Deux néocolonies sur une île soumise à un pillage incessant

0
209
Les deux néocolonies, l’un avec sa tragique crise humanitaire sur le dos et l’autre souffrant d’une croissance inégale et dégradante à tous les niveaux, sont la proie du même système impérialiste occidental dans sa phase de déclin agressif.

Appelez-le Babeque, Hispaniola, Haïti, Saint-Domingue… la vérité est que sur cette belle île des Caraïbes, habitée par deux peuples héroïques, opèrent des élites capitalistes implacables qui ont détruit Haïti et enfoncent leurs griffes dans la République Dominicaine-RD.

L’oppression et le pillage naissent du pouvoir concentré dans l’élite capitaliste transnationale qui gouverne le monde, au milieu d’une terrible crise mondiale, dont les effets appauvrissants et dégradants punissent cruellement une grande partie de la pyramide sociale mondiale.

1% de la population mondiale possède 50% des richesses de la planète. 30% contrôlent 95% et 70% survivent et meurent avec 5%.

Dix-sept conglomérats financiers possèdent 41,16 milliards de dollars et développent leur capital et leur pouvoir en investissant dans les industries, les médias, les entreprises et les complexes militaro-industriels. *

Depuis leur bulle confortable, ils dégradent la nature non humaine, pillent la Terre Mère, mènent la guerre sous toutes ses formes, réchauffent la planète, aridisent les terres, assèchent les rivières et provoquent d’intenses sécheresses.

Depuis leur paradis, ils créent une industrie transnationale du mensonge pour droguer l’esprit de milliards de personnes et les soumettre à leurs desseins.

La concentration des richesses a atteint un point tel que huit mégamillionnaires possèdent la moitié de la richesse mondiale.

La maquette est reproduite dans ses locaux. Voici 10 familles qui, avec leurs entreprises, contrôlent l’économie ; et en Haïti, une poignée de riches gangsters.

Cela a généré une crise d’inégalités, une dégradation de l’environnement, une violence mondiale, une déstabilisation économique et des explosions sociales.

La richesse concentrée respire l’opulence et le gaspillage, et provoque en même temps des pénuries de ses propres ressources énergétiques et de minéraux vitaux, prolongeant ainsi son modèle consumériste et gaspilleur. De cette façon, leur voracité contre les régions et les pays qui les possèdent est renforcée.

Si la police et les armées locales échouent ou pourrissent, elles auront le Pentagone, l’OTAN et des armées mercenaires.

En Haïti, la haine oppressive a atteint le paroxysme du pillage, de la détérioration matérielle et de la cruauté impérialiste maximale ; avec comme facteur aggravant que même si sa population est brutalement appauvrie et son sol dévasté, les dominateurs convoitent son or, son titane, son uranium, son lithium et ses terres rares qui se trouvent dans son sous-sol.

Faisant référence à la domination impérialiste-colonialiste et aux gangs ou bandes armées, l’intellectuel haïtien Jean Casimir nous dit : « Et les empires, que ce soit la France, les Etats-Unis, l’Espagne, tout ce que vous voulez, viennent vous balayer, pas pour négocier. Il faut donc se battre pour les faire sortir et c’est du sang pur, il n’y a pas de juste milieu. Et ce que vous voyez aujourd’hui, c’est la poursuite de cette violence politique. Mais il y a 10 ans, nous avions le taux de criminalité le plus bas du continent, voire l’un des plus bas. Des quartiers entiers pouvaient fonctionner sans un seul policier.

…Les États-Unis ont constitué leur propre armée, plus tard Duvalier l’a remplacée par son armée privée, puis Aristide l’a dissoute pour qu’elle ne commette plus de coups d’État et les milices privées ont commencé à y pulluler » (Jean Casimir le journal LA TERCERA Daniel Hopenhayn //21 MAI 2023)

Ils ont envahi et grandi en tant qu’armées privées, au service d’oligarques capitalistes associés aux magnats gringos, liés à des secteurs de la police nationale. Ils ont continué à se développer alors que les entreprises mafieuses, au nez et à la barbe de la Minustah, armées depuis les États-Unis sous les gouvernements de Martelly, Moise et Henry, ont terrorisé et démobilisé la population, ce qu’elles n’ont pas réussi à réaliser.

C’est pourquoi Casimir lui-même, dans cette même interview, déclare : «  Ce que j’essaie de vous dire, c’est que si ce processus avait été gênant pour les États-Unis, ils mourraient dans l’œuf. Comment se fait-il qu’à Haïti, le pays le plus pauvre d’Amérique, les gens possèdent des armes qui coûtent plus cher que Comment se fait-il qu’ils appliquent très bien les embargos contre certains pays et qu’ils ne puissent pas empêcher leurs armes d’arriver ici ? »

Dans notre République Dominicaine, avec une croissance économique plus forte et plus de nature, les inégalités sont écrasantes et la dégradation de l’environnement progresse à un rythme accéléré ; tandis que sur cette île, la guerre mondiale américaine contre la vie est présente.

En Haïti, cela a commencé avec les gangs, parce qu’il n’y avait pas d’armée et que les dominateurs devaient se protéger et contrôler par peur d’un peuple appauvri et rebelle ; et s’oriente vers une intervention policière mercenaire, recrutée dans des unités africaines et caribéennes.

Ici, la bourgeoisie transnationale – associée aux élites capitalistes dans l’exercice du gouvernement et du pouvoir – fait intervenir les forces armées et la police d’en haut par le Commandement Sud, la CIA, la DEA, le FBI.

L’agitation locale en faveur d’une intervention en Haïti et l’anti-haïtianisme raciste qui l’alimente – en plus d’être utilisée pour détourner le « nationalisme » contre le peuple haïtien – servent aux États-Unis et à Israël, sous prétexte du Mur, à contrôler militairement la frontière, dépouiller et manipuler en sa faveur le trafic et les minerais stratégiques qui y nichent, et entraîner la République Dominicaine dans ce piège explosif et chaotique, soumettant notre pays à l’action excessive du Commandement Sud et au pillage incessant de sa croissance fragile et de ses « progrès » tant vanté.

Les deux peuples de ces néocolonies, l’un avec sa tragique crise humanitaire sur le dos et l’autre souffrant d’une croissance inégale et dégradante à tous les niveaux, sont la proie du même système impérialiste occidental dans sa phase de déclin agressif.

Pour tous deux, pour survivre dignement et créer le bonheur collectif dans les deux parties de l’île, il ne reste plus qu’à assumer solidairement la libération nationale et sociale, et la création héroïque de leurs identités socioculturelles respectives.

*(Chiffres d’OXFAM INTERNATIONAL et du livre “Megacapitalists: The Elite that domines money and the world” //www.amazon.com › Peter-Phillips)

Aporrea  09 Octobre 2023                

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here