Chine: la stabilité à tout prix (2)

Deuxième partie

0
265
Des bateaux de fret naviguent sur le grand fleuve Yangtze, au pied des 12 sommets de la montagne Wu qui forme une de ses fameuses gorges. Photo par Alexandra Panaguli.

Mai était très agréable, c’est-à-dire Shen Hong Mei, la jeune femme qui nous a guidés vers Wu, la plus belle des trois gorges du Yangtze. Nous sommes passés sous le pont rouge qui enjambe le grand fleuve. Des bateaux de fret naviguaient au pied des 12 sommets de la montagne Wu qui s’élevait mystérieusement dans la brume matinale, correspondant à 12 esprits féeriques. Une pagode est perchée sur le plus haut sommet, celui de la Déesse dont la forme incarne Yao Ji, la plus jeune fille de la Mère céleste. Avec ses onze sœurs elle a visité la Terre, a rencontré Yu le Grand dans les gorges de Wu et l’a aidé à contenir les fameuses inondations du Yangtze.

Nous n’avons vu nulle part l’Alligator sinensis, l’une des deux seules espèces au monde (l’autre étant l’Alligator américain), également appelé le «Dragon boueux». Il est l’inspiration pour le dragon que l’on trouve partout dans la tradition chinoise où il représente le pouvoir royal et la bonne fortune, qui aide et sauve les gens, contrairement à la terrifiante créature imaginaire européenne, où «dragons» était aussi le nom des soldats envoyés pour cruellement forcer les maisons protestantes à se convertir au catholicisme sous Louis XIV, les fameuses «dragonnades».

En Chine, au contraire, ce reptile de 2 mètres de long est inoffensif, habitant dans les marais et les zones humides autour du Yangtze. Quand celles-ci ont été remplacées par des rizières, l’alligator a été en danger d’extinction avec seulement 130 individus en liberté. Mais dès 1979, un centre a été créé entre Nanjing et les villages Anhui que nous avons visités, à côté de la ville de Xuancheng: le Centre de recherche Anhui pour la reproduction des alligators chinois (ARCCAR), qui a aidé 10 000 alligators à se reproduire et les a lentement réintroduits dans la nature. Dans un autre effort de sauvetage d’animaux, plus au sud et toujours le long du Yangtze, les autorités locales ont largué des tonnes de poissons et de crevettes pour les oiseaux affamés du lac d’eau douce de Poyang – le plus grand de Chine – dont le niveau avait chuté brusquement depuis la construction  en 1997 du barrage des Trois Gorges – le plus grand au monde.

Nous sommes passés à des sampans et sommes entrés dans un chenal étroit bordé de falaises abruptes en bois. Mei/May faisait l’effort de traduire certaines de ses explications, mais c’était difficile à comprendre en raison de son fort accent. La douzaine de visiteurs étaient tous chinois, y compris un homme de Kowloon, Hong Kong qui bien sûr parlait anglais, la seule beauté de l’empire britannique étant une langue commune.

Les Chinois accueillent l’étranger avec des sourires et des questions, les Européens n’accueillent tout simplement pas les étrangers.

Les Chinois accueillent l’étranger avec des sourires et des questions, les Européens n’accueillent tout simplement pas les étrangers. Au mieux ils les méprisent, au pire ils les craignent. Pas besoin de lire les nouvelles de migrants fuyant la misère économique et les catastrophes naturelles, interdits de débarquer dans des ports italiens ou de franchir des clôtures hongroises. J’ai récemment lu l’histoire d’un Belge qui voyageait dans un train lorsque des réfugiés sont montés à bord: “Malaise. Je me recroqueville un peu, vérifie que mon sac est bien coincé sous mes pieds. Il me regarde attentivement, re-malaise, je ne me sens pas en sécurité. Et puis, il me parle: en réalité il observait mon magazine et sa thématique l’intéressait. C’est un jeune Algérien qui a fui son pays. Cultivé, presque sans accent “. C’est ce qui frappe le Belge et catégorise l’Autre. J’ai tendance à faire le contraire, je suis attiré par quelque chose de différent, nouveau, étranger, que ce soit une personne … ou un plat!

Le sampan s’est arrêté vers la fin du chenal et nous avons mis pied à terre. Mei a flâné un peu avec nous. Elle vivait dans un petit village à deux heures à pied de Wushan. Il n’y a pas de route, seulement un chemin. Ses parents sont agriculteurs, elle a appris l’anglais par elle-même et travaille six mois par an en tant que guide, encore une très sympathique chinoise.

Je me dois de mentionner le groupe d’étudiants en art que nous avons rencontré à Sixi, une des vieilles bourgades pittoresques. Ils étaient une cinquantaine, avec 3 ou 4 enseignants, venant de Yongzhou dans la province voisine du Hunan, une de ces villes provinciales, avec 5 millions d’habitants en moyenne selon les normes chinoises. Ils étaient à Sixi pour une semaine de dessin et logeaient dans la pension d’État où nous avions aussi réussi à obtenir une chambre, très spacieuse pour seulement 200 yuans, moins de 30 dollars, tout en bois d’acajou et une vue sur le ruisseau avec une aigrette et une pagode.

Alors que nous étions assis dans la grande salle servant de réfectoire, en début de soirée, les étudiants sont arrivés, très bruyants, criant, jouant au ping-pong et au billard. Pendant trois quarts d’heure ils nous ont ignorés, puis soudain ils nous ont assiégés comme une nuée de sauterelles, nous demandant: «Voulez-vous rester pour notre fête? » C’était leur dernière nuit, ils rentraient le lendemain, mille kilomètres en bus. Un de leurs professeurs nous a remerciés et souhaité la bienvenue en Chine, et tous les étudiants ont bien sûr voulu prendre des photos avec nous, nous donnant leur email sur QQ, l’application la plus utilisée par les Chinois, le 5ème site internet le plus visité au monde, selon Alexa, avec à un moment donné presqu’un milliard de comptes … À propos, le nombre d’internautes en Chine est passé de 22,5 millions en 2000 à 829 millions l’an dernier, loin devant l’Inde et les Etats-Unis.

“La fête est agréable grâce à vous”, “Vous êtes tous les deux beaux”, nous disaient les étudiants.  Fête signifie bières, des caisses entières de bouteilles, mais très, très légère, du jus d’orange, et une sorte de coca, puis des brochettes illimitées de viande et de saucisse, d’animal indéterminé, et des chips de différentes sortes et couleur, mais de même insipidité, qu’ils continuaient d’empiler devant nous. Et l’inévitable karaoké, puis encore de la bière au point que certains se sont saoulés. Des adolescents pleins d’énergie, d’ambition et de projets, et d’ouverture, prêts à conquérir le monde. Linda, une étudiante, nous a accompagnés dans notre chambre à l’étage pour prendre une photo de nous trois.

Des adolescents pleins d’énergie, d’ambition et de projets, et d’ouverture, prêts à conquérir le monde

Photos … Je n’en croyais pas mes yeux dans le parc national de Kanas. Avec mon Nikon D300, je ressemblais à un être préhistorique, la plupart des Chinois avaient des bazookas comme j’appelle ces objectifs extra-longs et extra-gros. Et plus d’un, avec trépieds, mètres, tous les gadgets électroniques les plus modernes que l’on peut trouver sur le marché, vêtus de vêtements élégants et de marque, bien nourris et souriants. Ils sont devenus très sophistiqués, ouverts et désireux d’acheter des produits occidentaux, si différents de la première fois que nous y sommes allés, en 1994, quand beaucoup portaient encore la tenue bleue de Mao.

Ils font partie des 400 millions de la classe moyenne, capables de dépenser quelques milliers de yuans pour voir un paysage occidental dans le coin le plus au nord du pays. Paysage magnifique au fait, mélèzes de Sibérie, pins coréens, sapins et bouleaux, le seul endroit où on peut les voir en Chine, et le tout dans leur robe d’automne colorée, avec au milieu, un lac bleu turquoise, long et très étroit, la source de la rivière Burqin qui se jette dans la Ertix/Irtysh, la seule rivière chinoise aboutissant à l’océan Arctique.

Les visiteurs (tous Chinois) du parc national du lac Kanas sont sophistiqués et ouverts, totalement équipés en gadgets électroniques et vêtements de marque. Si différents de notre premier voyage en 1994, quand beaucoup portaient encore la tenue bleue de Mao. Photo par Alexandra Panaguli.

Nous pourrions mettre les fonctionnaires dans cette classe moyenne. Dans la London Review of Books de juin 2019, il y a un article morose, dans lequel son auteur, Long Ling, décrit un univers d’ennui, où ses pairs travaillent dans des “édifices gouvernementaux majestueux” ou des hôpitaux publics, habitent dans des «boîtes communautaires en béton», «15 bâtiments identiques, avec huit appartements sur chacun de leurs 28 étages», construits par le gouvernement et vendus aux fonctionnaires à meilleur marché que dans le privé, où les résidents se parlent à peine, et occasionnellement se suicident quand ils sont «interrogés», soupçonnés d’avoir reçu des pots-de-vin.

Je pourrais décrire pareille morosité quand j’enseignais le français au 55e étage du (vieux) World Trade Center de New York où j’arrivais peu après 17 heures et risquais d’être englouti par une mer sans fin d’employés quittant les gratte-ciels et se précipitant à la hâte vers une dizaine d’escaliers mécaniques menant au train souterrain PATH vers le New Jersey, et finalement à leurs maisons de banlieue que je n’appellerais pas «des boîtes communautaires en béton” mais des “communautés dortoirs “. Ils avaient un exutoire à leur ennui du week-end: les centres commerciaux, qui, avec la myriade de panneaux publicitaires, camouflent le vide de leur existence et s’efforcent de donner un but à leur vie monotone. En France on appelle ce style de vie: boulot-métro-dodo.

La lutte contre la corruption est en effet en plein développement en Chine. «Ces dernières années, le président Xi Jinping a imposé de nouvelles restrictions. Le comité central du parti a non seulement réprimé les ‘grands tigres’, mais a également demandé à tous les fonctionnaires de rendre compte en détail de leurs biens familiaux, de leurs relations politiques, de leurs activités sociales et des membres de leur famille. Les passeports privés ont été retirés».

C’est ce qu’ils veulent faire aux Etats-Unis avec Trump – le plus gros tigre de tous – qui essaie frénétiquement de cacher ses déclarations de revenus, entre autres méfaits majeurs. C’est évidemment aussi une façon de contrôler autant de personnes et autant que possible.

La lutte contre la corruption est en effet en plein développement en Chine.

Cette Long Ling voyage à l’étranger, représentant la Chine dans des conférences internationales. Elle a commencé son article en décrivant un dîner officiel avec quatre délégués étatsuniens du Département d’État et de l’Environmental Protection Agency (EPA) au cours duquel elle et ses collègues ont commenté le danger du pont Guangqumen à Beijing. Je suis sûr que les Etatsuniens avaient leurs propres histoires sur les agressions aux États-Unis ou, pire, le démantèlement de l’EPA, mais je doute qu’ils en aient parlé au cours de ce dîner.

* * *

En repartant de Kanas, en raison de la neige précoce et inattendue (nous étions encore en septembre), il n’y avait pas de bus public. Après un certain temps nous avons trouvé de la place avec deux femmes dans un taxi collectif, qui a profité de la météo pour demander le double du prix. Mais il était bon enfant. Tong Yun Lian, la plus jeune passagère, le faisait arrêter chaque fois qu’elle voyait une situation inhabituelle, une grande étendue de neige ou une vache ou un sapin ou une yourte (avec panneau solaire). Et hop, elle descendait et prenait des photos et riait et parlait sans arrêt, demandant au chauffeur de la prendre en photo pendant qu’elle sautait et faisait des pirouettes dans la neige. Elle aussi nous a donné son numéro QQ.

Évidemment là-haut on n’a pas vu un seul Occidental. Ceux-ci cherchent plutôt un décor typiquement chinois et non alpin ou forestier, surtout pas un endroit envahi par des hordes de visiteurs. Les quelques étrangers qui y vont se plaignent invariablement du manque de tranquillité. Moi, les touristes chinois ne me dérangent pas du tout, ils sont fort sympathiques et, après tout, c’est normal, c’est leur pays, et ils ajoutent leur touche locale.

J’avais pensé que la région serait très déserte. Nous avions manqué cette partie du Xinjiang en 2008 lors de notre voyage le long du 40ème parallèle nord, quand, après Urumqi, nous avions continué directement vers l’est et le centre du pays. Par la suite j’ai lu sur cette partie nord du Xinjiang, appelée Djungarie, un mot mongol qui vient du khanat de Djungar, une chefferie nomade des steppes au 17ème siècle. Cela semblait mystérieux, sauvage, de vastes steppes ouvertes, comme en Mongolie. Au lieu de cela, c’était comme un paysage autrichien fermé, des forêts et des montagnes et un lac aux eaux turquoises, et une route pleine de caméras gouvernementales au lieu d’une piste de sable, pleine de voitures au lieu de chameaux (bien que nous en ayons vu dans la plaine), pleine de policiers au lieu de bergers.

La région était peu peuplée par les nomades Dzungar, des bouddhistes tibétains. Elle est géographiquement, historiquement et ethniquement distincte du bassin du Tarim au sud des montagnes Tianshan, où des agriculteurs musulmans turcophones sédentaires habitent dans des oasis, maintenant connus sous le nom de peuple ouïghour. Les deux parties ont été unifiées en 1884 en la province dite autonome du Xinjiang, mais elles gardent leurs différences, comme les Flamands catholiques néerlandophones au nord de la Belgique et les Wallons socialistes francophones du sud, souvent incapables même de former un gouvernement. Ce n’est pas le cas de la Chine où l’unité est essentielle pour les Hans au pouvoir.

* * *

Après Kanas, changement total de décor à Nanjing où habite notre amie Rose, une de ces énormes métropoles de plus de 8 millions d’habitants, bien que petite à côté des 24 millions de Shanghai. Et bien, le centre commercial souterrain de Xinjiekou (à côté d’une station de métro avec 25 sorties) est vraiment étonnant , plein de magasins chics (Gucci, Yves Saint Laurent, Louis Vuitton, Bvlgari, Cartier, Dior, Hermes, Chanel, Prada, Tiffany & Co. etc.), et des lieux de restauration et même un supermarché Walmart (l’un des 431 magasins exploités par la société en Chine). Et on ne pouvait presque pas bouger car il y avait des milliers de jeunes et très jeunes gens se promenant, faisant du shopping ou mangeant.

La soi-disant sécurité est devenue une obsession partout sur la planète, en particulier contre tout ce qui est musulman

Rose nous a emmenés dans un endroit très coquet pour le petit déjeuner (ne me demandez pas ce que nous avons mangé, mais c’était savoureux et différent de tout ce que nous avions jamais mangé en Chine) et dans un autre très populaire pour le dîner, spécialisé dans la cuisine du Shanxi, où tout était délicieux, mouton, aubergines et haricots verts, épinards, nouilles spéciales.

Énorme aussi était le musée national, nous en avions visité une partie sous la pluie en 2008 avec Tom et nous en avons revu une partie sous la pluie avec Rose. Je vous l’ai dit, le temps est moche à Nanjing. Il y avait beaucoup de monde dans la rue, avec des imperméables colorés, et beaucoup de gens sur les trottoirs, avec des parapluies colorés, contrairement à la visite du Grec Kazantzakis dans les années 1930 quand les rues étaient désertes chaque fois qu’il pleuvait: «Quand il pleut, les Chinois croient que le Ciel rencontre la Terre. L’élément masculin du monde, le Yang, et la femelle, le Yin, s’unissent, et c’est un sacrilège de sortir quand il pleut et de passer entre le couple».

* * *

Voilà pour les bon peuple de Chine, mais les officiels eux sont nuls. Bien que la police de la frontière Chine-Hong Kong n’étaient pas de mauvais types, plus perplexes qu’autre chose. Et à la gare d’Urumqi, deux policiers étaient carrément très amicaux et ont posé avec nous. L’un d’eux, un Ouïghour, nous a escortés jusqu’à la sortie alors qu ‘il faisait froid et qu’il tremblait.

Désagréables les officiels chinois, mais il y a beaucoup d’exceptions, comme ce policier – d’origine ouïghoure – dans l’immense nouvelle gare d’Urumqi, la capitale de la province de Xinjiang, collée à l’Asie centrale. Photo par Alexandra Panaguli.

Quand j’y pense, les responsables étatsuniens et européens peuvent aussi être très menaçants et sauvages. On a d’innombrables cas de brutalité policière féroce, dont un des plus extrêmes à l’encontre des manifestants pacifiques lors du sommet G8 à Gênes en 2001 où des centaines de personnes ont été vicieusement battues par les carabinieri italiens. C’est plutôt la rudesse qui semble caractériser les moeurs en Extrême-Orient. Nous nous souvenons d’une femme contrôleur de bus à Ulaan Bator en Mongolie donnant des coups de pied aux passagers qui se trouvaient sur son chemin, et un vendeur d’un marché ouvert me donnant un terrible coup de poing dans le dos parce que j’avais involontairement enjambé son stand. Les responsables des chemins de fer chinois canalisent les foules dans les gares d’une poigne forte et avec maintes grilles. À Urumqi, aux passages pour piétons, il y avait deux femmes portant des bannières rouges avec une inscription et deux autres femmes avec des sifflets tentant d’arrêter ceux qui passaient au rouge. Une vraie campagne d’éducation.

De plus, les Chinois ne comprennent tout simplement pas ce qui leur est étranger (les êtres humains se sentent généralement menacés par l’inconnu), et ils ont également une phobie sur tout ce qui pourrait troubler le calme relatif de la population. De manière caractéristique, après nous avoir interrogés pendant deux heures à la frontière Honk-Kong-Chine, ils se sont excusés en disant que c’était pour nous protéger et protéger la population chinoise.

(Par ailleurs, après l’assassinat par drone étatsunien du général iranien Qassem Soleimani début de l’année, les agents frontaliers des États-Unis ont détenu et interrogé pendant des heures des Irano-Américains revenant du Canada. Leur porte-parole Michael Friel a dit que c’était «pour sauvegarder notre sécurité nationale et protéger le peuple étatsunien».)

La soi-disant sécurité est devenue une obsession partout sur la planète, en particulier contre tout ce qui est musulman. Au point que les autorités chinoises ont interdit il y a quelques semaines l’écriture et les symboles arabes (tel le croissant) dans les restaurants halal et les stands de nourriture (environ 1000 d’entre eux rien qu’à Beijing).

(A suivre)

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY