » et en les comparant à des meurtriers.[7] Les États du Sud, qui gravitaient de manière décisive au Sénat et à la Chambre des représentants, n’ont pas voulu entendre parler d’Haïti, qui évoquait pour eux leurs pires cauchemars. Ce n’est qu’en 1862, sous la présidence d’Abraham Lincoln qui a mené une guerre civile pour mettre fin à l’esclavage dans le sud de l’Amérique du Nord, que le gouvernement d’Haïti sera reconnu par la Maison Blanche. La France l’avait fait en 1825, après un accord de lion, plus qu’injuste et immoral, pour payer une énorme compensation (150 millions de francs or, équivalent, en 2021, valeurs à un chiffre qui selon les calculs oscille entre 22.000 et 31.000 millions [8] La Grande-Bretagne a reconnu le gouvernement haïtien en 1833 et les États-Unis l’ont fait, comme nous l’avons mentionné plus haut, une fois les États esclavagistes du Sud séparés de l’Union. La Colombie et le Venezuela mettront plus d’un demi-siècle à reconnaître l’indépendance d’Haïti, le Saint-Siège l’a fait en 1864. Inaugurant ce qui deviendra plus tard une tradition infâme, le Congrès des États-Unis, cédant au tollé d’une partie de la « communauté internationale » – en fait, les pressions des principales puissances coloniales : la France , Espagne et Grande-Bretagne, toujours en possession d’enclaves de plantations en Guadeloupe, Martinique, Sainte Lucie, Cuba et Jamaïque, entre autres – et d’autre part, des propriétaires des esclaves du sud produisit une législation par laquelle un blocus commercial contre Haïti fut établi… C’est ainsi que les États-Unis entrèrent sur la scène internationale, jusqu’alors un acteur de deuxième ligne ; et c’est la façon dont elle opère encore aujourd’hui, perfectionnant de plus en plus « l’art des sanctions », des blocus et des pressions contre les pays tiers pour perpétuer un ordre économique et politique international qui n’est pas seulement essentiellement injuste et insoutenable !

L’héritage du racisme

Comme l’observe à juste titre Lautaro Rivara, même parmi les dirigeants les plus éclairés et les plus progressistes du début du XIXe siècle – tels que Francisco de Miranda, Simón Bolívar ou Manuel Dorrego – la méfiance et les préjugés suscités par cette rébellion victorieuse des esclaves noirs ont été ressentis avec intensité.  C’est pourquoi notre auteur affirme qu’à la veille du Congrès amphictyonique, une éventuelle invitation à Haïti a été écartée parce qu’elle était considérée comme un ” groupe hétérogène et étranger bien qu’ayant tracé l’itinéraire de la voie de l’indépendance, ayant soutenu, armé et financé les campagnes d’indépendance successives de Simón Bolívar ou d’avoir offert un asile généreux à Manuel Dorrego. »[9] L’historienne vénézuélienne Carmen Bohórquez a souligné la préoccupation de Miranda selon laquelle, afin d’éviter un soulèvement des personnes de couleur, il propose que les préparatifs de son expédition soit accélérés. Cette mesure, a-t-il dit, « ” devient d’autant plus urgente que les mulâtres et les gens de couleur libres constituent une partie essentielle de la population actuelle des villes, et que, déjà armés et organisés en corps de milice, ils pressent ce mouvement et menacent de s’emparer eux-mêmes de tout le pouvoir, si les créoles et les principaux propriétaires ne se hâtent de prendre les mesures nécessaires pour calmer les esprits et satisfaire en même temps les aspirations générales du pays ’’[10]

Ces dernières années, ce sujet a donné lieu à une discussion intéressante. Dans la note susmentionnée intitulée « La malédiction blanche » et parlant de l’isolement continental d’Haïti et du manque de reconnaissance de son nouveau gouvernement de noirs et de mulâtres, Eduardo Galeano déclare que « Simón Bolívar ne l’a pas reconnu non plus, bien qu’il lui devait tout. Haïti lui avait donné des navires, des armes et des soldats en 1816, lorsque Bolivar est arrivé sur l’île, vaincu, et a demandé protection et aide. Haïti lui a tout donné, à la seule condition qu’il libère les esclaves, idée qui jusque-là ne lui était pas venue à l’esprit. Plus tard, le héros triompha dans sa guerre d’indépendance et exprima sa gratitude en envoyant à Port-au-Prince une épée en cadeau. Sans parler de la reconnaissance. »[11]

Malgré l’énorme respect que mérite le travail de Galeano, je pense qu’il est nécessaire d’introduire quelques nuances à son reproche catégorique. Premièrement, parce qu’au-delà des directives stratégiques dictées par Bolívar, les décisions concrètes sur le fonctionnement du Congrès amphictyonique ont été prises par Francisco de Paula Santander en tant que vice-président et Pedro Gual en tant que chancelier de Gran Colombia et non par Bolívar. Deuxièmement, pour dire que dans de nombreuses lettres et messages Bolivar a exprimé sa dette et celle du « continent sud-américain » envers Haïti et surtout envers Pétion. Il a dit, par exemple, que celui-ci “est l’auteur de notre indépendance… et qu’il a gouverné la République la plus démocratique du monde”. Déjà sur son sol natal, Bolívar n’a pas oublié ses promesses, proclamant en 1821 la libération des esclaves, dans un pays massivement dominé par les esclaves. Les ruses juridiques et les manœuvres politiques d’abord, et la mort du Libérateur en 1830, ont fait dérailler leurs projets au point que ce n’est qu’en 1854 que le Congrès vénézuélien adoptera une loi qui mettrait fin à l’esclavage. En Colombie, avec l’unité de la Grande Colombie déjà rompue, l’abolition fut approuvée en 1851. Et la reconnaissance officielle, de gouvernement à gouvernement, que les Haïtiens réclamaient, allait mettre encore des décennies à se matérialiser.

Simon Bolívar et Francisco Miranda

L’ingratitude des pays de Notre Amérique envers Haïti est déprimante et impardonnable, et elle continue à ce jour. Actuellement, il n’y a que huit ambassades à Port-au-Prince des 33 pays qui composent la CELAC : Argentine, Brésil, Chili, Cuba, Mexique, Panama, République dominicaine et Venezuela. Qu’est-il arrivé aux 25 autres? Comment expliquer une telle désaffection pour un pays qui a toujours soutenu les luttes des autres sans rien demander en retour ? Haïti a été le premier pays au monde à reconnaître l’indépendance de l’Argentine alors qu’un an ne s’était pas encore écoulé depuis sa déclaration formelle au Congrès de Tucumán. Les relations au niveau des ambassadeurs entre les deux pays ont été établies en 1947 et se sont poursuivies sans interruption jusqu’à ce jour.[12]

Comme nous l’avons dit plus haut, le Libérateur n’était pas en charge de la politique étrangère de la Grande Colombie. Ceci est étayé par une note de José Steinsleger remettant en cause l’approche de Galeano, arguant qu’en tant que président de cette entité politique, il avait poursuivi sa campagne de libération dans le sud du continent, tandis que son vice, Santander, était en charge des ” questions de la présidence, y compris la gestion de la politique étrangère et les préparatifs du Congrès du Panama. C’est Santander et non Bolivar qui a saboté la reconnaissance officielle du gouvernement révolutionnaire haïtien. Pas seulement cela : contrairement à la volonté du président, « le ministre des Affaires étrangères Gual a invité les États-Unis à présenter des délégués au grand congrès, et a incidemment donné des instructions à ses délégués pour éviter de reconnaître l’indépendance d’Haïti. » [13] Il convient d’ajouter que la réponse de Washington à l’aimable invitation du peuple de Santander a été catégorique : il ne participerait à aucun forum où Haïti serait à l’ordre du jour, et encore moins où des représentants de Port-au-Prince seraient invités à prendre part.

La vérité est que la république héroïque des noirs et des esclaves a été marginalisée lors de ce qui était censé être un congrès continental d’Amérique latine et des Caraïbes. Et, malheureusement, l’ostracisme se poursuivra pendant les deux cents prochaines années.

Les États-Unis s’emparent d’Haïti

La dégradation économique, sociale et politique d’Haïti ne peut se comprendre sans deux facteurs de causalité : la « compensation » exigée par la France et, par la suite, la politique étrangère des États-Unis. Le truc français, c’était du chantage sur toute la ligne : échange de la reconnaissance diplomatique contre la dette. Le chiffre évoqué plus haut (prenons l’estimation la plus favorable pour la France : 22 milliards de dollars) était monstrueux, représentant 10 fois le montant des revenus annuels d’Haïti.[14] Il n’est donc pas surprenant de constater que ce pays a dû transférer des paiements d’intérêts annuels à Paris jusqu’en 1947, ce qui a constitué une hémorragie financière irrépressible qui a terrassé la jeune république noire au cours de son premier siècle et demi d’existence. Il est scandaleux de voir comment la France de la soi-disant “démocratie et des droits de l’homme” a extorqué de l’argent, de façon aussi maléfique et avec une telle ignominie, à l’une de ses anciennes colonies pour avoir commis le crime impardonnable de vouloir être libre! Et vérifiez aussi comment cette position raciste et génocidaire a été accompagnée sans broncher par les autres « démocraties » en Europe et, bien sûr, par les États-Unis.

Marines des États-Unis en Haïti, 1915

La politique de sanctions et de blocus couplée aux réparations de guerre aurait été destinée à indemniser les propriétaires de plantations. C’est-à-dire récompenser les bourreaux de noirs et de mulâtres et, accessoirement, jeter un voile d’oubli sur le crime d’esclavage et de traite négrière pour lequel ils auraient dû être obligés de dédommager le peuple haïtien et non l’inverse. . Cet ensemble de facteurs est décisif pour expliquer le gouffre économique dans lequel allait plonger l’ancienne perle des Caraïbes, et qui allait en faire le pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental et l’un des plus pauvres du monde. C’est dans ce contexte, propice à son braquage, que la capitale financière nord-américaine a fait son entrée, et c’est le deuxième facteur causal de la tragédie haïtienne.

En 1910, la Citibank rachète une part importante de la Banque de la République d’Haïti, la banque centrale qui avait le monopole de l’émission de la monnaie.[15] Cette même année, un consortium international de banques a refinancé la dette haïtienne et a pris, de fait, le contrôle des finances du pays. Peu de temps après, en 1914, les membres du consortium ont demandé au président Woodrow Wilson d’envoyer des Marines pour protéger les réserves d’or existantes d’Haïti et les protéger des troubles politiques locaux dans leurs coffres bancaires à New York. Il n’a pas fallu trop de pression pour le convaincre. Wilson, qui est entré dans l’histoire pour son « idéalisme » fallacieux, déjà la même année, avait ordonné une incursion de ses marines au Mexique (Veracruz) afin qu’il accède sans délai à la demande des banquiers. Six mois plus tard, en juillet 1915, les marines allaient occuper Haïti et l’année suivante, enhardis, ils feraient de même avec l’autre partie de l’île, en s’établissant en République dominicaine.[16] Ils sont restés en Haïti pendant dix-neuf ans et un mois, lorsque Franklin D. Roosevelt ordonna au corps expéditionnaire de rentrer au pays en août 1934 dans le cadre de sa politique trompeuse de « bon voisinage ». Les Marines ont imposé la loi martiale à Port-au-Prince et après presque deux ans de combats intermittents, ils ont désorganisé les guérillas basées dans les zones rurales, exécutant le chef de l’insurrection, Charlemagne Péralte.[17] Avec toute résistance écrasée, la Banque nationale a été réduite à une simple succursale de Citibank ; la présidence du pays est devenue un otage de la Maison Blanche et la police, l’armée et les agences fondamentales du gouvernement sont passées sous son contrôle. La montée en puissance des États-Unis en tant que nouvelle hégémonie mondiale à la fin de la Seconde Guerre mondiale a encore renforcé les liens de dépendance qui unissaient Port-au-Prince à Washington, dont les conséquences déplorables n’ont fait que s’aggraver avec le temps. En plus des accords de libre-échange léonins imposés par la Maison Blanche, les politiques économiques néolibérales, l’intervention du FMI et de la Banque mondiale, le sinistre héritage des dictatures terroristes soutenues des États-Unis se sont ajoutés de puissants tremblements de terre et de violents ouragans qui ont dévasté physiquement une grande partie du pays, en particulier à Port-au-Prince le remettant, servi sur un plateau, au contrôle des États-Unis avec la médiation de l’ONU et de certains gouvernements latino-américains. Haïti vit aujourd’hui de « l’aide humanitaire », qui arrive au compte-gouttes, et de la présence militaire de l’ONU pour protéger l’ordre intérieur. Toussaint et les grands chefs de la révolution anticoloniale et antiesclavagiste doivent se révolter dans leurs tombes tandis que les « houngan » et les « mambo » (les officiants de la religion vaudou) accomplissent leurs rituels confiants que tôt ou tard la fumée de leurs feux de joie leur apporte le retour imminent d’une nouvelle génération de « Jacobins noirs ».

Notes :

[1] Cf. Sabine Manigat, « La révolution indépendantiste haïtienne dans sa première étape : L’édification du pouvoir noir à Saint-Domingue », in Science and Culture Magazine (La Paz, Bolivie), Nº 22-23, 2009.

[2] Disponible sur : Página / 12, 11 octobre 2012.

[3] Juan Bosch, « Prologue » à Gérard Pierre-Charles, Haïti. Radiographie d’une dictature (Mexique : Editorial Nuestro Tiempo, 1969), p.9. La bibliographie sur ce processus révolutionnaire est extrêmement abondante. Nous nous limitons ici à signaler le livre de Cyril L.R. James, l’un des pionniers à étudier ce processus dans les années 30 : Les Jacobins noirs (1938). Disponible en ligne sur : https://elsudamericano.wordpress.com/2017/10/14/los-jacobinos-negros-toussaint-loverture-y-la-revolucion-de-haiti-por-clr-james/ En Argentine la problématique haïtienne a été étudiée dans deux livres brillants d’Eduardo Grüneren : La Oscuridad y las Luces (Buenos Aires: Edhasa, 2010) et Juan Francisco Martínez Pería, Libertad o Muerte! Histoire de la Révolution haïtienne (Buenos Aires : Centro Cultural de la Coopération Floreal Gorini, 2012).

[4] Manigat, op. cit.

[5] Histoire du monde : une nouvelle perspective (Londres : Chatto & Windus, 2000)

 

[6] « Haïti : la malédiction blanche », dans La República, 19 janvier 2004).

[7] “Lettre de Jefferson à Aaron Burr”, Philadelphie, 11 février 1799. Pour plus de détails, voir A Proslavery Foreign Policy : Haitian-American Relations during the Early Republic (Londres et Westport : Praeger, 2003)

[8] Gerardo Lissardy, « La France ne rendra pas la ‘dette d’indépendance’ à Haïti », BBC News, 16 août 2010.

[9] “Le Congrès de Panama et une solitude de deux siècles”, dans https://argmedios.com.ar/el-congreso-de-panama-y-una-soledad-de-dos-siglos)

[10] Cf. Francisco de Miranda, précurseur de l’indépendance de l’Amérique latine. (La Habana : Editorial de Ciencias Sociales, 2003), p. 205.

[11] Op. Cit.

[12] https://www.redaccion.com.ar/von-eyken-embajador-argentino-haiti-es-un-pais-que-atrapa/

[13] « Haïti, Bolivar et la solidarité latino-américaine », sur https://www.jornada.com.mx/2010/02/10/opinion/019a2pol)

[14] Lissardy, op. cit.

[15] Hans Schmidt, Occupation américaine d’Haïti, 1915-1934. Nouveau-Brunswick, NJ : Rutgers UP, 1971.

[16] Wilson a également ordonné une intervention militaire à Cuba en 1917, Panama 1918 et a maintenu les troupes d’invasion envoyées au Nicaragua par son prédécesseur, William H. Taft, pendant les huit années de sa présidence.

[17] Au sujet de l’occupation nord-américaine je me réfère à l’ouvrage fondamental de Suzy Castor : L’occupation nord-américaine d’Haïti et ses conséquences (Mexique : Siglo XXI, 1971)

Buenos Aires, 9 janvier 2022

Résumé latino-américain 10 janvier 2022

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here