Un an depuis le meurtre de George Floyd par la police !

0
174
Premier anniversaire de l’assassinat de George Floyd

Il y a un an lundi, le 25 mai 2020, George Floyd Jr était assassiné par la police de Minneapolis en plein jour, le policier Derek Chauvin agenouillé sur le cou de Floyd pendant plus de neuf minutes. Floyd a plaidé pour sa vie, s’exclamant à plusieurs reprises «Je ne peux pas respirer!» alors qu’il était menotté face contre terre dans la rue et que des passants suppliaient la police d’arrêter.

Les manifestations qui ont suivi la mort de George Floyd ont rapidement pris de l’ampleur, passant de l’agitation locale à Minneapolis à une vague de protestations mondiales qui exigeaient la fin de la brutalité policière. Les manifestations étaient multiethniques et multinationales. Des protestations ont été rapportées sur tous les continents habités, dans plus de 2.000 villes. Rien qu’aux États-Unis, on estime que 15 à 26 millions de personnes ont participé aux manifestations à un moment donné, ce qui en fait les plus importantes de l’histoire des États-Unis. Les travailleurs ont occupé les rues des plus grandes villes, et les protestations se sont étendues à de nombreuses petites villes rurales, principalement blanches, également.

Si l’étincelle immédiate des manifestations de masse était l’indignation face à l’épidémie de meurtres commis par la police aux États-Unis, elle exprimait des processus sociaux plus profonds. Le meurtre de Floyd a eu lieu à un moment critique de la propagation de la pandémie mondiale de coronavirus.

Après avoir remis des milliers de milliards de dollars aux banques fin mars, la classe dirigeante s’est engagée dans une campagne systématique qui visait à forcer les travailleurs à reprendre le travail. En même temps, la réponse de la classe dirigeante à la pandémie a énormément intensifié la baisse prolongée du niveau de vie des travailleurs et des jeunes, les niveaux écrasants de dette et la croissance extrême des inégalités sociales.

La réponse brutale aux protestations, dont le gouvernement Trump a été le fer de lance, a exprimé la crainte d’une explosion sociale plus large. Les villes ont imposé des couvre-feux, tandis que la Maison-Blanche et plus de 30 États ont déployé plus de 96.000 soldats de la Garde nationale et d’autres agences militaires. La police s’est déchaînée violemment dans les villes américaines, sous la supervision des démocrates et des républicains.

Ce fut une campagne très médiatisée et bien financée, des sociétés ayant donné des dizaines de millions à des organisations telles que Black Lives Matter.

La réponse du gouvernement Trump a été une tentative d’organiser un coup d’État présidentiel. Une semaine après le meurtre, Trump a prononcé un discours à la Maison-Blanche dans lequel il a menacé d’invoquer la loi sur l’insurrection pour déployer l’armée sur le sol national, et où il a dit aux gouverneurs qu’il s’agissait d’un «mouvement» qui devait être «neutralisé».

Les démocrates, quant à eux, tout en soutenant la répression policière, sont intervenus pour détourner les manifestations et les orienter selon des lignes racialistes. Selon les démocrates et leurs affiliés de la pseudo-gauche, les meurtres commis par la police n’avaient rien à voir avec la classe sociale. Il s’agissait plutôt d’une question de «racisme systématique», dont la police en tant qu’institution étatique, mais aussi la population dans son ensemble étaient responsables. Ce fut une campagne très médiatisée et bien financée, des sociétés ayant donné des dizaines de millions à des organisations telles que Black Lives Matter.

Il ne fait aucun doute que le racisme joue un rôle dans de nombreux meurtres commis par la police. Les éléments sociaux les plus arriérés et brutaux sont cultivés dans les rangs des «détachements spéciaux d’hommes armés» dont la tâche est de défendre les intérêts de l’élite capitaliste dirigeante.

Cependant, la disproportion avec laquelle les minorités raciales sont tuées s’explique avant tout par le niveau élevé de pauvreté parmi les groupes de minorités raciales. Le point commun qui relie l’écrasante majorité des personnes tuées par la police est qu’elles sont issues de milieux pauvres ou ouvriers, quelle que soit la couleur de leur peau.

Au cours de l’année qui a suivi le meurtre de Floyd, plus de 1.000 personnes ont été tuées par la police, dont la majorité était blanche. Les Blancs représentent le plus grand nombre de personnes tuées par la police chaque année.

Lundi, près d’un an après la mort de Floyd, une vidéo du Tennessee récemment publiée montre des agents de la prison du comté de Marshall agenouillés sur le dos d’un homme ligoté pendant près de quatre minutes. William Jennette, un homme blanc de 48 ans, est mort lors de cette altercation le 6 mai 2020, quelques jours seulement avant que la police n’assassine Floyd.

Dans la vidéo, on entend la police se moquer de Jennette alors qu’il supplie les agents qu’il ne peut pas respirer. On l’entend crier: «Au secours! Ils vont me tuer!» et crier qu’il ne peut pas respirer. L’un d’eux lui a répondu: «Tu ne devrais pas pouvoir respirer, sale connard.» Le bureau du médecin légiste du comté de Marshall a conclu que la mort de Jennette était un homicide, mais un grand jury a refusé d’inculper l’un des policiers impliqués.

Des manifestants se rendent au poste de police du 3e arrondissement de la ville, lundi 19 avril 2021, à Minneapolis, alors que le procès contre l’ancien policier de Minneapolis Derek Chauvin pour le meurtre de George Floyd passe aux délibérations du jury. (AP Photo/Morry Gash)

Les médias capitalistes de l’époque n’ont pas couvert la mort horrible de Jennette parce que sa mort – causée presque exactement de la même manière que celle de George Floyd – ne correspond pas au récit selon lequel la violence policière est un problème de racisme systémique enraciné dans la société américaine. Le New York Times et les autres grands médias ne parlent presque jamais des meurtres de travailleurs et de jeunes blancs par la police.

Comme l’a expliqué le «World Socialist Web Site», la tentative de faire de la brutalité policière une question uniquement raciale, au point d’ignorer les victimes blanches, ne sert qu’à masquer les questions de classe qui sont la véritable cause de l’épidémie de violence policière en Amérique.

L’effort de masquer les questions de classe vise à bloquer ce qui est nécessaire pour s’opposer à la violence policière: son lien avec le développement d’un mouvement dans la classe ouvrière unissant les travailleurs de toutes ethnies et nationalités. C’est sur cette seule base qu’il est possible de s’opposer à l’inégalité, à l’oppression et à toutes les formes d’idées arriérées, y compris la promotion du racisme par la classe dirigeante pour diviser les travailleurs.

La pandémie a eu un impact radical énorme sur la conscience des travailleurs et des jeunes de toutes origines ethniques et nationalités.

La prévalence de la violence policière aux États-Unis est le produit d’une société déchirée par les antagonismes de classe, caractérisée par des niveaux d’inégalité sociale sans précédent. La concentration des richesses entre les mains des échelons supérieurs de la société a augmenté massivement au cours de l’année écoulée: 412 nouveaux milliardaires ont vu le jour en 2020.

Qu’est-ce qui a changé dans un an? Les démocrates – qui dirigent désormais la Maison-Blanche et les deux chambres du Congrès – ont promis une réforme aux travailleurs, mais la police continue d’assassiner des gens au même rythme depuis 2013, soit en moyenne trois personnes par jour. Le projet de loi «George Floyd Justice in Policing Act of 2020», largement exagéré par les médias, qui devait introduire des politiques visant à responsabiliser les forces de l’ordre, a perdu tout élan au Congrès et devrait dépasser la date limite de mardi fixée par le président Joe Biden pour l’adoption d’un projet de loi sur la réforme de la police.

Le gouvernement Biden démontre une fois de plus que les démocrates, tout autant que les républicains, sont des défenseurs impitoyables de l’État capitaliste et de sa police.

Mais il y a aussi un autre développement: la croissance initiale d’une opposition explosive de la classe ouvrière aux politiques de la classe dirigeante sous la forme de luttes des travailleurs de l’automobile, des éducateurs, des travailleurs de la santé, des travailleurs de l’acier, des mineurs et d’autres sections de la classe ouvrière qui tentent de se libérer du contrôle des syndicats corporatistes.

La pandémie a eu un impact radical énorme sur la conscience des travailleurs et des jeunes de toutes origines ethniques et nationalités. C’est cette force sociale, mobilisée autour d’un programme socialiste, qui constitue la véritable base de l’opposition à l’épidémie de meurtres policiers aux États-Unis.

 

Wsws 25 mai 2021

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY