Tuerie de policiers au Village de Dieu !

0
1029
Selon le chef de la police, Léon Charles, 4 policiers ont été tués : 3 agents du Swat Team, un agent de Boid et 8 blessés

 Le vendredi 12 mars 2021, lors d’une opération policière au Village-de-Dieu et qui n’est pas la première, cette dernière en date s’est soldée par une énième défaite grave des forces de la police nationale d’Haïti. Cette défaite a été baptisée par la plupart de « tragédie » au Village-de-Dieu, un quartier populaire infesté de jeunes convertis aux bandits armés pour leur survie.

C’est un gang contrôlé par un certain Izo 5 segond, qui, au cours d’un affrontement avec des policiers, a mis ces derniers en déroute. Plusieurs de l’escouade policière ont trouvé la mort et certains autres ont été blessés. Selon le chef de la police, Léon Charles, au moins 4 policiers ont été tués : 3 agents du Swat Team, un agent de Boid et 8 blessés. Les deux chars blindés de policiers qui ont été saisis par les gangs symbolisant leur victoire, ont été finalement récupérés le mardi 16 mars par la Direction de la PNH.

George Vivender

Suite à cet assassinat triomphalement célébré par les bandits, les réactions sont venues de part et d’autre condamnant cet affrontement qualifié de barbare par certains. 

Tout d’abord, le secrétariat général de la présidence l’a qualifié dans la soirée du samedi 13 mars sur le compte Twitter du président Jovenel Moïse, d’attentat odieux. « Cette attaque est survenue à un moment où les autorités intensifient leurs efforts en faveur d’une paix réelle et durable dans le pays à travers le dialogue politique national et inclusif ».

« Le gouvernement salue le courage de nos vaillants policiers qui se sacrifient chaque jour pour notre sécurité et rend hommage à ces martyrs de la liberté, assassinés et tombés au service actif de la République. La population est invitée à honorer leur mémoire par tous les moyens et manifester ainsi leur solidarité à la Police et au rejet des gangs armés qui sèment la mort et la désolation dans les familles, de leurs commanditaires ainsi que de leurs complices dans quelque milieu qu’ils se trouvent ou appartiennent » a-t-il fait savoir.

Desilus Wislet

Pour sa part, suite à l’échec sanglant de l’opération anti-Gang, le chef de la Primature Joseph Jouthe souligne « l’inhumanité et la barbarie qui habitent les membres des gangs armés et leurs supporteurs au village de Dieu. De jeunes policiers au service de la République furent massacrés alors qu’ils accomplissaient leur tâche de sécurité ; leur cadavre souillé par ces terroristes sans foi ni loi. »

Mais la réaction la plus intéressante est celle du Bureau Intégré des Nations Unies en Haïti (BINUH) que dirige Helen B. La Lime. Le Binuh exige que « les auteurs de cette tuerie soient arrêtés poursuivis, et traduits devant la justice. Et qu’il en va de même pour l’ensemble des crimes graves commis dans le pays ».

Le Binuh et les Nations Unies encouragent « les autorités haïtiennes à accroître, dans le strict respect de la loi et des droits humains, leurs efforts visant à améliorer la situation sécuritaire et à combattre l’impunité ».

Eugene Stanley

A l’occasion de cette tuerie, nous profitons de cette occasion pour rendre un hommage mérité aux policiers qui avaient été massacrés par des bandits au Collège Maranatha de Grand-Ravines le 17 novembre 2017 et auxquels ni le gouvernement d’alors de ce même PHTK, ni non plus la Direction de la Police n’avaient apporté aucun soutien. Deux policiers avaient été tout bonnement massacrés durant un échange de tirs entre policiers et bandits qui s’était soldé par des morts parmi les policiers et certains habitants de ce quartier populaire.

A l’occasion de cette tuerie des quatre policiers Désilus Wislet, Georges Renois Vivender, Eugène Stanley et  Ariel Poulard, 3 jours de deuil national ont été décrétés en leur mémoire.

Ariel Poulard

Il semblerait que cette tragédie a trouvé un bouc émissaire en la personne de l’inspecteur général Carl-Henry Boucher qui a été placé en isolement juste après son audition à l’Inspection générale de la police nationale d’Haïti (PNH) le mardi 16 mars 2021. Ce dernier a crié son innocence en déclarant : « Je ne suis pas responsable de l’échec de l’opération à Village-de-Dieu ».

Les vrais auteurs de ces crimes et d’autres ne sont autres que tous ceux qui ont contribué à la déstabilisation de ce pays particulièrement les représentants de l’odieux et pervers système capitaliste à commencer par Madame La Lime du Binuh, le président Jovenel Moise et sa clique de corrompus au pouvoir.

L’inspecteur général Carl-Henry Boucher a été placé en isolement

Ils ont tous, d’une manière ou d’une autre, contribué à réduire au banditisme une multitude de jeunes au lieu de mettre à leur disposition des écoles, du travail ou  tout autre moyen efficace pouvant faciliter leur développement de sorte qu’ils deviennent des citoyens honnêtes pour l’avenir du pays.

Jean Yvelet St-Fleur, de la 28e promotion de la PNH, agent de la Brigade de Lutte contre le Trafi c de Stupéfi ants (BLTS), a également été assassiné

Dans la foulée, un autre policier, Jean Yvelet St-Fleur, de la 28e promotion de la PNH, agent de la Brigade de Lutte contre le Trafic de Stupéfiants (BLTS),  a également été assassiné dans la soirée du samedi 13 mars à Harry’s Restaurant, Pétion-ville.

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY