Argentine : Norita du monde: sentir au plus profond de soi

0
234
1… Nora Irma Morales de Cortiñas « Norita » «la Mère de toutes les batailles».

De la Plaza de Mayo au Japon, du Kurdistan au Honduras, d’Haïti au Sahara occidental, Nora Cortiñas, ses jeunes et ses 90 premiers ans, parcourt encore le monde en portant son message d’encouragement et de solidarité. C’est l’histoire de Norita, la « Mère de toutes les batailles », également sur la scène internationale.

 

 De ses pas courts et légers, la dame s’approche du bureau d’immigration. Une main traîne le petit sac à roulettes, l’autre tient le portefeuille et une canne japonaise qui touche rarement le sol pour faire son travail. L’employée regarde le passeport pendant quelques minutes, consulte le superviseur et lui dit que cette fois, ils l’ont laissée voyager mais qu’elle doit le renouveler.

-Mais comment ? Si, j’ai vérifié qu’il expire l’année prochaine.

-Il n’y a pas de place pour plus de timbres.

Le nom de la dame est Nora Irma Morales de Cortiñas, bien qu’en général il suffit de dire Norita. Elle porte avec noblesse ses 90 ans et plus de 43 pèlerinages à travers la vie à la recherche de son fils Gustavo, kidnappé et détenu-disparu depuis le 15 avril 1977. Mais cette lutte initiale, instinctive, viscérale, infatigable, qui fit d’elle une des références des Mères de la Plaza de Mayo-Línea Fundadora, elle l’emmène sur la voie du militantisme tout-terrain et du militantisme solidaire qui fait d’elle «la Mère de toutes les batailles».

Norita condense une richesse de qualités (vitalité, tendresse, générosité, irrévérence, simplicité, cohérence, sourire permanent, humilité) qui font d’elle un être extraordinaire. Elle consacre chaque minute de sa vie à soutenir toutes les causes justes, même dans cette étrange parenthèse pandémique, elle passe de zoom en zoom, embrassant pratiquement toutes les luttes ou activités militantes. Boussole et phare de plusieurs générations, symbole d’une résistance inébranlable, pont entre mémoire et utopie, c’est pour beaucoup de gens la principale référence politique (et éthique) en Argentine.

Mais l’essence principale de ces lignes pointe vers les frontières extérieures de Norita. Vers l’internationaliste Norita, une autre de ses caractéristiques les plus profondes et les plus charmantes. Dans ses discours publics, elle mentionne toujours les conflits de la situation mondiale et a généralement sous la main un poème à partager du peuple sahraoui ou des femmes du Kurdistan. Grâce à cette empreinte, les tournées des jeudis des mères sont devenues la scène pour amplifier l’agenda de l’activisme international. Norita a «la plus belle qualité de révolutionnaire» tatouée sur son âme, la prémisse Guevarista de «ressentir profondément toute injustice commise contre quiconque n’importe où dans le monde».

Métamorphose

Jusqu’à ses 47 ans, elle avait été la mère typique et la femme au foyer traditionnelle que les pratiques et le bon sens du temps lui imposaient. Désengagée de la politique, «enfermée entre quatre murs», comme le lui reprochait Gustavo. Quand son fils lui a été enlevé, elle est sortie dans la rue, a subi une métamorphose brusque, et est finalement partie pour l’inconnu. Dans les jours qui ont suivi, elle a rejoint le groupe naissant des femmes qui avaient commencé à se rencontrer sur la Plaza de Mayo et qui plus tard entreraient dans l’histoire portant un foulard blanc et animées d’un bel esprit de courage.

En 1978, l’euphorie populaire de la Coupe du monde de football organisée dans le pays et le chœur médiatique uniforme qui oscillait entre rendre les Mères invisibles et les diaboliser, les laisse dans un isolement croissant. Elles décident alors de chercher du soutien à l’étranger, voyageant généralement en groupe de deux ou trois mères.

Ce fut au tour de Nora de se rendre au Chili avec Marta Vásquez en novembre 1978 pour assister à un symposium sur les 30 ans de la Déclaration des droits de l’homme. C’est la première fois qu’elle quitte le pays et la première fois qu’elle monte dans un avion. Là, elle ressent de près l’essence de la dictature de Pinochet et commence à prendre conscience de la dimension régionale du moment politique et du plan Condor comme bras d’exécution. Son deuxième voyage aura lieu à la mi-1979 lors d’une tournée d’un mois dans dix pays européens organisée par Amnesty International. Puis elle se rendra à Washington à l’Assemblée générale de l’Organisation des États américains (OEA), où son témoignage et son discours – rien de moins que face à la diplomatie du continent – rendent déjà compte de sa capacité à s’adapter aux espaces les plus dissemblables et à l’image politique qui commence à germer.

Son chemin militant l’amènera dans les décennies suivantes à parcourir presque le monde entier, à faire preuve d’empathie avec une résistance sans fin, à assimiler la tromperie des frontières. Il y a très peu de pays qu’elle n’ait pas visités. Dans une poignée de pays, elle n’a fait qu’un court passage. Elle a été invitée à de nombreux endroits à donner des conférences, à participer à des activités, à des congrès, à des hommages ou simplement à en apprendre davantage sur les processus de combat et à échanger des connaissances.

L’une des expériences à l’avoir le plus marquée et avec laquelle elle a noué les liens les plus intenses a été celle avec des femmes kurdes. Nora raconte: «Un jour, deux garçons sont venus me voir qui voulaient faire un film avec les mères du Kurdistan et m’ont invité à voyager et à filmer là-bas. La première chose à laquelle j’ai pensé c’était : le Kurdistan, avec quoi tu manges ça? Je ne savais même pas que ça existait … Et je ne connaissais pas les garçons, mais ils m’ont inspiré confiance et j’ai dit oui. C’était fou, nous avons filmé des montées et descentes de montagnes, j’étais épuisée. Mais ce fut une expérience inoubliable. J’ai été très émue de voir la force de ces mères et de partager avec elles les similitudes avec nos vies et nos luttes ». C’était en 2013 et Nora laissait à nouveau libre cours à son intuition et à sa curiosité. Elle se lance, une fois de plus, dans un voyage incertain à l’autre bout du monde et avec deux jeunes inconnus (Alejandro Haddad et Nicolás Valentini) pour jouer dans le film “Scarves for History”, une symbiose émouvante de douleurs, d’absences, de terrorisme d’État et de forteresses de dignité tissant un pont entre l’Orient et l’Occident.

En mars 2019, Nora est retournée au Kurdistan turc. Cette fois pour montrer notre solidarité avec les plus de cinq mille prisonniers politiques qui étaient en grève de la faim. La principale référence pour cette mesure de force était la députée Leyla Güven, à qui Nora a rendu visite alors qu’elle était en grève de la faim pendant 114 jours et était dans un état de santé très dégradé. “Nous ne le faisons pas pour mourir, nous le faisons pour vivre dignement”, a expliqué Leyla. Quand tu es entrée dans ma chambre, j’étais pleine de vitalité, nous partageons la même douleur mais aussi le même espoir ».

Un autre territoire qui réveille en elle une sensibilité particulière c’est Haïti, le pays le plus pauvre (ou plutôt le pays fait le plus pauvre) de la région, où elle a voyagé trois fois. En 2005, avec Adolfo Pérez Esquivel, elle a dirigé une délégation internationale pour dénoncer l’occupation des troupes de la mission onusienne (appelée à l’époque MINUSTAH). Norita ressent un engagement particulier envers ce peuple: «Haïti continue de payer un châtiment à cause de sa dignité pour avoir été le premier pays d’Amérique à devenir indépendant et le premier au monde à abolir l’esclavage. C’est un pays stratégique que les grandes puissances n’ont jamais cessé de dominer et de piller. J’ai visité plusieurs fois les bas quartiers, avec des responsables sociaux et syndicaux ; c’est un peuple très combatif qui, malgré toutes les adversités, sort toujours dans la rue pour se battre. La communauté internationale n’a pas remarqué les immenses dégâts causés par la MINUSTAH, notamment l’épidémie de choléra qui a tué plus de 10 000 personnes. Je crois que les femmes et les hommes d’Amérique latine ont une grande dette envers le peuple haïtien, nous ne leur offrons pas la solidarité qu’ils méritent et dont ils ont besoin ».

Faire le tour du monde

Il serait interminable d’énumérer les destinations vers lesquelles son soutien de solidarité l’a conduite. Certaines photos servent d’aide à la mémoire. Comme celles où elle fait cadeau  au d’un foulard blanc au sous-commandant Marcos et célèbre la nouvelle année en dansant dans une communauté zapatiste. Ou l’autre embrassée par Fidel Castro lors d’un de ses nombreux voyages à Cuba: «C’était un homme très gentil et cordial, il nous disait toujours de très belles choses et nous faisait des cadeaux. Je me souviens que j’atteignais sa taille et lui disais «Oh Fidel, quelle taille tu es» et il me répondait «Norita, tu es plus grande que moi»… ». Ou souriant avec Berta Cáceres au Honduras, où elle est arrivée après le coup d’État de 2009, dans une période de danger et de tension maximale, et a établi un lien étroit avec cette femme, leader emblématique assassinée en 2016, dont elle se souvient comme «un très courageuse, une combattante acharnée qui a défendu son peuple et ses rivières, simple et très tendre. Un des meilleurs exemples que j’ai rencontrés dans ma vie ». Ou avec Lula embrassant son front, quand elle est allée au Brésil pour protester son arrestation. Ou aux éclats de rire avec Evo Morales, enveloppé de vêtements indigènes dans l’une de ses tournées présidentielles. Ou au bord des larmes dans le cimetière des îles Falkland rendant hommage aux soldats tombés au combat: “Il faut défendre les enfants des Malouines, ils ont été amenés à se battre dans ces îles par les mêmes génocideurs qui y ont emmené nos enfants”. Ou au Sahara occidental, où elle a rencontré la résistance du peuple sahraoui contre l’occupation de la monarchie marocaine. Ou essayer un kimono et offrir des écharpes vertes au Japon, où elle s’est rendue en 2018 pour accompagner la dénonciation des femmes asservies sexuellement pendant la Seconde Guerre mondiale: «Le Japon est un pays qui semble très moderne, mais cache toute cette douleur sous le tapis. Je voudrais que le cri de ces femmes soit entendu dans le monde entier ». Ou embrassant avec une effusion de sœur les Mères de Soacha, qui demandent justice pour leurs enfants assassinés comme “faux positifs” par l’armée colombienne. Ou cette carte postale au Chili, lors de son dernier voyage à l’étranger, levant le poing gauche avec une barricade en arrière-plan en pleine explosion sociale.

Dès les premiers voyages à la fin des années 70, lorsqu’elle portait la revendication désespérée et urgente des Mères, Norita se transformait en une fourmi voyageuse qui n’arrête pas de faire tourner le monde. S’y mettant toujours, de corps. Offrant son comportement comme source d’inspiration. Exportant  son énergie et apportant des apprentissages. En assumant l’engagement de construire des ponts et de diffuser les réalités lointaines. Faisant de la pédagogie par l’exemple.

Peut-être que dans cette école du voyage se trouve l’une des clés de sa sagesse et de cette solidarité internationaliste qui jaillit de ses pores: «J’ai connu de nombreux endroits mais le plus important, ce sont les gens que j’ai rencontrés dans ces endroits. Il reste peu de pays que je voudrais visiter, l’un d’eux est la Palestine. Je reçois beaucoup de partout, je pense trop. Je ne rends que mon témoignage et j’essaie d’apporter ce que j’ai appris au cours de ces quarante années de lutte: qu’il ne faut jamais baisser les bras ni perdre espoir. Parce qu’un jour, j’en suis convaincu, nous gagnerons! ».

Source: AnRed 
Résumé latino-américain 26 décembre 2020 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY