Pourquoi les États-Unis favorisent-ils maintenant l’accélération de la formation d’une force pour intervenir en Haïti ?

« Cette fois, cet épisode ou ce chapitre de la guerre mondiale en Haïti est sous le commandement de l'une des factions néo-fascistes qui contrôle la direction du Parti démocrate, sous l'influence décisive des élites mondialistes »

1
1429
Arrêtez la guerre américaine contre le peuple pauvre d'Haïti

Anthony Blinker, secrétaire d’État américain, a déclaré qu’il était nécessaire d’envoyer une “force multinationale” en Haïti, précisément un jour avant la session du Conseil de sécurité de l’ONU et à la suite du récent sommet des pays des Caraïbes (CARICOM). .

Lors de cette réunion des 15 États de la sous-région des Caraïbes, le Secrétaire général, Antonio Guterrez, a également appelé à accélérer la nouvelle agression contre le peuple haïtien.

Cela s’est produit juste au moment où Luis Abinader, président de la République dominicaine, récrimine la passivité de la soi-disant « Communauté internationale » supervisée par les États-Unis et les puissances alliées ; les exhortant à “passer des paroles aux actes” et à intervenir militairement dans les plus brefs délais.

Le tout très bien orchestré et froidement calculé pour avoir un impact sur la session immédiatement après le Conseil de sécurité de l’ONU, au cours de laquelle le chancelier Roberto Álvarez, agent de la Maison Blanche, et chancelier du gouvernement d’Ariel Henry, continuité des administrations mafieuses imposées par Washington à cette nation voisine, se sont imposés comme de grands champions de la conformation d’une force militaire multinationale « robuste » qui vient renforcer la Police nationale haïtienne corrompue.

Savon de Chine et de Russie dans le Sancocho

La note différente de cette session du Conseil de sécurité de l’ONU est venue de la Russie et de la Chine, dans une attitude de défense significative de l’autodétermination de ce pays des Caraïbes maltraité, attaqué et pillé, toujours sous le joug de l’impérialisme occidental et le contrôle militaire du Pentagone. Savon formidable dans le gringo sancocho!

Pourquoi l’ont-ils fait? Ce sont de grandes puissances souveraines émergentes sous le feu des États-Unis et de l’OTAN ; L’OTAN est devenue un instrument politico-militaire des élites capitalistes mondiales, européennes et nord-américaines.

Le véritable objectif est de réprimer la rébellion d’un peuple mobilisé qui réclame la destitution d’Ariel Henry

La Chine et la Russie se sont déclarées en faveur d’un monde multipolaire et sont les deux piliers de l’ensemble qui constitue le puissant pôle mondial connu sous le nom de BRICS; et sa réaction contre l’initiative impérialiste de créer une force multinationale pour contrôler le processus en Haïti est un soutien précieux pour le peuple haïtien dans sa lutte pour retrouver son autodétermination.

Un mensonge après l’autre

Dans de telles circonstances, parler de force multinationale, c’est revêtir une fois de plus d’un habillage trompeur une nouvelle intervention américaine, car on sait que dans ces cas, les États-Unis déploient l’essentiel des troupes et des armes, en même temps qu’ils sont supposés être le vrai commandement de l’invasion. Les autres pays composent le chœur et contribuent des unités plus petites avec moins de puissance.

Aussi la « Communauté Internationale » est un déguisement pour faire croire que les USA et ses alliés sont le monde qui va « aider » Haïti.

Le prétexte utilisé est l’attaque contre les gangs meurtriers, que la CIA et le MOSAD ont créés avec la participation des paramilitaires et de l’État colombien et avec la collaboration des services de renseignement dominicains. Ses armes modernes sont constamment approvisionnées depuis la Floride-USA.

Le véritable objectif est de réprimer la rébellion d’un peuple mobilisé qui réclame la destitution d’Ariel Henry, une transition souveraine vers la démocratie, la justice sociale et un processus constituant.

Le tournant américain a deux raisons fondamentales.

Nous sommes donc devant un revirement américain en faveur de l’envoi de troupes, décision contenue tant que le chaos n’échappait pas à leur contrôle et que la CARICOM s’opposait à l’invasion.

Cette situation a changé : le peuple haïtien a décidé de s’organiser et de s’armer de machettes, de bâtons, de pierres et de feu, pour se faire lui-même justice contre ces gangs criminels et a réussi à vaincre certains gangs, réduisant progressivement leur implantation territoriale sur le territoire haïtien.

Ceci, à son tour, a amené une partie de la police à rejoindre la résistance populaire. Et les États-Unis en sont terrifiés et semblent avoir évalué que la situation échappe à leur contrôle, ce qui affecte sans aucun doute sa stratégie de domination sur cette frontière impériale et ses plans d’agression contre Cuba, le Venezuela, le Nicaragua, ainsi que son contrôle de fer de la République dominicaine et de toute l’île.

Des manifestants devant la Maison Blanche protestant contre l’ingérence américaine en Haïti. © Getty Images / Shannon Finney

Incidemment, l’empire a réussi à briser la résistance de la CARICOM, ce qui lui facilite l’invasion; et pour ces deux raisons – et pour rien d’autre – qu’il a décidé de ne plus retarder son intervention militaire en Haïti.

D’un autre côté du sujet, il convient de noter qu’Abinader -en concurrence avec d’autres factions racistes anti-haïtiennes- applaudit la décision de Biden avec les mains et les pieds ; sans s’apercevoir de ce qui pouvait arriver aux contrôleurs et associés au cours de cette sinistre aventure, avec l’apparition d’un massacre et de terribles impacts dans toute l’île.

Une autre agression néofasciste est en cours

Sur le plan politique, la Maison Blanche –aspergée et stimulée de poudre de cocaïne- finance et organise des mobilisations de la faction de la diaspora haïtienne sous sa tutelle, dans le cadre d’une croisade mondiale pro-invasion d’Haïti, en soutien à Biden et en faveur de la “paix” des cimetières.

Ainsi, un autre chapitre de la guerre mondiale infinie est en cours, produit de la décadence agressive des États-Unis et des déficiences actuelles de l’impérialisme occidental.

la crise n’est pas exclusive à Haïti, mais elle n’est plutôt qu’une infime expression d’une crise globale…

Cette fois, cet épisode ou ce chapitre de la Guerre mondiale est sous le commandement d’une des factions néo-fascistes qui contrôle la direction du Parti démocrate, sous l’influence déterminante des élites mondialistes du grand capital transnational occidental, connectées au micro -électronique, informatique, mines, énergie, pharmaceutique, automobile, aéronautique et armement

Cette faction vise au-delà des frontières américaines… vers un gouvernement mondial profond, vers le contrôle des zones géostratégiques et la possession forcée de ressources vitales pour s’affirmer sur la planète, y compris les sources d’eau et la biodiversité.

Ceci est lié à notre île et à ses deux républiques, où l’or, le nickel, le cobalt, le titane, le lithium, l’uranium et les terres rares sont fortement présents.

Ce n’est pas en dehors de cette nouvelle conspiration interventionniste, précédée par les incursions du Commandement Sud, ses Opérations Nouvel Horizon, son contrôle militaire de la frontière dominicaine-haïtienne, concernant la construction du Mur ou de la Clôture frontalière avec la technologie israélienne.

Il est lié à la concession d’exploration de titane au nord de la frontière, au PORT DE MANZANILLO en cours de conversion en base civico-militaire et à un projet énergétique sous la responsabilité de l’USAID et du SOUTHERN COMMAND. Et il converge avec l’accord de mauvais augure entre l’État dominicain et l’armée américaine, pour que cette dernière explore les gisements de terres rares à Pedernales et dans toute la bande entre la République dominicaine et Haïti.

L’empreinte néo-fasciste de la direction démocrate gravite plus fortement vers l’extérieur, présentant plus de limitations en interne, compte tenu de la base sociale de la population noire et latino du PD américain.

Le néo-fascisme trumpiste règne au sein du Parti républicain, intense à l’intérieur comme à l’extérieur. Le choc des deux factions déchire cette société décadente.

Des choses similaires se produisent dans les puissances européennes secouées par les avalanches migratoires générées par leurs colonies brutales et les grandes flambées de racisme et de néo-fascisme intégral.

Bref, la crise n’est pas exclusive à Haïti, mais elle n’est plutôt qu’une infime expression d’une crise globale imposée à l’humanité par la longue décadence de plusieurs centaines d’années de l’impérialisme occidental, sur tous les continents et dans toutes les sphères de la vie en société.

Aporrea
13 Juillet 2023

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here