C’était ce jour-là…

0
185
La bataille de Cerro Gordo le 18 avril 1847

Le 29 décembre 1845, jour où l’annexion de la République du Texas par les États-Unis, a déclenché la guerre Américano-Mexicaine connue sous le nom de Mexican War ou de Guerra de la Invasión Estadounidense. À l’origine du conflit allant de 1846 à 1848 il y a le statut du Texas. Au départ un territoire mexicain, l’actuel État du Texas avait déclaré en 1836 son indépendance. Le Mexique qui en contestait les frontières ne l’avait pas reconnue. Les États-Unis, toujours en mode expansionniste, annexent en 1845 la jeune République du Texas, majoritairement peuplée de colons anglo-américains.  Le 24 avril 1846, une troupe de cavaliers mexicains attaque une patrouille de l’armée américaine dans la zone du Texas de possession contestée par les deux pays. Les raisons qui poussent les États-Unis, menés par leur nouveau président James Polk, à créer les conditions de la guerre puis à la déclarer, vont au-delà du Texas ; elles visent également la Californie, à l’époque un État mexicain, d’autant que Polk est un fervent partisan du « Manifest Destiny de la nation pour répandre la démocratie sur le continent ». Très vite l’armée américaine envahit le territoire de son voisin sur deux fronts différents, l’un à l’Ouest et l’autre le long du Rio Grande. En parallèle, les Américains de Californie, déclarent le 15 juin 1846 l’indépendance de la République de Californie. Quelques années plus tard ce sera une sécession définitive du Mexique et un rattachement aux États-Unis. De nombreuses batailles émaillent ce conflit de deux ans. Mais le Mexique est encore un pays jeune et très instable politiquement alors que les États-Unis sont un pays plus structuré et en meilleur état sur le plan économique. Après une guerre exténuante pour les deux parties mais dominées par les Américains, les troupes du général Santa Anna se déclarent vaincues le 14 septembre 1847 et se rendent aux Américains à Mexico.

Le traité de paix signé en 1848 et ultérieurement ratifiée par les deux chambres marque la fin de la guerre américano-mexicaine. Le Mexique a alors cédé aux États-Unis la quasi-totalité du territoire comprenant aujourd’hui les États du Nouveau-Mexique, de l’Utah, du Nevada, de l’Arizona, de la Californie, du Texas et du Colorado occidental pour 15 millions de dollars : territoire s’étendant vers l’ouest du Rio Grande à l’océan Pacifique. 

Les abolitionnistes considéraient la guerre comme une tentative des États esclavagistes d’étendre l’esclavage et de renforcer leur pouvoir avec la création de nouveaux États esclavagistes à partir des terres mexicaines à conquérir. L’auteur Henry David Thoreau dans son célèbre essai Civil Disobedience (1849), estimait que la poursuite de la guerre contre le Mexique par le gouvernement américain était « immorale » et a insisté : « si une injustice du gouvernement est d’une nature telle qu’elle vous oblige à être l’agent de l’injustice envers autrui, alors, dis-je, enfreignez la loi. » Le géral Ulysses S. Grant un des commandants militaires durant la guerre contre le Mexique, commandant en chef des armées nordistes durant la guerre de Sécession et qui fut élu président en 1868, a eu, plus tard, à qualifier la guerre du Mexique de « l’une des plus injustes jamais menées par une nation plus forte contre une nation plus faible ».

  1. L

Sources :
The Mexican-American war in a nutshell. Constitution Daily. NCC Staff . May 13, 2020.
Mexican-American War. Britannica. Nov 10, 2020.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY