Malgré des conditions désastreuses, les États-Unis déportent des Haïtiens

0
185
Arrivée du premier groupe des déportés en Haïti

Un tremblement de terre du 14 août a complètement dévasté le sud-ouest d’Haïti, le grenier du pays. Au moins 2 200 personnes ont été tuées et des dizaines de milliers de maisons détruites, ainsi que des routes, des ponts, des écoles, des églises et des champs de culture. Quelques jours plus tard, la dépression tropicale Grace a laissé tomber 5 à 15 pouces de pluie sur la région en 24 heures.

Crise humanitaire pour les réfugiés haïtiens à la frontière Mexique-Texas.

En raison de l’assassinat en juillet du président haïtien Jovenel Moïse et d’un climat général d’agitation et de violence déstabilisante, il n’y a pas eu de réponse centralisée efficace au tremblement de terre et aux conditions météorologiques dévastatrices.

Cette situation est devenue encore plus difficile lorsque l’actuel Premier ministre par intérim, Ariel Henry, a été accusé de complicité dans l’assassinat.

La situation politique et économique en Haïti est si désastreuse que le 10 septembre, le Département de la sécurité intérieure a été contraint de prolonger le statut de protection temporaire pour les Haïtiens qui résidaient aux États-Unis avant le 21 mai.

Des Haïtiens viennent demander l’asile

Des Haïtiens de toute l’Amérique latine à la recherche d’asile aux États-Unis se sont rassemblés sous le pont international de Del Rio, à 150 miles à l’ouest de San Antonio. Ce campement a débuté en août avec quelques centaines de personnes, familles et adultes seuls.

Au 18 septembre, le rassemblement comptait 14 500 personnes selon une estimation du représentant August Pfluger (R-Texas), qui a donné le chiffre à Yahoo News alors qu’il se trouvait sur les lieux. Pfluger a noté qu’il y avait eu 12 000 personnes présentes le 17 septembre, des centaines arrivant chaque heure.

La Sécurité intérieure a rapidement expulsé 86 Haïtiens de ce rassemblement de milliers de migrants et prévoit d’en expulser davantage sur trois à cinq vols vers Port-au-Prince, la capitale d’Haïti, au cours de la semaine du 19 septembre.

De nombreuses familles haïtiennes à la frontière américaine ont des problèmes de nationalité compliqués. Certains ont travaillé au Brésil ou au Chili pendant des années après avoir fui le tremblement de terre catastrophique de 2010 en Haïti et ses conséquences. Les enfants de ces familles, nés au Brésil ou au Chili, ne sont pas citoyens haïtiens, et Haïti n’est pas obligé de les accepter.

Ce rassemblement d’Haïtiens à la frontière mexicaine est une protestation, une manifestation révélant que les politiques d’immigration de l’administration Biden sont tout aussi racistes et excluantes que celles de Trump. Ces politiques ne sont peut-être pas aussi grossièrement exprimées ou avec autant de racisme manifeste, mais elles ont à peu près le même impact.

Nicole Phillips, directrice juridique de la Haitian Bridge Alliance, une coalition d’associations haïtiennes à but non lucratif, a déclaré à l’Associated Press le 18 septembre : « C’est vraiment une crise humanitaire. Il faut beaucoup d’aide là-bas maintenant. L’Alliance préconise que le gouvernement américain autorise ces migrants à demander l’asile.

La presse américaine, canadienne et francophone a prétendu, parfois explicitement et parfois non, que « un certain groupe » doit être « derrière » cette protestation des Haïtiens venant simultanément de toute l’Amérique latine.

Le peuple haïtien s’unit dans la lutte

Mais historiquement, le peuple haïtien a su s’unir dans la lutte, depuis le soulèvement inspiré par Dutty Boukman contre les maîtres esclavagistes français en 1791 et la guerre réussie qui a suivi pour la libération de l’esclavage, les luttes contre l’occupation américaine de 1916 à 1934,  les protestations contre Jean-Claude « Baby Doc » Duvalier en 1986 qui l’ont forcé à quitter ses fonctions, les protestations massives contre les politiques anti-haïtiennes des États-Unis contre le sida en 1990 et plus.

À l’ère des médias sociaux, les travailleurs haïtiens d’Amérique latine maintiennent le contact avec leurs parents et amis à la fois en Haïti, en Amérique du Nord (en particulier Montréal, Boston, New York et Miami) et en France.

Les garde-côtes américains ont bloqué l’accès aux États-Unis depuis Haïti par la mer. Un accord général du peuple sur le moyen le plus simple d’entrer aux États-Unis était au-delà de sa frontière avec le Mexique. Del Rio a un pont qui offre un accès.

Et ainsi les gens se sont fait connaître, et ils sont venus.

 

Workers World 20 septembre 2021

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY