Déclaration de Chérizier, réponse des Etats-Unis !

1
1830
Jimmy Cherizier, lors de son point de presse, le jeudi 17 Août 2023 a fixé sa position sur l'éventuelle arrivée de la force policière kényane

Le mercredi 16 Août 2023, le citoyen haïtien, l’ancien policier Jimmy Chérizier alias Barbecue avait invité la presse de sorte qu’il donne lui aussi son opinion sur le destin de la nation face à cette force policière kenyane annoncée pour rétablir la sécurité dans le pays.

Après avoir salué les différentes presses présentes et les avoir remerciés pour avoir répondu à son invitation, Chérizier entra directement dans le fond de son sujet, à savoir la force militaire.

Selon lui, « la force étrangère sera uniquement applaudie sous les conditions suivantes :

1… Arrestation du Premier ministre de facto Ariel Henry qui a contribué à mettre le pays dans cette situation.

2…Arrestation d’oligarques corrompus, de politiciens corrompus et de policiers qui vendent les armes dans les quartiers populaires;

3…Sécurité pour que la vie puisse reprendre comme il se doit dans le pays.

Nous les combattrons jusqu’à notre dernière goutte de sang…

Cependant étant des enfants de Jean Jacques Dessalines, ayant son sang qui coule dans nos veines, les choses se passeront différemment si cette force viendrait à commettre des abus dans les quartiers populaires.

2023 n’est pas 2004, et le problème actuel est bien plus grave qu’avant.

Si nous constatons que cette force étrangère viole les femmes et les filles comme les agents de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah) l’avaient fait en 2004 ;

Si nous constatons que cette force étrangère viole les jeunes garçons comme les soldats uruguayens l’avaient fait en 2004 ;

Si cette force « apporte le Choléra » comme les casques bleus Népalais l’avaient fait.

Si les agents de cette force viennent dans les quartiers défavorisés (ghettos) pour ouvrir le feu, tuer les gens ou les massacrer comme bon leur semble.

Nous les combattrons jusqu’à notre dernière goutte de sang et ce n’est pas le G9 seul qui le fera, mais le peuple haïtien.  Nous avons le devoir et la responsabilité de protéger et de défendre notre dignité et aussi de pouvoir vivre comme des êtres humains. »

Le département d’état américain n’a pas tardé à répondre Chérizier en ces termes :

« Le gouvernement américain condamne dans les termes les plus fermes les actions et les déclarations des chefs de gangs comme Chérizier qui ont paralysé une grande partie de Port-au-Prince et du département de l’Artibonite et déplacé plus de 100 000 Haïtiens.

Le Chef du G9 Jimmy Chérizier

L’administration américaine continuerait à œuvrer pour tenir pour responsables ceux qui, en Haïti, commettent des violations flagrantes des droits de l’homme et une corruption importante

 Les États-Unis ont sanctionné Chérizier en décembre 2020 dans le cadre du programme mondial de sanctions Magnitski pour violations des droits humains en relation avec son rôle dans l’attaque de La Saline. La violente attaque lancée contre la population du quartier défavorisé de Port-au-Prince en 2018 qui a fait au moins 71 morts.

Chérizier a également été désigné par une résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies pour son rôle dans la crise économique et humanitaire qui a paralysé Haïti en 2022. Le chef de gang est accusé du blocus du plus grand terminal pétrolier de la capitale, Varreux, qui a déclenché une crise nationale du gaz et de l’électricité.

Notre soutien à la création d’une force multinationale pour restaurer la sécurité et la stabilité en Haïti reste inébranlable » a déclaré le porte-parole du Département d’état américain par courrier électronique à la Voix de l’Amérique (VOA).

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here