Fort Liberté/Ouanaminthe : 4 morts , 14 blessés

0
574

Les manifestations qui chamboulaient la ville de Fort Liberté depuis le dimanche 23 Novembre 2014, persistaient jusqu’au mercredi 26 Novembre 2014 dernier. Les revendications primordiales de la population : électrification de la ville de Fort Liberté à partir de la source privée ENRECA.

Animés de leur sentiment de sauvagerie habituelle, les agents de BIM, de SIMO et d’UDMO sont intervenus et ont bombardé les manifestations à coups de projectiles à auteur d’homme et de gaz lacrymogène. La Police Nationale d’Haïti (PNH) qui accompagnait un convoi de 10 containers de produits qui laissait le Park Industriel de Caracole vers la République Dominicaine, essayait de forcer le passage déjà bloqué par les manifestants. A ce moment, ces agents de la PNH (SIMO, BIM, UDMO) ont ouvert le feu à auteur d’homme sur la population. 14 personnes étaient terriblement atteintes. Un jeune homme sérieusement atteint a eu son dos troué de 6 balles. Sous le feu des balles assassines de la PNH, la population, très surchauffée, continuait à manifester, revendiquant l’électrification de sa ville (Fort Liberté) et aussi celle de Ferier et de Wanaminthe.

Elle revendique aussi la fin du règne des bandits légaux en Haïti, donc la démission du président Sweet Micky Martelly et celle de son Premier Ministre Laurent Lamothe. Les protestataires ont lancé un message à une commission présidentielle qui s’apprêtait à quitter Port-au-Prince vers Fort Liberté, la faisant savoir que c’est inutile de se présenter dans la ville de Fort Liberté sans la réponse satisfaisante de leur revendication, à savoir l’électrification des 3 villes dont Fort Liberté, Ouanaminthe et Ferier ainsi que la démission des bandits légaux au pouvoir en Haïti. Les blessés ont été transportés d’urgence à l’Hôpital de Fort Liberté. Les manifestants, offusqués à chaud, parlaient d’interruption du passage sur le pont de Fort Liberté ou l’éliminer complètement. Les victimes ayant reçu des projectiles en différentes parties de leur corps, soit à la poitrine, au dos, aux jambes, etc.

Le sénateur du Nord-est, Jean Baptiste Bien Aimé, ayant une lecture quotidienne et régulière de la situation dans la région, s’est ainsi exprimé : « Pendant plus que 6 mois, la population du Nord-est tient le flambeau d’une mobilisation sans arrêt. Le but de cette mobilisation n’est autre que trouver l’électrification des villes de Fort Liberté, de Ouanaminthe et de Ferier ; ceci, à partir d’électricité de la Compagnie ENRECA basée à Caracole qui est en réalité une compagnie privée, propriétaire de l’ONG américaine, USAID. L’histoire, en fait, vient d’un contrat signé entre le gouvernement de René Préval et la compagnie ENRECSA en 2010. Ce contrat a été renouvelé sous le règne de Martelly en 2012 ; peut être en violation du dit contrat, que des communes comme Sainte Suzanne, Terrier-Rouge et Limonade sont électrifiées, car, étant connectées avec Caracole ; alors que d’autres comme Ouanaminthe, Fort Liberté et Ferier ne le sont pas. A remarquer que Fort Liberté est la capitale politique du Nord-est, quand Ouanaminthe est la capitale économique du département. Ces deux villes ont besoin de l’électricité. La dernière connexion qui électrifie Terrier-Rouge date du mois de Juin 2014. Alors que, jusqu’à date, les deux principales villes ne sont jamais connectées. Tandis que leurs populations attendent que la primature ordonne la connexion, comme c’était promis en plusieurs occasions.

Au dernier conseil ministériel, le gouvernement en a décidé autrement quand le directeur général de l’Electricité d’Haïti (EDH) a déclaré péremptoirement que les villes comme Fort Liberté, Ouanaminthe et Ferier ne seront pas électrifiées à partir des sources de ENRECA de Caracole, mais bien des sources de Chevry, déjà en panne d’ailleurs, qui vont être réparées bien entendu. Alors que, même réparée, la centrale de Chevry a une capacité d’alimentation de deux heures de courant par jour pour Fort Liberté et Ouanaminthe. Les populations des 3 villes non électrifiées ont fait valoir que Caracole est disposé de 15 mégawatts d’électricité avec seulement 3 mégawatts de service pour les usines de Caracole et les autres villes électrifiées. Donc les 12 mégawatts restant peuvent être utilisés pour les autres villes, en occurrence Fort Liberté, Ouanaminthe et Ferier. Elles ont aussi ajouté que la Compagnie ENRECA est bien disposée à s’en servir des 12 mégawatts pour électrifier les 3 villes ; et que c’est le gouvernement de Martelly-Lamothe qui refuse catégoriquement. De là, la population du Nord-est rejette toute l’idée de s’entretenir avec les responsables de l’EDH et pour manifester leur mécontentement, elle a détruit tous les compteurs appartenus à cette dernière.

J’ai visité moi-même l’Hôpital de Fort Liberté. J’ai vu de mes propres yeux 14 blessés dont 6 dans un état très critique. Nous tenons aussi à ajouter qu’il y a de grands intérêts économiques autour de ce projet. Des groupes économiques, parait-il, sont enclins d’acheter les centrales de Chevry, de Caracole et du Cap-Haitien dans le but de commercialiser l’électricité dans le grand Nord. Il y a en République Dominicaine une compagnie d’électricité dirigée par une argentine. Cette compagnie est associée à certains trafiquants du gouvernement. Ils sont actuellement en combine avec ce dernier ; ceci, dans le but d’acheter toutes les centrales du Grand Nord… La situation est vraiment grave dans le Nord-est. Depuis 4 jours, toutes les activités dans la région sont au point mort. Les bureaux publics, les écoles, le commerce ne fonctionnent pas».

Par ailleurs, le lundi 1e Décembre 2014 dernier, la commune de Ouanaminthe qui emboite le pas après Fort Liberté, était surchauffée. Au cours d’un grand mouvement de protestation, des milliers de paysans, très en colère, défilaient dans les rues de cette ville pour revendiquer l’électrification de leur ville. Les agents de la PNH issus des unités de BIM, de SIMO et d’UDMO sont intervenus et pris les manifestants à coups d’armes à feu et de gaz lacrymogène. Un bébé de 3 mois, ayant inhalé le produit toxique, est mort asphyxié. Quatre autres personnes étant atteintes de projectiles, sont gravement blessées.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY