Qui est Patrick Numas du CEP-PHTK ?

Le leader du syndicat jaune pro-coup d’état, membre clé du Conseil électoral controversé du président haïtien, a une longue histoire de collaboration avec Washington, selon Wikileaks

0
315
Leader de syndicat jaune, pro-coup d’état, Patrick Numas (à gauche) membre du Conseil électoral controversé du président haïtien, a une longue histoire de collaboration avec Washington, selon Wikileaks

(English)

Patrick Numas représente le “secteur syndical” au sein du Conseil électoral provisoire (CEP), créé au début du mois par le président haïtien Jovenel Moïse et dont la constitutionnalité a été largement dénoncée.

Pendant des décennies, Numas a été le secrétaire général de l’Organisation générale indépendante des travailleurs haïtiens (OGITH), un syndicat financé par des agences américaines de «soft power» comme l’American Institute for Free Labour Développement (AIFLD) et la Confédération internationale des Syndicats libres (CISL). Il est également soutenu par le Centre de solidarité (successeur de l’AIFLD), l’une des quatre principaux tentacules du National Endowment for Democracy (NED), une fondation quasi-gouvernementale issue de la CIA en 1983 dont le financement a presque doublé, passant de 180 millions de dollars à 300 millions de dollars en décembre.

Le nouveau CEP de neuf membres auquel Numas a été nommé a été dénoncé par les dirigeants de l’opposition haïtienne comme étant illégal et unilatéral. Mais l’administration Trump a fermement soutenu Moïse dans ses tactiques effrontées, et un haut officiel du département d’État a menacé «des conséquences pour ceux qui barrent la route».

En 2006, deux ans après le coup d’État du 29 février 2004 contre le président Jean-Bertrand Aristide, Numas en tant qu’informateur à l’ambassade américaine conseilla sur la façon de combattre et de vaincre la résistance armée anti-coup basée dans le plus grand bidonville de Port-au-Prince, Cité Soleil, c’est ce qu’a révélé un câble secret de l’ambassade américaine fourni par Wikileaks à Haïti Liberté en 2011.

Patrick Numas a été le secrétaire général de l’Organisation générale indépendante des travailleurs haïtiens (OGITH), un syndicat financé par des agences américaines de «soft power» comme l’American Institute for Free Labour Développement (AIFLD) et la Confédération internationale des Syndicats libres (CISL).

« Selon Numas, il existe essentiellement quatre catégories de personnes au sein de Cité Soleil (par ordre de grandeur, du plus petit au plus grand): (1) Des gangs bien organisés, bien armés et violents qui luttent activement pour le retour de l’ancien président. Aristide; (2) les partisans d’Aristide non organisés, mais armés et violents; (3) les partisans d’Aristide non organisés, non armés mais potentiellement violents; et (4) La population non armée restante qui est sympathique à Aristide et qui peut être facilement manipulée par les gangs », écrivait alors l’ambassadrice américaine Janet Sanderson dans le câble du 16 mai 2006. « Il a suggéré que tous les programmes offerts par [le président nouvellement inauguré René] Préval et / ou la communauté internationale [code pour les États-Unis et ses alliés] devraient commencer de la couche extérieure vers l’intérieur, ciblant la quatrième catégorie la plus importante en premier et affrontant les éléments les plus difficiles en dernier ».

«Le financement de la NED a favorisé trois groupes conservateurs jusqu’en 1990», a expliqué Ruth Blakeley dans «Terrorisme d’État et néolibéralisme: le nord dans le sud». «Il s’agissait de l’Institut international de recherche et de développement (IHRED) qui avait été fondé en 1986 avec l’aide du NED; et les deux syndicats conservateurs, la FOS [Fédération des travailleurs syndiqués] et l’Organisation générale des travailleurs haïtiens (OGITH) ».

Fait révélateur, le chef du dernier CEP était Léopold Berlanger, fondateur et dirigeant de l’IHRED. Son CEP a supervisé l’élection anémique et en proie à la fraude de Jovenel Moïse en 2016, à laquelle moins de 20% de l’électorat haïtien a pris part.

Trahi par Jovenel Moïse, le CEP de Berlanger a démissionné en masse en juillet. Mais le nouveau CEP aura également un agent NED à sa direction en la personne de Patrick Numas.

L’OGITH était l’un des principaux membres du «Groupe des 184», un front de la «société civile» conçu, financé et coordonné par l’Institut républicain international (IRI), un autre des quatre principales tentacules du NED. Avec un groupe de «rebelles» armés de style Contra, dirigé par le chef des escadrons de la mort Louis Jodel Chamblain et le trafiquant de drogue maintenant emprisonné Guy Philippe, et un front de partis politiques connu sous le nom de «Convergence démocratique», le «Groupe des 184» était l’un des principaux outils de Washington pour renverser le gouvernement d’Aristide en 2004 et écraser son parti, l’Organisation politique de la famille Lavalas.

Bien qu’allié avec de nombreuses organisations commerciales des propriétaires de sweat-shop haïtiens comme la CCIH (Chambre de commerce et d’industrie) et le CRESFED (Centre de recherche et de formation économiques et sociales) dans le «Groupe des 184», OGITH a joué le rôle essentiel d’essayer de représenter le gouvernement d’Aristide comme antisyndical.

Léopold Berlanger, ancien président du CEP, avec l’ambassadeur des États-Unis en Haïti Michele Sison. Le NED de Washington finance également ses organisations en Haïti depuis des années.

Interrogé par la CISL en mai 2002, au plus fort de la campagne de déstabilisation contre Aristide, Numas s’est vu demandé si « être syndicaliste est toujours un travail très dangereux en Haïti ».

« Nous avons maintenu des contacts avec la base, sinon Lavalas les aurait éliminés maintenant », a répondu Numas. « Il existe également de nombreux syndicats jaunes qui assistent le gouvernement Lavalas. Leur existence sape nos tentatives de créer un mouvement unifié ».

Alors que les alliés syndicaux de Washington infiltraient et finançaient de nombreux syndicats haïtiens dans le but de faire tomber Aristide, ils se sont tus lorsque les propriétaires de l’usine de montage qui ont mené le coup d’État ont sévèrement réprimé les travailleurs par la suite. La CISL, la NED et d’autres « travaillent pour soutenir et renforcer les syndicats qui se sont mobilisés pour l’éviction du gouvernement démocratiquement élu d’Haïti », mais ont ensuite « refusé de condamner les licenciements massifs et la persécution des travailleurs du secteur public et des syndicalistes commis par ses successeur illégalement imposé », a expliqué Jeb Sprague dans « Failed Solidarity: The CISL, AFL-CIO, ILO, and ORIT in Haïti ».

La CISL a été créée en 1949 «pour concurrencer les syndicats communistes», a expliqué le froid guerrier Eric Chenowith de l’Institut pour la démocratie en Europe de l’Est (IDEE) basé à Washington dans un entretien avec l’agence Freedom House, cousine de la NED, car «le commerce soviétique les syndicats en sont venus à dominer la Fédération syndicale mondiale. »

« Numas a été une source d’informations cohérente et fiable sur la situation politique, en particulier dans les quartiers instables de la capitale », a expliqué l’ambassadrice américaine Sanderson dans son câble secret de mai 2006. « La stratégie décrite par Numas pour Cité Soleil correspond à peu près à l’approche adoptée par l’USAID [l’Agence du Département d’État américain pour le développement international] et d’autres agences de développement à Bel Air », un autre bidonville rebelle de Port-au-Prince.

Le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, est maintenant en prison pour avoir révélé la vérité sur les crimes de guerre américains et autres délits. Il risque d’être extradé de Grande-Bretagne vers les États-Unis, où il risque une condamnation presque certaine devant un tribunal kangourou.

Les 2000 câbles secrets du Département d’État liés à Haïti que Wikileaks a remis à Haïti Liberté en 2011 faisaient partie des quelque 250.000 que l’éditeur a donnés à des dizaines d’autres organisations médiatiques à travers le monde pour donner un aperçu du fonctionnement interne et des véritables objectifs de l’empire américain. Les partenaires de Wikileaks ont dû rédiger de manière responsable les câbles afin qu’aucune personne innocente ne soit mise en danger par les révélations.

Aujourd’hui, Julian Assange, est jugé à Londres, luttant contre une demande d’extradition du gouvernement américain, qui accuse la publication des câbles d’avoir causé du tort à certaines personnes. Il est effectivement emprisonné depuis sept ans, d’abord après avoir cherché refuge dans la minuscule ambassade équatorienne à Londres, puis, depuis avril, à l’isolement de la prison de Belmarsh.

Le procès en cours a clairement montré qu’aucun préjudice n’a été causé à qui que ce soit. Seule la lumière a été faite sur les crimes et les méfaits du gouvernement américain, et c’est le motif de la poursuite et de la persécution acharnées des États-Unis contre Assange, qui est en très mauvaise santé mentale et physique. L’acte d’accusation contre lui est purement politique. Son seul crime est d’avoir révélé la vérité. Washington a cherché  à faire de lui un exemple pour tenter d’intimider les journalistes du monde entier dans le cadre de sa guerre contre le journalisme authentique.

Les révélations sur des acteurs comme Patrick Numas sont l’une des nombreuses contributions de vérité que Wikileaks a donné au monde.

Texte traduit de l’anglais

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY