De quelle mort Dr Michaële Amédée Gédéon est-elle morte?

0
1208
L’ancien Premier ministre Tètkale ou Kaletèt Laurent Salvador Lamothe aura beaucoup à expliquer non seulement sur l’affaire du Sogener mais également sur la rénovation de la ville de Port de Paix

Dre Michaële Amédée Gédéon a eu certes un accident de la route le mardi 21 août dernier sur la route des Cayes, alors qu’elle revenait de la Grand’Anse accompagné de son fils, quand soudain un autre véhicule a percuté sa voiture.  A première vue, c’est un simple accident comme tous les autres, un fait routinier. On pourrait même dire que la  Dre Gédéon a été une victime de plus de l’insécurité routière.

Cependant on n’a jamais dévoilé la vérité sur la vraie nature du décès de l’ancienne ministre de la Santé publique et de la Population entre 1999-2001 sous la présidence de René Garcia Préval. Selon son mari, la Dre  Gédéon avait toute sa lucidité dans l’ambulance qui la transportait et ne voilà-t-il pas qu’elle a été déclarée morte le lendemain mercredi 22 août 2018. Bizarre.

N’y a-t-il pas quelque élément important qu’on a omis de mentionner? On a bien rapporté qu’elle avait été transportée d’urgence à l’hôpital des Cayes, mais … Il faut toujours un mais… elle n’a pas pu bénéficier sur place de soins d’urgence. Bizarre. Pourquoi ?

De gauche à droite : Dre Michaële Amédée Gédéon, Président de la Croix-Rouge haïtienne ; l’ex-président Michel Martelly ; M. Tadateru Konoé président de la Fédération internationale de la Croix rouge (l’IFRC), et le secrétaire général de l’IFRC, M. Bekele Geleta. Photo: Zuleyka Maynard

On pensait à l’héliporter à Port-au Prince, mais…. encore un mais qui s’est mis de la partie: en pleine saison cyclonique, les conditions météorologiques ne le permettaient pas. Sans doute, les parents n’ont pas pensé à la faire transporter d’urgence en avion soit en République voisine, soit à Cuba ou à Miami comme c’est d’habitude pour les gens bien lotis du pays surtout ceux bien en vue dans l’État ou dans la société : président, ministres, sénateurs, députés, gros bourgeois, et autres. Ils bénéficient de soins de grande urgence ailleurs et s’en fichent de nos institutions de santé.

Il est clair qu’on a eu tout le temps de bien promener  l’accidentée dans tous les hôpitaux du Département du sud ;  eh oui mais… un autre mais… on n’a pas pu trouver un hôpital qui pouvait lui prodiguer les soins qu’elle méritait. Incroyable ! Pourquoi alors portent-ils le nom d’hôpitaux ? Sont-ce plutôt tous des semblants d’hôpitaux  construits sans doute avec des millions et laissés à l’abandon?

La Dre  Michaële A. Gédéon n’est pas n’importe quel quidam. Elle a été non seulement directrice mais aussi ministre de la Santé publique et de la Population (MSPP) ; puis du mois de février 2001 à septembre 2013, elle a été, trois fois, successivement nommée à la présidence de la Croix-Rouge haïtienne. C’est une femme d’Etat qui vient de mourir mais de quelle mort est-elle elle-même la victime ?

Pendant toutes ces nombreuses années passés à tous les postes qu’elle occupait, Madame Gédéon a-t-elle jamais eu conscience que quelque chose allait très mal dans le pays, dans le domaine des soins de santé en particulier. Tout récemment, soit deux jours avant sa mort, on rapporte qu’elle avait fait un grand acte de bienfaisance en se portant au secours d’une personne blessée suite à un accident. C’est alors qu’elle a fait sa propre découverte de l’Amérique, à savoir que cet hôpital n’avait aucun matériel de suture. De sa poche, et pour être une bonne samaritaine, elle a acheté le matériel pour soigner la personne blessée sans jamais, par la suite, accuser l’Etat de quoi que ce soit, sans exiger que l’Etat prenne ses responsabilités, sans dénoncer publiquement cet état de fait malhonnête, méprisant à l’égard de la société. Involontairement sans doute, elle se faisait complice d’une situation déplorable qui méritait d’être dénoncée haut et fort. Comble d’ironie et de malchance, deux jours après, elle allait  être la prochaine victime d’un système qui fonctionne de façon révoltante et n’a de comptes à  rendre à personne.

La Dre  Michaële Amédée Gédéon n’est pas morte à la suite d’un accident mais bien suite à l’irresponsabilité de l’Etat haïtien, du mépris des gouvernements Haïtiens à l’égard de la population haïtienne particulièrement les couches défavorisées. N’est-ce pas un  crime que de laisser mourir quelqu’un pour manque de soins ?

On a tué  la Dre Gédéon et l’assassin n’est autre que l’Etat pour lequel elle travaillait.

Ses funérailles seront chantées le samedi 1er septembre 2018 à 9h 30 du matin à l’église St Pierre de Pétionville.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY