Déclaration de Kim Ives du journal Haïti Liberté au Conseil de sécurité de l’ONU

Non à toute intervention en Haïti!

1
1054
Les 16 millions d'Haïtiens - 12 millions vivant en Haïti et quelque quatre millions vivant à l'étranger - sont manifestement et presque universellement opposés à toute autre intervention militaire en Haïti
(English)
Les 15 membres du Conseil de sécurité des Nations-Unies se réuniront le mercredi 21 décembre 2022 pour finalement décider, si les Nations-Unies suivront les quatre volontés des Etats-Unis d’Amérique dans leur ultime obsession d’envoyer des troupes militaires pour une autre occupation d’Haïti sous le prétexte de mettre un terme à la crise humanitaire.
D’ailleurs  le lundi 19 décembre 2022, le Premier Ministre a.i. Ariel Henry alors qu’il recevait en sa résidence officielle, les salutations de fin d’année et du Nouvel an 2023 des chefs de mission diplomatique, des représentants d’organisations internationales, du doyen et des membres du corps consulaire eut à déclarer : « […] Je remercie le Secrétaire général de l’ONU pour avoir relayé auprès du Conseil de sécurité notre demande d’assistance d’une force spécialisée pour accompagner notre Police Nationale.
Nous espérons que, dans un avenir proche, cette force multinationale d’appui à la PNH pourra être à pied d’œuvre. Nous apprécions le support de la communauté internationale qui a confirmé son engagement à nous encadrer dans la recherche d’une solution durable à la crise en prenant l’initiative de sanctionner ceux qui soutiennent les gangs armés et se livrent au trafic illicite de toutes sortes ».
Le Conseil de sécurité des Nations-Unies
En vue d’entendre d’autres sons de cloches que ceux des avocats du système en la personne de Mme. Helene La Lime, et dans l’esprit d’initier un débat contradictoire pour mieux cerner cette crise multidimensionnelle avant de prendre une décision, la représentation de la Russie aux Nations-Unies a invité le journal Haïti Liberté à s’adresser le mercredi 21 décembre à 3h PM aux membres du Conseil de sécurité sur la conjoncture haïtienne.
Pour l’édification de nos lecteurs, nous présentons ci-dessous la version française du texte qui sera présenté devant le Conseil de Sécurité de l’ONU.

 

Déclaration de Kim Ives du journal Haïti Liberté au Conseil de sécurité de l’ONU

Je remercie les membres du Conseil de cette opportunité de présenter notre analyse de la situation en Haïti.

Je fais des reportages sur et en Haïti depuis 48 ans, le plus récemment le mois dernier lorsque je me suis rendu là-bas avec mon collègue, le journaliste Dan Cohen, pour enquêter sur l’impasse de la crise du carburant. À l’aide d’un drone, nous avons évalué les barricades, les mouvements de police, le trafic maritime et les marchés à ciel ouvert. Malgré la pénurie de gaz et l’insécurité, nous avons visité des hôpitaux, des cliniques, un camp de personnes déplacées, un parc industriel, des quartiers aisés et des bidonvilles étouffés par les eaux usées.

On m’a demandé de présenter les faits. Mais les faits eux-mêmes ne sont pas neutres. Ils témoignent d’une histoire au cours de laquelle le droit international a été violé et les principes de paix et d’autodétermination, sur lesquels cet organe a été fondé, ont été bafoués.

Ces précédents ont engendré la crise actuelle. Au cours des trois dernières décennies, Haïti a été victime de trois coups d’État : en 1991, 2004 et plus récemment en 2021. Après chacun de ces crimes, qui ont impliqué des acteurs internationaux, le Conseil de sécurité de l’ONU a été invité, car il est demandé aujourd’hui, d’intervenir militairement en Haïti. Le Conseil a accepté de le faire dans les deux premiers cas, cimentant ainsi essentiellement un statu quo injuste et illégal. Les victimes de ces coups d’État – les masses haïtiennes – étaient celles qui étaient contrôlées, réprimées, terrorisées, diabolisées, sexuellement violées, politiquement intimidées et économiquement sanctionnées.

C’est pourquoi les 16 millions d’Haïtiens – 12 millions vivant en Haïti et quelque quatre millions vivant à l’étranger – sont manifestement et presque universellement opposés à toute autre intervention de l’ONU, à l’exception de la bourgeoisie haïtienne. Haïti est le seul pays de l’hémisphère occidental à subir l’occupation militaire de l’ONU, et ce, non pas une fois, mais deux fois.

Quelle est la situation aujourd’hui ? Vous, les membres de ce Conseil, avez reçu des demi-vérités, mais comme le note l’écrivain indien Anurag Shourie, « une demi-vérité est encore plus dangereuse qu’un mensonge » car « une demi-vérité est sûre de vous induire en erreur pendant longtemps. »  On vous a dit qu’Haïti est sous le règne de «gangs» et que le pouvoir de cet organisme mondial est nécessaire pour les punir et les écraser. L’autre moitié de la vérité qui ne vous a pas été dite est que les deux précédentes interventions militaires de l’ONU ont tellement affaibli l’État haïtien (ainsi que les coups d’État) qu’elles ont ouvert le vide pour la croissance d’une telle criminalité.

En conséquence, le peuple haïtien a été laissé à lui-même, formant ce que les Haïtiens appelaient dans les années 1980 des «brigades de vigilance» pour combattre les criminels. Par ce biais, ils ont effectivement créé des quartiers qui ne sont pas infestés de criminels, où les citoyens peuvent vaquer à leurs occupations quotidiennes dans la paix et la sécurité.

Le peuple haïtien dit NON à toute forme d’intervention militaire des Nations-Unies et des Etats-Unis en Haïti

Cependant, aujourd’hui, nous voyons certains analystes, qui rendent compte à ce conseil et publient même leurs comptes rendus dans des réseaux médiatiques faisant autorité, confondre les gangs criminels – qui commettent ouvertement et sans vergogne des enlèvements, des extorsions, des viols et d’autres crimes – avec des comités d’auto-défense contre la criminalité formés de manière autonome. Ces comités de défense autoconstitués sont l’incarnation même de l’autodétermination et de l’action et de la réponse communautaires organiques.

En bref, vous regroupez les “bons” avec les “méchants” dans un même panier appelé “les gangs”.

L’ironie est que ce corps menace maintenant de déraciner cette pousse germée de l’autodéfense haïtienne. En effet, dans sa Résolution 2653 du 21 octobre, cet organe a choisi de sanctionner une et une seule personne, l’accusant de menacer « la paix, la sécurité et la stabilité d’Haïti » et l’accusant, sur la base d’allégations contestées, d’avoir « des actes planifiés, dirigés ou commis qui constituent de graves violations des droits de l’homme ».

L’homme sanctionné n’était pas Joseph Wilson alias « Lanmò Sanjou », le chef du gang des 400 Mawozo, qui a reconnu et enlevé publiquement 17 missionnaires nord-américains et cinq prêtres français et deux religieuses l’année dernière. Ce n’était pas le ravisseur autoproclamé connu sous le nom de “Izo”, chef du Gang des Cinq Seconds du Village de Dieu, qui a tué quatre flics haïtiens et en a blessé sept autres en mars 2021. Ce n’était pas Renel Destina alias “Ti Lapli”, un autre fier ravisseur dont le gang criminel contrôle la région de Grand Ravine et bloque l’autoroute menant à la péninsule sud d’Haïti – 40% du pays – 40% du pays – depuis près de deux ans. Ce n’est pas Kempes Sanon, le chef de gang de Belair, qui a été reconnu coupable et condamné à la prison à vie pour enlèvement mais s’est évadé en février 2021, tuant le directeur civil de la prison de la Croix-des-Bouquets lors de son évasion.

L’homme que cet organe a sanctionné était Jimmy Cherizier, dit “Barbecue”, qui est le porte-parole d’une fédération de quartiers connue sous le nom de “Forces révolutionnaires de la famille G9 et alliés, se frotter avec l’un, c’est se frotter avec tous”, dont le but est d’empêcher les enlèvements, les extorsions, les viols et autres crimes de se produire en leur sein. Cherizier a fait ses débuts en tant qu’un policier honnête combattant des gangs criminels.

De plus, la coalition du G9 de Cherizier a cherché à réduire la violence et a réussi à établir une trêve en juillet 2020 entre ses quartiers et ceux contrôlés par les gangs criminels. Le Bureau intégré des Nations Unies en Haïti ou BINUH a déclaré dans un rapport du 25 septembre 2020 que «les homicides intentionnels signalés à la police ont diminué de 12%» au cours des trois mois de juin à août 2020, une période coïncidant avec le début de la Trêve du G9. La simple observation de ce fait statistique a tellement alarmé l’oligarchie haïtienne qu’elle a commencé à raconter la fiction à travers ses stations de radio, ses experts rémunérés et ses formations politiques à la fois de «gauche» et de «droite» que le BINUH et sa cheffe Helen La Lime avaient fédéré le G9 et le contrôlait. Cette rumeur s’est largement répandue malgré le fait que le rapport, une phrase seulement auparavant, qualifiait le G9 de “notoire”, déclarant que «sa création avait suscité des inquiétudes parmi les acteurs politiques et de la société civile quant à l’impact néfaste que les gangs partisans peuvent avoir sur les institutions de l’État».

Jimmy Cherizier, dit “Barbecue”

Ce cas illustre la rapidité avec laquelle la fiction, par simple répétition, peut être acceptée comme un “fait” dans le discours populaire, conduisant l’ONU à cibler un leader de la lutte contre le crime et de la promotion de la trêve dans les bidonvilles d’Haïti.

Le fait qu’une erreur de cette ampleur puisse se produire montre également à quel point le pouvoir du chapitre 7 de cet organe peut être un instrument facilement égaré, contre-productif et contondant, en particulier lorsque ce conseil reçoit des informations inexactes et biaisées. Les sanctions doivent être étayées par des éléments de preuve et ne doivent pas résulter de machinations politiques.

Par exemple, le 26 septembre 2022, Madame La Lime a informé le Conseil de sécurité que le Premier ministre haïtien Ariel Henry voulait « le dialogue comme moyen de créer les conditions sécuritaires, constitutionnelles et politiques nécessaires pour des élections d’ici la fin de 2023 ».

Elle aurait dû noter qu’Ariel Henry est un chef de gouvernement de facto sans pratiquement aucun soutien populaire ni mandat légal. Le peu de légitimité qu’il aurait pu avoir a expiré le 7 février 2022 avec la fin définitive du mandat de feu Jovenel Moïse. Au cours des 17 mois qu’il a occupé le pouvoir, grâce à sa nomination par les ambassadeurs du CORE group dirigé par La Lime et Washington, Henry n’a fait absolument aucun progrès pour établir un dialogue ou créer les bases d’élections. Au contraire, il a dissous le Conseil Électoral Provisoire en place deux mois après sa prise de pouvoir et ne l’a pas reconstitué. La plupart des observateurs s’accordent à dire que la probabilité d’élections libres et équitables au cours de l’année à venir est pratiquement nulle.

Elle vous a également dit qu’Henry avait décidé « de réduire les subventions régressives sur le carburant qui coûtent à l’État quelque 400 millions de dollars par an, comme moyen d’augmenter les revenus des programmes sociaux ». Au contraire, les subventions aux carburants, qui permettent aux transports publics haïtiens, aux marchés en plein air et à des dizaines de milliers de petits paysans et entreprises de fonctionner, n’étaient pas «régressives». Elles étaient l’une des rares mesures qui ont contribué à alléger le fardeau de la pauvreté écrasante sur les masses haïtiennes. Et il n’y a pas de programmes sociaux en Haïti à proprement parler.

A bas le Binuh ! A bas Mme La Lime ! Cheffe du Bureau intégré des Nations unies en Haïti

Il était donc prévisible que la décision d’Henry, qui, selon le sous-secrétaire d’État américain Brian Nichols, était “des actions que nous voulions voir en Haïti depuis un certain temps”, a précipité, comme l’a rapporté La Lime, “des barrages routiers [qui] ont été mis en place dans tout le pays, générant un verrouillage complet à l’échelle nationale”.

Ironiquement, la réponse proposée à de tels soulèvements est encore une autre intervention militaire étrangère. La dernière mission militaire soutenue de l’ONU en Haïti – la MINUSTAH – a duré 13 ans de 2004 à 2017 pour un coût d’environ 7 milliards de dollars, soit en moyenne environ 538,5 millions de dollars par an. Laissant de côté les principes moraux et politiques, ne serait-il pas plus rentable de soutenir l’État haïtien avec des subventions de carburant pour 400 millions de dollars par an que de déployer des troupes à un coût beaucoup plus élevé ?

On vous a également dit que “l’une des plus grandes alliances de gangs criminels de la capitale a bloqué le principal Terminal de carburant du pays à Port-au-Prince, à Varreux“.

Premièrement, pourquoi Madame La Lime parle-t-elle de “gangs criminels” mais ne qualifie pas Ariel Henry de “criminel” ? Il a été accusé de manière crédible, sur la base d’enregistrements téléphoniques, de nombreuses conversations téléphoniques prolongées avec Joseph Félix Badio, l’homme qui aurait ordonné à des mercenaires colombiens de mitrailler mortellement le président Jovenel Moïse le 7 juillet 2021. Henry a même limogé un Commissaire du gouvernement qui cherchait à l’interroger sur les appels passés avant et quelques heures seulement après le meurtre.

Deuxièmement, l’alliance des soi-disant «gangs criminels» à laquelle La Lime fait référence est le G9, la fédération de lutte contre le crime dirigée par Jimmy Cherizier. Les barricades qu’ils ont érigées devant le Terminal pétrolier de Varreux, qui est l’un des trois dépôts de carburant de la capitale, étaient solidaires du confinement national et des revendications de toute la population.

Troisièmement, avec des barricades établies dans tout le pays, pourquoi s’est-elle concentrée uniquement sur les barricades près du terminal de carburant ? Quelle différence cela fait-il si un camion-citerne peut parcourir cinq blocs au lieu d’un bloc ? Les nombreuses barricades routières et manifestations dans toute la ville auraient réduit les livraisons de carburant à cette époque, mais le principal facteur perturbant la distribution de gaz a été la hausse des prix, qui a plus que doublé le coût du carburant du jour au lendemain.

On vous a dit dans votre briefing que la barricade de Varreux « créait des pénuries à travers le pays et la fermeture d’hôpitaux ». C’est une autre demi-vérité. Plus d’un mois après le briefing de septembre, début novembre, nous avons visité l’Hôpital général, le plus grand d’Haïti, où l’administrateur nous a dit que l’hôpital n’avait jamais fermé, mais qu’il était plus difficile d’obtenir du carburant depuis août, lorsque les approvisionnements se sont raréfiés, du fait que le gouvernement ne paie pas ses factures de gaz, et encore plus difficile après la hausse des prix.

Madame La Lime a conclu son rapport en disant qu’ « une crise économique, une crise des gangs et une crise politique ont convergé vers une catastrophe humanitaire » tout en soulignant « les limites bien réelles de la force [de police] nationale ».

Nous pensons que cela préparait clairement le terrain pour la demande d’Ariel Henry du 9 octobre à ce conseil pour une intervention militaire étrangère, qui est une violation flagrante de l’article 263-1 de la Constitution d’Haïti qui interdit les troupes étrangères sur le sol haïtien.

Les partisans d’une intervention étrangère en Haïti sont bien conscients de l’opposition du peuple haïtien et de sa mauvaise image aux yeux du monde, d’autant plus qu’elle a déjà été tentée sans succès auparavant.

Ainsi, l’ancienne ambassadrice des États-Unis en Haïti, Pamela White, a suggéré ce mois-ci que l’administration Biden déploie “2 000 forces de l’ordre armées” en Haïti, mais “en envoie quelques centaines à la fois, sur six mois, sans fanfare“.

Certains responsables ont également suggéré de déployer de petites unités des forces spéciales pour former la police haïtienne. Comme au Vietnam au début des années 1960, cela risque de devenir simplement la fine pointe du coin.

Fait révélateur, la même Pamela White a recommandé lors de l’audience du Congrès de mars 2021 que le président Moïse soit “mis… de côté” et que Washington adopte ce qu’elle a appelé “l’option du premier ministre“. Cela s’est effectivement produit.

Ces dynamiques de pouvoir sont ce qui est le plus alarmant dans la situation en Haïti aujourd’hui. Des acteurs étrangers décident quels dirigeants les Haïtiens devraient avoir, et un Premier ministre sans mandat légal ou populaire foule aux pieds la Constitution haïtienne. Maintenant, des nations étrangères débattent d’une nouvelle invasion militaire, censée sauver des Haïtiens réticents d’une soi-disant «catastrophe humanitaire».

Nous du journal  Haïti Liberté, nous croyons fermement que la situation en Haïti ne peut être résolue par une intervention étrangère, la force militaire ou même des sanctions. Le peuple haïtien, agissant en pleine souveraineté, doit être autorisé à régler ses propres problèmes, tout comme il l’a fait il y a 219 ans lorsqu’il a fondé la première nation d’Amérique latine. La seule chose que l’ONU ou toute autre entité étrangère pourrait faire est de fournir à Haïti un soutien économique désintéressé pour reconstruire son économie ravagée et ses institutions politiques détruites par trois décennies de coups d’État, d’interventions militaires et d’austérité néolibérale.

Nous appelons ce conseil à respecter les principes consacrés dans sa Charte, en particulier l’article 2, paragraphe 7 qui stipule que « Aucune disposition de la présente Charte n’autorise les Nations Unies à intervenir dans des affaires qui relèvent essentiellement de la compétence nationale d’un État ».

Merci !

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here