Caravane ou Carnaval de changement?

0
2117
Lancement de la Caravane de changement ou Carnaval de changement dans la localité de Lagrange, 5ème section communale de Bocozelle (Saint-Marc) dans le département de l’Artibonite.

Lundi 1er mai, jour international des travailleurs ; en Haïti, c’était aussi le jour de l’Agriculture et du Travail qu’on célébrait ; en fait il faut souligner qu’il y a une grande différence entre jour des travailleurs et jour du travail.

D’habitude en ce jour le gouvernement haïtien organisait une foire au Champ de mars ; cette année, et pour la première fois, outre la foire , il y avait une quelconque Caravane de changement que le président Jovenel Moise lançait officiellement dans la localité de Lagrange, 5ème section communale de Bocozelle (Saint-Marc) dans le département de l’Artibonite.

Beaucoup de monde avait fait le déplacement pour se rendre à l’ouverture de la caravane que plus d’un qualifiaient de Carnaval de changement. Entre autres, il y avait la présence du Premier Ministre, Dr Jack Guy Lafontant, flanqué de son Cabinet ministériel, du Président et du Vice-président de l’Assemblée nationale, Youri Latortue et son complice de AAA Choiseul Chancy ; des membres du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ), des représentants du Corps diplomatique et consulaire, des représentants des Grands Corps de l’Etat, des associations de presse, des autorités locales, des parlementaires, des membres de la société Civile, des  représentants d’organisations paysannes et sociales. Il manquait seulement l’orchestre de Sweet Micky Michel Martelly pour  les mettre totalement dans une ambiance de carnaval.

Tout le monde est sceptique même le président quand il déclarait « Je demande au petit groupe qui ne veut pas voir les choses avancer de me suivre. Pa kanpe anfas mwen »  Mettez vous au travail et le peuple n’attend que le résultat. En passant, ces petites réformes M. le président ne sont que pour la galerie, elles ne vont rien changer. Les gens  attendent simplement de voir les retombées de cette caravane qui a tant coûté à l’Etat soit 197 millions de gourdes. Cette grande  montagne de propagande ne va-t-elle accoucher que d’une petite souris. Certes, cette caravane qui ne va durer que deux mois vise à curer environ 197 kilomètres de canaux d’irrigation, drainer 87 berges de canaux et construire 100 kilomètres de routes agricoles. Personne ne saura la totalité des fonds alloués à ce programme disposant au moins de 30 pelles ; 40 camions, 5 grader, 5 compacteurs, 12 pick-up de service, 10 bulldozer, 7 loader, 3 back loader, 2 machines ateliers, 20 motos projecteurs, 5 camions d’eau et 5 véhicules de fonction déjà deployés dans l’Artibonite.

Jovenel Moise et sa femme Martine

Le président joue sur la fibre patriotique de la population pour lui vendre sa caravane. Dans son discours de circonstance, il rappelle qu’ : « il est inconcevable qu’Haïti après deux siècles d’indépendance ait du mal à garantir les besoins économiques et alimentaires de ses filles et de ses fils »  A cette question, Jovenel pourrait bien demander à Martelly, Lamothe, Evans Paul  et les bandits du PHTK qu’ont-ils fait de l’argent de Petro caribe ?

« La Caravane est un engagement en faveur du développement agricole en Haïti » a martelé le président, mais pourquoi, M. le président, attendre les cinq ans de votre mandat pour qu’elle soit déployée sur tout le territoire national ?

Voici les objectifs de la Caravane, entre autres à:

« Améliorer les conditions d’accès à l’eau d’irrigation par le curage mécanique des canaux d’irrigation et de drainage et par l’extension de ces canaux dans des zones jusque-là non bénéficiaires de ces actions;

Assainir les zones marécageuses et protéger les zones inondables au niveau des villages et villes victimes d’inondations périodiques ;

Utiliser au mieux les moyens matériels et humains dont dispose l’Etat d’Haïti pour réaliser ces actions;

Encourager d’autres actions synergiques pour maximiser les effets et impacts de la caravane sur l’action gouvernementale ;

Redonner espoir aux plus défavorisés dans la capacité de l’Etat à entreprendre des actions en leur faveur et encourager les secteurs les plus nantis à reprendre confiance et à investir dans le secteur agricole ; et

Aider enfin à augmenter la production nationale pour améliorer la sécurité alimentaire et augmenter la richesse du pays. »

Que de belles paroles ! Qui vivra verra !

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY