L’aveugle ambition de la classe politique

0
162

Notre pays que l’on veuille ou non fait face à une crise électorale qui pour beaucoup parait singulière, comme s’il s’agissait d’une simple affaire de fraudes, d’irrégularités que couve le Conseil électoral Provisoire pensant que aussitôt arrivé au Bureau du Contentieux Electoral National, tout pourrait s’arranger comme l’année  passée.  C’est la réflexion naïve de certains dirigeants qui refusent net  de comprendre que c’est plus profond que ça. La réalité est que les classes dominantes ne veulent point lâcher du lest, à moins d’être dupe  pour croire que le coup de l’année dernière pourrait encore se répéter en leur faveur.

C’est mal comprendre le calcul de l’adversaire qui cette fois, plus que jamais, joue le tout pour le tout ;  sans miser sur un quelconque risque de second tour. Les puissances impérialistes ne répètent jamais la même erreur politique ; en d’autres termes elles ne prennent jamais deux coups dans une même option. Elles prennent toujours le temps qu’il faut pour réviser leurs positions et leurs actions.

Il se résulte que nos candidats à la présidence n’ont aucune mémoire et ne tirent aucune leçon de ce qui s’est passé.  Ils peuvent répéter milles fois une même bêtise et reviennent avec les mêmes égarements  sans jamais tirer une conclusion de principe irréversible pour s’assurer que « jamais au grand jamais »  ils ne mordraient au même hameçon.  Surtout, quand il s’agit des joutes présidentielles, nos femmes et hommes politiques préfèrent miser sur les forces tutrices comme grands électeurs au lieu de compter sur le peuple.

C’est dans cette optique qu’il nous faut comprendre cette classe politique parasite, aveugle qui refuse catégoriquement de compter sur les forces populaires pour construire quelque chose de durable. Cette classe politique est tellement corrompue, et pourrie qu’elle devient incapable de développer aucune faculté d’indépendance, aucun projet national ;  vivant avec un esprit singulièrement négatif, dépendant, sous-développé  et naïf ;  incapable justement même pour une seconde de réfléchir afin de comprendre  que les choses ne peuvent plus continuer ainsi et qu’elles doivent à ce carrefour coûte que coûte changer.

Voyez à titre d’exemple, leur participation aux élections sous l’occupation des Nations-Unies, celles de 2006, de 2010, tout récemment du 9 aout et du 25 octobre 2015 et la récidive du 20 novembre 2016. Ils n’arrivent jamais à  découvrir que ces élections ne visent qu’une seule chose : l’exclusion des masses populaires sur la scène politique pour le renforcement de la domination impériale.  Ils se laissent emporter par le courant électoraliste sans aucune cohérence, sans jamais questionner l’appareil en marche. Ils n’ont jamais eu les reins solides et ne pouvaient aucunement montrer leur attachement à la démocratie véritable qui n’est autre qu’un combat perpétuel pour le changement et non un cadeau offert sur un plateau d’argent. Leur seul point fort reste qu’ils attendent tous qu’une force extérieure vienne leur faciliter le pouvoir au détriment des desideratas du peuple haïtien.

De Gaillot à Berlanger en passant par Opont,  nos fâcheux candidats ont tout accepté sans faire la moindre réserve, se laissant entrainer comme des moutons de Panurge. Malgré que ce faux berger en la personne de Pierre-Louis Opont ait fait ses aveux sur les élections de 2010, la classe politique l’a cautionné quand bien même au timon du CEP en 2015 jusqu’aux élections annulées. Quelle aveugle ambition ! Ce comportement illustre que nous n’allons nulle part, vers aucun horizon de changement. Malgré la gravité de l’heure et la nécessité impérieuse d’assurer à tout prix que le pays ne tombe dans l’abime.

Il est bien plus qu’évident que tout cela entre dans les bonnes grâces de Washington qui a en ce moment fermé les yeux sur les derniers résultats ; puisque tout cela ne vient que par  sa propre stratégie de domination et d’asservissement qui est en train de fonctionner. Sa machine de corruption bien huilée à donc bien roulé entre les mains  criminelles  qui constamment nous outrageaient et se sont jointes non pas comme à l’accoutumée pour faire des victimes au sein de la population, mais pour engager davantage l’avenir de notre pays dans le chaos, une sorte de stratégie de destruction et de déstabilisation plus perfectionnée qu’avant.

De quoi le demain haïtien sera-t-il fait si la mentalité dominante, de tous bords, est encore  de sauvegarder les intérêts personnels au lieu de ceux du pays ? Nombreux sont ceux qui,  usant à fond la démagogie populiste, s’en viennent aujourd’hui à contre courant du mouvement des masses populaires ; vu qu’ils ne sont plus capables de les galvaniser, d’éduquer sérieusement les travailleurs, ouvriers et paysans, afin de préparer l’inéluctable offensive  de libération nationale et promouvoir les forces combattantes de demain afin de démasquer les faux prophètes.

Haiti Liberté Vol 10 # 23 

 

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY