« Plan américain » 2.0

Le Global Fragility Act se déploie

4
1628
Le Global Fragility Act pourrait revêtir le costume humanitaire de l'USAID, mais il s'agit fondamentalement d'un déploiement militaire.

(English)

À la fin des années 1980, après la chute de Jean-Claude « Baby Doc » Duvalier le 7 février 1986, Washington a commencé à mettre en œuvre sérieusement son « ajustement structurel » néolibéral d’Haïti. Les politiques d’ « ajustement structurel » ne sont qu’un euphémisme d’un économiste pour désigner des coupes d’austérité écrasantes, consistant à licencier des milliers de travailleurs de l’État, à vendre et à fermer des entreprises d’État, à réduire considérablement les tarifs et à réduire les programmes sociaux.

Le journaliste Michael Massing a habilement décrit les ravages que l’Agence américaine pour le développement international (USAID ou simplement AID) a apportés à Haïti à la fin de 1987 dans la New York Review of Books.

En tant que plus grand donateur d’Haïti, l’agence avait un énorme effet de levier auprès du gouvernement haïtien, et elle a maintenant utilisé son influence pour faire pression pour une refonte en profondeur de l’économie haïtienne…. Son principal allié était le nouveau ministre des Finances [haïtien], Leslie Delatour. Ce dernier était « le rêve d’une mission de l’AID », comme l’a dit un officier de l’AID. Il avait obtenu des diplômes de Johns Hopkins et de l’Université de Chicago, puis était allé travailler pour la Banque mondiale… Delatour a adopté un budget d’austérité et, dans ce cadre, il a réduit les dépenses publiques… [Il] a réduit les tarifs douaniers et éliminé les quotas d’importation, permettant ainsi un flux de marchandises bon marché…

Arrivé en Haïti à la mi-août [1987], j’ai trouvé un pays qui échappait rapidement à tout contrôle… Quant à l’économie, les politiques de Delatour et de l’AID avaient produit un désarroi total… [Un] flot d’importations bon marché avait un effet dévastateur sur les producteurs locaux, qui ne pouvaient tout simplement pas être compétitifs… La situation de l’emploi, elle aussi, était lamentable… Non seulement peu d’emplois ont été créés, mais la fermeture des entreprises publiques a chassé des centaines de personnes travail…

De nombreux Haïtiens ont blâmé les États-Unis. Le pays était en proie à des discussions sur un « plan américain » inquiétant conçu pour maintenir le pays en arrière et dépendant. Selon la sagesse commune, le plan visait à maintenir les salaires haïtiens bas afin de rendre le pays attractif pour le capital américain. Pour un étranger, il semblait que certains documents secrets américains étaient tombés entre de mauvaises mains. En fait, le « plan américain » était un terme politique pratique pour désigner les déclarations annuelles par pays que l’AID rédige régulièrement pour les pays du monde entier. Les déclarations [de l’AID] avaient attiré l’attention d’Haïti Progrès, un journal de gauche animé publié à Brooklyn. Ses articles sur l’AID ont ensuite été repris par les puissantes stations de radio d’Haïti, la principale source d’information pour les Haïtiens analphabètes. En conséquence, même les habitants les plus pauvres de Port-au-Prince pouvaient parler en connaissance de cause du « plan américain ». Au printemps 1987, l’AID était devenue si lasse d’être attaquée qu’elle a payé 40 000 $ à un consultant américain pour découvrir pourquoi elle était si détestée.

Lorsque les Haïtiens ont résisté à l’austérité néolibérale en élisant deux fois le président Jean-Bertrand Aristide en 1990 et 2000, ils ont été punis par deux coups d’État soutenus par les États-Unis en 1991 et 2004, suivis d’occupations militaires de l’ONU.

Aujourd’hui, près de quatre décennies plus tard, les politiques néolibérales, avec leurs coups d’État et leurs invasions concomitants, ont dévasté Haïti, la laissant chaotique, en proie à la criminalité et sans gouvernement élu. Et devinez qui est venu sauver Haïti des dégâts qu’il a causés ? Washington, encore.

Le Global Fragility Act ou simplement GFA a été adopté par le Congrès et promulgué par le président Trump le 20 décembre 2019.

Cette fois, les États-Unis utilisent ce qu’on pourrait appeler le “plan américain” 2.0. Il s’agit essentiellement d’une nouvelle alliance du “savoir-faire” de l’USAID avec le muscle du Pentagone. Le nouveau «plan américain» s’appelle le Global Fragility Act ou simplement GFA.

Haïti Progrès tirait la sonnette d’alarme sur le premier « Plan américain », Haïti Liberté elle-même, attirait l’attention sur le GFA l’été dernier. Bien que le GFA ait été adopté avec un soutien bipartite sous Trump en 2019,  il est resté sous le radar… jusqu’à maintenant

La semaine dernière, l’administration Biden a pour la première fois claironné ses plans, établis en 2021, pour faire d’Haïti le “cas pilote” du GFA.

Dévoilant «La Stratégie américaine pour prévenir les conflits et promouvoir la stabilité du plan stratégique décennal pour Haïti» le 24 mars, Washington a déclaré qu’il avait choisi Haïti pour «sa pertinence stratégique et sa proximité avec les États-Unis et la nécessité d’un long- approche à long terme pour s’attaquer aux moteurs de l’instabilité dans le pays». Pour remplir cette mission, les États-Unis prévoient «d’intégrer la diplomatie américaine, le développement et l’engagement du secteur de la sécurité en Haïti». En d’autres termes, le Département d’État, sa branche humanitaire, l’USAID et le Pentagone travailleront tous en étroite coordination.

Le lendemain, le secrétaire d’État américain Anthony Blinken a poursuivi par un communiqué de presse pour souligner que le nouveau plan américain consistait à « reconnaître que les défis les plus urgents de notre époque ne se limitent pas aux frontières nationales » et que les États-Unis cherchent à «  s’attaquer aux causes sous-jacentes de la violence et de l’instabilité avant que les conflits n’éclatent ou ne s’aggravent. »

Le secrétaire d’État américain Anthony Blinken

Cela signifie que le nouveau complexe DOS/USAID/DOD prendra effectivement le contrôle d’Haïti, si Washington obtient ce qu’il veut, transformant ainsi le pays d’une néo-colonie en une colonie de style portoricain, au sens large. Néanmoins, ils essaieraient de garder une façade haïtienne.

«  Les efforts du gouvernement des Etats-Unis engageront et tireront parti des partenaires de la société civile haïtienne et de la Police nationale haïtienne (PNH)… pour renforcer la sécurité des citoyens et l’état de droit… [avec un] accent sur les principaux quartiers à forte criminalité et à forte violence, » [notre emphase] la déclaration du 24 mars indique. Traduction : Washington déploiera des troupes pour combattre et mater les comités de quartier armés cherchant un changement social radical, comme les groupes de la fédération « Forces révolutionnaires de la famille G9 et alliés », tout en mettant en avant des civils et des flics haïtiens pour le spectacle.

Dans le cadre du déploiement de ce mois-ci, l’Alliance for Peacebuilding, une ONG basée à Washington qui a été l’un des principaux partisans du GFA, a publié un document intitulé « Comment le Congrès peut briser les obstacles à la mise en œuvre du GFA ». Le document affirme que « le Congrès doit également s’attaquer aux obstacles juridiques existants pour accélérer la mise en œuvre et prendre des mesures pour fournir des flux de financement intégrés, non affectés et adaptatifs, un soutien pour faire face aux pénuries de personnel et une exemption de l’interdiction de « soutien matériel » pour les organisations de consolidation de la paix. » opérant en Haïti et dans d’autres pays cibles du GFA.

En bref, l’ONG propose de donner à l’appareil humanitaire/militaire du GFA une liberté totale et aucun contrôle sur ses opérations. Comme le dit leur article : « Les vastes restrictions juridiques qui créent une responsabilité pénale et civile pour avoir fourni un soutien matériel aux organisations terroristes étrangères (FTO) limitent l’efficacité des programmes conçus pour empêcher les gens de s’engager dans des conflits violents et l’extrémisme ».

Le manuel du Pentagone précédemment classifié intitulé “Defense Support to Stabilization (DSS): a Guide for Stabilization Practitioners” contient également des formulations révélatrices sur la manière dont l’armée américaine s’engagera avec ses adversaires dans les pays ciblés par la GFA. Il contient des extraits tirés de la directive de décembre 2018 du ministère de la Défense, tels que « La stabilisation est une entreprise intrinsèquement politique impliquant un processus civilo-militaire intégré pour créer des conditions dans lesquelles les autorités et les systèmes localement légitimes gèrent pacifiquement les conflits et empêchent une résurgence de la violence ».

Le DSS vise à “synchroniser les missions” pour “renforcer l’USG [U.S. gouvernement] les efforts de stabilisation et promouvoir la stabilité… dans les zones touchées par le conflit en dehors des États-Unis.

L’objectif est d’arrêter “l’extrémisme violent, … le terrorisme transnational, … les réfugiés et les personnes déplacées à l’intérieur du pays, … et les atrocités de masse … avant qu’elles n’affectent la sécurité des États-Unis et de ses alliés et partenaires”.

Aujourd’hui, Washington veut utiliser l’aide humanitaire comme couverture pour déployer des troupes en Haïti pour la prochaine décennie.

“La stabilisation est nécessaire pour traduire le succès au combat en gains stratégiques durables” et “un complément nécessaire à la puissance de combat interarmées aux niveaux tactique, opérationnel et stratégique”. En outre, les troupes américaines mèneront une « gamme d’opérations militaires afin de contrer la subversion » et de « consolider les gains militaires pour obtenir un succès stratégique » en utilisant des équipes « à petite empreinte, axées sur les partenaires » avec des « partenaires autochtones et autres partenaires externes », c’est-à-dire les États-Unis. Forces spéciales travaillant avec l’armée et la police haïtiennes. En bref, le Pentagone vise « à identifier, former, équiper, conseiller, assister ou accompagner les forces de sécurité étrangères menant des actions de stabilisation indépendamment ou en conjonction avec d’autres efforts du gouvernement américain ».

Le DSS complète également la Stratégie de défense nationale (NDS) de Washington pour 2022, qui “énonce comment l’armée américaine répondra aux menaces croissantes contre les intérêts vitaux de la sécurité nationale des États-Unis” et “agira de toute urgence pour maintenir et renforcer la dissuasion américaine, avec la République populaire de Chine (RPC) comme défi de rythme [du Pentagone]. La stratégie identifie quatre priorités de défense de haut niveau que le Ministère doit poursuivre pour renforcer la dissuasion : (1) Défendre la patrie. (2) Décourager les attaques stratégiques contre les États-Unis, leurs alliés et leurs partenaires. (3) Dissuader l’agression, tout en étant prêt à l’emporter dans le conflit si nécessaire. (4) Construire une force interarmées et un écosystème de défense résilients.

Le Pentagone prévoit de le faire en “travaillant de manière transparente dans les domaines de la guerre, les théâtres, le spectre des conflits, d’autres instruments de la puissance nationale américaine et notre réseau inégalé d’alliances et de partenariats. La dissuasion intégrée est rendue possible par des forces crédibles au combat, soutenues par une dissuasion nucléaire sûre, sécurisée et efficace. En d’autres termes, si la GFA échoue, la prochaine étape est la guerre nucléaire.

En bref, les documents politiques non classifiés de Washington révèlent que le GFA pourrait être vêtu de l’habit humanitaire de l’USAID, mais est fondamentalement une réponse militaire à la Chine, le principal challenger de l’hégémonie mondiale des États-Unis. Il cherche à faire d’Haïti un « partenaire » dans un front pour « obtenir un avantage contre l’ensemble des concurrents » grâce à « des initiatives militaires logiquement liées ».

Néanmoins, Anthony Blinken le présente en termes plus fleuris : « [C]es plans décennaux [s’attaqueront] collectivement aux facteurs de conflit et de violence et […] soutiendront nos pays partenaires dans la poursuite de la paix et de la prospérité ».

4 COMMENTS

  1. Thank you for this well-structured and insightful post. It’s evident that you have a thorough understanding of the topic, and your explanations are clear and concise. Keep up the great work!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here