Carnaval annulé à Port-au-Prince, pas au Cap-Haitien !

0
694
Premier jour gras, des policiers bien armés, flanqués par un bon nombre de sympathisants au sein des masses populaires manifestant au Champ de Mars

Port-au-Prince au lieu du Cap haïtien a été choisi par les dirigeants de l’exécutif pour le défilé du carnaval national 2020, bien que les Capois l’avaient fortement sollicité en vue d’entamer la célébration des 350 ans d’existence de la deuxième ville du pays.

Le gouvernement et la Mairie de Port-au-Prince s’apprêtaient à festoyer pour le carnaval quand  dans la soirée du lundi 17 février, des stands au champ de mars ont été incendiés par des individus encagoulés ; le gouvernement avait alors fait savoir que le carnaval se tiendra quand bien même dans la capitale.

Les débris du char de la Présidence et de celui de la Banque Nationale de Crédit à Port-au-Prince

Ainsi arriva le jour J à savoir le dimanche 23, quand en lieu et place du défilé carnavalesque en ce premier jour gras, des policiers flanqués par un bon nombre de sympathisants au sein des masses populaires ont manifesté dans plusieurs villes et surtout dans la capitale exigeant non seulement de meilleurs conditions de travail et le droit de se regrouper en syndicat mais aussi demandant  la réintégration immédiate des 5 policiers qui ont été révoqués pour leurs activités syndicales. Il s’agit de Yanick Joseph, Gédéon Monbrun Abelson Gros Nègre (agent 2), Jean Elder Lundi (Inspecteur de Police), et Yens Lamarre (agent 1).

Deuxième journée carnavalesque au Cap-Haitien

Une situation de tension a régné aux champs de Mars et beaucoup de tirs ont été entendus et certains ont même indiqué qu’ils sont totalement contre la célébration carnavalesque au moment où le pays confronte pas mal de difficultés économiques et une insécurité croissante. Afin d’éviter le bain de sang programmé, le gouvernement a profité pour informer la population et les carnavaliers en particulier qu’il a été décidé d’annuler le carnaval à Port-au-Prince

Le char des Forces-Armées d’Haiti où est celui de la Police Nationale?

Au Cap haïtien, des stands ont été également incendiés, mais la première journée a été gâchée par la pluie et les tirs d’armes automatiques. Tout a été repris le lendemain 24 février malgré la destruction des chars allégoriques. Pour cette deuxième journée, à l’exception de Sweet Micky, tous les autres groupes avaient  boycotté le défilé, ce serait à cause de la présence de l’ancien président du PHTK Michel Martelly qui s’est vu finalement obligé de déclarer forfait pour le dernier jour.

La situation n’a pas été différente dans la ville des Cayes où des manifestants ont incendié un char musical et protesté contre le carnaval estimant que le moment n’était pas propice pour réaliser des activités carnavalesques. Des tirs nourris ont été entendus et plusieurs pneus enflammés ont été érigés dans les rues de la ville.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY