Manifestation : de Brooklyn au bâtiment de Trump à Wall Street !

0
1076
Le mouvement de 1804 ne s'est pas arrêté à émettre une série de revendications. Il les a descendues dans la rue dans une longue marche depuis le Grand Army Plaza, en passant par Flatbush Avenue, le pont de Brooklyn, le Federal Building de Manhattan, puis Broadway jusqu'au Trump Building au 40 Wall Street. Credit: Kim Ives/Haiti Liberté

Nourris par la colère contre les propos racistes de Trump et son refus de renouveler le statut de Protection Temporaire (TPS) qui permet à 60 000 Haïtiens et 262 000 Salvadoriens, entre autres, de vivre légalement et de travailler aux États-Unis, les membres de la communauté haïtienne de New York et du New Jersey ont formé le “Mouvement 1804 pour tous les immigrants” le 13 janvier au local du journal Haïti-Liberté à Brooklyn.

Le 18 janvier, le département de la Sécurité intérieure a ajouté l’insulte à la blessure quand il a déclaré que les gens d’Haïti, du Belize et du Samoa n’étaient plus éligibles pour demander des visas pour les travaux saisonniers et agricoles.

Le départ de la marche à Grand Army Plaza, Brooklyn

Le Mouvement de 1804 – ouvert à tous ceux qui sont d’accord avec les points d’unité qui  – sont: les excuses publiques de Trump pour ses propos racistes; résidence permanente pour tous les détenteurs actuels de TPS; les réparations pour les crimes américains contre le peuple haïtien; la fin de toutes les formes de profilage racial et de terreur policière; et une fin à l’occupation d’Haïti par les Etats-Unis sous l’ombrelle des nations-unies.

Mais le mouvement de 1804 ne s’est pas arrêté à émettre une série de revendications. Il les a descendues dans la rue six jours plus tard dans une longue marche depuis le Grand Army Plaza de Brooklyn, en passant par Flatbush Avenue, le pont de Brooklyn, le Federal Building de  Manhattan, puis Broadway jusqu’au Trump Building au 40 Wall Street.

Malgré le froid, Ce fut une longue marche militante qui s’est développée le long de l’avenue Flatbush et surtout lorsqu’elle traversa le pont de Brooklyn. Certains chauffeurs de vehicules ont apporté leur soutien à la cause en klaxonnant et applaudissaient, ce qui, avec quelques trompettes et tambours rara, maintenaient les esprits et le rythme.

Les manifestants traversant le pont de Brooklyn (Photo Greg Dunkel)

Les signes étaient vifs, variés et ont saisi l’ambiance de la marche. Les boîtes de collection du Mouvement de 1804 disaient: «Le temps est écoulé, Trump – Pour vos mots et politiques racistes et anti-immigrants!» Une affiche populaire de Workers World avec un portrait de Jean-Jacques Dessalines disait: «Jean-Jacques Dessalines a vaincu tous les Atouts – Réparations pour Haïti !! ” ” Trump doit partir !!! ”

Montant le Brooklyn Bridge.

Arrivée à Manhattan, la foule était beaucoup plus dense qu’elle ne l’était à son départ et animée par la bande-à-pied Dja Rara, elle passa devant le bâtiment fédéral de la place Foley, le bureau de l’Immigration sous haute sécurité, puis marcha à l’édifice Trump au 40, rue Wall.

Sur le Brooklyn Bridge.

Parmi les orateurs du rassemblement, il y avait: le député Charles Barron qui a  marché derrière la bannière depuis la Grand Army Plaza; Albert Saint Jean, militant de BAJI; Imani Henry de l’égalité pour Flatbush et Workers World party; la syndicaliste Marie Paule Florestal, qui a lu la déclaration du Mouvement pour tous les immigrants de 1804; l’activiste haïtiano- américaine Kerbie Joseph du Parti pour le socialisme et la libération (PSL); l’avocate Stéphanie Legros a parlé au nom de la jeunesse haïtienne; Nina Mariella a pris la parole pour le groupe philippin Bayan. La Maitresse de Cérémonie Jocelyn Gay a lu une déclaration envoyée par la romancière Edwidge Danticat. Les artistes haïtiens Ayiti Bluez et Ann Bantu ont chanté l’hymne national haïtien “La Dessalinienne” et l’artiste haïtienne E-Uneek a interprété le rap.

En face du Trump Building au 40 Wall Street.

Une longue marche haïtienne au cours d’une journée de travail et  d’école signifie que les organisateurs étaient  très sérieux dans leurs revendications. C’était une bonne première réponse aux attaques racistes et xénophobes du régime Trump. Une réunion est projetée  pour le vendredi 26 janvier à 7h PM au local d’Haïti Liberté pour l’évaluation de la manif de façon à projeter d’autres perspectives de mobilisations pour le départ de Trump.

Un extrait de la  Déclaration du Mouvement 1804 pour tous les Immigrants

« Le Mouvement 1804  pour tous les immigrants a choisi de manifester à Wall Street parce que nous condamnons la politique de Donald Trump et de Hillary Clinton. Nous condamnons les partis républicain et démocrate. Nous condamnons tout le système politique et économique qui asservit ce pays, mais asservit aussi nos pays, où nos familles et nos compatriotes sont forcés de travailler pour quelques centimes par jour pour les sociétés américaines. Si nous, dans les Caraïbes, en Amérique latine, en Afrique ou en Asie, essayons de fuir notre détresse, de vendre notre intelligence et notre travail ailleurs, nous sommes arrêtés par la garde côtière ou la patrouille frontalière des États-Unis. En bref, nous sommes emprisonnés dans nos propres pays. Mais les États-Unis exigent une liberté totale pour acheter des terres, créer des entreprises et y vendre des produits. Nos nations souveraines sont, en fait, des colonies modernes, des néo-colonies.

L’activiste Maxime Lorismé

Le système qui est basé ici à Wall Street est une machine à sucer géante. Les États-Unis comptent environ 4,4% de la population mondiale. Mais il jouit d’environ 42% de la richesse mondiale! C’est pourquoi tout le monde essaie de venir ici!

Donc, quand Donald Trump dit «Make America Great Again» et «Make America First», ce qu’il veut vraiment dire, c’est: «Nous voulons garder pour nous la richesse que nous aspirons dans le monde entier. Nous sommes les maîtres, vous, les gens du Sud Global, êtes les esclaves. ”

1804 était l’année où les esclaves auto-libérés ont fondé la République d’Haïti, la première nation indépendante d’Amérique latine et la première république noire. C’était la première nation dans l’histoire à abolir l’esclavage, commençant une vague de changement qui a balayé en grande partie l’esclavage de chattel du globe au cours du prochain siècle.

Ainsi, le Mouvement 1804 pour tous les Immigrants vise à mettre fin à l’esclavage moderne, pour mettre fin à un monde de murs: Wall Street, Border Walls, Walmarts.

Nous voulons construire un monde nouveau qui sera plus juste, équitable et durable, où nos nations seront souveraines, nos droits respectés et notre avenir brillant. Comme nos ancêtres révolutionnaires haïtiens disaient en 1804: «Liberté ou la mort!»

Ndlr. Par ailleurs, à Port-au-Prince, ce mardi 22 janvier, il s’est tenu une belle manifestation contre les propos racistes du président Trump. Ce n’était peut-être pas la grande foule, mais le nombre de participants était assez imposant et l’ardeur des sentiments exprimés assez vive pour qualifier cette mobilisation de réussie.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY