Note de Presse du Collectif Défenseurs Plus

0
1038
Jovenel Moise lors des funérailles collectives des victimes de l’accident de Mapou

Le Collectif Défenseurs Plus condamne les accidents criminels sur la route nationale # 1 et dénonce le comportement passif de l’État Haïtien.

L’organisme de promotion et de défense des Droits Humains, Défenseurs Plus  a appris avec indignation et amertume la perte en vie humaine,  plus d’une trentaine d’Haïtiens et Haïtiennes et des dizaines gravement blessés suite à un accident criminel de circulation sur la route nationale no 1, dans la zone de Dolan/Au poteau, localité située au nord de la ville des Gonaïves, le dimanche 12 mars 2017.

Le Collectif Défenseurs Plus partage les douleurs et les souffrances occasionnées par cet accident criminel et présente ses sincères sympathies aux parents des victimes dudit accident. Toutefois, Il estime que, ces pertes incalculables de nos frères et sœurs, citoyens et citoyennes à chaque accident, restent et demeurent le résultat du comportement laxiste et irresponsable de nos dirigeants à tous  les niveaux de l’État qui malheureusement, tardent à prendre des mesures adéquates via une politique préventive dans la mise en place de l’ application des règlements stricts visant à protéger le citoyen, à son insu. Défenseurs Plus plaide pour une règlementation de la circulation routière en Haïti, en respectant les droits humains et le respect des normes internationales dans la construction des routes.

La modernité dans la construction des nouvelles routes adéquates tout en respectant les normes internationales en vue de garantir la protection des vies et des biens des citoyens est un impératif en plein XXI ième  siècle requérant que l’État  Haïtien prenne ses responsabilités en assurant une accessibilité routière de qualité à la population et en s’assurant que les conducteurs soient des personnes formées dans le domaine et qui conduisent avec le bon sens. Ce, en vue de limiter le nombre des décès liés aux accidents routiers.

Le Collectif Défenseurs Plus estime aussi que l’absence quasi-totale de l’État dans la gestion de la circulation en Haïti est la source principale de ces pertes énormes à des fréquences régulières: aussi, l’organisation constate d’une part une certaine légèreté vis-à-vis de ces responsables de ce  service en Haïti qui ne font pas un contrôle régulier des automobiles circulant dans le pays, plus précisément ceux qui assurent le service des transports en commun; sans compter l’inefficacité du système d’assurance contre tiers en Haïti. Même très usagés certains  de ces véhicules circulent aux yeux de tous sans aucune intervention de la part des agents de police routiers sur les routes. Et d’autre part: l’inaccessibilité des trottoirs qui sont encombrés de petits (es) détaillants (es), les constructions anarchiques de certaines maisons près des routes, l’irrespect des chauffeurs pour le code de la route . Les véhicules sont des tombeaux ouverts et il n’y a aucun point de contrôle à proprement parler. Outre,  cette légèreté, les supposés agents de la circulation n’existent que de noms dans certaines zones du pays.  Tout ceci constitue les facteurs qui favorisent des accidents routiers sur la route. Il faut signaler aussi les comportements des chauffeurs ou conducteurs qui ne respectent pas la vie humaine sur nos routes nationales.

Défenseurs Plus exhorte les responsables de la circulation, la direction de l’Office d’ Assurance Véhicules Contre Tiers ( OAVCT) et les dirigeants au plus haut sommet de l’État de cesser de fermer les yeux sur ces multiples dangers que représentent le manque de contrôle de la circulation, le manque de formation des conducteurs, une véritable épée de Damoclès. Et veut également signaler aux détenteurs du pouvoir que le droit à la vie de la personne humaine est imprescriptible et inaliénable. Les citoyens/ citoyennes ont le droit de circuler librement, c’est un acquis constitutionnel mais il   revient aux autorités étatiques  de garantir leur protection en tout temps et en tout lieu.

L’organisme de promotion et de défense des Droits Humains, Défenseurs Plus  tient à rappeler aux dirigeants, l’inaction et la négligence, sont des infractions punies par les Lois Haïtiennes. Le fait que les responsables ont failli à leur mission et par ricochet, occasionne des pertes de vies, les parents des victimes sont en droit de réclamer dommages-intérêts  et réparations. Il n’est pas sans savoir que, nul ne peut profiter de ses propres erreurs.

En ce sens, Défenseurs Plus encourage les parents et les proches des victimes à porter plainte contre l’État Haïtien afin qu’ils puissent trouver dédommagement et réparation conformément aux principes de la responsabilité civile.

Fait à Port-au-Prince, le 17 mars 2017

Antonal MORTIMÉ

Co-Directeur

Tel : (509) 3715-7299

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY