Coûts humains et conséquences inattendues d’une révolution

0
128
En août 1791, la révolution haïtienne commença avec une grande violence. Des centaines de sucreries et de plantations de café ont été détruites par le soulèvement général des esclaves.

(English)

« Quiconque attend une révolution sociale “pure” ne vivra jamais assez longtemps pour la voir. Il n’est qu’un révolutionnaire en paroles qui ne comprend rien à ce qu’est une véritable révolution»
Lénine dans “Bilan d’une discussion sur le droit des nations”,
1916, Œuvres tome 22.

 

Dans la nuit du 21 août 1791, les esclaves de la colonie française de Saint-Domingue, alors la plus riche de l’hémisphère occidental, se soulevèrent avec fureur.

Ils avaient été kidnappés en Afrique, avaient survécu au « passage du milieu » meurtrier. Ils avaient vu leurs familles séparées, réduits en esclavage durant 3 siècles dans des conditions inhumaines, travaillé 24 heures sur 24, torturés, violés, maltraités et humiliés.

Quand le jour du jugement est arrivé, trois siècles de colère ont éclaté dans un geyser de violence.

Ces esclaves des champs déchaînés ont incendié les plantations et les maisons de leurs esclavagistes européens. Ils tuaient leurs femmes et leurs enfants, même des nourrissons, les mutilant parfois comme ils l’avaient été. Ils ont également incendié les quartiers des esclaves et les demeures des hommes libres qui ne possédaient pas d’esclaves.

En plus de piller, violer, torturer, mutiler et tuer les Français, les insurgés ont également tué des compagnons d’esclaves, généralement des « domestiques », qui cherchaient à cacher ou à protéger leurs maîtres, ou étaient soupçonnés de le faire.

En août 1791, la révolution haïtienne commença avec une grande violence qui a coûté la vie à des hommes, des femmes et des enfants, propriétaires d’esclaves

Les historiens et les journaux européens ont rendu compte de cette violence avec des détails effroyables, inventant peut-être des événements dans leurs récits, et certains d’entre eux ont même cité la férocité du soulèvement comme preuve de la raison pour laquelle l’esclavage avait été justifié en premier lieu.

Mais les violences de 1791 et les 13 années de révolution haïtienne qui ont suivi ont donné naissance à une société complètement nouvelle et transformatrice, dans laquelle l’esclavage a été aboli et où tous les hommes et toutes les femmes – du moins formellement – avaient des droits et un statut égal, une première dans l’histoire de l’humanité moderne.

Aujourd’hui, Haïti est peut-être aux premiers jours de sa deuxième révolution sociale, qui diffère d’une révolution politique (comme l’élection de Jean-Bertrand Aristide en 1990) d’une manière cruciale. Une classe opprimée ou exploitée s’empare non seulement du pouvoir politique mais aussi du contrôle de l’économie, en arrachant à la classe dirigeante la propriété des moyens de production du pays : ses terres, ses usines, ses banques, ses magasins, ses transports, ses services publics, ses communications et autres piliers économiques.

La révolution d’aujourd’hui est également menée par des hommes que beaucoup en Occident, y compris certains « gauchistes », considèrent comme des sous-humains. Les révolutionnaires sont simplement qualifiés de « gangs » ou de « voyous » et, en effet, certains d’entre eux ont non seulement commis des crimes, mais ont également survécu grâce à des crimes, notamment des enlèvements. Mais de nombreux autres membres de la coalition Viv Ansanm, qui lutte désormais contre la Police nationale haïtienne (PNH), ont combattu les « gangs » criminels avec lesquels ils sont actuellement unis. Les groupes armés autrefois axés sur la criminalité et ceux qui luttaient contre la criminalité, désormais unis pour un « changement de système », sont directement issus du prolétariat et du lumpen-prolétariat d’Haïti à Port-au-Prince, la capitale désormais tentaculaire de près de trois millions d’âmes.

Comme les écrivains européens d’il y a deux siècles, les grands médias d’aujourd’hui crient quotidiennement sur les « horreurs » que commettent, selon eux, les insurgés des temps modernes : meurtres gratuits d’innocents, incendies de maisons de pauvres, vandalisme d’institutions nationales comme la Bibliothèque nationale et l’Hôpital Général.

En fait, la violence qui s’empare désormais d’Haïti peut être divisée en quatre catégories différentes.

Jimmy « Barbecue » Cherizier, leader et porte-parole de la coalition Vivre Ensemble au cours d’une marche à Port-au -Prince

1) Colère populaire : à l’instar du soulèvement des esclaves du XVIIIe siècle, les masses d’esclaves salariés d’Haïti d’aujourd’hui éprouvent une profonde colère contre ceux qui les oppriment et les exploitent depuis des décennies. Cela se voit dans leur attaque contre des institutions, même imparfaites, qui leur appartiennent essentiellement et formellement, comme l’Hôpital Général. Mais à cause de la corruption, du manque de financement et de l’incompétence dans sa gestion, les masses se sont aliénées de l’institution et la considèrent comme un organisme parasite déconnecté d’elles-mêmes.

2) Indiscipline, ignorance et manque de contrôle : Les « soldats » des différents groupes armés qui composent la coalition Viv Ansanm ont différents niveaux de formation et de discipline. Certains ont une préparation et une structure presque militaires, tandis que d’autres sont plus informels et anarchiques.

Le 3 avril, des individus armés ont pris d’assaut et pillé la Bibliothèque nationale d’Haïti. « On m’a dit que des voyous emportaient le mobilier de l’institution », a déclaré le directeur général de la bibliothèque, Dangelo Neard. « Ils ont également détruit le générateur du bâtiment. J’ai alerté la police pour une intervention rapide […] Nous disposons de documents rares, vieux de plus de 200 ans, d’importance patrimoniale qui risquent d’être brûlés ou endommagés par des bandits ». La bibliothèque possède quelque 26 000 volumes.

« Non, Viv Ansanm n’a pas donné l’ordre d’attaquer la Bibliothèque nationale », a déclaré Jimmy « Barbecue » Cherizier le lendemain à Haïti Liberté. « Elle a été attaquée par un groupe d’hommes qui ne savent même pas ce qu’est une bibliothèque. Ils ne savent pas lire, ils ne savent rien, ils ne comprennent même pas le concept de bibliothèque. En fin de compte, c’est la faute de l’État ; ces pauvres diables ne sont jamais allés à l’école donc ils ne comprennent pas qu’une bibliothèque est un trésor national qu’il ne faut pas déraciner, qu’elle possède des livres rares, des archives, importants pour la nation. Certains de ces livres sont irremplaçables. »

Quant à l’Hôpital général, « quiconque sensé et qui était allé à l’école déracinerait et vandaliserait un hôpital», a poursuivi Chérizier, accusant une fois de plus l’État de ne pas éduquer les jeunes hommes pauvres. « Nous avons désormais donné l’ordre formel à toutes les troupes de protéger les hôpitaux, les écoles, les bibliothèques, etc. »

Chérizier a également déploré que sa loge maçonnique ait été vandalisée. « Des types sont entrés par effraction dans ma loge et l’ont pillée », a-t-il déclaré. «Je veux faire une vidéo à ce sujet. C’est encore une fois parce que l’État n’a jamais investi dans l’éducation de ces jeunes hommes. Je ne leur en veux pas ; Je blâme l’État ».

Dans une autre interview avec ON TV du 9 avril, Chérizier semblait à nouveau suivre la maxime révolutionnaire d’Amilcar Cabral : « Ne mentez pas, ne revendiquez pas de victoires faciles. »

Dans une longue déclaration, il a admis de nombreux problèmes mais a assuré que le combat continuerait.

« Nous savions que cette lutte ne serait pas facile », a-t-il déclaré. « De plus, nous luttons contre un adversaire très riche et puissant et contre un système qui est en place depuis plus de 200 ans. Nous avons lancé cette lutte il y a seulement deux mois. Nous ne pouvons pas nous mettre en tête que nous aurions déjà pu en finir avec ce système. Il est puissant, contrôle les médias, donne à de nombreux opportunistes vivants dans la précarité, dans la misère et la faim  et les permet de devenir journalistes à gages pour dire que nous faisons souffrir les pauvres et attaquons les gens qui nous ressemblent, tout cela pour discréditer notre lutte. »

« Nos forces restent fortes et unies, malgré de nombreux moments difficiles et plusieurs désaccords que nous avons eus. Mais nous continuons la lutte ! »

3) Faux drapeau ou opérations psychologiques : Les dirigeants de Viv Ansanm ont affirmé que la police menait des attaques contre les quartiers pauvres pour en imputer la responsabilité à Viv Ansanm. Le dimanche 7 avril, un dirigeant de Viv Ansanm a publié une déclaration disant : « nous allons déraciner les oligarques  et avec la police. Puisque les policiers ont tué trop d’hommes et de femmes dans les quartiers pauvres. Ils viennent en voiture, tirent sur tout le monde, des motocyclistes sont tués, des gens ont été assassinés au marché de la Croix-des-Missions, à Clercine, les gens ne peuvent pas passer par Bobine… On ne peut pas supporter ces attaques. Personne ne parle des droits de l’homme… Quand la police se bat contre nous, elle brûle les affaires des pauvres et prétend ensuite que c’est nous qui l’avons fait… Nous savons que l’alphabétisation n’a pas atteint beaucoup de personnes dans nos quartiers pauvres. Souvent, ils croient aux mensonges qu’ils entendent dire et n’entendent pas notre version de l’histoire, même si nous vivons dans le même quartier pauvre. »

Ce type de « psy-op », comme on l’appelle dans le jargon de la CIA et des forces spéciales, est prévisible. En effet, le document politique du Département d’État américain intitulé « Stratégie des États-Unis pour prévenir les conflits et promouvoir la stabilité » d’avril 2022 appelle explicitement le Pentagone « à gérer et prévenir les conflits et à remédier à la fragilité mondiale par le biais d’activités spécialisées, notamment… d’opérations psychologiques… » Cela fait référence aux efforts visant à discréditer le Viv Ansanm par des actions « sous fausse bannière ». Des exemples historiques bien connus d’opérations « sous fausse bannière » visant à déclencher, maintenir ou mener une guerre sont le bombardement de l’U.S.S. en 1898. Maine dans le port de La Havane, l’attaque organisée dans le golfe du Tonkin en 1964 et les accusations de 2002 selon lesquelles l’Irak possédait des « armes de destruction massive ».

La Bibliothèque nationale d’Haïti a été attaquée le 3 avril. « Aucun dirigeant de Vivre Ensemble n’a ordonné d’attaquer la Bibliothèque nationale», a déclaré Jimmy Cherizier.

De telles opérations psychologiques trouvent ensuite un écho dans les grands médias, ce que le Département d’État appelle des « engagements d’opérations d’information ». Le DoS appelle également à une « coopération en matière de sécurité », ce qui est un euphémisme pour que les forces spéciales américaines s’entraînent, commandent ou même combattent aux côtés de la police ou de l’armée haïtienne.

Pendant ce temps, des « opérations psychologiques » sont menées en Haïti. Sous le gouvernement Aristide, l’organisation KID d’Evans Paul et André Michel prenait les corps à la morgue et les jetait dans la rue comme s’ils étaient victimes des escadrons de la mort du gouvernement. Il n’est pas exagéré de penser qu’ils ont recours ou recourront à nouveau à de telles tactiques aujourd’hui.

4) Crimes opportunistes et règlements de comptes : Dans toute situation de révolution ou de guerre, l’État est affaibli, la police est occupée à se battre et il y a des gens qui profitent de la situation pour voler ou se venger d’un rival. Parfois, les coupables ne sont pas clairement identifiés dans le brouillard de la guerre.

La semaine dernière, même un conseiller octogénaire et membre du conseil d’administration d’Haïti Liberté, Edmond Bertin, a vu la maison qu’il possède juste à côté de l’avenue Jean-Jacques Dessalines à Port-au-Prince attaquée par des assaillants et incendiée. Ses habitants ont dû fuir. C’est dire à quel point certaines violences sont aveugles et aveugles, notamment dans les zones de conflit proches du Palais national et des commissariats de police.

Était-ce des vandales ? Était-ce l’indiscipline des soldats de Viv Ansanm ? Était-ce la police ou ses agents? Jusqu’à présent, nous ne le savons pas.

Mais les grands médias et les médias bourgeois haïtiens veulent amplifier et attirer l’attention sur chaque faux pas, chaque erreur dans ces premiers jours de lutte, afin de construire les arguments en faveur de l’intervention militaire étrangère que Washington, Ottawa et Paris souhaitent voir. Sur ce, donnons le dernier mot à Jimmy Cherizier dans sa déclaration du 9 avril.

« Il s’est passé beaucoup de choses depuis que nous avons lancé ce mouvement que nous déplorons et regrettons. Nous aurions aimé qu’ils ne se produisent pas. Malheureusement, quand il y a des combats, les dirigeants des différentes zones ne sont pas dans la rue. Malheureusement, lorsque certains soldats sont dans la rue, ils mènent leurs propres actions et initiatives, ce qui nuit à la lutte. Nous ne voulons pas nous faire l’avocat du diable. Nous essayons de comprendre les choses.

« Lorsqu’un jeune homme est armé et qu’il n’est pas formé, il représente un danger pour lui-même et pour la société. Il y a des choses qui se sont produites, des lieux qui ont été pillés ou incendiés, que nous déplorons. Mais l’État est responsable, car s’il avait éduqué les jeunes hommes et femmes, certaines de ces tragédies n’auraient peut-être pas eu lieu.

« Malgré ces revers, nous ne nous décourageons pas. Nous savons pourquoi nous nous battons, où nous allons, et nous continuerons notre lutte pour arriver exactement là où nous allons.

«Tous ceux qui ont une arme à la main sont des victimes. Ne nous laissons pas passer pour les coupables, pour les tueurs. Notre objectif est clair et nous ne reculerons pas.  Nous travaillons pour qu’Haïti devienne un paradis pour tous, soit un enfer pour tout le monde. »

Il est temps que le pays cesse d’être un eldorado pour une poignée de gens vivant dans l’opulence des biens et des ressources volés de l’Etat et la majorité de la population dans la misère, la pauvreté la plus abjecte.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here