Mensonges et diffamations: armes de destruction impérialiste

0
109

On n’a pas besoin d’être un psychanalyste pour découvrir que les agents authentiques de l’impérialisme ont toujours recouru à des cartes faciles, sorte de lâches injures ou de dénigrement quand ils sont coincés ou à court d’arguments. Parfois ils ont même recours à des campagnes calomnieuses et honteuses pour manifester leur hostilité. Les plus dangereux sont ceux qui se font passer pour des progressistes afin de mieux infiltrer la lutte du peuple.

On peut facilement les reconnaitre grâce à leur pratique politique incohérente et certaines actions perverses cousues de fil blanc. Tout dernièrement, l’un de ces caméléons vivant au Canada avait fait la déclaration suivante sur sa page Facebook : « la réalisation du Canal de Ouanaminthe est un projet de la Centrale Intelligence Américaine (CIA) pour conditionner le peuple à accepter la restauration du macoutisme en Haïti à travers la BSAP (Brigade de Surveillance des Aires Protégées). » Une telle aberration, ne saurait sortir du cerveau d’un patriote haïtien conscient et conséquent, s’il n’était pas au service de certaines agences étrangères travaillant contre le développement du pays.

L’un de ses alliés à New York, véhiculant un flot sans fin de mensonges et de provocations est de toute évidence un autre agent à cerveau éteint. Un anti-communiste primaire, il est assigné lui, à diriger des attaques coercitives en tentant de calomnier par toutes sortes de mensonges allant jusqu’à la diffamation contre le journal Haïti Liberté. Il est, semble-t-il, payé justement pour le vain objectif consistant à dévaloriser l’image du journal. A titre de rappel, en novembre 2022, il avait organisé une manifestation  avec une dizaine de mercenaires devant les bureaux du journal pour justifier sa mission. Il ferait mieux, un jour,  avoir le courage de dévoiler à l’instar d’Emmanuel Toto Constant, ses rapports et son salaire  en tant qu’agent de la CIA.

Haïti Liberté, évidemment dérange, tourmente les manœuvres de l’impérialisme et de ses valets locaux qui sont à l’intérieur du pays comme à l’extérieur.

Haïti Liberté, évidemment dérange, tourmente les manœuvres de l’impérialisme et de ses valets locaux qui sont à l’intérieur du pays comme à l’extérieur.  C’est à chaque moment que le pays est en mouvement, le peuple résiste aux assauts des agresseurs occidentaux que le laboratoire se sert de ses instruments pour essayer de menacer, d’intimider ou d’étouffer les forces qui s’élèvent contre leur immixtion intolérable dans les affaires du pays. Ainsi, à défaut d’arguments propres, ces propagandistes ont choisi de jeter leurs venins sur Haïti Liberté avec des armes sales, des actions qui justifient le niveau de leur mentalité réactionnaire.

C’est mal comprendre que Haïti Liberté, l’unique journal anti-impérialiste de qualité,  saurait rester indifférent sans dénoncer cette atteinte scandaleuse, et surtout le nouveau projet de Conseil présidentiel de la transition sous la couverture honteuse de la Caricom que le peuple a justement et catégoriquement rejeté en le qualifiant de couleuvres à 7 ou 9 têtes.

Nous ne laisserons jamais intimider ni paniquer par les tractations indécentes, décevantes, de la propagande promue par les classes dirigeantes des grandes puissances impérialistes. Ce ne sont que des mesquineries tous azimuts d’un système capitaliste qui s’efforce de se régénérer avec de nouveaux Sudre Dartiguenave. Quelle cynique inaction et de lâcheté politique à vouloir faire fonctionner l’appareil d’Etat pourri au détriment du peuple haïtien.

Les propagandistes au service de l’Occident qui disséminent des mensonges et faire la promotion de la politique étrangère criminelle des Etats-Unis ne peuvent empêcher le journal d’exprimer ses idées démocratiques, d’élever sa voix pour protester contre l’infamie dont sera victime le pays avec ces nouveaux larrons au service de la réaction internationale.

Ces laquais de l’impérialisme tentant d’intimider, de tyranniser, d’endormir ou de répandre la confusion par leurs mensonges et leurs diffamations ne pourraient en aucune circonstance nous détourner de notre orientation d’accompagner les masses défavorisées, opprimées à s’organiser pour combattre avec tous les moyens possibles et inimaginables les projets des anciens esclavagistes. C’est la lutte des masses révoltées pour un changement fondamental qui a forcé certains secteurs politiques, à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays, à jeter leur masque. On a pu découvrir leur vrai visage hideux et leur caractère petit bourgeois réactionnaire, chien de garde de l’impérialisme.

Toutes les actions impérialistes comportent un rapport de domination ou des relations contraintes permettant au plus fort de s’approprier des richesses extorquées au plus faible. Les montages de purs mensonges délibérément créés et propagés sont le propre de ces renégats au service du mal. Ce sont les vrais criminels pour cacher les crimes du capitalisme, accusent d’autres de faire précisément ce qu’ils sont en train de faire. Pour appuyer le massacre de Gaza, le président américain Joe Biden, ne vient-il pas de se salir, en répétant à dessein un grand mensonge à savoir : que les forces du Hamas avaient décapité 40 enfants israéliens  et pour couronner le tout il affirme  avoir même vu les photos de cette décapitation. Tant d’autres pays comme la Syrie, le Nicaragua et la Russie ont été victimes de ces mêmes manigances, de violences et de contre-vérités.

A titre d’exemple, ce sont les mensonges éhontés du général américain  Colin Powell aux Nations-Unies, avec ses prétendues armes de destruction massive qui ont conduit les Etats-Unis et ses alliés réactionnaires à détruire et piller l’Iraq.

Beaucoup de mensonges ont été colportés contre la révolution Bolivarienne  Vénézuélienne accusant le président Nicolas Maduro de trafiquant de drogues, de violateur de droits humains, sans oublier « ses crimes » contre l’humanité. La révolution cubaine malgré son âge avancée continue à être la proie des flibustiers occidentaux.

Ces batailles calomnieuses et mensongères ne sont pas nouvelles, elles ne peuvent nous ébranler à accomplir notre devoir de mettre en déroute les vœux pieux des puissances exploitantes. Et comme l’a si bien souligné le président cubain Miguel-Diaz Canel « La vérité finit toujours par s’imposer, quelle que soit la puissance des outils qui existent aujourd’hui pour la dissimuler ou la déformer. Le mensonge pourra se propager tout comme se propage le virus du COVID et il aura le pouvoir d’en confondre et d’en contaminer un grand nombre, mais il ne pourra pas faire plier la volonté si souvent éprouvée de ce peuple héroïque. » Haïti Liberté ne cessera jamais de brandir le flambeau de l’anti-impérialisme. Tout comme la classe ouvrière internationale, le peuple haïtien en lutte vivra et combattra l’impérialisme jusqu’à la victoire finale !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here