Mort de Sante Notarnicola : bandit, révolutionnaire et poète !

0
231

Le camarade Sante Notarnicola (1938-2021) est mort lundi 22 mars 2021 dernier à 82 ans. Portrait d’un bandit, communiste, révolutionnaire et poète italien, ancien membre du gang Cavallero. 

 

 Né en 1938 à Castellaneta dans la province de Tarente, Sante a émigré dans le nord, à Turin, alors qu’il n’avait que 13 ans. « Je suis venu du Sud avec une valise en carton », écrivait-il. Prolétaire immigré du mezzogiorno, il exerce à Turin divers emplois et fréquente les sections du PCI et de la FIGC, mais il s’éloigne rapidement de la politique institutionnelle, davantage attiré par les idées des groupes de la gauche révolutionnaire.

En 1963, il rencontre Pietro Cavallero, et dans le quartier populaire de la banlieue turinoise Barriera di Milano naît le groupe de braqueurs qui entrera dans l’histoire sous le nom de Banda Cavallero. Cavallero, Sante Notarnicola et ses camarades – comme ils l’expliqueront eux-mêmes – n’étaient pas tant motivés par le problème de la faim que par le désir de justice sociale. Leurs points de référence étaient les révolutionnaires, communistes et anarchistes, et les bandits de l’histoire. Avec les braquages, la Banda Cavallero s’attaquait au pouvoir bourgeois et capitaliste. Pour Sante et les autres, c’était une façon de combattre et de saboter un système injuste, de se réapproprier la richesse que ce système volait au prolétariat et aux pauvres, sans se faire exploiter à l’usine, sur le chantier ou d’autres lieux de travail.

Le 3 octobre 1967, Sante Notarnicola et Pietro Cavallero sont arrêtés. Lors de leur dernier braquage, le 25 septembre, Banco di Napoli à Milan, la police avait réussi à intervenir avant qu’ils ne s’échappent. Une poursuite et une fusillade ont suivi, faisant 4 morts. Lors du procès, qui se déroule entre juin et juillet 1968, Sante Notarnicola (ainsi que Pietro Cavallero) est condamné à la prison à vie.

Pour Sante, c’était le début d’une nouvelle bataille. Avec les autres détenus, il a lutté contre les dures conditions carcérales auxquelles ils étaient contraints, réussissant, grâce à plusieurs révoltes, à obtenir une série de droits qui étaient refusés jusqu’alors : parmi ceux-ci, la possibilité d’avoir du papier et un crayon pour écrire ou d’avoir plus d’un livre dans sa cellule. En prison, il a également été actif dans la lutte pour le décret d’amnistie des prisonniers politiques emprisonnés pendant l’automne chaud, puis contre l’introduction de prisons spéciales et le régime carcéral du 41bis. Il a participé à la vague de révoltes qui a marqué l’histoire des prisons italiennes tout au long de la période précédant et suivant la loi Gozzini. En novembre 1976, avec quatre autres détenus, il tente de s’échapper de la prison de Favignana par un tunnel souterrain, mais celui-ci est découvert par les agents pénitentiaires. En 1978, il est le premier sur la liste des 13 noms de détenus à libérer indiquée par les Brigades Rouges en échange de la libération du président de la Démocratie chrétienne Aldo Moro.

En prison, Sante a étudié, écrit des livres comme le célèbre L’evasione impossibile, publié par Feltrinelli en 1972, la Révolte à perpétuité (1977) et des recueils poèmes comme La nostalgia e la memoria (1986).

 En 1995, il obtient une semi-liberté et, pendant la journée, il gère pendant cinq ans le pub Mutenye, à Bologne, où il s’est installé depuis 2000, date à laquelle, à la fin de sa peine, il est enfin libre.

ACTA 25 mars 2021

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY