Que s’est t-il passé à Ciudad Juan Bosch ?

0
100
Ces dernières semaines, il y a eu des vols, des mauvais traitements et des tortures d’immigrants haïtiens par des agents de la DGM à Jarabacoa et Haina, ainsi que le meurtre d’un travailleur haïtien à Las Matas de Farfán.

Une enquête menée par La Voz de los Trabajadores de Ciudad Juan Bosch et basée sur des témoignages directs d’ouvriers du bâtiment et d’habitants, dominicains et haïtiens, a révélé des aspects importants jusqu’alors cachés de la répression gouvernementale et des actions des groupes fascistes, encouragés par le discours et l’offensive du gouvernement à partir du 18 mai.

18 mai : Manifestation des travailleurs dominicains et haïtiens

Ces derniers mois, les politiciens et les communicateurs de droite ont fait de la communauté immigrée de Ciudad Juan Bosch l’un des centres de leurs diatribes xénophobes. Ciudad Juan Bosch est un centre résidentiel qui reflète des tendances plus générales dans le pays, telles que la présence de travailleurs haïtiens dans le secteur de la construction et la présence d’une petite communauté de résidents immigrants de diverses nationalités. Un recensement mené par une commission présidentielle publié en juin 2020, et cité dans un rapport de la Fondation Zilé, indique qu’il y a une population d’environ 12 000 personnes à Ciudad Juan Bosch, dont seulement 12% d’étrangers, venant d’Haïti et de 25 autres pays.

La manifestation du mercredi 18 mai, menée par les travailleurs de l’entreprise de construction Bisonó, a été précipitée par la tentative de la DGM de mener un raid à des fins d’extorsion, profitant du récent paiement de la quinzaine. Il ne s’agissait pas d’une agression des travailleurs haïtiens contre les agents de la DGM, mais d’une protestation défensive des travailleurs haïtiens et dominicains. La version de « l’agression » a été imposée parce que la presse s’est limitée à diffuser la version gouvernementale, exprimée par le directeur de la DGM, Enrique García. Selon ce responsable, les travailleurs haïtiens de la construction à Ciudad Juan Bosch « se sont rassemblés dans un gang ».

Nous avons interrogé quatre travailleurs de l’entreprise de construction Bisonó, qui ont nié la version du gouvernement. Ces témoins de première ligne de la répression et de la manifestation des 18 et 19 mai ont confirmé de manière indépendante que mercredi, aux premières heures de la matinée, un vaste déploiement de DGM avait été effectué avec le soutien de la Police nationale (PN) pour détenir arbitrairement environ 40 travailleurs de l’entreprise de construction bisonó. Ce groupe, composé de travailleurs haïtiens et dominicains, a réussi par sa mobilisation et sa protestation à déjouer les détentions arbitraires, généralement accompagnées de vols de biens et d’argent par la police et les agents de l’immigration.

Les travailleurs, dont nous ne divulguons pas l’identité afin de ne pas les exposer à la répression du régime, ont expliqué que c’est une pratique courante des agents d’immigration de détenir arbitrairement tous les travailleurs à la peau foncée, qu’ils aient ou non des papiers, de les extorquer, en exigeant le paiement de leur libération.

Des représentants d’organisations populaires ont exigé ce lundi matin 30 mai devant le Palais national la cessation des opérations de la Direction nationale des migrations à Ciudad Juan Bosch

Ces dernières semaines, il y a eu des vols, des mauvais traitements et des tortures d’immigrants haïtiens par des agents de la DGM à Jarabacoa et Haina, ainsi que le meurtre d’un travailleur haïtien à Las Matas de Farfán. Face aux agressions physiques initiées par la police et les agents de la DGM contre les travailleurs de Ciudad Juan Bosch, ils ont commencé à se défendre, dans certains cas en jetant des pierres. Ce qui a été décisif, c’est la supériorité numérique des travailleurs, obtenue par la solidarité entre les travailleurs dominicains et haïtiens, qui se sont unis pour empêcher une nouvelle violation de leurs droits de l’homme. Les membres de la DGM et le PN discrédité, habitués qu’ils sont à humilier les travailleurs migrants haïtiens, ont été surpris par la résistance des travailleurs et ont dû fuir.

La presse et le gouvernement ont dissimulé la participation de travailleurs dominicains à la manifestation, qui figuraient même parmi les personnes arrêtées. De fausses informations ont également circulé selon lesquelles la manifestation des travailleurs avait eu lieu devant une école et que c’était la raison pour laquelle les agents de la répression se sont retirés.

La vie des migrants haïtiens compte

Ce type de protestation avec la participation de travailleurs dominicains et étrangers n’est pas un événement sans précédent. Dans les années 2018 et 2019, il y a eu des protestations de travailleurs dominicains et brésiliens contre la construction de l’usine de Punta Catalina, au cours desquelles ils ont également fait face à des pierres, aux coups de feu et aux bombes lacrymogènes de la police et de l’armée. La différence est qu’à cette époque, il n’y avait pas de campagne d’agitation raciste comme celle qui s’oppose aujourd’hui aux travailleurs haïtiens.

19 mai : le gouvernement donne une leçon raciste et anti-ouvrière

Jeudi matin, la DGM a lancé une nouvelle opération illégale, cette fois avec la participation de centaines d’agents de la police et de l’armée, y compris des unités SWAT, une unité Mole et du personnel de la marine. Le gouvernement a déchaîné toute sa haine contre les travailleurs, saturant l’air de grenades lacrymogènes et arrosant les bâtiments en construction avec des balles. Plus de dix travailleurs ont été grièvement blessés lorsqu’ils ont été battus et blessés par balles. Les hommes de main ont également incendié plusieurs cabanes dans lesquelles les travailleurs déposent leurs outils de travail, des sacs de riz et d’autres aliments, de l’argent, des vêtements et d’autres biens.

Dans une vidéo de l’attaque de ce jour-là, alors que des dizaines de coups de feu étaient entendus, la personne qui enregistrait haranguait la police au cri raciste de « sortez ces satanées brunes de là ».

Mais l’attaque ne s’est pas limitée aux travailleurs de la construction. Entre 6 et 10 heures du matin, les agents de la répression ont attaqué les habitants de Ciudad Juan Bosch, détenant arbitrairement autant de Noirs qu’ils le pouvaient. De nombreux travailleurs et résidents détenus ont montré les documents de presse prouvant leur résidence légale. Certains ont été détenus arbitrairement à bord d’unités de l’OMSA. D’autres dans des raids illégaux sur leurs appartements, dans lesquels des agents ont profité pour piller des biens et de l’argent. Selon les témoignages des habitants de Ciudad Juan Bosch, l’un des résidents a été extorqué de 15 000 pesos pour le libérer, bien qu’il ait ses papiers en ordre.

Arrestation de migrants haïtiens par la Direction nationale des migrations à Ciudad Juan Bosch

Beaucoup de plaintes sont faites par des résidents dominicains qui reconnaissent qu’il y a une coexistence saine avec les résidents haïtiens, de sorte qu’ils rejettent les actions brutales du gouvernement. Même la presse privée recueille des témoignages sur l’absence de conflit entre les résidents de différentes nationalités à Ciudad Juan Bosch.

Le gouvernement affirme qu’il y a eu 385 arrestations ce jour-là à Ciudad Juan Bosch, bien que les travailleurs et les résidents estiment un chiffre ne dépassant pas une centaine. Dans sa déclaration du 19 mai, la DGM a annoncé qu’elle intensifierait les attaques contre la communauté immigrée, menaçant de faire face « dans tous les domaines au vandalisme des étrangers », en utilisant sa rhétorique de droite typique.

Le 24 mai, une nouvelle opération illégale de la DGM, de la police et de l’armée a été menée. Lorsque le militant des droits humains Roudy Joseph s’est rendu sur les lieux pour filmer les violations des droits humains, il a été détenu arbitrairement, bien qu’il ait montré des documents attestant sa résidence légale dans le pays. Les agents répressifs ont supprimé les photos et les vidéos qu’il avait capturées avec son téléphone portable, afin d’éliminer les preuves de ses crimes.

Un gouvernement qui viole les droits humains, les lois dominicaines et les traités internationaux

Au cours du premier trimestre de l’année, le gouvernement a procédé à plus de 23 000 expulsions vers Haïti, dont des centaines de femmes enceintes et de nourrissons, en violation de la loi actuelle sur l’immigration, 285-04. Les déportations massives sont considérées comme des violations des droits humains, c’est pourquoi le gouvernement dominicain nie leur exécution devant les organismes internationaux. Par exemple, l’ambassadeur dominicain auprès de l’OEA a comparu devant la Commission interaméricaine des droits de l’homme le 17 mars de cette année et a assuré que « des arrestations aveugles ou des déportations massives » ne sont pas effectuées dans le pays. Mais le propre gouvernement d’Abinader refuse ses représentants à l’étranger. Le gouvernement a rendu publiques ses actions à Ciudad Juan Bosch, dans le but de détourner l’attention du public de la crise économique et sociale, qui s’est traduite au cours du mois de mai par des pannes d’électricité massives et durables, ainsi que par une augmentation exaspérante des prix des denrées alimentaires.

Le militant des droits humains Roudy Joseph

Le gouvernement ne fait aucun effort pour cacher le caractère raciste de sa politique d’immigration. Le directeur de la DGM a admis l’année dernière qu’il y a discrimination et que le traitement accordé à l’immigration haïtienne est totalement différent de celui donné à l’immigration vénézuélienne ou colombienne. Selon les chiffres du gouvernement, plus de 248 000 expulsions d’Haïtiens ont été effectuées entre 2017 et 2021, et seulement 309 vénézuéliens, la deuxième plus grande communauté d’immigrants du pays, avec plus de 115 000 immigrants. De même, il existe un plan de régularisation spécial pour les immigrants du Venezuela, tandis que la régularisation pour les immigrants haïtiens est gelée.

De nombreux cas de Dominicains attaqués par des agents de la DGM pour être noirs et confondus avec des Haïtiens ont été documentés.

Le gouvernement et les médias de droite incitent les néo-nazis et les trujillistes

La répression et le discours xénophobe et raciste officiel ont alimenté la propagation du discours de haine par l’extrême droite. Dans le cadre des opérations illégales de la DGM, certains médias privés ont diffusé des messages racistes et conspirateurs liés à la « théorie du remplacement » qui a motivé plusieurs attaques terroristes par des suprémacistes blancs aux États-Unis et dans d’autres pays. Selon ces fausses théories, un plan visant à remplacer la population autochtone par des immigrants et à fusionner les deux États qui partagent l’île serait en cours. Dans le cas de Noticias SIN, ce média est allé plus loin en diffusant ouvertement de la propagande fasciste, comme l’appel du militant dominicain-américain Manny Solano à expulser dans les 48 heures tous les travailleurs haïtiens de Ciudad Juan Bosch, se présentant faussement comme un représentant des habitants de la région.

CDN a également publié un article dans lequel la prétendue « invasion » est affirmée comme un fait, une fausse théorie qui fait référence à « l’invasion pacifique » que la dictature de Trujillo a exercée lors de l’exécution du massacre de 1937 : « Le mal de l’invasion des citoyens haïtiens dans la ville de Juan Bosch vient de ses débuts dans le premier mandat de quatre ans de l’ancien président Danilo Medina. » L’article porte la signature de David Ruíz Pérez.

Dans le cas de Listín Diario, son éditorial du 19 mai assimile non seulement les travailleurs de la construction haïtiens aux gangs armés du pays voisin, répétant la définition lancée par le directeur de la DGM, mais utilise ouvertement les codes néo-nazis et trujillistes lorsqu’ils parlent des « dangers qui se cachent dans un pays systématiquement infiltré et occupé par des étrangers sans identité ».

Dans ce contexte, il n’est pas surprenant que de petits groupes fascistes aient appelé à envahir des appartements, à enlever des immigrants et à d’autres actions terroristes. Face à l’échec de l’appel du 22 mai, mené par le groupe de Manny Solano se faisant appeler « Mouvement nous n’avons pas peur », auquel n’ont assisté que 15 personnes, les fascistes ont demandé à être escortés par un nombre similaire de membres du PN. Avec le soutien de la police, ils ont harcelé et menacé de tuer plusieurs habitants de Ciudad Juan Bosch, dont deux Afro-Américains, qu’ils croyaient haïtiens en raison de la couleur de leur peau.

Le groupe paramilitaire Antigua Orden Dominicana (AOD), également d’orientation néo-nazie et Trujillo, a également appelé à une attaque le 29 contre Ciudad Juan Bosch. Le 25 mai, ils ont publié des photos d’une réunion de fascistes de diverses organisations avec le directeur de la DGM, en octobre 2020, assurant qu’une nouvelle réunion avait eu lieu pour demander la participation aux opérations anti-haïtiennes actuelles. Il n’est pas clair s’il existe des accords entre la DGM et l’APD ou leur portée, mais la tenue de ces réunions ratifie l’existence de Trujillo et des secteurs d’extrême droite au sein du gouvernement PRM, qui non seulement soutiennent la politique raciste brutale d’Abinader, mais aspirent à l’approfondir encore plus, en coordonnant les efforts avec les groupes paramilitaires.

Les organisations populaires et de gauche rejettent le racisme officiel

A cette offensive du gouvernement et des organisations néo-fascistes, des organisations populaires et de gauche ont répondu. Le coordinateur populaire national a tenu le président Abinader responsable, dans un communiqué publié le 23 mai, de « tout incident violent motivé par la haine raciste que ces groupes d’extrême droite pourraient commettre dans les prochaines semaines à Ciudad Juan Bosch contre des immigrants ou des Dominicains de teint noir ». « Le peuple dominicain dans sa grande majorité n’est pas raciste ou fasciste, il veut vivre sans pannes d’électricité, sans inflation, sans coût de la vie élevé, sans méga-exploitation minière, et dans la paix et l’harmonie avec les communautés d’immigrants de différentes nationalités. Nous ne permettrons pas que la xénophobie et le racisme soient utilisés pour désigner des boucs émissaires et nous distraire de la grave crise économique et sociale que nous traversons », conclut son communiqué.

Manifestation du Mouvement socialiste des travailleurs de la République dominicaine

Pour leur part, 24 organisations sociales, antiracistes et de gauche ont publié une déclaration dans laquelle elles affirment que « (les) crimes actuels du gouvernement contre la communauté immigrée ne seront pas en mesure de couvrir, comme Abinader le veut, les autres graves problèmes économiques et sociaux subis par le peuple dominicain. En tant que pays comptant plus de deux millions d’habitants vivant à l’étranger, nous connaissons de première main la discrimination fondée sur la nationalité et la race à l’égard des migrants. Et en tant que peuple à majorité afro-descendante, nous sommes plus nombreux à parier sur une République dominicaine où nous pouvons vivre sans discrimination ni haine pour nos traits ou la couleur de notre peau.

Mouvement socialiste des travailleurs de la République dominicaine
28 mai 2022

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here