EMARI : LE JARDIN BOTANIQUE DU NORD

0
1320
Jardin Botanique Emari de Milot le paradis du Nord, juste au pied de la Citadelle Henry Christophe non loin de l’aéroport international du Cap.

La nuit vient d’atterrir, à Emari
Laissez vos tympans savourer

Le chuintement des cigales
Le bougonnement des towo lagon
Le cri lugubre des hiboux
Le mugissement des vaches oubliées
Le croassement des bongas
Et les glapissements de Sam en rut perpétuel
La nuit a atterri au Jardin Emari de Milot                                                              

Elonge Othélot

 

Plus d’un mois après, le souvenir aromatique de cette nuit calme passée à l’hôtel Lakou Basen Kay Imam où nous a reçus chaleureusement notre camarade de combat Elonge Othélot nous hante encore. Les cris perçants des oies incubant jalousement leurs œufs à l’abri de la convoitise du chien berger Sam vibrent encore dans nos tympans de mélomanes avertis. Ce panorama agréablement satisfaisant même pour les esprits selects, nous a exhorté à vous présenter Emari, le Jardin Botanique de Milot, la plus récente merveille du département du Nord.

« Je suis artiste peintre dans l’âme tout aussi bien que dans mon vécu quotidien. Ainsi, par déformation professionnelle, je cultive un fort penchant pour la vie à la campagne. Je me sens parfaitement confortable, quand, mes pieds nus foulent l’humus imbibé de rosée et loin des tintamarres interminables qui polluent ces villes encombrées. D’une façon toute particulière, j‘aime humer le parfum de ces fleurs aromatiques bercées par le doux frémissement des feuilles de palmiers géants qui pointent vers l‘infini ».

Ces confidences d’un entrepreneur qui assiste avec satisfaction à la concrétisation de ses nobles rêves d’enfance me vont droit au cœur. Cependant Elonge Othélot, Tiyon pour ceux qui lui sont familiers, se montre plus fertile en actions qu’en paroles. « Entouré des fleurs odoriférantes qui décorent mon jardin botanique à Lory, cette paisible localité de Milot dans le département du Nord, je caresse le doux rêve d’y créer mon propre paradis terrestre. Là, j’adore m’y promener tout en étant en parfaite communion avec mère nature, me délectant des mélodies envoutantes des rossignols troubadours. Les champs de canne à sucre qui se perdent à l’horizon azuré, l’odeur des arbres me donnent une sensation extraordinaire et me rappellent ma tendre enfance».

Outre l’entrepreneur, le peintre, l’architecte, Tiyon laisse suinter ses vers d’une saveur insoutenable comme le soir du vendredi quand il égrenait des accords mineurs sur sa guitare classique. Sa ferme détermination suffit amplement pour justifier le fait qu’il ait pu investir autant en natures qu’en espèces pour parvenir à garder dans toute sa verdure son jardin botanique dont le projet lui tient tellement à cœur. Depuis quelques années, Elonge Othélot a pris sa retraite dans son domaine qu’il a baptisé Lakou Basen Kay Imam, retiré dans un quartier de la commune de Milot, au Haut du Cap, non loin de la ville historique du Cap Haïtien.

Le concepteur et propriétaire du Jardin Botanique, nous a confié qu’il ne se sent bien que lorsqu’il est entouré de son chevalet, ses tableaux issus de sa création personnelle, son chien berger bâtard Sam, et de son cheval blanc. Tiyon nous a fait la confidence qu’il est plus que jamais déterminé à tout tenter pour faire l’acquisition de nouvelles plantes, de nouvelles fleurs pour orner le deuxième jardin botanique du pays. Dans l’après midi du dimanche 2 juillet, revenant de Ouanaminthe, Tiyon baladait avec nous tout en nous offrant des caramboles et des mangues de diverses variétés pour les délices de voiles du palais du camarade Fignolé et du mien aussi.

« Le cyclone Mathieu, rudement dévastateur qui s’est abattu sur plusieurs départements géographiques du pays a eu raison du jardin botanique des Cayes que j’ai revisité tout récemment. Et je peux vous confier que cette perte pour le pays m’a beaucoup affecté puisque je comptais me baser sur ce modèle pour concevoir le mien. En dépit de tout, je me suis résolu à consacrer mon temps, mon domaine, mes énergies, mon savoir-faire, mes moyens économiques pour aménager d’une façon profondément intégrée dans son environnement champêtre, le jardin botanique Emari. Et, c’est avec le plus grand plaisir que cette initiative porte les initiales de mon nom et celles de ma fille et de mon fils.

 

Le Jardin Botanique Emari

Point n’est besoin d’être doté d’une rare finesse d’esprit pour subodorer l’immense sensation de ravissement qui m’a envahi à l’occasion de ma  visite au Jardin Botanique Emari de Milot. Ce n’est donc que la matérialisation de tous les rêves épicuriens de cet amant inconditionnel de la nature. Oui, Tiyon nous a fièrement invité à nous délecter avec lui de cette savoureuse symphonie de couleurs agréablement satisfaisantes tant à aux prunelles averties qu’aux intellections sélectes des curieux avides de savoir.

« Dans mon vaste domaine qui s’étend sur six hectares de terre, motivé par mon infinie passion pour la botanique, j’ai longtemps nourri le précieux rêve de m’en servir comme un espace de références de l’existence de collections de plantes et de fleurs tant locales qu’exotiques pour le Département du Nord. C’est alors qu’est venue l’idée d’aménager ce vaste espace en jardin botanique. A l’instar des Aztèques du Mexique qui avaient créé d’importants jardins botaniques, j’ai voulu que cette expérience serve de centres d’investigations et d’apprentissage sur les plantes, les fleurs natives et celles provenant d’autres latitudes ».

C’est ce qu’a fièrement soutenu Tiyon avec un air de satisfaction qui s’aventurait aux fins fonds de son domaine comptant les bassins qui fourmillent de différents types de poissons. Le concepteur du Jardin Botanique Emari a rappelé pour mémoire, l’importance et la transcendance de ces sites qui n’avaient tellement d’emprises que lors des guerres tribales. Les peuples vaincus étaient obligés de remettre comme butins de confrontation non seulement leurs biens et leurs trésors mais aussi les plantes de leurs régions qui seraient après cultivées et acclimatées dans des jardins botaniques aztèques.

Peintre par sensibilité artistique, architecte de profession et aussi entrepreneur par réflexe, Tiyon nous a fait part de son immense intérêt pour la connaissance qui est une des caractéristiques qui font la nette différence entre ce type de jardins et ceux qui ne sont pas botaniques. On y retrouve en effet le caractère ludique, jouissif, dérivé de ce qui frappe aux yeux, l’ornement paradisiaque, mais surtout il faut considérer la finalité scientifique et éducative d’une telle entreprise qui fort malheureusement ne se retrouve que dans deux endroits en Haïti.

Le jardin botanique Emari de Milot s’inscrit dans le cadre d’une mission de conservation des végétaux, d’éducation à la botanique et de sensibilisation à la nature. Vous souhaitez en apprendre un peu plus sur le jardin botanique EMARI, ses principaux attraits, ses collections vedettes, découvrir la fascination de ses plantes, vous souhaitez vous éblouir par les floraisons, les aménagements et surtout profiter du calme et la sérénité qui y règnent, ne vous gênez pas à vous inviter vous-même à le fréquenter. Car, il se veut un élément moteur dans la diffusion des connaissances liées à la nature.

 

Aménagement du site

« Le projet proprement dit a commencé en 1997, quand j’ai fait l’acquisition de cet espace qui n’était pas aussi étendu. A mesure que s’égrènent dans leurs courses vers l’infini insaisissable les jours, les semaines ainsi que les années les propriétaires limitrophes viennent m’offrir leurs lopins de terre. Et, c’était tout à mon agrément, car ça me permet d’agrandir le site. D’acquisition en acquisition, en peu de temps la propriété s’est agrandie jusqu’à plus de huit carreaux. Comme c’est de coutume chez nous, par suite d’interminables conflits terriens, et par souci de cohabitation convenable, je me suis résigné  avec seulement six hectares ».

Par ces propos, l’entrepreneur a débuté son entretient sur l’aménagement du site. C’est ainsi que Tiyon nous a appris que pour le rendre facile à la circulation, deux types de voies sont tracées. La première, légèrement plus étroite serpente entre les fleurs de tous les arômes, les plantes de tous les espèces et les arbres fruitiers, est destinée aux piétons. En chariot tiré par des chevaux ou à biciclette, ceux qui veulent entreprendre une randonnée beaucoup plus longue en sortiront pleinement satisfaits. A la longue, Tiyon projette d’orner son jardin botanique avec les plantes tropicales les plus rares.

« J’encourage les amants des plantes introuvables qui en possèdent dans leurs collections à avoir l’amabilité de m’en fournir. Je leur promets formellement que leur nom y sera indiqué comme preuve qu’ils en ont fait don. C’est une façon unique pour que leur nom grandisse concurremment avec elles. Outre le jardin botanique, j’ai bien voulu m’adonner aussi à la pisciculture à travers des bassins. Cependant lorsque j’ai appris que je dois renouveler l’eau chaque trois jours, je me suis rendu à l’évidence que je  n’allais pas en disposer suffisamment. Alors, j’ai porté ma préférence sur un lac artificiel. Des canots y seront installés et qui permettront aux visiteurs de pratiquer la pêche. Le site héberge aussi un hôtel de six chambres climatisées. L’espace est aussi disponible pour des réceptions de mariage, de communion, l’organisation de séminaires etc. », a poursuivi Tiyon.

De toute évidence,  le 2ème jardin botanique du pays est ouvert au grand public pour des visites à toute heure. Parallèlement, les touristes tant locaux qu’étrangers peuvent y séjourner sur le site à leurs guise et aussi longtemps qu’ils le veulent. Car un hôtel aux chambres spacieuses et climatisées les attend avec les portes grandes ouvertes. Et au moment où nous rédigeons ces lignes, de nouvelles plantes aromatiques et médicinales sont entrain d’embellir le jardin Botanique EMARI.

Sous peu, ceux et celles qui auront à se faire le devoir de visiter la page face book du Jardin Botanique EMARI seront largement informés/es de leur nom. Soyez rassurés que Romane, l’un des collaborateurs immédiats de Tiyon sera le doktè fèy car il connait fort bien toutes ces plantes comme le bout de ses doigts. Alors, faites preuve d’un minimum de patience, Tiyon se fera le grand plaisir d’afficher ces noms aussi bien que toutes leurs photos pour mieux vous familiariser avec elles.

En attendant de répondre positivement à cette invitation faite cordialement par le Jardin Botanique Emari de Milot en personne, sa page face book joue convenablement le rôle de relation publique. Tapez Jardin Botanique Emari de Milot et faites nous part de vos impressions. Au moment opportun, prenez donc rendez-vous avec les paons et les dindes à la queue en forme d’arc, les canards qui cancanent pour qu’ensemble vous entrepreniez une aventure idyllique. Les perroquets bavards vous expliqueront dans leurs propres jargons ce qu’ils ressentent.

Zwazo yo pap gen okenn pwoblèm mennen nou al vizite jaden an. Piga kite prejije fè nou konprann zwazo yo se bèt. Pour de plus amples informations, appelez aux 32092989, 38002646 ou sur WhatsApp 43442332. Jardin Botanique Emari de Milot le paradis du Nord, juste au pied de la Citadelle Henry Christophe non loin de l’aéroport international du Cap.

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY