L’impérialisme canadien en Haïti (3)

0
446
L'ancien député Lavalas Printemps Bélizaire est suspecté dans le meurtre en 2018 du journaliste Vladimir Legagneur et a été enregistré déclarant qu'il « a incendié des postes de police et tué des gens ».

Groupes de la diaspora haïtienne au Canada : rançons, exactions et désespoir

Certains membres de la diaspora haïtienne changent d’avis et approuvent une sorte d’intervention étrangère dans leur pays d’origine. Les enlèvements en Haïti ont un effet direct sur les membres de la famille vivant à l’étranger. S’exprimant lors d’une manifestation organisée par Debout pour la dignité, le pasteur Joseph Jr Clorméus de l’Église de Dieu de la Prophétie a déclaré que les demandes de rançon parviennent à des proches à l’étranger, qui doivent organiser des collectes de fonds. Il dit que ses partisans se voient demander 420 000 dollars américains pour la libération de sept personnes. Il dit que ce n’est “que la pointe de l’iceberg”.

Le militant de Solidarité Québec-Haïti (SQH), Jean Saint-Vil, a décrit les effets des enlèvements et des rançons sur les membres de la famille de la diaspora il y a près de deux ans dans une présentation publiée sur Facebook. Les Haïtiens de la diaspora ont été contraints d’hypothéquer ou de vendre leurs maisons, de contracter des emprunts et de vider leur compte bancaire pour payer les demandes de rançon.

Après des années d’extorsion depuis l’étranger et de voir leurs proches terrorisés par des gangs armés, certains Haïtiens de la diaspora ont le sentiment qu’une intervention étrangère est la seule option. Comme l’a expliqué M. Flaubert Duclair de Debout pour la Dignité, « nous ne voulons pas d’une invasion militaire » mais « l’horreur actuelle ne laisse pas d’autre choix ».

Ce point de vue est partagé par d’autres membres de la diaspora et est amplifié par les HSH. Dans un récent essai invité pour le New York Times, le Dr Jean W. Pape, professeur au Weill Cornell Medical College de New York, a écrit : « Les Haïtiens ne peuvent pas surmonter cette crise… sans intervention étrangère ». Pape a expliqué que, de son point de vue, les Haïtiens « ne voient pas de solution à notre crise sans intervention étrangère. Nous avons besoin de forces internationales expérimentées pour soutenir et former notre force de police nationale et assurer la sécurité alors que nous travaillons à la reconstruction de notre gouvernement.

L’ONU et la CARICOM continuent de conspirer pour empêcher Bwa Kale de réussir

Henry a récemment signé un “Plan-cadre de coopération pour le développement durable des Nations Unies” avec l’ONU. L’ONU affirme que cette “feuille de route conjointe” est “conçue pour améliorer la cohérence, l’efficacité et l’efficience du soutien de l’ONU au gouvernement”. Les « domaines de travail prioritaires convenus comprennent la gouvernance, la sécurité et l’état de droit, la transformation économique inclusive, les services sociaux et l’environnement ».

Le successeur d’Helen La Lime, Maria Isabel Salvador, a commenté le plan, disant de façon inquiétante que “le succès d’Haïti dépendra du succès des efforts du BINUH pour établir ce cadre de coopération”. Lors d’un récent briefing au Conseil de sécurité, Salvador a déclaré “nous devons trouver des moyens innovants pour définir la force de soutien à la Police nationale haïtienne”. Elle a cité la lettre d’octobre de Guterres, approuvant un “besoin urgent de déploiement” d’une “Force internationale spécialisée”.

Tout en soutenant un dictateur, l’ONU travaille sur plusieurs fronts pour saper la souveraineté haïtienne et imposer une intervention étrangère. Après avoir rencontré Guterres, la CARICOM a annoncé que les dirigeants haïtiens étaient invités à une conférence en Jamaïque à la mi-juin. La CARICOM a également annoncé qu’un « Groupe de personnalités éminentes » (EPG) sera formé pour mener les négociations. Le secrétariat de la CARICOM a nommé les membres de l’EPG comme l’ancien Premier ministre des Bahamas Perry Christie, l’ancien Premier ministre jamaïcain Bruce Golding et leur homologue de Sainte-Lucie, le Dr Kenny D. Anthony. L’EPG est une sorte de contrefaçon du “Lima Group”.

Les gouvernements des Bahamas et de la Jamaïque soutiennent une intervention militaire en Haïti.

Quels que soient les individus de la coalition de Montana ou du HCT de Henry sélectionnés pour le gouvernement de transition imminente, Washington et le CORE groupe conserveront le contrôle d’Haïti. La direction de l’Accord de Montana est une opposition contrôlée face à Henry, qui est à son tour une marionnette soutenue par le gouvernement américain.

Comme Cherizier l’a expliqué dans une interview présentée dans l’épisode 3 d’Une autre vision, “l’intérêt de la classe politique traditionnelle, l’intérêt de la société civile, est de prendre le pouvoir sans que les conditions des masses les plus pauvres ne changent jamais… [Ils] envoient leurs enfants à l’école à l’étranger. Ils ont tous une couverture sanitaire internationale, donc quand ils tombent malades, ils reçoivent des soins médicaux à l’étranger. » Ces personnes, tant les partis traditionnels que la société civile, incarnent l’apartheid. Cherizier soutient que « ce ne sont pas des patriotes, ils n’aiment pas ce pays. Ils voient juste Haïti comme leur petit magasin qui leur rapporte de l’argent pour vivre avec leur famille – avec la classe politique et la bourgeoisie qui sont tout aussi puantes et corrompues qu’eux ».

Feu le militant pro-démocratie Patrick Elie : « [La Famille Lavalas] « c’est ce que je qualifierais d’organisation charismatique, qui dépend strictement de son chef et après ça vous n’avez rien en termes de structure et de capacité à formuler une stratégie politique. »
La violence perpétrée par des gangs armés soutenus par des oligarques, qui fonctionnent comme des groupes paramilitaires, a fracturé la capitale. La statistique souvent citée selon laquelle 80% de Port-au-Prince est contrôlé par des gangs est trompeuse. La majorité de Port-au-Prince est contrôlée par des gangs soutenus par des oligarques qui fonctionnent souvent comme des groupes paramilitaires. Ils s’opposent aux brigades de vigilance et aux groupes anti-criminalité comme le FRG9 et, de plus en plus, le mouvement Bwa Kale.

Ces gangs armés déstabilisent Haïti et créent la justification d’une intervention étrangère, qu’Henry a demandée pour consolider son pouvoir.

Ces gangs armés et groupes paramilitaires s’étendent maintenant bien au-delà de Port-au-Prince dans les zones rurales, menaçant l’agriculture et l’approvisionnement alimentaire local. De plus, l’insécurité et la menace de violence empêchent le transport des produits cultivés. Avec plus d’un tiers de la population confrontée à la faim aiguë, l’accès à la nourriture est vital.

La crise s’aggrave. Bwa Kale est en partie le résultat de l’incapacité de la classe politique à organiser un gouvernement de transition crédible et à forcer Henry à démissionner. C’est une réponse, non seulement aux actes quotidiens de violence dépravée commis par des gangs armés soutenus par des oligarques, mais au vide politique qui a conduit au règne ininterrompu d’Henry en tant que dictateur soutenu par les États-Unis.

Ce vide de leadership politique a conduit à la montée en puissance de dirigeants locaux comme Muscadin et Cherizier qui défendent leurs communautés. Pendant ce temps, le président par intérim proposé par le Montana, Fritz Alphonse Jean, admet avoir passé des semaines barricadé dans sa maison, à l’abri des actes de violence quotidiens perpétrés contre les Haïtiens.

La violence des gangs criminels armés est vécue très différemment selon la classe sociale en Haïti. La majorité pauvre n’avait aucun moyen de se défendre avant la mise en place du mouvement Bwa Kale. Ce n’est pas le cas des petites classes moyennes et supérieures. Les riches Haïtiens ont d’autres options que de barricader leur maison, notamment l’embauche de sociétés de sécurité, l’achat d’arsenaux et le paiement de policiers pour protéger leurs quartiers.

Solidarité internationale

Les Canadiens qui cherchent à montrer leur solidarité avec les Haïtiens ont des options. Les syndicats haïtiens se mobilisent et recherchent la solidarité internationale.

Les syndicats se sont réunis à Ouanaminthe en janvier avec des représentants de syndicats du monde entier. Le rassemblement a abouti à la “Déclaration de Ouanaminthe”, qui appelle à “la solidarité internationale en général, et la solidarité syndicale en particulier”. Il rejette également l’intervention militaire internationale, déclarant que “toute intervention armée internationale irait à l’encontre du droit des Haïtiens à l’autodétermination”.

Le vice-président régional du Québec du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), Richard Delisle, a assisté à la rencontre. Répondant à l’appel à la solidarité internationale entre les syndicats, Delisle a déclaré que « le SCFP a écrit à la ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, pour demander au gouvernement canadien de respecter la démocratie et l’autodétermination haïtiennes, et de rester à l’écart de toute intervention militaire ». Un autre appel à soutenir les syndicats a récemment été lancé par le groupe montréalais de solidarité haïtienne REHMONCO.

Les Canadiens peuvent également soutenir Haïti en demandant à leur gouvernement de cesser de soutenir le premier ministre de facto Ariel Henry. Ils peuvent aussi l’appeler ce qu’il est – un dictateur soutenu par Washington et le CORE Group.

Dans une déclaration du 12 juin 2023 appelant à la solidarité avec Haïti, SQH a appelé à la fin de « l’ingérence étrangère [qui] a été et reste la principale source persistante de crimes violents liés aux troubles politiques dans la société haïtienne ». Selon le communiqué, SQH « a accueilli avec prudence l’accord de Montana mais l’a également critiqué ». On ne sait pas quelles sont ces critiques. SQH a souligné qu’ils « attendent et encouragent les signataires de l’accord de Montana à faire plus pour se connecter avec les masses en difficulté ». SQH encourage également ses alliés à « écouter et entendre [les] voix authentiques » des Haïtiens.

Le soutien de SQH au groupe Montana contraste avec celui de nombreux anti-impérialistes haïtiens tels que MOLEGHAF, une organisation populaire qui s’est récemment associée à la Black Alliance for Peace (BAP). Le secrétaire général du MOLEGHAF, Oxygène David, est très critique à l’égard des dirigeants de Montana, déclarant qu’ils “n’ont rien fait de plus que plonger les masses plus profondément dans l’exclusion, la pauvreté et la misère“. (Les raisons du départ de MOLEGHAF de l’accord de Montana ont été expliquées en détail dans les colonnes du journal Haïti Liberté). Le co-coordinateur de l’équipe Haïti/Amérique du BAP, le Dr Jemima Pierre, a également dénoncé le groupe de l’Accord de Montana comme une “opposition bourgeoise”.

Les Canadiens devraient dénoncer activement la désinformation et la propagande diffusées par des groupes financés par les États-Unis comme le RNDDH, le FJKL, JURIMEDIA et l’OCAPH. Ces groupes opèrent en toute impunité et sont traités comme des sources légitimes d’information et d’opinion par les HSH et les gouvernements occidentaux.

Les Canadiens ne sont pas à l’abri de la propagande financée par les États-Unis, comme l’a expliqué Peter Biesterfeld dans son article sur l’incapacité des grands médias canadiens à informer le public sur la politique étrangère. Il soutient que « les consommateurs de nouvelles canadiens qui lisent, regardent et écoutent exclusivement les nouvelles grand public restent sous-informés » sur la politique étrangère canadienne. « Le journalisme grand public canadien autour des affaires haïtiennes », observe Biesterfeld, « s’appuie fortement sur les récits officiels fournis par des représentants du gouvernement occidental, des organisations de défense des droits de l’homme et des groupes de réflexion ». Lorsqu’ils citent des sources de ces « organisations de défense des droits de la personne », les grands médias canadiens ne mentionnent pas qu’elles sont financées par la NED ou une fondation pour le changement de régime comme l’Open Society Foundation.

De nombreux Haïtiens comprennent l’effet toxique de tels groupes sur le discours dans les pays occidentaux et la nécessité pour les Haïtiens de parler pour eux-mêmes à travers des mouvements comme Bwa Kale.

Il existe également des organisations aux États-Unis et en Haïti qui ont démontré leur capacité à faire pression efficacement dans un monde multipolaire et à obtenir des résultats.

L’Alliance noire pour la paix (BAP) et Haïti Liberté ont efficacement aidé à bloquer les efforts américains à l’ONU pour occuper Haïti sous le couvert d’une «force militaire spéciale». BAP a remis une lettre ouverte aux représentants de la République populaire de Chine et de la Fédération de Russie en octobre intitulée « Non à l’intervention militaire étrangère en Haïti ! Oui, à l’autodétermination haïtienne !

Après avoir alerté la délégation russe sur l’objectif de Washington d’intervenir militairement en Haïti, Haïti Liberté a fait une présentation anti-intervention devant le Conseil de sécurité de l’ONU.

Ces efforts ont conduit la Russie et la Chine à bloquer Washington et les efforts du CORE groupe au Conseil de sécurité de l’ONU. Soutenir des efforts comme ceux-ci sur le front international peut avoir des effets directs et tangibles sur les efforts d’intervention en Haïti.

Le système de gouvernance actuel d’Haïti, dans lequel, selon Louis-Henri Mars, “les gangs renforcent la politique”, s’auto-entretient “parce que l’État et la société haïtienne ont si peu fait pour tant de quartiers délaissés et que de nombreux jeunes sont désespérés. ”

Le régime de sanctions du Canada, ainsi que le soutien du Premier ministre Trudeau à la PNH, n’ont fait que renforcer la position d’Ariel Henry, augmentant ainsi la souffrance des Haïtiens.

 

Bwa Kale montre que les Haïtiens essaient de briser ce cycle

Les blocages vaincus du FRG9 au terminal de Varreux soulignent l’effet profond qu’une force internationale aura sur Port-au-Prince et Haïti en général. En novembre 2022, seuls trois véhicules armés et quelques soldats de la PNH ont délogé et repoussé un groupe qui est régulièrement présenté dans le MSM comme redoutable et puissant. Le blocus visait à faire pression sur Henry pour qu’il démissionne, l’un des nombreux blocus autour de Port-au-Prince à l’époque. Le porte-parole du FRG9, Jimmy Cherizier, avait appelé Henry à démissionner, suggérant qu’un gouvernement de transition composé de représentants communautaires élus localement prenne le pouvoir. Ses efforts ont été contrecarrés par le Canada et l’ONU.

Ce cadre de soutien aux efforts de la PNH pour mettre fin à la violence des gangs dément également un facteur crucial. Les gangs criminels sont un symptôme, et non la cause profonde de la violence. Louis-Henri Mars, le directeur exécutif de Lakou Lapè, une organisation de consolidation de la paix, affirme que « tous les Haïtiens que je connais sont conscients qu’au cours des 20 dernières années, des ministres du gouvernement, des sénateurs et des délégués parlementaires ont livré de l’argent et des armes à des gangs ».

Bwa Kale cible actuellement les gangs criminels. André Charlier écrit que les Haïtiens maintenant « semblent brûler d’un furieux désir de refaire 1804 », se référant à la révolution haïtienne. Ceux au pouvoir qui financent et arment les gangs doivent se demander si, une fois les gangs éliminés, seront-ils les prochains ?

En décembre, le journaliste Kim Ives a déclaré au Conseil de sécurité de l’ONU : « La situation en Haïti ne peut être résolue par une intervention étrangère, la force militaire ou même des sanctions. Le peuple haïtien, agissant en toute souveraineté, doit être autorisé à régler ses propres problèmes ». Berthony Dupont, directeur d’Haïti Liberté, est d’accord : « ce n’est que par leur propre lutte qu’ils vaincront toutes les manœuvres et ingérences des impérialistes et de leurs laquais locaux ».

 

Une version antérieure de cet article a été publiée pour la première fois par The Canada Files. Travis Ross est un enseignant basé à Montréal, Québec. Il est également co-rédacteur en chef du projet d’information Canada-Haïti sur canada-haiti.ca. Travis a écrit pour Haïti Liberté, Black Agenda Report, TruthOut et rabble.ca. Il est joignable sur Twitter.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here