Décès de Ramsey Clark: un procureur général qui s’est retourné contre l’impérialisme !

2ème partie et Fin

0
50
De gauche à droite: Dennis Banks, Fidel Castro, Alice Walker et Ramsey Clark, à Havana, au mois d’avril 1993. Credit — Gloria La Riva

Il n’y avait pas de lutte ou de cause pour la justice sociale que Ramsey ne soutenait pas.

Quiconque ayant l’occasion de passer quelques heures avec lui recevait une leçon d’histoire mémorable de ses expériences. Une fois, je l’ai conduit en Californie à un engagement universitaire, trois heures aller-retour. Ramsey m’a raconté toute l’histoire de la vie de Ruchell Magee, qu’il a tenté de libérer en appel, et de la cruauté absolue dont il a été victime par le système de «justice».

Il croyait fermement aux droits souverains des autochtones et a joué un rôle déterminant dans le règlement des principales revendications territoriales qui n’avaient pas été réglées depuis 50 ans.

Le 1er janvier 1994, lorsque la rébellion zapatiste a commencé au Chiapas, au Mexique, Ramsey, fidèle à son habitude, savait qu’il devait être là pour enquêter et montrer son soutien. J’ai eu la chance de faire partie de cette petite équipe avec Brian Becker et d’autres, moins d’une semaine après le soulèvement. L’action héroïque des peuples autochtones mayas a été motivée par l’accord de libre-échange de l’ALENA, signé par les présidents Bill Clinton et Carlos Salinas. Les zapatistes savaient que l’ALENA détruirait leurs moyens de subsistance en inondant le Mexique de produits étatsuniens comme le maïs.

La peur de la répression de l’armée mexicaine était palpable. La presse mexicaine et internationale, ainsi que les libéraux sympathisants du sort des peuples autochtones, étaient néanmoins réticents à accorder du crédit à la lutte armée. À l’issue de notre visite, Ramsey a déclaré à des centaines de journalistes lors d’une conférence de presse dans un hôtel à San Cristobal de las Casas que leur lutte armée – «le coup de feu entendu à travers le monde» comme il l’appelait – était pleinement justifiée.

Ramsey était avocat en appel pour l’Indien Américain Leonard Peltier, prisonnier politique, qui se trouve encore aujourd’hui dans une prison fédérale étatsunienne depuis 45 ans suite à une machination du FBI. Lors d’un rassemblement de masse en salle à San Francisco de près de 1000 personnes le 16 novembre 1997 pour Leonard, Ramsey a déclaré à une foule enthousiaste: «Tout le monde sait, et surtout les procureurs et le FBI, que Leonard Peltier est innocent du crime pour lequel il a été condamné. … Il est essentiel de libérer Leonard Peltier et, ce faisant, de reconnaître les Indiens Américains comme étant les premiers, les premiers, les premiers parmi des égaux. Tant que Leonard n’est pas libre, nous courons tous des risques. Son cas montrera si le peuple étatsunien a enfin la volonté de résister aux puissants intérêts économiques qui contrôlent les médias et le complexe militaro-industriel, qui ravagent les pauvres à travers la planète. Si nous avons la volonté de nous élever et d’arrêter le gouvernement étatsunien avant qu’il ne soit trop tard”.

L’OTAN, sous la direction du Pentagone et de l’administration Clinton, a largué 28.000 bombes et missiles sur ce petit pays d’Europe centrale.

Tôt le lendemain, Ramsey s’est envolé de San Francisco pour la Yougoslavie pour montrer son soutien à ce pays assiégé. La Yougoslavie était à ce moment-là le seul gouvernement socialiste d’Europe à ne pas avoir été renversé par les contre-révolutions capitalistes qui ont balayé la région de 1988 à 1991. Mais les États-Unis étaient déterminés à détruire le gouvernement, et deux ans plus tard, ils l’ont fait. En mars 1999, la campagne de bombardement de 73 jours entre les États-Unis et l’OTAN a commencé sous le prétexte de défendre une minorité musulmane dans la province serbe du Kosovo.

La diabolisation par l’impérialisme étatsunien du dirigeant yougoslave Milosevic dans les médias bourgeois a effectivement neutralisé de nombreuses organisations pacifistes étatsuniennes traditionnelles. Mais des milliers de personnes de l’aile anti-impérialiste du mouvement anti-guerre étatsunien sont descendues dans la rue. Bientôt, tout le peuple yougoslave est devenu la cible de l’OTAN. L’OTAN, sous la direction du Pentagone et de l’administration Clinton, a largué 28.000 bombes et missiles sur ce petit pays d’Europe centrale. De nombreux libéraux, même certains militants progressistes bien connus, ont déploré la défense active de la Yougoslavie par Ramsey. Ils n’ont vu que ce que CNN, NBC et le New York Times voulaient qu’ils voient – Milosevic en tant que seul occupant de la Yougoslavie.

Mais Ramsey, guidé par sa boussole morale, a vu à travers la machine de propagande du Pentagone. Dès que les bombes ont commencé à tomber le 24 mars 1999, j’ai eu à nouveau le privilège de l’accompagner, cette fois en Hongrie. Nous avons été conduits à Belgrade, en Yougoslavie, le cinquième jour de la guerre pour documenter les effets dévastateurs sur la population civile.

C’est devenu mon documentaire, «NATO Targets Yugoslavia» (L’OTAN cible la Yougoslavie). Littéralement chaque jour de la guerre, CNN rapportait que le bombardement de la veille était «le bombardement le plus lourd jamais effectué par les forces de l’OTAN». Ramsey est arrivé là-bas le 55e jour de la guerre. Je l’ai de nouveau accompagné.

Gloria La Riva et Ramsey Clark

Un épisode particulièrement dramatique avec Ramsey s’est produit lorsque la contre-révolution a eu lieu en Yougoslavie à la fin de juin 2001. Milosevic a été renversé dans une «révolution des couleurs» conçue par la CIA. Le nouveau gouvernement putschiste a rapidement commencé à arrêter les socialistes yougoslaves et d’autres patriotes qui menaient la résistance au bombardement de l’OTAN en 1999.

Ramsey et le président vénézuélien Nicolas Maduro

Ramsey a décidé qu’il voulait aller là-bas tout de suite. À ce moment-là, l’ambassade yougoslave à Washington, D.C., avait changé et était aux mains de la droite et lui a refusé un visa. Cela n’a pas arrêté Ramsey. Il m’a appelé à San Francisco et m’a dit: «Prenez le prochain avion pour JFK. Je peux vous rencontrer à l’aéroport”. Quand je suis arrivée, nous avons traversé le terminal aussi vite que possible. La porte de l’avion se fermait, prêt à décoller.

Quand nous sommes finalement arrivés à Belgrade, nous nous sommes tenus dans la file d’immigration et alors que nous nous approchions du guichet, le personnel l’a refermée. Des responsables sont venus nous voir et nous ont dit: «Vous devez quitter le pays, vous ne pouvez pas rester. Remontez dans l’avion maintenant”. Ramsey a dit: «Je suis Ramsey Clark et…», ce à quoi ils ont répondu: «Nous savons qui vous êtes, montez dans l’avion.» Nous avons dit: «Non, nous devons appeler nos hôtes qui attendent à l’extérieur». Nos amis du Parti socialiste attendaient de venir nous chercher.

L’avion a décollé. Un autre roulait sur le tarmac pour rentrer à Paris. Encore une fois, les responsables ont insisté: «Montez dans cet avion, maintenant!» Nous avons refusé. Puis celui-là a décollé aussi. Combien de temps nous pourrions continuer, nous ne le savions pas.

Puis deux policiers, une femme et un homme, se sont approchés de nous. La jeune femme a dit: «Veuillez me donner vos passeports». L’homme m’a dit: “Suivez-moi.” Et il m’a conduit au terminal de l’aéroport, m’a emmené à un kiosque et m’a dit: «Vous pouvez passer votre appel téléphonique». Quand je suis revenu près de Ramsey, la policière nous a remis nos passeports, avec des visas. Elle a dit avec émotion à Ramsey: «Nous n’oublierons jamais ce que vous avez fait pour notre peuple, en nous soutenant pendant la guerre. Mon frère était dans l’armée et il a été blessé au combat”.

Elle a fait une pause et a dit vivement: “Je vous verrai ce soir au rassemblement!”

Lorsque nous sommes arrivés au rassemblement de masse pour protester contre l’arrestation illégale de Milosevic et son enlèvement à La Haye sur des accusations forgées de toutes pièces par le tribunal impérialiste, les foules ont applaudi Ramsey. Ils ont vu en lui un véritable ami. C’était toute une aventure, comme celle qui ne pouvait se produire que dans un film.

Un humanitaire aimé dans le monde entier

En janvier 2004, Ramsey Clark et moi étions au Forum social mondial à Mumbai, en Inde. J’étais là pour la lutte pour la liberté des Cinq Cubains. Bien sûr, Ramsey a également parlé en leur nom sur d’autres thèmes. À la fin d’une de ses présentations, Winnie Mandela est arrivée. J’étais stupéfait de la présence de cette dirigeante révolutionnaire. Elle a dit à voix haute alors qu’elle s’approchait pour embrasser Ramsey: «Quand j’ai appris que Ramsey Clark était là, je devais venir le voir”. Ils ont eu un échange chaleureux.

Plus tard dans la journée, il m’a dit: «Elle a souffert autant que Nelson Mandela si vous y réfléchissez. Elle a été emprisonnée, maltraitée par la police, bannie, isolée de ses enfants et de son mari”. Il m’a dit qu’une fois il était allé en Afrique du Sud pour lui rendre visite. Bannie, elle ne pouvait même pas ouvrir la porte pour le laisser entrer et elle ne pouvait pas quitter sa maison. Et simplement parce que Ramsey a posé sa main sur le moustiquaire de la porte en guise de «poignée de main», pour toucher sa main à travers l’écran, elle a été forcée à un bannissement plus isolé.

Ramsey était connu et aimé dans le monde entier par des millions de personnes qu’il défendait.

Il a dit qu’elle soutenait son absence lors de leur anniversaire comme nécessaire pour défendre ceux qui avaient besoin d’une défense.

J’ai été témoin de trop de ces expressions d’admiration et d’amour pour les missions internationalistes de Ramsey que pour pouvoir les raconter ici. La vie juridique et politique de Ramsey Clark a rempli des livres et des archives de bibliothèque. On pourrait en dire beaucoup plus.

Une histoire particulière de sa vie est racontée dans le documentaire primé produit par le célèbre cinéaste Joe Stillman, «Citizen Clark: A Life of Principle» (Citoyen Clark: une vie de principes). Joe dit: «Quand j’ai appris les détails de sa vie, j’ai su que je devais raconter son histoire. J’avais le choix, soit m’acheter une maison, soit investir mon argent dans un film sur Ramsey. Je suis content d’avoir documenté sa vie. Je le referais sans hésiter une seconde”.

En Yougoslavie, lors du premier voyage de Ramsey en temps de guerre en mars 1999, je le filmais alors qu’il s’adressait à un large public d’universitaires, de juristes et d’avocats. Il a mentionné que c’était son 50e anniversaire de mariage avec sa femme Georgia, et il a parlé d’elle avec beaucoup d’amour et d’affection. Il a dit qu’elle soutenait son absence lors de leur anniversaire comme nécessaire pour défendre ceux qui avaient besoin d’une défense. Georgia partageait sa croyance en la justice sociale et elle a travaillé pendant des années dans ses cabinets d’avocats, alors qu’ils élevaient deux enfants, Tom et Ronda. Ils ont également voyagé fréquemment en famille.

Malheureusement, Georgia est décédée en 2010. Tom, un avocat spécialiste de l’environnement au ministère de la Justice, est décédé d’un cancer à l’âge de 59 ans en 2013. Ronda est sourde et a une déficience intellectuelle et a vécu à la maison toute sa vie. Elle a fait la transition vers une école spéciale à New York, en prévision du décès de Ramsey. Ramsey Clark l’a élevée seule après la mort de Georgia. Il chérissait Ronda et aimait dire: «Elle est la patronne de la maison.» Les membres de sa famille survivants proches sont sa sœur Mimi Clark Gronlund, sa belle-sœur Cheryl Kessler Clark, trois petites-filles Whitney, Taylor et Paige Clark et la famille élargie.

Rares sont les personnes comme Ramsey Clark avec une défense sans compromis des vrais droits humains et le courage de défendre ces croyances. Il nous manquera beaucoup chez nous et dans le monde entier.

 

Answer Coalition 11 Avril 2021

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY