Un policier dominicain victime du racisme de son pays !

1
77
Le sergent de la police nationale Onessy Solís Contreras, a été sauvagement tabassé par les agents de la DGM le lundi 15 avril dans la ville de Santiago.

Les victimes dominicaines de la politique raciste officielle augmentent : les hommes de main du DGM ont battu un membre de la PN parce qu’il est noir. 

L’orientation raciste que reçoivent les hommes de main de la Direction Générale des Migrations (DGM) pour détenir toute personne noire qu’ils croisent lors de leurs raids s’est traduite par de fréquentes attaques contre les Haïtiens ces dernières années, générant un climat de terreur qui rappelle l’époque des dictatures de Balaguer et Trujillo. En plus des centaines de milliers de victimes haïtiennes de cette politique, il y a également eu une prolifération de victimes dominicaines noires, attaquées parce qu’elles « avaient l’air haïtienne ». Ironiquement, l’une des victimes récentes de cette politique du gouvernement de droite du PRM est un membre des forces répressives, le sergent de la police nationale Onessy Solís Contreras, qui a été sauvagement tabassé par les agents de la DGM le lundi 15 avril dans la ville de Santiago. Le sergent, blessé à la tête, à un bras et au côté, a porté plainte auprès du Palais de Justice de Santiago contre la DGM. Il a expliqué qu’à huit heures du matin, il a été attaqué à coups de pelles par des membres de la DGM alors qu’il les avait prévenus qu’il était un policier.

L’attaque raciste a suscité un rejet généralisé et a ouvert des contradictions dans les rangs du gouvernement. Alors que le DGM lui-même tentait de justifier les actions de ses agents, en alléguant que la victime ne s’était pas identifiée, le président Abinader a reconnu que ces incidents étaient une conséquence des expulsions effectuées par le gouvernement actuel par rapport à celles effectuées par les gouvernements précédents et a déclaré que pour éviter “de tels incidents”, ils organiseraient “des cours de formation supplémentaires pour les membres du DGM”. La réalité est que le gouvernement intègre un nombre croissant d’agents militaires et policiers dans les opérations de la DGM sans la moindre préparation professionnelle en matière d’immigration ; la seule priorité est d’augmenter à tout prix le nombre de détentions d’immigrants. Des médias comme Diario Libre et Acento, dont les lignes éditoriales sont favorables au gouvernement, admettent que le sergent Solís Contreras a été attaqué parce que les agents de la DGM l’ont « pris » pour un citoyen haïtien. Cela montre une fois de plus que le DGM attaque des personnes sur la base du profilage racial, un protocole ouvertement illégal et inconstitutionnel qui annule la présomption d’innocence et institutionnalise la discrimination raciale. En d’autres termes, toute personne noire est soupçonnée et peut être battue, même si la loi dominicaine interdit la torture et les violences physiques. Cette politique renforce les éléments d’apartheid du régime politique dominicain.

Le policier Onessy Solís Contreras victime de la discrimination raciste anti-haïtienne

Dans la zone de Santiago où Solís Contreras a été attaqué, les commerçants dénoncent que les travailleurs haïtiens sont fréquemment extorqués par les sbires de la DGM, qui leur facturent 7 mille pesos pour leur permettre de voyager et des abus sexuels de la part des sbires ont même été signalés, selon un article de presse.

Il existe de nombreux cas d’attaques violentes de la DGM contre des Dominicains noirs. Le 15 mars, une chasse brutale menée par la DGM dans les communautés d’El Seibo a laissé des dizaines de personnes arbitrairement détenues, tant haïtiennes que dominicaines, après une série de raids illégaux dans des maisons. Le 16 novembre 2023, des agents de la DGM ont attaqué l’étudiant dominicain en droit José Antonio Medina sur l’avenue Rómulo Betancourt dans la capitale. Medina a déclaré que les assaillants ont affirmé, sans preuve, que sa carte d’identité dominicaine était fausse lorsqu’ils l’ont frappé au nez. La blessure a nécessité une intervention chirurgicale d’urgence. Lorsqu’il a tenté de déposer une plainte officielle concernant cette agression, les autorités ont refusé de la recevoir. En septembre 2023, la Dominicaine Cristina Martínez a été kidnappée par des agents de la DGM. Martínez a été envoyé à la frontière avec Haïti, a disparu pendant plusieurs semaines et a été violé. En juin 2023, l’armée a brutalement battu l’avocat dominicain Fausto Taveras à Mao, après qu’il ait été victime de la classification raciale des répresseurs. Concernant ce cas, l’Association dominicaine des avocats a rejeté le fait que les citoyens soient « maltraités en raison de la couleur de leur peau, qu’elle soit nationale ou étrangère ». Le 24 juin 2022, la DGM a mené un raid illégal contre un restaurant gastronomique haïtien à Santiago, arrêtant arbitrairement 21 personnes, dont des Haïtiens avec leurs papiers d’identité en règle, deux Américains et un Dominicain d’origine haïtienne, avec leurs papiers d’identité dominicains. Ils ont simplement détenu tous les Noirs qu’ils y trouvaient. En décembre 2021, également dans le District National, une autre attaque a été signalée par les répresseurs racistes de la DGM contre un jeune dominicain noir qui circulait sur l’avenue 27 de Febrero, près de l’intersection avec l’avenue Churchill.

L’étudiant dominicain José Antonio Medina pris pour un travailleur haïtien a été frappé au nez. Sa blessure a nécessité une intervention chirurgicale d’urgence.

Alors que le gouvernement raciste du PRM tente de justifier ses milliers d’arrestations arbitraires de personnes noires dans les villes et les campagnes du pays, en alléguant que ces graves violations des droits de l’homme constituent une prétendue défense de la souveraineté et de la sécurité nationale, cette politique a en réalité impliquait la suspension des garanties constitutionnelles et l’imposition d’un état d’exception, de l’avis des organisations sociales et politiques de la République dominicaine. Le gouvernement a rejeté toutes les plaintes concernant ses violations des droits humains, y compris celles signées par des organisations nationales et internationales, comme une récente lettre ouverte promue par Amnesty International. Même à la suite d’un rapport sur les droits de l’homme contenant certaines critiques du gouvernement dominicain réalisé par le gouvernement américain, qui est par ailleurs un proche allié politique d’Abinader, des représentants de l’Institut Duartiano, une institution d’État, ont demandé l’application de la peine de 30 années de travail forcé contre les Dominicains dont les plaintes pour violations des droits humains sont incluses dans les rapports internationaux. Cela montre comment, à travers la politique raciste du gouvernement, des attaques grossières contre les libertés démocratiques s’insinuent et le danger néo-fasciste et néo-Trujillo augmente.

Le racisme nous tue!

Dans ce contexte de violence illégale et raciste de la part du gouvernement, le président Abinader a assuré que le racisme n’a jamais existé dans le pays, tandis que le ministre des Affaires étrangères Roberto Álvarez est allé encore plus loin, affirmant qu’il n’y a jamais eu d’esclavage dans la ville coloniale de Saint-Domingue, malgré le fait que c’était la première colonie de travail asservie dans les Caraïbes, c’est pourquoi la grande majorité de la population dominicaine est d’origine africaine. Ce discours négationniste et néo-Trujillo ignore les jalons du racisme officiel du siècle dernier, tels que le massacre de 1937 et la décision anticonstitutionnelle 168-13. Comme ces expériences historiques l’ont démontré, les victimes du racisme de l’État dominicain ne sont pas seulement des Haïtiens, mais souvent aussi des Dominicains noirs de la classe ouvrière.

 

Mouvement socialiste des travailleurs de la République dominicaine

24 Avril 2024

 

 

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here